São Tomé et Príncipe : La Fondation BGFIBank se mobilise pour l’éducation

São Tomé et Príncipe : La Fondation BGFIBank se mobilise pour l’éducation

par -

Parce qu’investir dans la petite enfance offre des retours sur investissements élevés, tant sur le plan humain que financier, la Fondation BGFIBank a signé une convention de partenariat avec l’ONG HELPO pour l’amélioration des conditions d’apprentissage des enfants défavorisés de l’école maternelle communautaire de Ribeira Afonso, dans le district de Cantagalo à São Tomé et Príncipe.

Bien que São Tomé et Príncipe ait connu un progrès significatif dans l’éducation primaire ces dernières années, environ 44,9% des enfants d’âge préscolaire (4 et 5 ans) ne sont pas scolarisés et beaucoup n´entreront dans le système éducatif qu´avec un délai d’un an dû à l´absence des infrastructures adéquates. Le district de Cantagalo, situé au sud-est de São Tomé et Príncipe, possède notamment un des taux d’éducation préscolaire les plus bas du pays.

Ce projet dénommé « Investir dans l’éducation de la petite enfance », qui tient compte notamment des priorités nationales en matière d’éducation, vise à l’amélioration de la qualité de l’environnement préscolaire au sein de l’école maternelle, par la construction d’une grande salle multifonction. Cette dernière servira d’une part de salle de formation pour l’éducation des parents autour des soins, de la nutrition, de la santé et de la stimulation des enfants, et d’autre part, de réfectoire pour les enfants défavorisés de la maternelle.

Le démarrage des travaux est prévu pour le début du mois d’octobre 2017 pour une durée d’un mois et demi.

« Investir dans nos enfants, c’est investir dans l’avenir de nos pays, c’est investir dans l’innovation, la créativité et le potentiel humain dont l’Afrique a besoin pour prospérer. La meilleure façon d’y parvenir passe par une éducation de grande qualité dès la petite enfance. » Souligne le Président de la Fondation BGFIBank, Monsieur Henri Claude OYIMA.

En effet, l’éducation du jeune enfant, au-delà d’être un moyen pour soutenir les familles en situation de précarité, c’est un levier pour une réelle égalité des chances car il est essentiel de combattre les inégalités bien avant qu’elles ne se creusent. En 2007, un rapport de l’UNESCO soulignait déjà que « l’un des arguments décisifs en faveur de l’investissement dans le développement de la petite enfance est que, ne pas le faire perpétue des disparités socio-économiques et un gaspillage de potentiel humain et social ».

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire