La Tunisie sera pour longtemps encore un grand marché pour les touristes...

La Tunisie sera pour longtemps encore un grand marché pour les touristes algériens

par -

« Si vous ne trouvez pas un endroit où vivre, appelez-moi je vous en trouverai un » a déclaré le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed à l’adresse d’un groupe de touristes algériens lors de sa visite, vendredi dernier, au poste de passage frontalier de Malloula , ajoutant sur un ton badin qu’il suffit « d’aller dans n’importe quelle maison en Tunisie. Sonnez à la porte et ils vous hébergeront ».

Cette anecdote reprise par un média algérien reflète en fait les forts liens de voisinage voire de fraternité qui unissent Tunisiens et Algériens, « un seul peuple dans deux États », selon les propos de Chahed, dont on pouvait résonance chez les responsables algériens, notamment le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui, qui s’était rendu au principal poste frontalier entre les deux pays au lendemain de l’attentat terroriste qui a fait 6 martyrs parmi les membres de la Garde nationale tunisienne.

Une visite qui a rassuré les touristes algériens sur leur sécurité dans le pays voisin, au point que, un mois plus tard, le nombre de touristes algériens s’était amélioré, passant d’une moyenne quotidienne de 17 000 en juillet à une moyenne de 20 000 par jour pendant les 14 premiers jours d’août, selon les chiffres du ministère algérien de l’Intérieur. Les responsables tunisiens et algériens ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que le nombre de touristes algériens soit de 2,2 millions à 2,7 millions cette saison, un signe fort de reprise pour l’industrie des loisirs en Tunisie.

Malgré la forte augmentation du nombre de touristes, le pays perçoit encore moins de revenus qu’avant sa révolution de 2011, en raison de difficultés économiques persistantes, soulignées par une monnaie affaiblie. Alors qu’il y avait 1,8 million de touristes entre janvier et juillet 2010, bien moins que les 4,4 millions de touristes arrivés au cours de la même période, les touristes de 2010 ont dépensé 2,3 milliards de dollars, soit près de quatre fois cette année.

Des flux en croissance de 17% au moins par an

Cela montre à quel point la crise économique du pays a eu un effet sur le tourisme et l’économie en général, selon les experts. L’un d’eux, l’économiste algérien Khaliss Tablati, cité par le « Middle East Online » a noté que l’augmentation constante du nombre de touristes algériens est une évolution positive, apportant un soulagement au moins modéré à l’industrie en difficulté, alors que «  «la hausse des flux de touristes algériens vers la Tunisie n’a pas été inférieure à 17% par an depuis trois ans ».

D’autres économistes ont déclaré que même davantage de touristes algériens se rendraient en Tunisie sans la chute du dinar algérien, qui a particulièrement frappé la classe moyenne du pays, qui est la plus susceptible de se rendre en Tunisie. Ils soulignent que les riches Algériens passent généralement leurs vacances en Espagne, en Europe ou en Asie et que la classe moyenne supérieure se rend en Turquie.

Affluence malgré la baisse du dinar algérien

Tous les Algériens ont droit à une indemnité de tourisme annuelle de 100 euros (114 dollars). Cependant, de nombreux Algériens obtiennent des devises en espèces sur le marché noir à des taux plus élevés que le taux officiel des banques. L’économiste Yacine Babouche, cité par la même source, a déclaré que la valeur du dinar algérien avait perdu 50% depuis la mi-2014 par rapport au dollar américain. Avec la conjoncture économique actuelle, et vu que l’Algérie doit encore développer le tourisme chez elle, la Tunisie devrait rester un grand marché pour les Algériens.

Malgré les 1 600 km de littoral méditerranéen en Algérie, d’importants sites culturels et historiques et de vastes étendues désertiques qui pourraient en faire un site touristique incontournable du Maghreb, le gouvernement s’est efforcé de développer son secteur touristique, qui représente 1,4% de son PIB. La plupart des touristes en Algérie sont des expatriés rentrant chez eux pour des vacances.

En 2017, le Forum économique mondial a classé l’Algérie au 118ème rang sur 136 pays en termes de compétitivité en matière de voyages et de tourisme, loin derrière le Maroc et la Tunisie, respectivement au 65ème et 87ème rang, rappelle le « Middle East Online ».

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire