La francophonie en danger. La langue arabe obligatoire dans les TV, Radios,...

La francophonie en danger. La langue arabe obligatoire dans les TV, Radios, les panneaux et la Pub

par -
Image scoop.it

Les personnes âgées se rappellent certainement de cette décision d’infliger une amende à toute personne qui prononcerait un mot en langue française dans le bus. C’était pendant les années cinquante en Tunisie.

Plus près de chez nous, beaucoup de personnes se rappelleront de cette dispute de l’ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, avec l’ancien 1er ministre français Lionel Jospin et la décision de Ben Ali de bannir l’usage de la langue française en Tunisie. La nuit de la décision, non officielle, toutes les pancartes des entreprises publiques et privées libellés en langue française avaient alors été, soit démontées, soit voilées d’une une cache de plastique de couleur noire. L’histoire est un éternel recommencement et ceux que la France a cachés et abrités, se retournent contre la francophonie et font comme celui qu’ils ont chassé en gardant son système !

En 2018, un groupe de députés, anciens CPR transformés en «bloc démocratique », tente depuis le mois de janvier de passer une proposition de loi contre la francophonie en Tunisie. Imed Daïmi et Salem Labiadh qui avait été ministre de l’Enseignement, avec Samia Abbou, veulent faire de la langue arabe l’unique moyen de communication dans les entreprises publiques et privées et même avec les parties étrangères au pays.

Selon cette proposition de loi, «les actions de publicité, d’annonce, l’étiquetage des prix, les enseignes commerciales, publiques et privées, devront être rédigées en langue arabe. Autrement, les inscriptions en langue arabe doivent être affichées plus haut que toute autre langue et en plus gros caractères. Mais aussi, les noms de toutes les administrations, des entreprises publiques et privées, les noms des rues». Ils voudraient aussi que toutes les offres publicitaires, écrites, audio et vidéo, doivent être en langue arabe, littéraire ou dialectal. L’usage des langues étrangères dans la publicité doit être exceptionnel et dans ce cas, la publicité doit être traduite en langue arabe ». Ministres et fonctionnaires ne devront plus aussi discourir qu’en langue arabe et même les académiciens devront au moins distribuer une transcription arabe de leurs interventions, si faites en langues étrangères.

Une initiative parlementaire d’autant plus inexplicable que la Tunisie a été choisie comme comme hôte du Sommet de la Francophonie en  2020, année marquant le 50eme anniversaire de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire