AccueilLa UNETunisie : Le transfert technologique est un levier du développement

Tunisie : Le transfert technologique est un levier du développement

- Publicité-

La situation économique de la Tunisie est plus délicate que jamais, avec un niveau de vie et des indicateurs sociaux en forte détérioration, une évolution de la pauvreté et du chômage.

Encouragés par ce constat, nos décideurs ont conclu que le moment est venu de changer la donne. A cette fin, l’ensemble des acteurs intervenants vient d’établir un plan d’action à long terme axé principalement sur le transfert technologique.

« L’impulsion de la croissance économique et la promotion de l’investissement demeure l’une des priorités essentielles du gouvernement d’Union Nationale qui travaille actuellement sur l’élaboration d’un nouveau plan de développement à forte valeur ajoutée », a assuré aujourd’hui le ministre de l’Industrie et du Commerce, Zied Laadhari.

« Il s’agit d’un choix stratégique pour ce gouvernement désirant augmenter les parts des exportations industrielles à contenu technologique de 15 à 20% à l’horizon 2020», a encore précisé le ministre lors de son discours d’intervention à l’occasion du démarrage des journées nationales de transfert de la technologie, qui se déroulent les 9 et 10 novembre 2016.

Un choix qui détermine aussi, selon ses dires, la ferme volonté d’instaurer une économie du savoir tirée par l’innovation, la technologie et la recherche scientifique de manière à faire face au nombre important de défis rencontrés dont notamment le chômage, considéré comme un phénomène préoccupant, avec un nombre de chômeurs en constante progression d’une année à l’autre, particulièrement dans les régions intérieures.

Cet avis est partagé par le directeur général de l’APII, Samir Behouel, qui a tenu à préciser que le transfert de technologie reste un moyen pour les pays en retard d’accélérer leur développement par l’acquisition de savoirs, d’expériences et d’équipements qui ont fait leurs preuves dans des pays plus développés, tout en améliorant la croissance économique et la qualité de vie de la population dans des pays en développement.

La Tunisie veut tirer profit de l’expérience sud-coréenne

Cet objectif est certainement réalisable, surtout que la Tunisie veut tirer profit de plusieurs expériences étrangères dont notamment celle de la Corée du Sud en se focalisant sur les moyens de développer la coopération entre les pays, notamment en matière de formation, d’échange d’expertises et de consécration de la bonne gouvernance dans la fonction publique, indique un communiqué du ministère.

C’est important dans la mesure où dans ce nouveau millénaire basé sur la société du savoir, la valeur marchande croissante des actifs de la propriété industrielle ainsi que le dynamisme économique qu’ils peuvent générer ouvrent aux communautés des possibilités nouvelles et élargies permettant la création de richesse aussi bien pour les auteurs que pour la société, a estimé Nebil Ben Bchir, directeur général de l’INNORPI.

Selon lui, le système de brevets occupe dans ce sens un rang de priorité dans les stratégies de développement basées sur la stimulation de projets innovants et le transfert de technologies.

Pour plusieurs participants à ces journées nationales du transfert technologique, l’orientation vers une économie du savoir est importante, voire cruciale, à condition d’élaborer une stratégie bien précise pour le transfert technologique dans le secteur industriel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,675FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,453SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles