AccueilLa UNETunisie : Jamel Ayari tire sur le Syndicat de la propriété foncière

Tunisie : Jamel Ayari tire sur le Syndicat de la propriété foncière

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, Jamel Ayari, Conservateur de la Propriété foncière, a qualifié la grève décrétée par le syndicat général de la propriété foncière « d’infructueuse et infondée ».

Le responsable n’a pas manqué d’exprimer son indignation par rapport aux modalités de cette grève. « Les grévistes ont procédé à la fermeture systématique des portes de la conservation et même celles de l’ensemble de nos directions régionales. Pis, l’internet et le téléphone sont bloqués et on se trouve isolés », a déploré le responsable, considérant comme illogique le fait de recourir à ce genre de moyen relevant plus de la prise d’otages que de l’exercice d’un droit garanti par la Constitution .

Pour le responsable, les revendications des syndicalistes dépassent les prérogatives de la Conservation, laquelle a pourtant tout essayé pour les satisfaire. « A notre niveau, les quatre demandes sont effectuées et ont été transférées à la présidence du gouvernement».

D’après Jamel Ayari, les quatre doléances concernent le changement du statut de la conservation, les emplois fonctionnels, la création d’un office de l’habitat et du domaine de l’Etat ainsi que la récupération de 60% des recettes de l’organisme.

Pour la première demande, il a souligné qu’un projet de décret a été soumis à la primature une semaine avant le recours à cette grève.

S’agissant de la deuxième revendication, le conservateur a tenu à préciser que les emplois fonctionnels ne relèvent pas des prérogatives des syndicats, mais sont exclusivement du ressort de la conservation et du ministère de tutelle.

Toutefois, 90 nominations ont été proposées dans différents postes et directions régionales. « Un tiers de ces nominations ont été transférées à la primature et les deux tiers sont en cours de réalisation », a-t-il dit.

Pour la création d’un office de l’habitat et du domaine de l’Etat, il a relevé qu’un projet de décret a été aussi soumis à la présidence du gouvernement pour l’examen et ce, depuis trois mois. Il a fait savoir que ce genre de demande exige plusieurs consultations de manière à étudier la faisabilité du projet.

Evoquant la récupération de 60% des recettes de la conservation, notre interviewé a rappelé que cette demande a fait l’objet de deux lois de finances, celles de 1997 et 2012. « Cela ne relève pas des prérogatives de notre conservation ou encore de celles du ministère de tutelle, et pourtant les négociations se poursuivent pour la réalisation de cet objectif », a-t-il lancé.

La précision du responsable vient à un moment où les agents et les employés de toutes les directions régionales et de la direction centrale ont entamé à partir d’aujourd’hui une grève de deux jours.

Répondant à l’appel lancé par le syndicat général de la propriété foncière, affilié à l’UGTT, les grévistes ont signalé que les propositions présentées par les autorités de tutelle ne répondent pas aux réclamations des employés de la conservation de la propriété foncière, accusant ainsi les responsables de ne pas traiter sérieusement leurs exigences.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,020SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -