AccueilLa UNERévélations de Carthage : Un gouvernement de compétences nationales ou d'intérêts partisans!!??

Révélations de Carthage : Un gouvernement de compétences nationales ou d’intérêts partisans!!??

Les concertations autour de la nouvelle composition du nouveau gouvernement d’union nationale sont a priori achevées. Une liste du nouvel attelage ministériel devrait être annoncée au cours de cette semaine par Youssef Chahed, le chef du gouvernement désigné qui devrait changer la donne dans un pays qui peine à sortir de sa panne de croissance. Lors de sa première rencontre avec les médias, le nouveau chef du gouvernement fraîchement désigné a promu un gouvernement de compétences nationales et de jeunes. Tiendra-t-il sa promesse ou cédera aux intérêts partisans?!

- Publicité-

Il semble toutefois au vu des premières révélations de Carthage que le gouvernement Chahed qui devrait être officiellement annoncé dans quelques jours serait un gouvernement politique par excellence, un gouvernement équitablement partagé entre Nidaa Tounes et Ennahdha, sans pour autant négliger les autres partis de la Coalition à savoir l’UPL et Afek Tounes et une probable participation d’autres formations politiques. La question qui se pose à ce stade est la suivante : s’agira-t-il d’un gouvernement de compétences nationales ou d’un gouvernement qui obéit à  la logique des quotas. C’est depuis déjà la chute du gouvernement de Habib Essid, actuellement chargé de la gestion des affaires courantes que les querelles, les tiraillements politiques et les lobbies se sont bien incrustés dans l’échiquier pour y prendre le dessus et faire du nouveau gouvernement un otage des intérêts partisans.

Tous les partis politiques sont en train de courir derrière les postes ministériels. Tous se battent pour partager le gâteau…pour partager le pouvoir…Ennahdha exige des postes ministériels proportionnellement à son poids électoral. Le chef  du mouvement Rached Ghannouchi se veut très optimiste et satisfait. Lors d’un meeting organisé récemment à Béja, il a déclaré que son parti œuvrera à ce que sa représentation dans le gouvernement reflète son vrai poids politique, assurant qu’Ennahdha aura un rôle agissant dans le nouveau gouvernement. Selon les échos de Carthage, le mouvement Ennahdha obtiendra 3 portefeuilles ministériels (l’Agriculture, l’Emploi et la corruption) et 2 de secrétaires d’État dans le gouvernement d’union nationale. Il semble aussi que le secrétaire général du mouvement, Zied Laâdhari se voit confier le ministère de lutte contre la corruption, Imed Hammami celui de l’Emploi et Habib Jomli celui de l’Agriculture. Quant à l’Union Patriotique Libre (UPL), le président du parti, Slim Riahi, a annoncé qu’il est serait éventuellement, et si le contexte l’exige, prêt à abandonner tous les portefeuilles ministériels hormis celui de la lutte contre la corruption.  L’UPL est également intéressée par les ministères de la Femme, de l’Investissement et du Sport.
Quant à Nidaa Tounes, les dirigeants veulent une représentation selon les résultats des élections donc une participation égale ou supérieure celle d’Ennahdha.

Avec le Front populaire, les concertations n’ont abouti à rien et Mongi Rahoui à  qui une portefeuille économique a été proposé, a affirmé mercredi, lors d’une conférence de presse qu’il avait refusé un poste ministériel dans le gouvernement Chahed.

Quant à “Projet pour la Tunisie”, le secrétaire général du mouvement, Mohsen Marzouk a indiqué qu’il avait informé Youssef Chahed de la décision de son parti de ne pas participer au prochain gouvernement, précisant toutefois que la décision définitive sera prise une fois la composition du gouvernement soumise à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

S’agissant des révélations concernant la  composition du nouveau gouvernement, il est à signaler que Nidaa Tounes et Ennahdha seront majoritaires dans le prochain gouvernement de Youssef Chahed en raison de leurs poids dans le Parlement, avec respectivement 5  portefeuilles pour Ennahdha et 6 pour Nidaa. Quant à l’UPL, il obtiendrait 3 portefeuilles alors qu’un seul ministère serait attribué à Afek Tounes. Toujours selon ce qu’on a pu obtenir de Carthage où se déroulent les concertations gouvernementales, le prochain gouvernement sera composé de 18 à 20 ministres, et de 12 à 14 secrétaires d’État. Il est également prévu, suite à la proposition des partis qui ont participé aux concertations sur la composition du nouveau gouvernement, de regrouper certains ministères.

A l’issue de sa rencontre lundi 15 août 2016 avec Chahed, le ministre du Développement et de la Coopération internationale a indiqué que Chahed avait décidé de maintenir Hédi Majdoub, ministre de l’Intérieur, Farhat Horcheni, ministre de la Défense nationale ainsi que Khemaïes Jhinaoui, ministre des Affaires étrangères, dans son futur gouvernement. Nous apprenons par ailleurs de nos sources que le ministre de l’Éducation, Néji Jalloul et la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rekik seront également maintenus dans le nouveau gouvernement d’union nationale. Le ministre des Finances, Slim Chaker n’en ferait toutefois pas partie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,459SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles