AccueilLa UNEYoussef Chahed, le recalé des présidentielles qui a pourtant le plus dépensé...

Youssef Chahed, le recalé des présidentielles qui a pourtant le plus dépensé !

Les élections présidentielles anticipées de 2019 sont consommées, et leurs retombées sur la vie politique tunisienne sont désormais actées. Presqu’une année plus tard, la Cour des comptes a rendu public son rapport sur le contrôle des sources de financement des campagnes des 26 candidats à ce rendez-vous électoral. Des campagnes, pour le 1er tour qui ont coûté la bagatelle d’un peu plus de 6,670.841 MDT, et où le coût par voix récoltée a été d’une moyenne de 1,980 DT et a varié entre 30 millimes par voix pour Kais Saïed et 39,808 DT pour Mohsen Marzouk.

- Publicité-

Au top des plus grosses dépenses pour cette campagne, on trouve l’ancien chef de gouvernement Youssef Chahed. La campagne électorale du candidat du parti « Tahya Tounes » qui a été débouté dès le 1er tour des présidentielles, lui a ainsi coûté presque 1,4 MDT, dont seulement 20 mille DT en fonds propres et le reste (1,378 MDT) sur des fonds privés (par opposition au public). Le tout pour juste 7,38 % des voix. Notons aussi, toujours pour Youssef Chahed, que cette plus grosse campagne a été menée  par un homme qui déclarait juste un revenu de 175 mille 304 DT.

La 2ème plus grosse dépense a été celle du candidat du parti islamiste tunisien Ennahdha. Candidat malheureux, comme son précédent, Abdelfattah Mourou a dépensé un peu plus d’un million de dinars (Voir notre graphique). Tout aussi malheureux dans ces présidentielles anticipées, Abdelkrim Zbidi a pourtant dépensé presque 650 mille DT seulement. La 3ème plus grosse dépense, sans résultat probant pour arriver jusqu’à Carthage.

Force est donc de constater que ceux qui avaient le plus dépensé pour arriver à Carthage ont tous été déboutés dès le 1er tour, à l’exception de Nabil Karoui. La campagne électorale de ce dernier ne lui a coûté qu’un peu plus de 562 mille DT, le positionnant à la 4ème place des plus grosses dépenses électorales, mais en seconde place du podium.

  • Saïed, Zbidi, Marzouki et Jbali n’ont pas déclaré leurs revenus

Kais Saïed n’a pourtant pas été le moins dépensier pour sa campagne. Il n’a rien dépensé de ses fonds propres, mais sa campagne a coûté 18.965,252 DT, toute en fonds privés dont la nature, comme par ailleurs pour tous les candidats, n’a pas été divulguée. Notons, toujours pour Kais Saïed, qu’il a été classé en « omission de déclaration de ses revenus pour les années 2018 et 2019 ». Lui, comme Hamma Hammami, Abdelkrim Zbidi, Hammadi Jbali, Hachemi El Hamdi, Moncef Marzouki, n’avaient donc pas déclaré leurs revenus. Ils auraient tous, tout simplement, « omis » de le faire !

Reste à se demander d’où tous ces politiciens avaient pu récolter toutes ces grosses sommes. La Cour des compte y a répondu par ce qu’on pourrait nommer un « circulez, il n’y a rien à voir ».

« À cet égard, la réponse du Comité tunisien d’analyses financières ne contenait aucune information indiquant l’existence d’une déclaration de soupçon ou d’absence relative à l’un des candidats à la présidentielle en 2019, et la réponse de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption n’a fait aucune référence Anti-corruption s’agissant des élections présidentielles ». Point à la ligne !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,446SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles