AccueilLa UNEBientôt, une augmentation des prix de vente du lait ?

Bientôt, une augmentation des prix de vente du lait ?

De temps à autre, la Tunisie connaît une crise du lait. Ceci est dû à plusieurs problèmes au niveau de la production, qui peuvent avoir des conséquences désastreuses sur le marché tunisien, selon  Hamda Aïfa, président de la Chambre nationale des centres de collecte du lait.

Dans une  déclaration à  Africanmanager.ar  , il a fait état d’une diminution quotidienne notable comprise entre 10 et 30 % suivant les régions.

–          Les raisons de la sous-production

Il a  attribué les causes de la crise à la hausse continue des prix des aliments pour bétail. Par conséquent, l’agriculteur se trouve dans l’incapacité  de nourrir ses vaches, outre le dérisoire prix d’achat du lait de la part des centres de collecte.

En plus de la contrebande des bovidés, un phénomène qui prend de l’ampleur de jour en jour, et qui est considéré parmi les causes principales de la crise, on estime aussi que l’Etat n’a pas rempli ses engagements et ses obligations envers les industriels, et qui a manqué de payer les subventions d’exploitation, de collecte et de stockage.

Le président de la chambre  prévoit que ces problèmes, qui persistent encore, notamment ceux liés à la production, vont provoquer à l’avenir et dans un premier temps, une perturbation de l’approvisionnement du marché. De ce fait, il yaura une augmentation des prix de vente du lait au consommateur afin que l’État n’ait pas recours à l’importation en devises, selon les dires du responsable.

–          Les solutions

Le président de la Chambre nationale des centres de collecte du lait a souligné que le système laitier en Tunisie est un système sectoriel stratégique qu’il faut protéger. Il a également souligné qu’il est nécessaire de réunir toutes les parties impliquées , y compris les propriétaires de laiteries, les centres de collecte de lait, les éleveurs de vaches, et les ministères de l’Agriculture et du Commerce, pour trouver des solutions concrètes pour le secteur afin de le sauver de la crise, dès que possible.

Il a aussi appelé l’État à intervenir en accordant des subventions de production à l’agriculteur pour l’aider à fournir les aliments nécessaires aux vaches et aussi en remplissant ses obligations envers les fabricants.

–          Une 3ème augmentation est-elle inévitable ?

Concernant le stock actuel, Aïfa a déclaré qu’il existe actuellement 43 millions de briques de lait destinés à la consommation pour une période limitée, et estime que le stock est menacé de déclin à cause de la baisse de la production.

Il est à noter que le ministère du Commerce a augmenté, de 100 millimes en avril dernier, le prix de vente du lait demi-écrémé conditionné en brique de 1 litre pour le public, pour atteindre 1, 350 DT, après avoir approuvé une augmentation de la même valeur, au profit  des agriculteurs,  soit 0,1DT.

En fait, il s’agit de la deuxième augmentation en huit mois. A la date du 23 août 2020, il y a eu une hausse de  130 millimes, ce qui a entraîné une augmentation du prix du litre de lait demi-écrémé destiné à la consommation de 1,120 DT à 1,250 DT.

Le prix de vente au public de cette matière première subventionnée, après la décision de majoration, est ainsi devenu de l’ordre de 1,350 DT par litre de lait frais demi-écrémé stérilisé conditionné en briques de 1 litre, 1,300 DT par litre de lait frais demi-écrémé stérilisé conditionné en bouteilles, de 1 litre et 1,310 DT par litre de lait frais demi-écrémé stérilisé conditionné en bouteilles de 1 litre à triples couches avec bouchon.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -