36 C
Tunisie
jeudi 24 septembre 2020
Accueil La UNE BIAT : 1ère Capi avec 1,8 Milliard DT, bon millésime 2019, et...

BIAT : 1ère Capi avec 1,8 Milliard DT, bon millésime 2019, et bon cru attendu pour 2020

2019 a été un bon cru pour la BIAT, désormais classée première capitalisation (Capi) du secteur bancaire avec 1,8 milliard de dinars,. La banque est parvenue à afficher une croissance à deux chiffres au niveau de la majorité de ses indicateurs d’activité. « La Biat prouve encore une fois sa capacité à concilier les objectifs de rentabilité et de liquidité », commente sa désormais filiale de bourse, Tunisie Valeurs (TV).

1ère banque privée de la place, la Biat le doit entre autres, selon l’intermédiaire boursier, « au leadership de la banque sur les dépôts à vue, sa marge de manœuvre confortable sur le coût des ressources et sur le ratio de transformation [qui] sont les avantages de la BIAT face aux contraintes de la crise du COVID-19 qui secouent la sphère économique et financière ».
3ème plus grande capitalisation du marché actions, la BIAT affiche aussi des niveaux de valorisation historiquement bas même en tenant compte des retentissements du COVID-19 et de la dégradation du taux de couverture des créances classées depuis 2014. Au vu du niveau maîtrisé du taux des créances classées, les efforts de couverture supplémentaires à consentir par la banque devraient être limités dans le temps. Selon TV, « la crise du COVID-19 devrait accentuer la sélectivité entre les banques et générer un mouvement de « Flight To Quality » qui profiterait aux banques les plus solides sur le plan fondamental ». Décryptage :

Presque 13 Milliards DT de dépôts, en hausse de 13 %

Le leader du secteur bancaire tunisien continue de battre des records au niveau de la collecte, indique TV, avant d’expliquer que « après un début d’année difficile, la BIAT a pressé le pas et est parvenue à clôturer l’année avec une progression de ses dépôts de 12,9%, effleurant ainsi les 13 milliards de dinars. A l’instar de la majorité de ses pairs cotés, la BIAT a substantiellement puisé sa croissance dans les dépôts à terme (+28,1% à 3,9 milliards de dinars). La banque conserve tout de même un matelas confortable de dépôts non rémunérés, 48% des ressources provenant des dépôts à vue à fin 2019. Notons, à cet effet, que la BIAT conserve à l’échelle du secteur une position dominante sur cette catégorie de ressources, en concentrant 27% du stock de dépôts à vue du secteur coté », mettant ainsi en exergue ce ratio important en matière de coût de ressources pour la banque, un coût apparent parmi les plus faibles du secteur: 3,9% fin 2019 contre une moyenne de 5,6% pour la concurrence cotée.

10 Milliards DT en crédits, avec seulement 6,4 % en créances classées

Comme le reste des banques en 2019, La Biat a légèrement réduit la voilure sur les crédits. Le volume de ses engagements a reculé de 3% à 10,4 milliards DT. « Une baisse qui a permis à la BNA de caracoler en tête du podium, dépassant légèrement la Biat », note tout de même TV. Et l’intermédiaire boursier d’expliquer que « plus voulue que subie, la régression de la production des crédits s’inscrit dans une logique de maîtrise du ratio de transformation réglementaire ». Ce dernier, rappelons-le, a significativement baissé de 26 points de taux à 109% en 2019. « Avec une marge de flexibilité de 11 points de taux au niveau du ratio de transformation, par rapport à l’exigence réglementaire, la Biat pourrait facilement revigorer sa croissance sur les crédits dans les prochaines années », explique encore TV.
Selon TV, « la banque continue ainsi de récolter les fruits de sa politique de crédits rigoureuse. Certes, le taux de créances classées a augmenté d’un point de taux par rapport à l’année 2018, se situant à 6,4%, mais il se compare toujours favorablement par rapport à la concurrence (une moyenne estimée à 11,8% fin 2019) ».
Notons aussi que la couverture des créances classées s’est améliorée sur l’année 2019 (+1 point de taux à 58,6%). Mais elle demeure en deçà des recommandations de la BCT (un taux de couverture minimum de 70%), ce qui lui permettra de limiter dans le temps les efforts de couverture supplémentaires à consentir, et qui sont estimés à moins du tiers d’une année de bénéfices.

Un PNB en hausse de 15 %, boosté par la hausse du TI

L’année 2019 chez la Biat, a été un bon millésime sur le front du PNB (+15% à 957 MDT). « La banque a gardé le cap sur la croissance toutes catégories de revenus confondues. Soutenue par le relèvement du taux d’intérêt directeur de 100 pb en février 2019, c’est la marge d’intérêt qui a le plus boosté le PNB (+16% à 538 MDT) », estime l’analyste de TV. Idem pour les autres catégories de revenus, qui ont enregistré des évolutions satisfaisantes (+16% à 220 MDt pour les autres revenus et +8% à 200 MDt pour les commissions).

2.000 employés, 205 agences et des frais généraux maîtrisés malgré la taille

Malgré un effectif d’environ 2000 salariés, et l’étendue de son réseau commercial (205 agences, le 2ème plus développé du secteur), la BIAT maintient une productivité dans les standards les plus élevés du secteur. TV explique cela par « la croissance vigoureuse du PNB et la bonne maîtrise des frais généraux (une hausse contenue à 4% à 400MDT, en 2019) » ont valu à la banque d’afficher :
1) un coefficient d’exploitation de 42%, en retrait de 4 points de pourcentage par rapport à 2018, contre une moyenne estimée de 46% pour la concurrence cotée,
2) un ratio de couverture des charges salariales par les commissions de 94%, en progression de 11 points de taux par rapport à 2018, contre une moyenne estimée de 70% pour la concurrence cotée.
La bonne orientation de l’activité intrinsèque, la maîtrise des frais généraux et du coût du risque ont permis à la BIAT d’atteindre un palier supérieur de rentabilité en 2019. Le résultat net a réalisé un bond spectaculaire de 26% à 333 MDT.
Pour TV, « la solide croissance bénéficiaire et la baisse de l’activité du crédit en 2019, ont permis à la banque de renforcer sa solvabilité. Les ratios Tier 1 (fonds propres dits de base, comme les actions ordinaires et certificats d’investissement, intérêts minoritaires.), et le tier 2 (fonds propres complémentaires, comme les plus-values latentes, provisions, titres participatifs) ont respectivement augmenté de 2,4 points de taux à 10,6% et de 2,1 points de taux à 12,2% ».

Le résultat net part du groupe a réalisé une envolée de 27% à 345 MDT. Avec un ROE de 30%, la Biat se classe parmi les banques les plus rentables de la cote. Elle le doit, notamment, à la bonne performance des filiales qui a d’autant plus tiré vers le haut les réalisations consolidées de la banque.

Vers plus de croissance pour cette année. 2021 sera celle de l’effet Covid-19

Première bonne nouvelle pour le flottant de 32,6 % de la Biat, « l’année 2020 a bien démarré », estime l’analyste de TV. Il rappelle ainsi que la banque a réalisé sur le 1er trimestre une croissance de son PNB de 7% et poursuivi sa stratégie de croissance davantage orientée plus  vers la collecte de dépôts (+8% sur le T1 2020) que vers la distribution des crédits (une croissance nulle au T1 2020).
Abordant l’effet Covide-19 dans son analyse des performances de la Biat, TV a estimé que « l’avènement de la crise du COVID-19 accentue la morosité ambiante et met sous pression les fondamentaux des banques. Les retentissements de la crise actuelle devraient perdurer au moins sur la période 2020-2021. Les banques tunisiennes devraient être touchées par la crise avec un certain décalage, avec un impact plus prononcé en 2021 ». Selon la même, le « choc » du COVID-19 devrait :
– Dans un premier temps (en 2020) accentuer le déficit de liquidité bancaire suite au moratoire d’échéances décidé par la BCT en faveur des entreprises et des particuliers. Les pressions sur la liquidité seront, néanmoins, partiellement soulagées par le desserrement de la politique monétaire, de la politique de refinancement et l’assouplissement de la réglementation prudentielle. Les banques disposeront de « réserves de croissance des derniers trimestres » au niveau de leur PNB qui leur permettraient d’absorber la hausse des charges opératoires et de sauver le cru 2020.
– Et dans un deuxième temps (en 2021), impacter directement la rentabilité par le biais du PNB (volumes baissiers et effet prix négatif suite à la baisse du taux directeur de la BCT opérée en mars 2020 sur la marge d’intérêt) et du coût du risque (hausse attendue du coût du risque si les mesures exceptionnelles de traitement des créances classées décidées en 2020 pour lutter contre les répercussions de la crise ne seraient pas reconduites en 2021). Il va sans dire que l’impact des tendances précitées ne sera pas le même chez toutes les banques. « Celles qui affichent une diversification saine du portefeuille des crédits, une assise confortable de ressources non rémunérées, des « spread » confortables, une forte capacité génératrice des commissions et une bonne culture de gestion des risques seront les mieux disposées à résister à la crise actuelle et à rebondir dès les premiers signes de reprise. C’est le cas de la BIAT ».

Le geste de haute valeur symbolique de Tunisie Valeurs

Le titre BIAT a tant bien que mal résisté au mouvement de panique qui a secoué le marché depuis la découverte du premier cas positif au Covid-19 (début mars 2020) et la décision de la BCT de sursoir à toute distribution de dividendes par les banques au titre de l’exercice 2019. Le titre affiche, à ce jour, une correction annuelle de 6% contre une décrue de 11% pour le secteur bancaire coté.
Première capitalisation du secteur bancaire (qui se monte à 1,8 milliard de dinars), la BIAT traite désormais à des multiples historiquement bas: 5,4x ses bénéfices et 1,0x ses fonds propres estimés de 2020. Des multiples qui intègrent les surcoûts de la crise du Covid-19 sur la période 2020-2021 et l’effort supplémentaire à déployer par le management pour rattraper le retard pris en matière de couverture des créances classées.
Notons à la fin ce bon geste à valeur hautement symbolique d’intégrité de l’intermédiaire boursier TV, qui termine son analyse en faisant noter que « vu l’appartenance de Tunisie Valeurs au Groupe BIAT depuis mars 2020, nous nous abstenons d’émettre une opinion sur la valeur », comme il est d’habitude de le faire. Les chiffres de la Biat l’en dispensent en tout cas !

AM & TV

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,611FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,304SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles