AccueilLa UNEMoez Labidi : "Réformons l’économie avant que la bêtise humaine nous déforme"

Moez Labidi : « Réformons l’économie avant que la bêtise humaine nous déforme »

La proposition du chef du gouvernement, Youssef Chahed de reporter les majorations salariales initialement prévues pour 2017 pour l’année 2019 ne cesse de soulever un tollé . Entre sympathisants et opposants, le report tel qu’annoncé par Chahed demeure une proposition.

- Publicité-

Dans une interview accordée à Africanmanager, l’expert économique, Moez Labidi a affirmé que la décision de reporter les majorations salariales est incontournable pour alléger les contraintes de remboursement qui pèsent sur la Tunisie aujourd’hui. « La masse salariale et le service de la dette amputent le potentiel de l’investissement public et du coup, plombe le gouvernement sur le terrain des réformes de façade, des mesurettes sans saveur à caractère cosmétique », a-t-il expliqué.

Labidi a toutefois indiqué que la sortie de l’impasse financière reste tributaire de la capacité du gouvernement à générer un choc de confiance. Or, le ticket d’entrée au stade de la confiance impose trois conditions : Primo, un gouvernement capable de faire respecter la loi, et non un gouvernement qui brille par ses reculades. Secundo, un gouvernement audacieux, pleinement engagé dans une lutte sans merci contre la corruption et le banditisme de l’informel et du formel, et  non un gouvernement qui flirte. avec les patrons du commerce parallèle et les lobbies du régime forfaitaire.
Et enfin, un gouvernement équitable dans le partage de l’austérité, et non un gouvernement dont l’arme fiscale s’abat uniquement sur les salariés et les entrepreneurs citoyens.

Moez Labidi a par ailleurs indiqué qu’en somme, la dégradation des finances publiques justifie la décision de reporter les majorations salariales initialement prévues pour l’année prochaine à 2019. Mais pour garantir des retombées positives et éviter de nourrir la symphonie populiste, très active sur ce terrain, cette mesure  devrait s’inscrire dans un package de décisions où tous les agents économiques supportent une partie du sacrifice. Il  à ce propos expliqué qu’il est inconcevable que les salariés et les entreprises travaillant dans la légalité, continuent de payer la facture salée de l’austérité, alors que les hauts responsables de l’Etat continuent de profiter d’un régime de retraite juteux, et les barons de l’informel et les lobbies du formel échappent, encore une fois au radar des locataires de la kasbah.

« L’état des finances publiques est non viable même à court terme »

« Réformons au plus vite notre économie avant que la bêtise humaine (politique, syndicale, …) nous déforme pour des décennies », a fait remarquer Labidi, estimant que l’homme politique frileux devrait disparaître au profit de l’homme politique courageux et le syndicalisme de blocage devrait s’éclipser pour laisser sa place à un syndicalisme responsable et le patron chasseur de prime devrait laisser sa place à l’entrepreneur citoyen. « C’est ainsi que nous pourrons échapper au chaos et bâtir la Tunisie de demain. Sinon, la cure d’austérité avec son cortège de populisme et de révolte sociale serait à nos portes », a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,566SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles