Tags Posts tagged with "GO"

GO

par -

Tunisie Telecom est heureux d’annoncer le succès de l’Offre Publique Volontaire (« l’Offre ») faite par TT ML Limited («l’Initiateur »), sa filiale détenue à 100%, sur les actions de GO p.l.c. (« GO » ou « la Société »). Comme annoncé le 17 août 2016, toutes les conditions de l’Offre, tel qu’indiqué dans le Document de l’Offre daté du 14 juin 2016, ont été satisfaites et le règlement en numéraire ainsi que le transfert requit des actions ont été dûment effectués.

En conséquence, Tunisie Telecom détient désormais, via l’Initiateur, 66,281,050 d’actions ordinaires de GO, équivalent à 65,4% de la totalité du capital de GO en circulation. Les actions de GO restantes sont cotées à la Bourse de Malte, permettant ainsi à GO de conserver une base actionnariale locale forte.

Lors de la finalisation de la transaction, Nizar Bouguila, Président Directeur Général de Tunisie Telecom, a commenté : « Avec la finalisation de la transaction aujourd’hui, GO devient un acteur clé au sein du groupe Tunisie Telecom lui permettant de saisir les opportunités de croissance importantes sur des marchés européens à fort potentiel, Malte et Chypre, et ainsi réaliser ses objectifs stratégiques. Nous sommes confiants que Tunisie Telecom et GO seront plus forts ensemble en tirant profit de nombreuses synergies pour les deux sociétés et en créant de la valeur à long terme pour toutes nos parties prenantes. Je suis heureux de pouvoir collaborer avec l’équipe dirigeante locale de GO pour capitaliser sur nos forces combinées et commencer le déploiement de notre projet de créer une plateforme de télécommunications transméditerranéenne de premier plan, s’étendant de l’Afrique du Nord à Malte, Chypre et la Grèce». La transaction a été initialement annoncée le 23 mai 2016, lorsque GO a déclaré qu’il avait sélectionné Tunisie Telecom en tant que candidat préférentiel final pour l’acquisition des actions de la Société.

par -

Noômen Fehri, ministre des Technologies de l’information et de la communication et de l’Economie numérique, a assuré qu’il n’y a aucun problème en termes de procédures en ce qui concerne l’opération de rachat de l’opérateur téléphonique maltais GO par Tunisie Télécom
Lors d’une séance plénière qui se tient actuellement au sein de l’ARP, le ministre a précisé qu’une fois les études élaborées par un groupe des compétences tunisiennes, l’opération a été transmise à la Commission d’assainissement et de restructuration des entreprises publiques (Carep), puis à la Commission Supérieure des Marchés (CSM), laquelle a donné son feu vert pour le rachat de l’opérateur maltais.

Noômen Fehri a par ailleurs déclaré que cette opération a couté 200 millions de dinars dont 10% ont été prélevés dans les bénéfices de l’opérateur national. Ce montant sera remboursé sur une période de cinq ans, a encore ajouté le responsable. « L’investissement est en euro et cette opération ne comporte aucun risque pour la Tunisie », a dit le responsable.

Il est à noter que les précisions du ministre viennent à la suite des questions posées par le député Imed Daimi sur l’importance de cette opération, jugée suspecte, sur les procédures tout au long de cette affaire.
D’autre part, le ministre a fait savoir que l’opération de rachat de GO par TT fait partie d’un plan de restructuration de l’opérateur historique.

par -

L’opérateur maltais GO a affirmé qu’il a mis en place les mesures nécessaires pour éviter tout conflit d’intérêts dans le projet de rachat de la société par Tunisie Telecom. Cette mise au point intervient en réponse à des articles de presse selon lesquels l’accord est remis en question par les politiciens tunisiens, qui estiment que le rachat de GO constitue un fardeau financier imposé à TT par son actionnaire majoritaire Emirates International Telecommunications, qui contrôle également GO. C’est ce que rapporte ce vendredi 22 juillet le site d’information spécialisé Telecomparer

L’Opérateur maltais a souligné que la sélection de l’offre de TT a été soumise à une procédure de « due diligence » indépendante de multiples offres, faisant état de  mesures «robustes» mises en place pour assurer des négociations sans lien de dépendance avec l’IET. Le débat parlementaire prévu en Tunisie sur la prise de contrôle est « un processus standard du processus démocratique en Tunisie », ajoute-t-il. En outre, TT a confirmé que ses finances sont en bonne santé, avec une « une existante position de trésorerie excédentaire significative», et que l’offre pour GO est financée dans son intégralité.

par -

Il y a quelques jours, nous dénoncions «les empêcheurs de tourner en rond», à propos de la campagne menée contre l’opération de rachat d’un opérateur téléphonique maltais par Tunisie Télécom, et qui avait conduit son PDG devant l’une des commissions de l’ARP. L’affaire est désormais, en premier lieu, politique, politicienne et politicieuse (ndlr : mélange de politique et malicieuse). C’est d’abord un parti politique (Ennahdha), qui cherche des poux à un autre (Afek Tounes), en cherchant des liens suspects, conflits d’intérêts entre ce parti et un cabinet d’expertise appartenant à un homme d’affaires d’Afek. Un sens aigu du règlement de compte politicien où tous les moyens et tous les coups sont permis, quitte à retourner un ministre pour revenir sans vergogne sur son accord écrit en faveur de cette opération.

Cela dit et pour aller voir  si le diable ne se logerait pas dans le détail, nous allons voir les détracteurs du PDG de Tunisie Télécom et son ministre de tutelle qui nous remettent un dossier, appelé «Affaire de soumission» de l’offre d’achat de GO par TT.

Les documents contenus sont supposés nous apporter de quoi pourfendre les initiateurs d’une soumission qui a pourtant été faite sur décision écrite et après autorisation de la Carep (Commission d’assainissement et de restructuration des entreprises publiques).

  • TT, une entreprise infiltrée ?

dfx

Dans ce dossier, nous retrouvons pourtant un document, hautement stratégique et normalement «Top secret» pour l’opérateur et qui s’échange librement de main en main. Appelé «Plan stratégique de Tunisie Télécom : TT Transform 2020» et élaboré par un cabinet étranger, ce document fait le diagnostic et l’état des lieux et présente, avec force détails, les perspectives et le plan de déploiement de toute la stratégie. Manifestement, ce document a été fuité de l’intérieur de l’opérateur. Cette grave fuite d’un tel document démontre d’abord le degré d’infiltration de l’opérateur historique, qui est désormais complètement nu devant tout le monde, y compris ses concurrents directs. Cette remarque faite, sur l’infiltration et l’utilisation effrontée d’un tel document pour régler des comptes politiciens au détriment des intérêts d’une entreprise publique, nous portons toutes les critiques de l’ensemble du dossier à la DG de TT. Ses réponses ont été immédiates et mêmes convaincantes à notre sens. Les voici :

  • La vision à l’international était-elle une nouveauté ?

 Ses détracteurs se demandent pourquoi cette envie de s’internationaliser et démentent que cela  fasse partie du plan stratégique, tel qu’il a été fuité. Chez TT, on nous fait noter à ce propos que la vision internationale existait déjà dans le plan stratégique 2013-2017 et que celui de 2020 n’était qu’une mise à jour et une actualisation, et que si l’axe international n’y avait pas été traité, cela ne voulait pas dire qu’il a été délaissé. Cela dit, on nous rappelle aussi que TT avait essayé depuis 2008 de sortir sur le Mali et le Niger et que ces tentatives avaient été avortées par décision politique. C’est dire que la tentation internationale et le besoin d’expansion ne sont pas nouveaux chez TT.

  • TT a-t-elle acheté une coquille vide ?

 Les antis GO pour TT font prévaloir, copie des états financiers de l’opérateur maltais à l’appui, que TT a acheté une coquille vide après que GO a vendu ses actifs. Chez TT, on nous affirme que GO a effectivement vendu une partie de ses actifs immobiliers. De là à dire qu’elle aurait vendu ses actifs, c’est aller trop vite en besogne, dans la mesure où les actifs d’un opérateur sont d’abord son infrastructure, sa licence, ses fréquences, sa base clients et son réseau commercial. «On n’est pas allé à Malte pour acheter de l’immobilier, mais un opérateur téléphonique», nous répond-t-on chez l’opérateur historique.

  • Avec un bilan négatif, TT peut-elle investir pour développer GO ?

 Les détracteurs du PDG de TT et son ministre de tutelle présentent le bilan déficitaire 2015 de l’opérateur (Encore une fuite !) et se demandent si le repreneur de GO sera capable d’honorer ses engagements de le développer. «Oui nous sommes déficitaires», nous répond-t-on à TT, mais en ajoutant : «nous sommes déficitaires seulement sur le plan comptables». En effet, au vu des chiffres qu’on nous présente chez TT, le bilan d’exploitation est plutôt bénéficiaire avec un EBITDA de 453 MDT à fin 2015. «Nous avons cependant dû faire provision pour les départs volontaires, prévus dans le plan de restructuration validé par le Conseil d’administration », ajoute TT.

Chez TT, on soutient aussi que le financement de toute l’opération est passé par un pool bancaire international constitué de 15 banques internationales, chapeauté par le Crédit Suisse et l’ABC et que cela est la meilleure preuve de la capacité de TT à investir et développer GO. «Nous nous sommes engagés, dans les documents de l’offre, à soutenir la politique d’investissement de GO qui est déjà, avec 20 % de son CA (chiffre d’affaire), supérieur à la moyenne du secteur», nous affirme-t-on chez l’opérateur historique. On comprend là que l’investissement se fera à partir du CA de GO et non de TT la tunisienne.

  • GO a-t-elle été surévaluée ?

 Ceux qui tentent de faire, encore une fois, avorter l’expansion de TT et son internalisation par une décision politique comme du temps de l’ancien régime font enfin prévaloir que TT a racheté une entreprise maltaise surévaluée. En réponse, on nous affirme, sereinement tout en tenant à être discret, que «nous avons acquis GO au juste prix». On nous ajoute que cette opération a été réalisée  dans le cadre d’un processus d’appel d’offres international et «sur un marché protégé par une réglementation de la bourse maltaise, qui fait par ailleurs partie de l’association des bourses européennes, qui empêche toute manipulation du cours ou du titre».

Tout cela répondra-t-il aux détracteurs et fermera-t-il définitivement ce dossier ? Nous ne le pensons pas, tant l’affaire est désormais devenue politisée. Il restera à redire que dénuder une entreprise publique pour l’offrir à ses concurrents pour les besoins d’un règlement politique et l’infiltration dont fait l’objet TT sont ce qu’il y a de plus grave dans toute cette affaire.

 

par -

Il y a des pays comme la Tunisie, dont l’unique damnation provient de ce qui est supposé être son élite. De plus en plus, cette dernière ou au moins une partie d’entre elle, devient un frein contre toute nouvelle idée qui pourrait changer les choses en Tunisie. Empêtrée depuis 6 ans dans une crise politicienne et une transition sans fin, tout projet économique devient ainsi l’occasion de signifier son opposition au gouvernement et l’occasion d’une nouvelle tentative de le décrédibiliser et de le tomber. Il en est ainsi manifestement du projet de rachat de l’opérateur maltais GO par l’opérateur historique tunisien Tunisie Télécom. Un projet contre lequel un chef d’entreprise proche d’Ennahdha fait campagne, bientôt rejoint par deux autres partis politiques. Les trois essaient depuis quelques semaines de politiser une simple transaction commerciale, en l’amenant dans les commissions du perchoir pour un premier essai de destruction par la diabolisation du ministre porteur de ce projet.

–          Des députés myopes et autistes !

Et pourtant, l’acquisition des parts de GO permettra à Tunisie Telecom de renforcer sa notoriété et de celle de la Tunisie. L’opération permettra à Tunisie Telecom d’accroître son exposition internationale tout en ayant une cible offrant proximité géographique et culturelle, taille convenante, management expérimenté et accès au marché européen. Cet investissement en € participe à la stratégie de Tunisie Telecom dans le secteur TIC dans une société ayant un historique de croissance et de distribution de dividendes dans une monnaie forte. C’est aussi le bénéfice de l’apprentissage organisationnel acquis par la cible (GO étant un vrai « Quad Play »). Le bénéfice aussi des synergies entre GO et Tunisie Telecom, notamment en termes d’achats d’investissements, d’accès à de meilleurs prix de connexion internationale, d’accès à de meilleurs contenus, et de renforcement technologique.

Ce rachat est pourtant un projet TT et qui fait partie intégrante, depuis quelques années, de sa stratégie de développement à l’international. Elle s’y était essayée en Mauritanie et cela marchait bien jusqu’à ce que le partenaire mauritanien devienne un rival politique à l’actuel président du pays. TT pense vendre, mais c’est surtout faute de tout soutien politique qui aurait dû amener BCE à prendre le parti de l’entreprise tunisienne au cours d’un déplacement qu’il pourrait faire auprès de son alter ego mauritanien.

Par ce projet, TT projette de devenir un opérateur majeur dans son environnement naturel le bassin sud-méditerranéen et l’acquisition de GO permet de mettre en œuvre cette stratégie, GO étant une société présente à Malte, à Chypre et en Grèce. L’acquisition de GO permet aussi de capter la majeure partie du trafic avec la Libye, actuellement partagé entre la Tunisie et Malte, et de se positionner quant à la restructuration à venir dans ce pays voisin.

–          «Des chèvres même si elles volaient» ?

Le rachat de GO devient de ce fait une opportunité unique, à la portée, et qui ne se reproduira pas de sitôt. C’est aussi indéniablement un investissement protégé, car à réaliser dans un pays membre de l’Union Européenne et dans une société ayant un historique de croissance et de distribution de dividendes dans une monnaie forte. Tout cela, sans compter le bénéfice des synergies entre GO et TT, notamment en termes d’achats d’investissements, d’accès à de meilleurs prix de connexion internationale, d’accès à de meilleurs contenus, et de renforcement technologique.

 Cette opération de TT que certains essaient de faire tomber dans l’eau au risque du coût de désengagement dans le processus d’un appel d’offres déjà très avancé, est pourtant un signal fort, aussi bien pour les investisseurs étrangers que pour les bailleurs de fonds étrangers.

En effet, que TT arrive à sortir sur le marché pour financer son opération par un crédit syndiqué de 200 millions d’euros, qui n’est même pas garanti par l’Etat mais par les propres actifs de GO et pas de TT, n’est pas un fait anodin en ces temps, justement de crise. Cela veut dire que l’entreprise tunisienne est encore capable d’investir, qu’elle est résiliente comme l’économie du pays et qu’elle est assez solide financièrement pour trouver créditeur.

Il est vrai que le ministre des Finances était contre ce rachat où l’un des protagonistes est le partenaire stratégique de TT. Mais c’est oublier que ce partenaire Emirati avait maintes fois manifesté son désir de sortir de TT et de tout le secteur des TIC. Vendre GO est donc en continuité avec sa stratégie de désengagement. Lors d’une récente conférence de presse, le PDG de TT, Nizar Bouguila, avait apporté tous les éclaircissements possibles sur tout le processus du «Du-deal», fait par le cabinet Deloitte car PWH et KPMG étaient déjà engagés avec d’autres sociétés du groupe maltais. Précision aussi sur la valorisation de GO, faite en interne chez TT avec l’assistance d’une banque d’affaire qui n’est pas suisse comme on le fait dire dans les milieux hostile à toute l’opération.

C’est tout cela qui nous fait penser que tout ce qui se dit par ces milieux hostiles, aux médias et aux députés, n’a pour seul objectif que de dénigrer la réussite d’un opérateur  qui reste debout malgré la forte concurrence et d’essayer de lui couper les ailes en l’empêchant d’accéder à d’autres sources de revenu. Pour ces empêcheurs de tourner en rond, tout est mal même s’il n’en sort que du bien. Des chèvres même si elles volaient en quelque sort. Qui croirait de tels bornés ?

par -

Après que Tunisie Telecom a  confirmé son intention de lancer une offre volontaire pour l’acquisition des actions de l’opérateur maltais GO, le gouvernement tunisien va vendre une partie de sa participation dans Tunisie Telecom (TT) afin de financer son expansion. Selon l’Agence Ecofin, citée par « Malta Today »  le gouvernement tunisien envisage d’inscrire une partie de sa participation de 65% dans TT sur la bourse locale. Noomane Fehri, le ministre des technologies de l’information, n’a pas précisé à quel point de la participation du gouvernement tunisien serait vendu.

Une partie majoritaire demeurera néanmoins entre les  mains de  l’Etat parce que « Tunisie Telecom est une société nationale ».

Actuellement engagé dans un vaste chantier d’internationalisation, avec son  désir d’acquérir le groupe télécoms Maltais GO, le gouvernement tunisien est conscient que les seuls moyens  financiers de l’Etat  ne suffiront plus  pour supporter les  charges de  l’opérateurs historique et celles de ses filiales étrangères dont le nombre devrait croître d’ici l’année prochaine.

En élargissant son actionnariat, Tunisie  Telecom pourra dès  lors lever  aisément des fonds sur le marché international pour poursuivre ses projets de développement. L’attention permanente que va également s’attirer Tunisie Telecom avec son introduction en bourse devrait multiplier ses chances de retenir l’attention et d’attirer vers elle de futurs partenaires ou de nouveaux clients.

 » Au vu de la dernière déclaration du gouvernement tunisien, on se demande si la compagnie Tunisie Télécom est soutenue par un financement adéquat, » a souligné un observateur cité par MaltaToday, ajoutant que, la semaine dernière, Tunisie Telecom a déclaré qu’elle visait  à maintenir le statut actuel de GO en tant que société cotée en bourse avec des actions négociées à la Bourse de Malte. L’observateur a fait valoir que cela pourrait ne pas refléter uniquement l’intention de certains actionnaires privés de ne pas vendre leur part, mais  peut également être lié à un problème de financement. «L’offre de TT pour l’acquisition des actions de GO était beaucoup moindre que le cours du marché de GO sur la bourse. » La semaine dernière, l’opérateur émirati « IET »  a annoncé qu’il était ,  « sous réserve de certaines conditions, irrévocablement engagé  à accepter l’offre volontaire par rapport à sa participation » dans GO.

par -

Tunisie Telecom (« TT ») fait référence au communiqué de presse émis par la société GO p.l.c (la « Société » ou « GO ») le 23 mai 2016 ayant trait à sa sélection en tant que Candidat Sélectionné pour l’acquisition des actions de GO. Tunisie Telecom annonce aujourd’hui son intention de lancer une offre publique d’achat volontaire pour l’intégralité du capital émis par la Société conformément au Chapitre 11 des Règles de Cotation publiées par l’Autorité des Services Financiers de Malte (« l’Offre Publique d’Achat Volontaire » ou « Offre »).

Selon les termes de l’Offre Publique d’Achat Volontaire, les actionnaires de la Société qui acceptent l’Offre seront en droit de recevoir une soulte en numéraire d’un montant de €2,87 par action.     Emirates International Télécommunications (Malta) Limited, détenteur de 60 786 292 d’actions de la Société (représentant 60% du capital émis de la Société) s’est engagé, sous réserve de certaines conditions, à accepter de façon irrévocable l’Offre Publique d’Achat Volontaire à hauteur de sa participation. Les termes et conditions de l’Offre Publique d’Achat Volontaire seront communiqués par Tunisie Telecom dans un prospectus qui sera publié dans les 21 jours qui suivent la date de cette annonce.

L’Offre sera émise selon les termes et conditions décrits dans le Document d’Offre et sera, inter alia, soumise aux conditions de clôture, dont notamment l’ensemble des autorisations réglementaires requises. L’Offre sera soumise à un seuil minimum d’acceptation de 60% des actions de la Société.

Nizar Bouguila, Président Directeur Général de Tunisie Telecom, déclare que “Nous sommes très heureux d’avoir été déclarés Candidat Sélectionné pour l’acquisition de la totalité du capital de la société GO. Notre détermination est grande pour être le partenaire de long terme de GO et lui permettre de poursuivre sa politique dynamique d’investissement dans le secteur des TIC à Malte ainsi qu’à Chypre au travers de sa filiale Cablenet. GO est  le 1er opérateur intégré de Malte ayant démontré un historique de performances opérationnelles et financières solides. Nous sommes pleinement convaincus de la forte complémentarité de nos deux groupes. Cette opération permettra à Tunisie Telecom et GO d’accélérer le déploiement  de nos réseaux fibre et 4G ainsi que de développer nos produits et services de data center et Cloud. GO pourra ainsi bénéficier du soutien, de l’expertise et des compétences de Tunisie Telecom. Pour sa part, Tunisie Telecom sera en mesure de bénéficier du savoir-faire reconnu de GO notamment dans l’offre quadruple-play et l’agrégation et distribution de contenu. Nous nous réjouissons de collaborer avec GO, son équipe de direction et ses employés en vue de la réalisation de ses objectifs stratégiques.”

Qui est GO p.l.c ?

GO est le premier opérateur quadruple-play de Malte, un opérateur intégré et convergeant dans les domaines des télécommunications et de divertissement, offrant une gamme étendue de produits et services. En tant que leader du marché des télécommunications de Malte, GO offre des services de téléphonie fixe et mobile, internet très haut débit, TV numérique, ainsi que des services aux entreprises tels que des solutions data, services IP et service de gestion et co-location. GO sert plus de 500,000 abonnés répartis sur l’ensemble de ses produits et services faisant de GO le plus grand opérateur de services de télécommunications sur Malte. La société GO est forte de 30 ans d’expérience dans le domaine des télécommunications. Elle détient 51% du capital de la société Cablenet, un opérateur haut débit leader en terme de croissance sur Chypre.

De l’autre côté, fondé il y a plus de 165 ans, Tunisie Telecom est l’opérateur intégré de télécommunications en Tunisie avec une position de leader sur tous les segments de marché avec plus de 7 millions d’abonnés et environ 7 500 employés. Tunisie Telecom dispose de la couverture mobile la plus étendue du pays, détient et exploite une infrastructure nationale de réseaux fixe et fibre complémentés par un réseau de câble sous-marins permettant une connectivité directe et entièrement redondante avec l’Europe, l’Afrique et l’Asie. L’offre de Tunisie Telecom inclut des services allant du mobile à haut débit 4G jusqu’au FTTH (Fiber-To-The-Home) et FTTB (Fiber-To-The-Building) ainsi que des solutions cloud et IP-MPLS pour les entreprises. Au 31 Décembre 2015, Tunisie Telecom a généré c.TND 1,2 milliard (c.€550 millions) de chiffre d’affaires et c.TND 453 millions (c.€204 millions) d’EBITDA, correspondant a une marge d’environ 38%.

Ce communiqué ne constitue pas une offre publique d’achat volontaire formelle au sens du Chapitre 11 des Règles de Cotation publiées par l’Autorité des Services Financiers de Malte.

par -

Dans le cadre du processus lancé par la société GO p.l.c. (« GO »), Tunisie Telecom a été déclaré candidat sélectionné (final preferred bidder) par le Conseil d’Administration de la société. Par conséquent, Tunisie Telecom compte prochainement lancer une offre publique d’achat volontaire pour l’intégralité du capital de GO. Les modalités précises de l’opération seront communiquées ultérieurement, en accord avec les règles applicables.

Nizar Bouguila, Président Directeur Général de Tunisie Telecom déclare  «Nous sommes très heureux d’avoir été déclarés  candidat sélectionné pour l’acquisition de la totalité du capital de la société GO. Nous sommes pleinement convaincus de la forte complémentarité de nos deux groupes. Notre détermination est grande pour être le partenaire de long terme de GO et lui permettre de poursuivre sa politique dynamique d’investissement dans le secteur des TIC à Malte ainsi qu’à Chypre au travers de sa filiale Cablenet. Nous nous réjouissons de collaborer avec GO, son équipe de direction et ses employés à la réalisation de ses objectifs stratégiques.”

Ce communiqué ne constitue pas une offre publique d’achat volontaire formelle au sens du Chapitre 11 des Règles de Cotation publiées par l’Autorité des Services Financiers de Malte.

Selon le journal « Times of Malta », l’OPA volontaire de Tunisie Telecom pour l’intégralité du capital de GO sera lancée au prix de 2,87 euros par action.

La valeur du capital en actions émis est de  58 millions d’euros environ  divisé en 101 millions 310 488 actions ordinaires, dont Tecom Investments (Dubaï) détient 60%.

par -

L’opérateur historique de téléphonie mobile de Malte GO  devrait être acquis soit par Tunisie Télécom soit par Bahreïn Telecoms Corporation (Batelco) qui sont en lice pour une participation majoritaire.

Des sources citées par « Times of Malta »  ont indiqué  que  deux offres finales ont été soumises par les deux sociétés arabes, précisant que, dans les deux cas, le gouvernement maltais conservera une participation majoritaire.

Nous apprenons, de sources sûres très proches du dossier, que Tunisie Télécom (TT) a été short-listé, avec le l’opérateur  bahreïni  Batelco, pour l’appel d’offre lancé par le gouvernement maltais pour le rachat d’au moins 60 % de l’opérateur GO. L’issue de cet appel d’offres devrait être connue à la fin de ce mois de mai 2016, sinon à la fin de cette semaine, selon nos sources.

Pour pouvoir prétendre à cette importante acquisition qui devrait donner à TT, d’abord un pied à terre dans l’espace européen, ensuite une perspective régionale importante pour enfin faire une seconde aventure internationale, l’opérateur téléphonique aux 5,4 millions d’abonnés mobile et aux 0,9 million de lignes fixes, a dû sortir sur le marché financier international pour un montant, dont on ne sait pas la valeur , égale  à celle de  l’appel d’offres. Une sortie qui s’était faite avec l’accord des autorités tunisiennes qui avaient aussi donné leur accord pour la participation de TT à l’appel d’offres maltais.

Si elle est retenue, Tunisie Télécom reprendra une partie des parts de son actuel partenaire stratégique EIT dans le capital de GO. Elle devra aussi lancer une OPA sur la bourse maltaise pour le rachat du reste du flottant de GO. TT qui est en train de se désengager de sa filiale mauritanienne Mattel, devrai ainsi entamer une nouvelle aventure commerciale, cette fois sur le territoire de l’Union Européenne dont Malte fait partie. Une nouvelle aventure qui devrait aussi ouvrir les portes d’une plus grande internationalisation de Tunisie Télécom

Tunisie Telecom, qui a été créée en 1996, a une base d’abonnés de six millions de clients en Tunisie  et emploie quelque 8000 personnes.

L’opérateur  dispose déjà une connexion avec Go, car ils partagent le même actionnariat. En 2006, Tecom Investments de Dubaï a acheté une participation de 35 cent de Tunisie Telecom.

Les mêmes sources ont indiqué que, bien que les deux sociétés soient considérées comme financièrement solides, la décision serait fondée sur de nombreux facteurs,  surtout  le prix que  les deux sociétés sont prêtes à payer pour la participation de 60 pour cent actuellement détenue par Tecom.

Les négociations finales sur le cours de l’action à établir pour Tecom dans la vente de ses actions au nouveau propriétaire peuvent  également influer sur le cours des actions des 7000 autres personnes, pour la plupart maltais qui détiennent des actions négociées à la Bourse de Malte.

Négociée à  3,55 livres l’action vendredi dernier, l’annonce du soumissionnaire choisi devrait stimuler le cours des actions de Go, au moins jusqu’à ce que l’accord final soit annoncé.

Bien que, dans une note destinée à  la Bourse de Malte, la société ait  déclaré qu’elle voulait se concentrer davantage sur ses activités de télécommunications en se séparant ses principaux de ses actifs immobiliers, des sources proches du dossier estiment que l’opération  entre dans le cadre du projet de Tecom de sortir de l’entreprise de télécommunications sur l’Ile.

par -

Tunisie Telecom, lors de son conseil d’administration du 29 avril 2016, décidera s’il entre ou non dans le capital de l’opérateur télécoms maltais GO, selon le journal Africa Intelligence coté par ecofin. Si l’opération est approuvée, l’opérateur historique tunisien fera son entrée dans le capital du numéro 2 du marché télécoms maltais à travers l’acquisition de la majorité des actions (60%) qu’y détient son coactionnaire Emirates International Telecommunications (EIT), filiale du fonds souverain Dubai Holding.

A l’étranger, Tunisie Telecom n’est détentrice que d’une seule filiale : Mattel, le second opérateur télécoms mauritanien en ce qui concerne les parts de marché. Une entrée sur le marché maltais représenterait de nouveaux revenus pour le groupe télécoms tunisien. GO, avec ses 39% de parts de marché au 30 juin 2015, est le second opérateur de téléphonie mobile sur un marché dominé par Vodafone. La société télécoms devance Melita Mobile, Redtouch Fone et VFC Mobile. Elle est également présente sur le segment de la téléphonie fixe et de la data, via la fibre optique. Ce pourrait être un investissement fort profitable sur le long terme pour Tunisie Telecom.

C’est l’année dernière qu’EIT a pris la décision de céder ses parts dans GO. La société émiratie avait alors annoncé qu’elle utiliserait les fonds générés par cette vente pour se concentrer sur le marché de l’immobilier.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

L'incursion d'acteurs militaires et politiques dans le domaine humanitaire met en péril la fourniture de l'aide humanitaire au Mali. Ceci est la principale conclusion...