La CNAM n’a pas divorcé avec la PCT, elle rembourse, se redresse

La CNAM n’a pas divorcé avec la PCT, elle rembourse, se redresse

par -

Le PDG de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), Bechir Irmani, a démenti, dans une déclaration accordée à Africanmanager, la suspension de la convention sectorielle signée entre la caisse et la Pharmacie centrale de Tunisie (PCT), soulignant que cette convention reste toujours valable et que selon la loi elle prendra fin le 20 octobre prochain. “Nous ne voulons pas suspendre la convention (…) Nous sommes pour le renouvellement même après le 20 octobre“, a-t-il précisé.

Irmani a toutefois indiqué que ce sont les pharmaciens qui ont demandé la suspension de la convention et non pas la CNAM, assurant que la Caisse est toujours ouverte aux négociations malgré l’annonce, par la Pharmacie centrale, de la fin de la convention. “Nous sommes encore attachés à cette convention et les concertations sont en cours avec les parties prenantes pour trouver les solutions adéquates permettant de poursuivre le travail avec ladite convention“, a-t-il précisé.

Sur le même sujet, le PDG de la CNAM a expliqué que les pharmaciens voulaient suspendre ladite convention à cause du retard accusé par la CNAM pour rembourser ses dettes, évoquant les grosses pressions subies par la caisse en la matière.

Il a par ailleurs expliqué que les capacités financières de la caisse se sont réduites, chose qui a mis l’organisme dans des difficultés financières. Il a rappelé les efforts fournis auparavant par la caisse en matière de contribution dans le secteur privé : “On avait remboursé chaque semaine…On ne peut pas patienter! (…) Nous avons plus de 3300 millions de dinars d’impayés“, a-t-il assuré.

Bechir Irmani a dans le même contexte précisé que la caisse fait face à plusieurs problèmes de liquidité mais la situation est en train de se redresser. “Nous sommes en train de faire des efforts pour rembourser nos dettes, notamment envers les pharmaciens (…) C’est vrai que nous avons des dettes envers les pharmaciens mais pas grand chose, elles sont en train de diminuer“, a indiqué le PDG de la CNAM, avant de rappeler que la caisse a récemment payé 25 Millions de dinars à la Pharmacie centrale et doit verser son équivalent dans les prochains jours.

Il a fait savoir que la CNAM a fait quand même un effort pour réduire les délais de remboursement afin d’atteindre seulement 90 jours, une avancée qu’il a qualifiée d’exceptionnel.

Il convient de rappeler à ce propos que depuis le mois de novembre, la CNAM a commencé à appliquer les décisions prises par le Conseil ministériel restreint du 6 novembre 2017, en opérant un virement mensuel de l’ordre de 40 millions de dinars pour les hôpitaux et de 23 millions de dinars pour la Pharmacie centrale. C’est ce qu’a confié le PDG de la CNAM dans une interview récente accordée à Africanmanager. “Toutefois, un montant de 14 millions de dinars au titre de la part de la CNRPS dans l’effort de paiement de la PCT par la CNAM n’a pas été transféré jusqu’à ce jour, ce qui a empêché la CNAM de virer le montant de 33 millions de dinars décidé par le CMR et de se limiter à 23 millions de dinars“, a-t-il ajouté.

En effet, la CNAM a connu une accumulation exceptionnelle de dettes envers la Pharmacie centrale, de l’ordre de 150 millions de dinars en 2016 et de 127 millions de dinars en 2017, soit un total de 277 millions de dinars. Mais la situation a connu une nette amélioration en 2018 avec la montée progressive des recettes.

Les montants payés à la Pharmacie centrale sont de l’ordre de 189 millions de dinars durant la période janvier–août 2018 et seront de l’ordre de 290 millions de dinars à la fin de l’année 2018.

ARTICLES SIMILAIRES

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire