AccueilActualitésLa statue équestre de Bourguiba réinstallée au centre de Tunis

La statue équestre de Bourguiba réinstallée au centre de Tunis

La statue équestre du premier président de la République tunisienne Habib Bourguiba a été réinstallée officiellement ce mercredi au cœur de la capitale de Tunis, en ce jour marquant le retour de Bourguiba le 1er juin 1955 de son exil en France. Des centaines de milliers de Tunisiens s’étaient alors déplacés pour l’accueillir au port de La Goulette à son retour après un exil à l’île de Groix en France.
Le président de la République Béji Caid Essebsi a inauguré officiellement ce matin la réinstallation de la statue équestre érigée à l’entrée de l’avenue Habib Bourguiba à la capitale après avoir été démontée au lendemain de la prise du pouvoir par Ben Ali en 1987.
Le président Caid Essebsi a dévoilé la statue en présence d’une foule importante qui brandissait le drapeau national et les portraits de Bourguiba.
Ont également assisté à la cérémonie d’inauguration, des membres de la famille de Bourguiba, le président de l’Assemblée des représentants du peuple Mohamed Ennaceur et le chef du gouvernement Habib Essid.
La statue est posée sur un socle en marbre rose d’une hauteur de 10 mètres. Elle a été placée à l’entrée de la ville de la Goulette (banlieue nord de Tunis) avant d’être restaurée et rénovée.
Dans une déclaration à la presse, le président de la République a souligné la portée symbolique de la réinstallation de la statue équestre de Bourguiba, bâtisseur de l’Etat moderne à sa place initiale.
« Il ne s’agit point d’un culte de la personnalité mais d’unité nationale », a-t-il lancé. La Tunisie a plus que jamais besoin d’unité pour trouver une issue à la situation actuelle qu’elle connaît », a-t-il ajouté.
Le 1er juin coïncide cette année avec le démarrage du concours national du baccalauréat, a-t-il fait remarquer, dans une allusion aux acquis réalisés par Bourguiba aux niveaux de l’éducation et des ressources humaines.
A ceux qui s’opposent au retour de la statue équestre de Bourguiba au centre ville, Caid Essebsi a dit qu’en démocratie, les libertés d’expression et d’opinion, principaux acquis de la deuxième République, sont garanties.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,572SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles