Tunisie : Après ces mesures, les contrebandiers de bétail pourront difficilement opérer

Tunisie : Après ces mesures, les contrebandiers de bétail pourront difficilement opérer

par -

La contrebande de cheptel bovin vers la Libye ou l’Algérie prend de l’ampleur au détriment du marché local. Depuis la Révolution, le nombre des bêtes sorties clandestinement du pays est encore plus important que toutes les estimations des autorités tunisiennes.

Ce phénomène aura des conséquences graves à long terme, étant donné qu’il provoque l’appauvrissement du cheptel et est à l’origine de la spirale haussière du prix de la viande.

Afin d’éviter les importations illégales de bétail ainsi que l’exportation frauduleuse du cheptel national, notamment l’ovin, le contrôle aux frontières doit être renforcé.

C’est dans ce contexte que lors d’une séance de travail commune, tenue, mercredi 21 février 2018, au département du Commerce, entre les ministères du Commerce, de l’Agriculture, de l’Intérieur et des Finances, une batterie de mesures urgentes ont été lancées, pour protéger le cheptel bovin contre la contrebande. Il a été ainsi décidé de :

– Procéder à l’immatriculation obligatoire des veaux et des vaches, lors des opérations de vente, d’achat ou de transport d’un site à un autre.

– Le commissariat régional au développement agricole ou les services compétents, doivent délivrer une autorisation de transport du bétail, lors de transfert des animaux.

– Mettre en place une patrouille de contrôle mixte entre les appareils sécuritaires et les services des ministères du Commerce et de l’Agriculture, dans les différents marchés aux bestiaux.

– Maîtriser le contrôle dans les différentes régions frontalières et assurer le respect des mesures annoncées et qui vont faire l’objet d’une circulaire conjointe.

– La saisie immédiate du bétail en cas de non respect de procédures susmentionnées.

La douane frappe fort et traque les contrebandiers !

La prolifération du phénomène de contrebande de bétail depuis des années a rang de souci majeur pour toutes les parties intervenantes lesquelles s’emploient à y faire face du mieux qu’elles peuvent. Un gros problème dans la mesure où ce fléau ne cesse d’empirer et de prendre des proportions extrêmement préoccupantes, présentant de réels dangers pour l’économie du pays.

Pour faire face, les services de la douane Tunisienne ont récemment annoncé qu’une tentative de passage de 24 têtes de vaches et veaux en direction de l’Algérie a avorté dans la région frontalière d’Om Laksab, relevant du gouvernorat de Gafsa.

 Force est cependant de constater que la lutte contre la contrebande de bétail demande beaucoup plus d’efforts qu’auparavant, il faut que tous les ministères collaborent pour limiter les exportations illégales qui ne peuvent que faire de gros dégâts sur le pouvoir d’achat du consommateur tunisien.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire