Tags Posts tagged with "AGO"

AGO

par -
0

En 2015, Carthage Cement a réussi à développer sa part de marché pour écouler presque la totalité de sa production (plus de 1,458 millions de tonnes de ciment contre 1,039 MT en 2014). C’est ce qu’a indiqué Brahim Sanaa, directeur général de la société lors de l’AGO de la société qui se tient actuellement à Tunis.
En effet, les ventes locales ont cru de près de 49%, soit 1,161 MT contre 778 905 tonnes l’année précédente et ont compensé la régression des ventes du clincker pour des concurrents.
La part de marché local a atteint 16,82% contre 10,89% l’année précédente.
Du côté de l’export, une progression des ventes de plus de 6%  est enregistré en 2015, soit 230 535 tonnes contre 216 819 tonnes en 2014.

par -
0
Selon le rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)

Carthage Cement a poursuivi au terme de l’année 2015 son évolution positive dans ses trois activités et a clôturé l’exercice avec un chiffre d’affaires de plus de 184 millions de dinars contre 169 MD l’année précédente, soit une croissance de +9%. C’est ce qui a été indiqué lors de l’AGO de la société qui se tient actuellement à Tunis.

Le chiffre d’affaires de l’activité ciment s’établit à 144,848 MD au terme de l’année 2015 contre 133,936 MD en 2014, soit une progression de 8%.
Pour l’activité agrégats, le chiffre d’affaires a également enregistré une hausse de +18% par rapport à l’année précédente et a atteint 19,130 MD contre 16,913 MD une année auparavant.
Pareil pour l’activité Ready-Mix, qui a enregistré une croissance de son chiffre d’affaires de +9% par rapport à l’année précédente, passant de 18,640 MD à 20,293MD.

par -
0

Carthage Cement a réussi en l’espace de deux ans d’exploitation à renforcer sa position dans le secteur du ciment. En effet, malgré un environnement particulièrement complexe marqué par une rude concurrence, sa part de marché a atteint 15,64% à la fin de l’année 2015, lui permettant de se hisser au rang des cimenteries les plus performantes. C’est ce qui a été indiqué lors de l’Assemblée Générale ordinaire (AGO) qui se tient actuellement à Tunis. En 2014, la part de marché était de 11,7%.

« On espère que le climat des affaires s’améliore en Tunisie pour qu’on puisse faire mieux », a indiqué le président du conseil d’administration de Carthage Cement, estimant que les chiffres du premier trimestre 2016 sont largement supérieurs à ceux de l’année 2015, une année de démarrage pour la société, selon ses dires.

Carthage Cement continuera également de favoriser une stratégie lui permettant une meilleure compétitivité et rentabilité aussi bien sur le marché local qu’à l’export.

par -
0
«Dans le cadre de l'application de la loi n°99-65 du 15 juillet 1999 (article 3)

L’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la Banque Nationale Agricole (BNA), tenue ce mercredi 29 juin 2016 à Tunis, a été marquée par la révolte des petits actionnaires, qui n’ont pas manqué de poser des questions sur le sort des dividendes non distribuées par la banque depuis près de 4 ans. Des tensions qui auraient pu être plus fortes si le directeur général de la banque, Habib Belhaj Guider, récemment nommé, n’avait pas su intervenir à l’aide d’arguments convaincants.

« C’est depuis plusieurs années que les petits actionnaires de la BNA ne bénéficient pas de dividendes alors que la participation privée au capital de cette banque représente 39%. Ou allons-nous? On a droit au partage de bénéfices », a déclaré le président de l’Association de la défense des petits porteurs à la bourse. Il a proposé ainsi la création d’un club pour les petits actionnaires qui devrait être conçu comme un lieu d’échange entre la banque et les actionnaires.

Un autre membre de l’Association ADAM, chargée aussi de défendre le petit actionnaire, s’est exprimé sur les mêmes lacunes et insuffisances mentionnées encore une fois dans le rapport des commissaires aux comptes : »C’est pour la 5ème fois qu’on se trouve devant les mêmes carences. Ce sont les mêmes insuffisances qui se répètent chaque année sans trouver une solution », a-t-il dit, appelant ainsi à mettre en place un business plan visant au moins à éviter les lacunes mentionnées dans le rapport des commissaires aux comptes.
Il s’est interrogé à propos les garanties présentées par les membres du conseil d’administration de la banque pour pouvoir bénéficier des crédits, appelant ainsi les responsables de cette institution financière à mettre à la retraite les cadres qui ont atteint la limite d’âge mais exercent encore des fonctions au sein de la BNA.

Un autre actionnaire a appelé à la révision du business plan de la Banque et le changement de la méthode de gestion et l’internationalisation, dans l’objectif de garantir la distribution de dividendes au moins pour les années prochaines. Il a également appelé à publier le PV de cette AGO pour que tout le monde sache ce qui a été convenu. La révélation des dossiers de corruption et la nomination d’un nouveau président du conseil d’administration de la banque ont été aussi parmi les revendications des actionnaires minoritaires.

Un autre petit porteur a mis en garde contre l’augmentation de la masse salariale de la banque, accusant ainsi l’État de faire de la politique au détriment de la banque : « Personne ne réagit! Où sont les compétences? Pourquoi ne pas faire mème le 1/5 de ce que fait la BIAT », s’est-il exclamé.
Il a dans le même contexte évoqué la participation de la BNA à hauteur de 25% à la société des assurances AMI, alors que ses chiffres ne sont pas bons, selon ses dires.
Il a appelé en outre à prendre en considération le rapport des commissaires aux comptes et les risques mentionnés ou soumettre le dit rapport à l’instance de lutte contre la corruption.

Évoquant l’affaire de la vente de la SFBT, le directeur général de la banque a fait savoir que ce processus n’est pas une priorité pour la banque et qu’un certain nombre de conditions devront être réunies, sinon d’autres alternatives existent.
S’agissant de la nomination d’un nouveau président du conseil d’administration de la BNA, il a indiqué qu’un appel à candidature relatif à ce poste sera prochainement lancé, et ce selon la loi et la réglementation en vigueur.

Le DG de la banque a sous un autre angle annoncé le lancement au sein de la banque d’un espace de communication et d’échanges entre les responsables de la banque et les petits actionnaires, soulignant dans le même cadre que la banque retournera aux bonnes pratiques de la communication financière. « Nous optons pour le développement de notre communication malgré les contraintes », a-t-il dit.

Concernant les chiffres, il est à indiquer que le résultat net de la BNA a enregistré une régression de 50,1% (-25,4MD) pour s’établir à 25,4MD à fin 2015 contre 50,8MD fin de l’exercice 2014. Le total du bilan s’est inscrit en hausse moyenne de 3,7% au cours des cinq dernières années pour s’établir à 8.312 MD à fin décembre 2015.
Les crédits nets à a clientèle se sont établis à 8.222 MD au 31 décembre 2015, en accroissement moyen de 5,7% au cours de la même période de 2014.
Le produit net bancaire a enregistré une augmentation annuelle moyenne de 6,9% au cours des cinq dernières années pour s’établir à 355 MD à fin 2015.

par -
0

La société immobilière et de participations SIMPAR a tenu vendredi 24 juin 2016 son Assemblée Générale Ordinaire (AGO) où elle a présenté les résultats du groupe au titre de l’année 2015 ainsi que ses perspectives de développement pour les années prochaines. Lors de cette rencontre qui a eu lieu à l’Institut Arabe des Chefs d’entreprise (IACE), Mohamed Sofiène Chaouachi, directeur général de la société a fait savoir que l’année 2015 a été exeptionnelle pour Simpar vu l’instabilité politique et sociale qui a caractérisé cette période suite notamment aux attentats terroristes qui ont affaibli l’économie nationale en général. « C’est à cause de ces événements que plusieurs intentions d’achat de biens immobiliers avaient été annulées.

Le directeur général de la Simpar a toutefois indiqué que bien que 015 ait été une année difficie à tous les niveaux, elle a été une année charnière et bonne pour le groupe. Au cours de ce exercice, a-t-il dit, la société a poursuivi sa stratégie d’achat de terrains pour la construction de biens immobiliers. Au 31 décembre 2015, le stock de la société en terrains représente une superficie totale de 82,9 mille mètres carrés avec une valeur totale estimée à 33 millions de dinars. S’y ajoutent les terrains déjà bâtis et transformés en biens immobiliers ou en cours de construction. Ce stock de terrains permettra la construction de 160 mille mètres carrés de biens immobiliers, soit l’équivalent de 9 ans d’activités de la société.

Il a dans le même contexte indiqué que la Simpar œuvre également à renforcer son stock de terrains durant les prochaines années, et ce dans le but d’étre en ligne avec le chiffre d’affaires fixé dans le business plan de la société. En effet, le nombre de projets qui sont en cours d’étude ont atteint à fin 2015, 11 projets.

Durant cette même année, la Simpar a pu obtenir une autorisation pour la construction de logements sur le lot EHCI (Mourouj 6). Les projets qui sont en cours de construction ont toutefois atteint le chiffre de trois à Ennasr II (HSC69), La Marsa (route de Gammarth) et El Mourouj 6 (EHC18).

Le directeur général de la Simpar a précisé qu’au 31 décembre 2015, le chiffre d’affaires de la société a atteint 13.045 millions de dinars, enregistrant ainsi une baisse de 49.4% par rapport à l’année 2014 (25.7MD).
Les bénéfices nets de la société se sont élevés à 2.877 millions de dinars contre 5.013 MD en 2014, enregsitrant une baisse de 42.6%, soit 2.2 Millions de dinars.

S’agissant des perspectives, il a été indiqué que la société table sur un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 27,6 million de dinars et des bénéfices avoisinant annuellement les 3 millions de dinars durant la période 2016-2020. La SIMPAR poursuivra ainsi ses efforts en matiére de recherche de terrains à bâtir et d’innovation dans le domaine de l’immobilier et des matiériaux de construction.

par -
0

L’Union Internationale de Banques (UIB) a tenu aujourd’hui, jeudi 2 juin 2016, à Tunis, son Assemblée Générale Ordinaire (AGO) et ce, en présence de son directeur général, Kamel Nèji et du président du conseil d’administration, Alexanre Maymat.

Lors de cette AGO, Kamel Nèji a exposé les principales réalisations de la banque au titre de l’année 2015, précisant que la banque a cloturé l’année 2015 avec un résultat d’exploitation de 89,9 millions de dinars (MD) contre 83,1 MD en 2014, en hausse de 8,1 % et un résultat net de 64 MD après un impôt sur la société de 26,9 %.

S’agissant des capitaux propres, il est à signaler que le total des capitaux propres de la banque s’élève à 314,6 MD au 31 décembre 2015 contre 267,7 MD au 31 décembre 2014, soit une agmentation de 46,9 MD. Les actifs classés sont de 437 MD au 31 décembre 2015 contre 432 MD fin 2014, ce qui correspond à 9,9 % des engagements de la banque à la fin de 2015 conre 10,6 % fin 2014.

Par ailleurs, au vu des provisions constituées pour risques de contrepartie, au titre des actifs classés d’un montant de 254 MD au 31 décembre 2015 et des engagements en défaut, le taux de couverture des actifs classés par les provisions est de 74 % au 31 décembre 2015.

Dans son discours d’ouverture, le DG de l’UIB a affirmé que la banque affichera dans les prochaines années un meilleur résultat et une bonne rentabilité. Il a estimé dans le même contexte que la banque a fait durant l’année 2015 la preuve de son sens de la gestion et du management et ce, en dépit d’un contexte assez inflationniste, selon ses dires. « Notre banque est forte et solide », a-t-il ajouté.

Kamel Nèji a sous un autre angle indiqué que l’UIB a confirmé qu’elle est jusqu’à présent moins vulnérable et plus résiliente et qu’elle est actuellement dans le peloton de tête en termes de PNB, avec la BIAT, Attijari Bank et Amen Bank.

Le directeur général de l’UIB a en outre affirmé que la banque est à l’abri de toute mauvaise surprise qui pourrait arriver dans les prochaines années et ce, grâce aux belles performances réalisées ces dernières années.
Il a ajouté que globalement, le résultat de l’UIB est sain et la rentabilité est bonne et que la banque ambitionne d’être encore plus forte et d’aller encore plus loin.
Kamel Néji a par ailleurs indiqué que l’UIB a largement dépassé les objectifs fixés dans son business plan pour l’année 2014.

Le niveau de l’activité et la maîtrise renforcée des coûts de l’UIB ont généré un effet de levier significatif sur le résultat brut d’exploitation. Ce dernier a atteint, au cours du premier trimestre 2016, 29 millions de dinars, en croissance de 25,2% par rapport à la même période de 2014. C’est ce qui a été indiqué lors de l’AGO de la banque, qui se tient actuellement à Tunis.

Par ailleurs, en dépit d’un environnement économique peu porteur, d’une réglementation plus restrictive et coûteuse et d’une concurrence exacerbée, l’UIB a fait montre, en 2015, d’une belle dynamique commerciale. En effet, au cours de l’année 2015, les clients ont confié à l’UIB 251 MD de dépôts additionnels et la banque a consenti à des prêts additionnels nets de 284 MD. Sur l’ensemble de l’année, le PNB a affiché une progression de 10% à 217 MD, tiré par les synergies et le dynamisme de l’ensemble des métiers, et plus particulièrement par le portefeuille d’activités au bénéfice des clients entreprises.

« En 2015, l’UIB a continué à progresser dans la mise en œuvre de son programme de transformation et d’excellence opérationnelle en 2015-2018. Nous avons démontré cette année encore notre capacité à gagner en productivité commerciale, à poursuivre la réorganisation et la transformation de notré réseau, à atteindre une meilleure efficacité des fonctions support et à optimiser le coût des ressources », a assuré Kamel Nèji.

Il a ajouté que ces actions ont permis de confirmer le positionnement privilégié de la banque dans le palmarès des banques privées tunisiennes. L’UIB occupe désormais la 1ère place en termes de Return On Equity (ROE) et la 2ème en termes de marge d’intérêts. Ces indicateurs ont eu des effets favorables sur le comportement du titre UIB, selon ses dires.

par -
0

Le président du Conseil d’administration de la BIAT, Ismail Mabrouk, a indiqué que la banque a franchi une étape importante dans la réalisation de sa feuille de route stratégique avec un ensemble de projets structurants et ambitieux. Il annoncé lors de l’AGO de la BIAT tenue ce vendredi 28 mai à Tunis que la banque a généré le PNB le plus important de la place, avec un volume de 532,6MD, en accroissement de 8,3%. Elle enregistre ainsi la progression la plus importante en termes de  volume (+41MD), représentant aux alentours du quart de l’accroissement des dix premières banques de la place.

Ce maintien de l’évolution de la production à un rythme relativement significatif a été rendue possible grâce notamment à la stratégie de proximité de la banque, appuyée par la densification de son réseau avec une moyenne d’ouverture de 12 agences par an au cours des 5 dernières années. « Le réseau compte aujourd’hui 200 agences réparties sur l’ensemble du territoire tunisien, dans les 24 gouvernorats, et nous permet de servir nos quelque 700 000 clients partout où ils se trouvent », précise Mabrouk.

En dépit du contexte économique incertain, la BIAT confirme sa position de leader en termes de dépôts avec un volume collecté de 8090 MD  au cours de l’année 2015, en progression de 7,7%, lui permettant de porter sa part dans les dépôts des 10 premières banques de la place à 17,4%.
En matière de crédits nets à la clientèle, la BIAT occupe désormais la deuxième place avec un
encours global de 6583 MD, en évolution de 11,2%, renforçant ainsi sa part dans le panel à 14% et
confirmant son rôle de financier de l’économie tunisienne, en soutenant les particuliers et les
entreprises dans la réalisation de leurs projets.

La BIAT a baissé ses créances douteuses de 0,3% au moment où les crédits sains enregistrent une augmentation de 11,5% entre fin décembre 2014 et fin décembre 2015, et ce en dépit d’un contexte de montée des risques au niveau du secteur bancaire. C’est ce qui a été indiqué lors de l’AGO de la banque, qui se tient actuellement à Tunis.

La banque a amélioré ainsi la majorité de ses ratios de risque, notamment le taux de CDL de 0,7 point à 6,7% et le ratio de solvabilité de 0,3 point à 10,94%.

La BIAT a également amélioré son coefficient d’exploitation de 1,1 point à un niveau inférieur,
pour la première fois, à 50%, soit 49,9%. Comparé au 31 décembre 2011, ce coefficient
d’exploitation s’améliore de 8,7 points.

Compte tenu de ces évolutions et des gains en productivité réalisés, la BIAT a pu générer un
résultat net de 151,6MD, en progression de 48,1% par rapport à l’exercice 2014.

S’agissant des prévisions pour l’année 2016, Ismail Mabrouk a indiqué que la banque table sur une hausse entre 10 et 10,5 % au niveau de son PIB et un résultat net entre 180 MD et 190 MD à fin 2016, soulignant que la banque a constitué ses provisions pour l’année 2016, pour se protéger contre tout risque pouvant toucher le groupe.

S’agissant de l’internationalisation de la banque, Mabrouk a indiqué que cela dépend de la Banque centrale, laquelle ne favorise pas l’international, soulignant toutefois que des conventions avaient été signées avec plusieurs pays africains pour rapprocher les services de la banque de la clientèle dans ces pays.

Mabrouk a également annoncé à ses actionnaires la mise en place d’un nouveau site institutionnel (www.biat.com.tn) où un véritable espace est dédié aux actionnaires et investisseurs. Riche en informations et en publications, le nouveau site, qui sera mis en ligne prochainement, permet de télécharger les documents financiers et institutionnels : rapports annuels, lettres à l’actionnaire, brochures et magazine… et d’entrer en contact avec les équipes de la banque pour des demandes d’information ou de documents.

Par ailleurs, appuyant son positionnement de proximité et afin de mieux servir les Tunisiens résidents à l’étranger, la BIAT a ouvert en 2015 une première filiale en France « BIAT France ». Domiciliée à Paris, BIAT France exerce une activité de transfert de fonds.

Avec l’ouverture de cette filiale, la banque leader en Tunisie entend servir ses compatriotes de l’étranger et contribuer à intensifier les relations économiques avec le territoire national.

L’Assemblée a décidé ainsi de fixer le dividende par action à 4 dinars par action. Ces dividendes seront mis en paiement à partir du 15 juin 2016.

De son côté, Mohamed Agrebi, directeur général de la BIAT, a indiqué que l’année 2016 sera difficile pour la banque, mais que c’est surmontable et les chiffres seront certainement meilleurs que l’année précédente, selon lui.

par -
0

Habib Ben Saâd, PDG de la Banque de Tunisie (BT), a affirmé lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) tenue ce jeudi 26 mai 2016 à Tunis que la banque prévoit durant l’année 2016 une progression de 10,65% du PNB .

Il a également indiqué qu’en poursuivant sa politique de maitrise des frais généraux, la BT devrait pouvoir dégager un résultat brut d’exploitation en augmentation de 13%.

Par ailleurs, selon les prévisions établies, les dépôts de la clientèle de la Banque de Tunisie vont évoluer à un rythme soutenu de plus de 12% au courant de l’année 2016 pour atteindre 3,189 millions de dinars à la fin de l’exercice.

Les crédits nets à la clientèle évolueront à un rythme de 10,47% pour atteindre 3,770 MD à la fin de l’exercice 2016.

Au cours de l’exercice 2016, la Banque de Tunisie compte également poursuivre son programme d’organisation interne pour mettre en place les assises fondamentales d’un système de contrôle interne adéquat et efficace.

par -
0

Habib Ben Saâd, PDG de la Banque de Tunisie (BT), a annoncé dans une déclaration à Africanmanager en marge de la tenue ce jeudi 26 mai 2016 à Tunis de son Assemblée générale ordinaire (AGO) que la BT projette le développement de son réseau avec l’ouverture de 10 nouvelles agences bancaires.

Il a à ce propos assuré que ces agences sont pourvues d’espaces modernes et conviviaux afin de mieux accueillir la clientèle.

S’agissant de l’emploi, Ben Saâd a indiqué que la banque table aussi sur le recrutement de nouveaux profils afin de couvrir le besoin de l’expansion de son réseau d’agences.

par -
0

Habib Ben Saâd, PDG de la Banque de Tunisie (BT), a affirmé lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la banque tenue ce jeudi 26 mai 2016 à Tunis que l’exercice 2015 a été extrêmement difficile. Depuis l’an dernier, la banque n’a plus de recettes provenant du secteur touristique à cause du problème de l’endettement des professionnels, frappés de plein fouet par une crise de confiance suite aux attaques terroristes perpétrées en Tunisie en 2015, à savoir l’attentat du Bardo, de Sousse ou encore de Tunis.

C’est ainsi que Ben Saâd a annoncé la constitution de provisions au titre de cette année, comme c’était le cas en 2015, estimant toutefois qu’il s’agit de provisions « provisoires et confortables » en attendant que le secteur du tourisme redémarre. Il est à préciser par ailleurs que le volume global des créances (bilan et hors bilan) classées conformément à la circulaire de la BCT est de 390.067 mille dinars au 31 décembre 2015 contre 311.027 mille dinars au 31 décembre 2014. Par conséquent, le rapport de ces créances sur l’ensemble des engagements de la banque est passé de 7,9% en 2014 à 9,1% en 2015, enregistrant ainsi une hausse de 15,3% et avec une augmentation moyenne sur les cinq dernières années de 15,8%.

Interrogé par Africanmanager sur les impayés du secteur touristique, le PDG de la banque a précisé que l’année 2016 va être aussi une année difficile pour le secteur et que la banque ne s’attend pas à une reprise dans ce sens, d’où la constitution de provisions au titre de cette année.

Il a par ailleurs indiqué que la BT est la banque la plus solide en Tunisie et qu’elle table sur une croissance à deux chiffres.

Ben Saâd a dans le même cadre indiqué que la BT a cherché des ressources stables sur le marché international et qu’elle avait noué des liens avec plusieurs bailleurs de fonds internationaux, à l’instar de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) ou de la Banque européenne de l’Investissement (BEI), sans même la garantie de l’Etat et avec des échéances sur plusieurs années.

Dans une déclaration à Africanmanager en marge de cette AGO, Ben Saâd a indiqué que la banque avait obtenu l’année dernière de la part de la BERD une ligne de crédit de 30 millions d’euros, soit l’équivalent de 70 millions de dinars. Un crédit remboursable sur 8 ans et sans la garantie de l’Etat, selon ses dires.

Le PDG de la BT a également annoncé l’obtention par la banque de l’approbation (BEI) concernant une ligne de crédit de 100 millions de dinars dont la moitié devrait être débloquée en septembre prochain. Il s’agit d’une ligne de crédit obtenue sans la garantie de l’Etat et qui est remboursable sur plus de 10 ans.

La BEI avait également obtenu durant l’année dernière une ligne de crédit de 22 millions d’euros de la BEI sans la garantie de l’Etat. « C’est très important d’avoir un crédit de la part d’une institution financière internationale sans la garantie de l’Etat », a-t-il dit

S’agissant des perspectives, il est à préciser que la banque prévoit durant l’année 2016 une progression du PNB de 10,65%. En poursuivant sa politique de maitrise des frais généraux, la BT devrait pouvoir dégager un résultat brut d’exploitation en augmentation de 13%.
Par ailleurs, selon les prévisions établies, les dépôts de la clientèle de la banque vont évoluer à un rythme soutenu de plus de 12% au courant de l’année 2016 pour atteindre 3,189 millions de dinars à la fin de l’exercice.

Les crédits nets à la clientèle évolueront à un rythme de 10,47% pour atteindre 3,770 MD à la fin de l’exercice 2016.

Pour l’exercice 2016, la Banque de Tunisie compte également poursuivre son programme d’organisation interne pour mettre en place les assises fondamentales d’un système de contrôle interne adéquat et efficace.

Ben Saâd a annoncé qu’il a été décidé de porter le capital de 150 MD à 180 MD, par incorporation des réserves ordinaires d’un montant de 30 MD et l’émission de 30 millions d’actions gratuites à raison d’une action nouvelle pour cinq actions anciennes. Les nouvelles actions porteront jouissance à partir du 1er janvier 2016.

Par ailleurs au 31 décembre 2015, les fonds de la banque, après distribution des bénéfices de 2015, s’élèvent à 628 MD. Ce niveau des fonds propres est jugé confortable et permet aisément de supporter l’activité de la banque.

Il a, dans le même contexte, indiqué que la BT projette de développer son réseau avec l’ouverture de 10 nouvelles agences bancaires, faisant remarquer que ces agences sont pourvues d’espaces modernes et conviviaux afin de mieux accueillir la clientèle.

S’agissant de l’emploi, Ben Saâd a indiqué que la banque table sur le recrutement de nouveaux profils afin de couvrir le besoin de l’expansion de son réseau d’agences.

Par ailleurs et en application de la nouvelle réglementation bancaire en matière de gouvernance, le conseil d’administration de la Banque de Tunisie a décidé de dissocier les fonctions de président du conseil et de directeur général, tel que le stipule le code des sociétés commerciales.

Lors de l’AGO de la banque, il a été également décidé de distribuer aux actionnaires des dividendes au titre des bénéfices antérieurs à 2014 pour un montant de 45 millions de dinars, soit 300 millimes par action. Le montant de ces dividendes sera prélevé sur les réserves ordinaires constituées avant 2014 et figurant au bilan arrêté au 31 décembre 2013. Le paiement sera effectué à partir du 3 juin 2016.

 

par -
0

La présidente du conseil d’administration de l’ATB, Randa Sadik a déclaré lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) tenue ce jeudi 19 mai 2016 dans l’un des hôtels à Gammarth que la banque a pu en 2015 maintenir sa politique de solidité financière en clôturant l’année avec un ratio de solvabilité de 12,83%,  réalisant ainsi une marge confortable par rapport au taux minimal de 10% exigé par la BCT.

Elle a ajouté qu’en dépit des défis et de l’impact des pressions locales et régionales sur les perspectives de croissance de l’économie tunisienne en 2016, l’ATB poursuivra le développement de ses activités tout en veillant à la maitrise des différents risques opératoires et de crédit.

par -
0

Les petits actionnaires de l’Arab Tunisian Bank (ATB) ont exprimé, ce jeudi 19 mai 2016, lors de la tenue de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la Banque, leur  désappointement quant à la valeur des dividendes qui devraient être distribués par la banque au titre de l’année 2015 et dont le dividende par action a été fixé à 230 millimes, soit un total de 23 millions de dinars. La date de mise en paiement des dividendes est fixée à compter du 26 mai 2016.

L’un d’eux , affirmant être mandaté par ses collègues pour le dire , a souligné que « le cours de la banque est en hausse et il n’y a pas de raisons qu’elle n’augmente pas la valeur des dividendes » rappelant que le cours de l’action ATB au cours de l’année 2015 a évolué dans une fourchette  comprise entre un minimum de 4.100 dinars et un maximum de 5.370 dinars.

Pas de plus de 230 millimes en dividendes

Lui répondant, la présidente du conseil d’administration de l’ATB, Randa Sadik,  a tenu a préciser que la banque ne pourra pas donner plus de 230 millimes au titre de dividendes au titre de l’année 2015, et ce dans l’objectif de protéger l’équilibre financier de l’établissement . Elle a toutefois promis d’augmenter le montant des dividendes pour les prochaines années.

S’agissant des résultats financiers de l’exercice 2015, Randa Sadik a déclaré que la banque a pu en 2015 maintenir sa politique de solidité financière en clôturant l’année avec un ratio de solvabilité de 12,83% réalisant ainsi une marge confortable par rapport au taux minimal de 10% exigé par la BCT.

Elle a ajouté qu’en dépit des défis et de l’impact des pressions locales et régionales sur les perspectives de croissance de l’économie tunisienne en 2016, l’ATB poursuivra le développement de ses activités tout en veillant à la maîtrise des différents risques opératoires et de crédit.

Un CA en hausse de 5,62%

Au cours de l’année 2015, l’ATB a atteint plus de 95% de ses objectifs. Les encours des crédits ont totalisé à fin 2015 un montant de 35598 MD pour un objectif de 3668 MD,  soit un taux de réalisation de 98%. Pour ce qui est du volume des créances de collecte des ressources, l’encours des dépôts s’est établi à 3877 MD contre des objectifs de 3724 MD, soit un taux de réalisation de 104%.

Le chiffre d’affaires de l’ATB a clôturé l’exercice 2015 en signant une  progression de 5,62% pour s’établir à 365,3MD à fin 2015 contre 345,9 MD une année auparavant. Les charges d’exploitation bancaire ont enregistré une baisse de 4,09% pour atteindre 165,2 Millions de dinars contre 172,3MD au 31 décembre 2014.

Le PNB de l’ATB s’est inscrit à la hausse atteignant 200,1 Millions de dinars à fin 2015 contre 173,7MD une année auparavant, enregistrant ainsi une augmentation de 15,22% par rapport à l’exercice 2014.

La structure du PNB de l’ATB a enregistré une hausse au niveau de la marge sur commissions et une légère baisse de la marge sur intérêts dont les parts respectives ont évolué de 21,8% à 19,4% et de 30,8% à 37,7% entre 2014 et  2015. Quant à la part des revenus liées aux opérations financières et d’investissements, elle a enregistré une baisse et son niveau est passé de 47,4% au 31/12/2014 à 43% au 31/12/2015.

Des risques et des opportunités

S’agissant de l’année 2016, il a été indiqué que cette année présente à la fois des risques et des opportunités. « Notre institution l’abordera avec la ferme volonté de continuer son développement tout en maintenant une veille accrue quant à la gestion et la maîtrise des risques inhérents à notre métier », a assuré, pour sa part,  Ahmed Kallel, secrétaire général du conseil d’administration de la banque, soulignant que l’ensemble des réformes législatives actuellement en cours, notamment celles relatives à la Banque centrale et aux établissements de crédit, poseront de nouvelles règles concurrentielles que ce soit en termes d’intensification du contrôle du respect des ratios réglementaires et des normes de bonne gouvernance qu’en matière d’offre des produits.

« Notre banque, forte de sa stratégie commerciale proactive, saura pleinement tirer profit de ce nouvel environnement législatif », a ajouté Kallel.

par -
0

Le cours de l’action ATB au cours de l’année 2015 a évolué dans une fourchette de prix comprise entre un minimum de 4.100 dinars et un maximum de 5.370 dinars. C’est ce qui a été indiqué lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la banque tenue ce jeudi 19 mai 2016 dans l’un des hôtels à Gammarth.

Ce pic de 5.370 dinars a été atteint au mois de février. Au cours des mois suivants et suite aux attentats du Bardo, le cours de l’action s’est déprécié à 4.300 dinars. A partir de mai 2015, l’évolution du cours de l’action s’est inscrite dans la même tendance que le rythme du TunBank.

Le cours de clôture au 31 décembre 2015 s’est établi à 4.200 dinars.

En termes de volume, les transactions ont porté sur un montant total de 5101 375 dinars et les échanges globaux ont concerné 1102 447 actions.

par -
0
Les crédits nets de l’ATB ont atteint 3.152

Au cours de l’année 2015, l’ATB a atteint plus de 95% de ses objectifs. C’est ce qui a été indiqué lors de l’assemblée générale ordinaire (AGO) de la banque tenue ce jeudi 19 mai 2016 dans l’un des hôtels à Gammarth. Les encours des crédits ont totalisé à fin 2015 un montant de 35598 MD pour un objectif de 3668 MD,  soit un taux de réalisation de 98%.

Le volume des créances de collecte des ressources, l’encours des dépôts s’est établi à 3877 MD comparé aux  objectifs de 3724 MD, soit un taux de réalisation de 104%.

par -
0
Selon le rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)

Le chiffre d’affaires de l’ATB a clôturé l’exercice 2015 en signant une progression de 5,62% pour s’établir à 365,3MD à fin 2015 contre 345,9 MD une année auparavant. C’est ce qui ressort de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la banque tenue ce jeudi 19 mai 2016 dans l’un des hôtels à Gammarth.

Les charges d’exploitation bancaire ont enregistré une baisse de 4,09% pour atteindre 165,2 millions de dinars contre 172,3MD au 31 décembre 2014.

par -
0

L’Arab Tunisian Bank (ATB) a clôturé l’exercice 2015 avec un résultat net d’un montant de 57,6 millions de dinars contre 53,3 Millions de dinars en 2014, enregistrant ainsi une hausse de 8,1%. C’est ce qui ressort de l’Assemblée  générale ordinaire de la banque tenue ce jeudi 19 mai 2016 à Tunis.

Les frais généraux ont toutefois augmenté de 8,50% pour atteindre 110,8 millions de dinars contre 102,1 MD à fin décembre 2014. Cette augmentation s’explique d’une part par la hausse des frais de personnel liée au recrutement de nouveaux employés et aux augmentations salariales décidées au niveau sectoriel. Et d’autre part,  par l’augmentation des charges générales d’exploitation suite à l’ouverture de nouvelles agences. Le coefficient d’exploitation a diminué pour s’inscrire à 55,4% contre 58,8% en 2014.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview accordée à Africanmanager, le directeur général de la promotion des petites et moyennes entreprises auprès du ministère de l’Industrie, Sadok Bejja,...

AFRIQUE

0
Une collision entre deux trains de voyageurs a fait des dizaines de victimes à Boudouaou, dans le nord de l’Algérie.Une personne a été tuée...

SPORT

0
Résultats et buteurs de la 3e journée du championnat de la Ligue 1 professionnelle de football, disputée samedi et dimanche. Poule A . Samedi A Tatatouine US Tatatouine...