AccueilLa UNEAffaire Ras Jedir : Humiliation et violence non justifiées… la justice nulle...

Affaire Ras Jedir : Humiliation et violence non justifiées… la justice nulle part

Faut-il répondre à la violence par la violence ? Le gouvernement tunisien doit absolument revoir les réformes relatives aux forces de sécurité du pays pour mettre fin à des violations illégales, envers les citoyens tunisiens ou autres.

Mettre fin aux actes de torture, les humiliations et les autres traitements qui touchent à la dignité humaine, devient une urgence.
Il y a à peine deux jours, deux personnes ont fait l’objet de poursuites judiciaires pour des raisons liées à l’enregistrement de vidéos qui portent atteinte à la souveraineté nationale. Le deuxième, arrêté pour avoir insulté l’Etat tunisien et le président de la République Kais Saied, alors qu’il tentait avec d’autres individus de  rentrer par la force dans le pays.
Relayée massivement sur les réseaux sociaux, sa photo a fait le tour des médias… A genoux à terre, sa photo prise lors de son arrestation dans un poste de police a indigné la toile et la société civile.
La force excessive de la police avait, par le passé , fait plusieurs victimes… dont les familles attentent toujours que justice soit faite.

Violence non justifiée … les députés crient au scandale …

En ce mercredi 22 avril, sous la coupole du Parlement, les députés ont évoqué les événements survenus au niveau de la zone frontalière avec la Libye à Ras Jedir, la sécurité des policiers et les moyens garantissant leur protection.
Ils ont alerté sur le comportement « violent non justifié » des policiers à l’encontre de certains contrevenants aux mesures de confinement sanitaire.
Nabil Hajji du Bloc démocratique, a indiqué dans ce contexte, que certains policiers ont fait usage de la force « non justifiée » contre un citoyen en le frappant violemment.
‘’Les policiers n’ont pas besoin d’une loi pour réprimer les agressions dont ils sont victimes’’, a souligné le député du même groupe parlementaire Hichem Ajbouni. ‘’La dignité des Tunisiens est au-dessus de tout et il faut appliquer la loi, seulement, en cas de contraventions’’, a-t-il ajouté.
Hichem Ajbouni a appelé dans ce sens à la nécessité de faire la lumière sur certains dépassements commis lors des interpellations de citoyens notamment dans les postes de police.
De son côté, le député Jemmali Bedhiafi du groupe Al Mostaqbal a exhorté les policiers à faire preuve de souplesse à l’égard des citoyens.
‘’Il fallait prendre des mesures drastiques pour éviter « la mascarade » de Ras Jedir et garantir aux Tunisiens des conditions dignes pour regagner le pays’’, a insisté le député Foued Thameur de Qalb Tounes.
Dans son rapport ‘’Quand fuir la police peut être mortel’’ publié le 4 avril 2020, Amnesty International a mis à nu les violences policières et les autres abus commis par la police qui restent impunis.

Car mettre à l’abri de la justice les auteurs de violences policières ne fait que perpétuer le cercle vicieux des violations des droits humains. La dignité humaine est supérieur à tout prix… et comme l’avait dit Victor Hugo : ‘’Ce gouvernement, je le caractérise d’un mot : la police partout, la justice nulle part’’.

 

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -