AccueilLa UNEUn danger mortel pour les Tunisiens à Tripoli

Un danger mortel pour les Tunisiens à Tripoli

Depuis quelques jours, de violents affrontements opposent des milices tripolitaines loyales au gouvernement d’union nationale à un groupe armé dans la banlieue sud de Tripoli. Des statistiques officielles rapportées par le ministère de la Santé libyen relèvent que 27 personnes ont été tuées et 91 blessées, dont la plupart sont des civils.

Par ailleurs lors des combats, quelque 400 détenus se sont évadés après une émeute dans leur prison située dans la banlieue sud de la capitale libyenne, Tripoli.

Suite à la dégradation de la situation sécuritaire et sociale, l’activiste et président de l’Observatoire Tunisien pour les Droits de l’Homme, Mustapha Abdelkebir, a appelé dans un post publié sur son compte facebook le gouvernement Chahed, la présidence de la République et l’ARP à sauver les Tunisiens détenus dans les prisons libyennes, après les derniers affrontements meurtriers entre des groupes armés rivaux.

Le défenseur des droits de l’homme a, ainsi, appelé les autorités tunisiennes à coordonner avec les organisations internationales, les responsables et tous ceux qui détiennent le pouvoir en Libye à libérer plus de 300 Tunisiens détenus dans les prisons de Tripoli.

Selon Abdelkebir, les affrontements meurtriers en Libye et le contrôle d’une vaste région dans le pays dont la prison de « Rouimi » mettraient en péril la vie de 300 Tunisiens, détenus en Libye.

« Plus de 30 femmes tunisiennes se trouvent actuellement dans les prisons libyennes alors que 40 enfants sont toujours dans des centres d’accueil », a-t-il affirmé.

Dans une Libye en proie au chaos et à la dégradation de la situation sécuritaire, plusieurs Tunisiens ont été incarcérés dans les prisons pour des délits qu’ils n’ont pas commis.

Les arrestations arbitraires de nos ressortissants en Libye avaient scandalisé une bonne partie de l’opinion publique, alimentant ainsi les accusations sur l’incapacité des autorités tunisiennes à protéger leurs ressortissants, victimes d’enlèvements, de torture, de maltraitance, du fait de l’absence d’un Etat digne de ce nom en Libye.

Des proches de ces détenus, démoralisés, désespérés, en sont réduits à faire des sit-in périodiques pour obtenir du gouvernement qu’il fasse la lumière sur cette sombre affaire qui discrédite la diplomatie tunisienne.

Abdelkebir avait affirmé à Africanmanager que de nombreux Tunisiens ont été incarcérés dans les prisons libyennes suite à de fausses accusations. Ces détenus, qui sont issus de différentes régions du pays, étaient dans des conditions inhumaines.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,020SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -