AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelFMI: Le déficit budgétaire se résorbe mais des risques sur la sortie...

FMI: Le déficit budgétaire se résorbe mais des risques sur la sortie de la Tunisie sur le marché financier international

Le Fonds monétaire international a rendu public ce lundi 8 octobre son rapport sur la 4ème revue au terme de laquelle il a donné son feu vert au déboursement de la 4ème tranche de son prêt à la Tunisie.

Il a souligné que la reprise s’est poursuivie comme prévu par la troisième revue, nonobstant les préoccupations sociopolitiques élevées et une nouvelle hausse des prix du pétrole. La croissance s’est accélérée pour atteindre 2,8% au cours du deuxième trimestre, tirée par l’agriculture et le tourisme, l’inflation a décéléré à 7,5% en août, et le déficit du compte courant pour le premier semestre s’est amélioré de un pour cent du PIB.

Cependant, l’investissement demeure, le chômage est élevé, en particulier parmi les jeunes et les femmes, et le pouvoir d’achat des Tunisiens s’érode. Le déficit budgétaire à la fin du mois de juillet a été inférieur aux prévisions, en raison du paquet fiscal de 2018 et de l’amélioration de la collecte des impôts. Les autorités ont satisfait à tous les critères de performance quantitatifs et mis en œuvre deux des trois repères structurels prévus pour le quatrième examen, notamment les enchères concurrentielles en devises de la banque centrale.

En 2018, la croissance devrait atteindre au moins 2,6%, l’inflation serait contenue à une moyenne de 7,8%, les déficits, externe et fiscal, se sont améliorés pour la première fois depuis 2014, et les réserves en devises internationales ont progressé à 3,4 mois d’importations.

La poursuite des politiques et des réformes soutenues par la 4ème Revue sera essentielle pour protéger la reprise en cours et affermir la stabilisation dans un contexte difficile tant au niveau national qu’externe. Il s’agit des réformes des subventions énergétiques, des contrôles stricts des recrutements et des salaires dans le secteur public, de la réforme des retraites, du resserrement monétaire pour contenir l’inflation et le refinancement élevé de la banque centrale, et de la mise en œuvre résolue des enchères de devises concurrentielles.

Au titre des risques, le FMI évoque des dérapages dans la mise en œuvre des politiques et des réformes en raison de la persistance des tensions sociopolitiques élevées et de la détérioration de la sécurité qui restent, dit-il, les principaux risques. Les risques externes proviennent notamment de la persistance de prix du pétrole élevés, de la montée des tensions commerciales, de la baisse de confiance vis-à-vis marchés émergents et des conditions de financement globales plus strictes. Ceux-ci pourraient peser sur comptes extérieurs et budgétaires et compromettre les prochaines émissions d’obligations souveraines.

 

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,001SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -