Nissan contraint de geler sa production au Japon à cause d’une fraude

Nissan contraint de geler sa production au Japon à cause d’une fraude

par -

Le constructeur automobile japonais Nissan a suspendu pour deux semaines la production de ses véhicules destinés au marché nippon. A l’origine de cette décision, la persistance de mauvaises pratiques de certification des véhicules neufs, rapporte Reuters.

C’est la première crise que doit affronter le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, qui a pris les commandes de l’entreprise en avril. Cette nouvelle affaire éclabousse déjà le partenaire de Nissan, Renault, dont le titre a perdu en Bourse 3% juste après le communiqué de la direction.

Cette affaire de certification a commencé le mois dernier. Nissan avait alors suspendu les immatriculations de plusieurs dizaines de milliers de véhicules produits avant le 20 septembre. Ces voitures se trouvaient encore dans ses usines et devaient être vendues sur le marché local, précise la même source.

Début octobre, nouveau rappel. Concernant cette fois, plus d’un million de véhicules, produits entre octobre 2014 et septembre 2017, et qui étaient déjà commercialisés au Japon. Coût de l’opération : 190 millions d’euros.

A huit jours de l’ouverture de grand salon automobile de Tokyo, cette affaire est quelque peu embarrassante pour la nouvelle direction de Nissan.

Selon la presse nippone, des certificats de contrôle auraient été falsifiés pour dissimuler la fraude. La pratique aurait continué même après les excuses du patron, détaille Reuters.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire