AccueilLa UNEFin de partie pour les partis politiques en Tunisie !

Fin de partie pour les partis politiques en Tunisie !

Le nombre de partis est une menace pour la démocratie tunisienne. La plupart des partis sont trop petits, éphémères et fragmentés pour représenter efficacement les intérêts de leurs électeurs. Même Ennahdha, autrefois un parti bien organisé et doté d’une idéologie claire, est confronté à une crise de leadership et est déchiré entre la volonté de son président de le rebaptiser « parti démocratique musulman » et ses profondes racines islamistes, constate le think tank Wilson Center dans une récente analyse. Les Tunisiens ne croient plus que les partis puissent apporter des solutions aux problèmes du pays et se tournent à nouveau vers la rue pour demander réparation de leurs griefs. La crise des partis se transforme en une crise de la démocratie.

- Publicité-

La crise s’est compliquée par la nomination de chefs de gouvernement sans partis. Et alors que Nidaâ Tounès s’est désintégré et qu’Ennahdha a refusé de s’y mettre et  de revendiquer le poste de chef du gouvernement, Rached Ghannouchi affirmant qu’une telle démarche serait trop controversée, la pertinence des partis politiques a continué à décliner. Le poste de chef  du gouvernement d’unité nationale a été attribué à un indépendant, Habib Essid, puisque ni Nidaâ Tounes ni Ennahdha ne pouvaient prétendre à ce poste. Essid a tenu moins de deux ans, handicapé par une économie stagnante, des taux de chômage élevés et un cabinet divisé entre les représentants de Nidaâ Tounes, d’Ennahdha, d’Afek Tounes et de l’Union patriotique libre – des partis qui ne partageaient même pas un programme commun minimaliste. En conséquence, le cabinet a obtenu peu de résultats et a perdu un vote de défiance en juillet 2016.

Le chef du gouvernement suivant,  Youssef Chahed, s’est retrouvé aux prises avec le même problème. Bien que  membre de Nidaâ Tounes, son  parti était trop divisé pour lui fournir une base solide de soutien. Il a réussi à faire passer des réformes économiques indispensables, mais cela l’a rendu encore plus controversé, ce qui a conduit en 2018 à de grandes manifestations de rue soutenues par la gauche contre ses mesures « injustes ». Tout en essayant de maintenir la cohésion de son gouvernement et de conserver le soutien de l’Assemblée, Chahed nourrissait également son ambition personnelle de se présenter à la présidence. Il a abandonné le Nida Tounes agonisant  et a lancé en janvier 2019 un nouveau parti, Tahya Tounes, pour être son propre outil. Malgré toutes les controverses et l’absence de progrès économique, Chahed a réussi à conserver son poste et n’a quitté ses fonctions, comme l’exige la loi, qu’après les élections législatives de 2019, après avoir survécu pendant trois ans et demi, soit la plus longue période de tous les premiers ministres depuis 2011.

Les partis à l’ère Saied

Les élections de 2019 ont conduit à l’ascension du président Kais Saied, qui avait refusé de rejoindre un parti politique ou de former le sien. Juriste,  il a fait campagne sur sa réputation d’honnêteté et a gagné avec un large soutien des jeunes. Les élections législatives ont également été marquées par une nouvelle perte d’influence des partis, les sièges étant répartis entre vingt et un partis, dont la plupart n’avaient aucune influence. Ennahdha a obtenu la majorité des sièges, mais moins que lors de l’élection précédente. Il a tenté de revendiquer le poste de chef de gouvernement, mais le cabinet proposé par son candidat n’a pas réussi à obtenir un vote de confiance. Le président a chargé de cette tâche un autre homme qui n’avait pratiquement pas de parti. Elyes Fakhfakh était membre d’Ettakatol, mais ce parti, qui était autrefois une composante importante de la troïka qui gouvernait sous l’Assemblée constituante, était tombé dans un quasi-oubli, ne parvenant même pas à obtenir un seul siège en 2019. Fakhfakh a réussi à former un gouvernement le 27 février 2020, mais celui-ci était faible, profondément divisé dès le départ, et donc incapable de s’attaquer aux problèmes importants. Privé du soutien d’Ennahdha,  Fakhfakh a présenté sa démission. Le président, qui cherchait à étendre son pouvoir, a choisi Hichem Mechichi, qui était proche de lui et n’appartenait à aucun parti, pour former le gouvernement. Mechichi réussit, mais en janvier 2021, il est contraint de remanier son cabinet pour conserver la confiance de l’Assemblée nationale, alors que la crise économique s’aggrave à cause des épidémies de COVID-19 et que les tensions entre lui et le président s’intensifient.

Le déclin d’Ennahdha et la fin de la démocratie !

Le mouvement Ennahdha, qui restait le seul véritable parti politique en Tunisie, avec une organisation et un programme, était également en crise à la mi-2020, rappelle Wilson Center. Il y avait depuis longtemps des tensions entre l’aile plus modérée et pragmatique centrée sur Rached Ghannouchi et les partisans de la ligne dure qui avaient observé les compromis de Ghannouchi avec consternation.

En outre, sous la direction de Ghannouchi, le Parlement a sombré dans le chaos, avec des dissensions croissantes entre les partis, en particulier Ennahdha et le Parti Destourien Libre. Avec seulement 17 sièges, le Parti Destourien Libre était le troisième plus grand parti de l’assemblée fracturée et était dirigé par une femme conservatrice laïque et militante, Abir Moussi, qui émergeait comme le challenger le plus bruyant d’Ennahdha.

Le 30 juillet, alors que le pays vacille déjà  au beau milieu de la crise ministérielle, plusieurs partis de l’ARP déposent motion de défiance contre le président, l’accusant de prendre des décisions de son propre chef sans consulter l’assemblée et de publier ses propres déclarations sur les relations extérieures de la Tunisie. La motion ne recueille que 97 des 109 voix requises et Ghannouchi conserve son poste, mais son autorité est sapée à l’Assemblée et, surtout, au sein d’Ennahdha, où beaucoup pensent que le moment est venu de changer de direction.

Le 20 mars 2021, les manifestants exigeaient la dissolution de l’ARP – un rejet des institutions démocratiques mises en place après le soulèvement de 2011 – et des partis politiques qui avaient transformé la politique en un affrontement chaotique d’ambitions et de personnalités sans s’attaquer aux énormes problèmes économiques et sociaux de la Tunisie. Il est toutefois peu probable que l’ARP soit dissoute, prévoit le think tank. La constitution ne prévoit aucun mécanisme permettant de dissoudre le parlement élu et le président n’est pas disposé, du moins pour l’instant, à ramener le pays à l’époque du pouvoir exécutif incontrôlé. Il s’agit néanmoins d’un rappel brutal de l’échec du processus démocratique en Tunisie jusqu’à présent, qui a créé des institutions et des partis dont un nombre croissant de Tunisiens ne pensent pas qu’ils représentent leurs intérêts.

Les partis sont sans aucun doute une grande partie de la crise. Ils ne remplissent pas la tâche de représenter les intérêts de leurs électeurs et ne forcent pas  le respect. Ils sont au mieux des outils pour faire avancer la carrière politique de leurs dirigeants. Les sondages d’opinion publique réalisés par l’Institut républicain international en septembre-octobre 2020 ont montré que seuls vingt pour cent des Tunisiens pensaient que les partis politiques étaient efficaces pour relever les défis du pays. En revanche, 61 % d’entre eux estiment que les organisations de la société civile sont efficaces, et même le gouvernement national en difficulté obtient un score de 42 %.

1 COMMENTAIRE

  1. votre analyse est correcte mais le pays est dans l’impasse la crise économique sociale financière sanitaire et politique la plus grave de son histoire mais le président de la république élu au suffrage universel à 75 % est le seul capable de sauver le pays en invitant une commission Carthage 3 pour modifier certains articles de la constitution de la loi électorale et la loi des partis politiques et de les présenter au peuple pour approbation ou refus par référendum et par la suite une élection législative anticipée dans un délai maximum de 3 mois et un gouvernement intérimaire et provisoire d’experts indépendants et non politique et n’a aucun envie de rester au pouvoir ou de se présenter au prochaine élection législative pour une durée de 6 mois comme le gouvernement de Mehdi Jomaa nommé par le quartet tant qu’on ne fait pas ça en 6 mois le pays plongera dans l’abîme que Dieu sait les conséquences pour le pays et son peuple .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,456SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles