AccueilLa UNECrise des fourrages: Les étiquettes valsent

Crise des fourrages: Les étiquettes valsent

Tel un feu de brousse, la crise des fourrages  s’étend à de multiples secteurs vitaux pour le consommateur tunisien, avec une flambée des prix qui ronge le pouvoir d’achat  sous toutes ses formes  et touche des produits essentiels  pour l’alimentation tant humaine qu’animale

Le président de l’Organisation tunisienne pour informer le consommateur « OTIC », Lotfi Riahi, a confirmé qu’une plainte a été déposée auprès du Conseil de la concurrence concernant l’augmentation des prix des aliments pour bétail au motif que Cette hausse des prix est illégale.

Dans une interview accordée à « African Manager », il a dénoncé l’absence de communication officielle au public annonçant les augmentations par les structures concernées, notant que l’augmentation est de l’ordre de 300 dt/tonne pour l’aliment composé, ce qui porte le prix du tourteau de soja local de 1550 dt et 1452 dt à 1855 dt/tonne.

Cette hausse du prix des fourrages a eu des répercussions sur les coûts de productions de certains produits  tels que les œufs, le lait et les viandes.

En fait, le coût de production des œufs a augmenté de 40 millimes l’unité,  de 400 millimes par litre de lait et de 1 dinar pour le coût de production de la viande blanche destinée à la cuisson, où son prix a grimpé de 6.950 dt à 8 dt/kg.

Un appel pressant a été lancé pour que s’arrête  la spirale  des augmentations excessives, car elles ont de graves répercussions sur le pouvoir d’achat du citoyen tunisien, selon ses dires.

Il a, également, souligné que l’organisation suivait avec inquiétude l’augmentation continue des prix de nombreux articles de consommation et autres en raison de son impact sur les couches vulnérables,  défavorisées et à revenu moyen, notant à cet égard que de nombreux consommateurs ont boycotté quantité de produits alimentaires en raison de leur incapacité à faire face aux dépenses quotidiennes.

Certains des acteurs du secteur de la volaille ont augmenté les prix des aliments susmentionnés, ce qui entraînera, par conséquent, des augmentations exorbitantes et simultanées des prix de poulet et de dinde prêts à cuire de plus de 600 millimes / kg, indique Riahi.

Le président de l’Organisation s’attendait à ce que cette augmentation susmentionnée affecte de nombreux autres produits, notamment la viande rouge, les œufs et tous les produits qui dépendent des plantes fourragères dans leur production.

Les producteurs s’expliquent

La Chambre Syndicale Nationale des industriels d’aliments pour bétails et des importateurs de matières premières a  affirmé que l’augmentation non programmée des prix des fourrages est due aux pertes importantes subies par le secteur en raison de la montée des matières premières sur les marchés mondiaux.

La chambre relevant de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) a ajouté dans un communiqué publié, jeudi, que les producteurs se sont engagés à préserver le niveau des prix au mois de Ramadan et d’adhérer aux efforts de l’État pour réduire la hausse des prix des viandes, des œufs et du lait.

Et d’ajouter que la hausse vertigineuse des prix à l’échelle mondiale a dépassé les prévisions et la capacité des usines nationales qui ont enregistré des pertes estimées à des dizaines de millions de dinars.

Elle a rappelé dans ce cadre que le prix du maïs a augmenté de 42%, depuis février à ce jour, soit 450 dinars la tonne outre l’augmentation du prix de soja de 400 dinars la tonne (+ 27,5 %) et du Phosphate Bicalcique de 1446 Dinars la tonne, soit une augmentation de 150 %.

La chambre a expliqué que ces matières de base qui représentent 80 % du coût des aliments composés n’ont pas eu un impact entier sur les prix de vente de fourrage composés après la dernière révision.

La chambre a mis l’accent sur la nécessité de respecter la loi et les législations régissant le secteur, ajoutant que les sociétés n’ont jamais hésité à fournir des efforts contribuant à la préservation du pouvoir d’achat du citoyen et l’équilibre du système de production.

Elle a appelé à faire preuve de solidarité, à unifier les efforts dans la lutte contre l’instabilité des marchés mondiaux, et à identifier des solutions permettant de fournir les fourrages à des prix adaptés à la portée de tous les intervenants.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,996SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -