Tunisie : El Bahi révèle le plan de redressement des réserves en...

Tunisie : El Bahi révèle le plan de redressement des réserves en devises

par -

Alumni IHEC Carthage a organisé ce jeudi 25 janvier 2018 un débat sur « les causes et conséquences des tensions inflationnistes et les moyens de les surmonter », en présence du ministre du Commerce, Omar El Bahi, des hauts responsables ainsi que des experts en économie.

Intervenant au cours de ce meeting, le ministre du Commerce, Omar El Bahi, a affirmé que le gouvernement d’union nationale travaille d’arrache-pied afin de réduire le taux du déficit commercial pour atteindre 4,9% en 2018 et 3% à l’horizon 2020.

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, El Bahi a indiqué que le gouvernement a pris une série de mesures innovantes et prometteuses, dont notamment la réduction des importations et l’augmentation des tarifs douaniers.

Il a, en outre, affirmé que les efforts se poursuivent davantage afin d’accélérer le rythme des exportations, évoquant, dans ce contexte, la tenue de la première réunion du Conseil supérieur de l’exportation.

Commentant les récents chiffres dévoilées pat la BCT et relatifs à la chute des réserves en devises, le ministre  a signalé que cette baisse n’est pourtant pas une première et que le pays avait connu cette situation ces dernières années.

Et El Bahi d’insister sur l’importance d’accélérer le rythme des exportations, ce qui permettra d’augmenter les réserves en devises : « Nous prévoyons une amélioration des exportations au cours de cette année et nous allons emprunter afin de garantir la hausse de nos réserves en devises ».

Il a, en effet, affirmé que le gouvernent de Chahed ambitionne de réduire de 12% l’endettement extérieur de la Tunisie et ce, au cours de l’année prochaine.

Le ministre du Commerce a tenu, encore une fois, à rassurer les consommateurs tunisiens tout en indiquant que les prix des produits subventionnés demeureront inchangés, démentant ainsi les informations véhiculées ces derniers jours.

Et de confirmer que les campagnes de contrôle économique se poursuivent quotidiennement et dans tous les gouvernorats du pays afin de lutter contre tous les types de dépassement commis par certains commerçants.

Quant à l’expert en finance Ezzedine Saïdane, il a estimé que les finances publiques sont dans une situation difficile, précisant que la chute des réserves en devises, pour se situer à seulement 89 jours d’importation, est très dangereuse, car l’État sera dans l’incapacité de payer ses dettes étrangères.

Sur un autre volet, l’expert a ajouté que la hausse du taux d’inflation estimé à 6,4% ainsi que la dégradation du pouvoir d’achat du Tunisien de 25% au cours des dernières années ont causé une panne au niveau des moteurs de la croissance dont la consommation.

Il a ajouté que l’inflation financière pèse lourdement sur les équilibres financiers et économiques du pays (le coût de production, dépréciation du dinar…). Et d’affirmer que certains choix gouvernementaux n’étaient pas appropriés, citant à ce propos l’augmentation annuelle des dépenses de l’État de plus de 10%, résultant, selon ses dires, d’un déséquilibre financier, de l’inflation et de l’endettement public.

Pour faire face à la crise financière, qui sévit depuis un bon moment dans le pays, Saïdane a appelé à la révision de certains articles dans la loi de finances 2018 et a insisté sur la nécessité d’accélérer les réformes structurelles, outre celle des finances publiques.

ARTICLES SIMILAIRES

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire