AccueilLa UNETunisie : Il est resté dans les cartons, comme l'UMA. Et pourtant...

Tunisie : Il est resté dans les cartons, comme l’UMA. Et pourtant…

Paraphé le 25 février 2004 et en vigueur, théoriquement, depuis le 27 mars 2007, l’Accord d’Agadir a pour objectif la promotion du libre-échange à travers la suppression de la quasi-totalité des droits de douane entre les pays signataires dudit accord (Maroc, Jordanie, Egypte, Liban, Palestine et Tunisie). Il inclut également l’annulation des barrières non tarifaires et le système des règles d’origine. C’est dans ce contexte que le directeur exécutif de l’unité technique de l’Accord d’Agadir, Fakhry Alhazaima, a affirmé lors d’un workchop organisé ce mercredi 4 avril 2018, sur « l’application des lois de la concurrence dans les pays membres dudit accord » que la Tunisie a pour sa part fourni des efforts louables afin de faciliter les travaux de l’unité technique de l’accord en question, précisant que la coopération économique entre les pays arabes concernés s’inscrit dans le cadre du renforcement des échanges commerciaux et la redynamisation de l’économie des pays signataires.

- Publicité-

Et d’affirmer que l’Accord d’Agadir a été inspiré par l’expérience européenne, ce qui devrait permettre aux pays arabes de créer une grande zone de libre-échange robuste et d’établir des partenariats économiques, commerciaux à fort potentiel à l’échelle mondiale.

Le responsable a également insisté sur l’importance d’adopter un statut d’opérateur économique agréé reconnu par les Etats membres afin de permettre aux opérateurs économiques de profiter d’un traitement prioritaire de la part des douanes et de promouvoir les échanges commerciaux entre ces pays.

Pour sa part, le ministre du Commerce, Omar El Behi, a indiqué que l’Accord d’Agadir figure parmi les principaux accords signés entre les pays membres dudit accord, étant donné qu’il stipule le renforcement des domaines de partenariats économiques stratégiques, la création d’un espace économique arabo-méditerranéen dont le but est d’inciter les investissements extérieurs.

El Behi a, en outre, ajouté que cet accord a contribué au renforcement des transactions, des échanges économiques transparents avec les pays européens.

Et de préciser que le développement des cadres juridiques relatifs à cet accord permettra de dépasser toutes les difficultés d’ordre économique et de renforcer le climat de la confiance, de la concurrence, en se basant sur les principes de la transparence entre toutes les parties prenantes.

A noter que ce workshop a été organisé par le ministère du Commerce et a été marqué par la participation massive des hauts responsables, des académiciens, des magistrats, des enseignants, des avocats…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,457SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles