“Je parle avec le ministre des Finances, mais je ne prends pas...

“Je parle avec le ministre des Finances, mais je ne prends pas conseil de lui, concernant mes décisions”. Dixit Marouane El Abassi

par -

«La Tunisie a fait face à une extraordinaire série de chocs, au cours des 10 dernières années. D’abord la crise financière mondiale, le printemps Arabe et un trio d’attaques meurtrières. Tous ont pesé sur l’économie tunisienne. Pendant ce temps, la Tunisie a eu sept chefs de gouvernements.». C’est par ces mots que «Lewis McLellan a commencé son bref article, expliquant les raisons du choix du gouverneur de la BCT, Marouane El Abassi, pour le Prix du «Meilleur gouverneur de banque centrale dans la région du MENA» qui lui avait été décerné à l’occasion des «GM Awards 2019 » à Washington.

Et McLellan de continuer que «la Banque centrale a été pendant ce temps l’organe le plus stable et le plus cohérent de l’État tunisien. Lorsque Abassi a assumé le rôle de gouverneur, le dinar tunisien était faible et l’inflation était bien supérieure à 7 %. Le taux directeur était de 5 % et l’inflation de 7 %. Cela signifiait que le taux d’intérêt réel était négatif de 200 points de base. Tout au long de l’année 2018, Abassi a relevé le taux d’intérêt à trois reprises, le portant à 7,75%. L’inflation a commencé à réagir, passant de 7,4% en septembre 2018 à 6,7 en septembre 2019 ».

Tout en reconnaissant que «les hausses rapides des taux étaient douloureuses à court terme », Abassi à qui McLellan posait la question de savoir s’il avait subi des pressions de la part du gouvernement pour ne pas prendre les décisions qu’il fallait, a déclaré que «Je parle avec le ministre des Finances, mais je ne prends pas conseil de lui concernant mes décisions politiques». Et le gouverneur qui confirme ainsi l’indépendant de la BCT, de préciser que «les hausses de taux ont également contribué à stabiliser les taux de change, renforçant le dinar par rapport au dollar et permettant à la banque centrale de constituer ses réserves de devises »

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire