AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelJustice-Affaire du "complot contre l'Etat": Décision de traduire les accusés devant la...

Justice-Affaire du « complot contre l’Etat »: Décision de traduire les accusés devant la justice militaire

La dixième chambre d’accusation près la Cour d’appel de Tunis a décidé de traduire les quatre accusés dans l’affaire dite du « complot contre l’Etat » devant la cour pénal près du tribunal militaire de première instance de Tunis, apprend mardi l’agence TAP auprès de Kamel Boujah, membre du collectif d’avocats de l’ancien responsable de sécurité Saber Laajili.
« La chambre a rejeté les demandes de remise en liberté des accusés, les deux cadres sécuritaires Sabeur Laajili et Imed Achour ainsi que l’homme d’affaires Chafik Jarraya et l’ancien ministre de l’intérieur Mohamed Najem Gharsalli et a réaffirmé sa décision annoncée le 22 mai de les traduire devant la justice militaire, confirmant la demande du juge d’instruction militaire », a-t-il ajouté.
Kamel Boujah a précisé d’autre part que son client et son collègue Saber Achour ont été accusés de « divulguer involontairement des renseignements portant sur la sureté de l’Etat extérieur » alors que Gharsalli et Jarraya sont accusés par la dixième chambre d’atteinte à la sûreté de l’Etat extérieur et au moral de l’armée nationale ».
Il a indiqué que le collectif de défense va interjeter appel auprès de la cour de cassation de cette décision de la dixième chambre d’accusation.
Celle-ci avait décidé mardi dernier de reporter l’affaire au 25 septembre en cours. Boujah avait déclaré alors à ce propos que la chambre d’accusation a jugé utile de prendre le temps nécessaire à l’examen du dossier de l’affaire renvoyée par la Cour de cassation. Il a relevé que la Cour de Cassation avait approuvé toutes les demandes formulées par les avocats de la défense dans cette affaire dont les évènements remontent au mois de mai 2017.
Le 23 aout dernier, la Cour de cassation de Tunis a rejeté les décisions émises par la chambre d’accusation n° 36 près la Cour d’appel de Tunis relative à l’affaire.
La chambre d’accusation près la Cour d’appel de Tunis avait décidé de traduire les quatre accusés devant les chambres criminelle et pénale du Tribunal militaire permanent de Tunis.
L’’homme d’affaire Chafik Jarraya a été arrêté le 24 mai 2017, rappelle-t-on, pour « atteinte à la sureté de l’Etat extérieur, trahison et mise à la disposition d’une armée étrangère en temps de paix », après des plaintes à son encontre devant le parquet militaire pour « adhésion et actions susceptible de porter atteinte à la sûreté de l’Etat ».
Ces accusations ont été formulées à l’encontre de l’ancien ministre de l’intérieur Mohamed Naghem Gharsalli, l’ex-directeur général de l’unité nationale d’investigation dans les crimes de terrorisme au Gorjani, Saber Lajili, et l’ex-directeur général des services spécialisés au ministère de l’Intérieur, Imed Achour.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,001SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -