12 C
Tunisie
mercredi 3 mars 2021
Accueil La UNE La démocratisation de la Tunisie : Apprendre des désastres des autres !

La démocratisation de la Tunisie : Apprendre des désastres des autres !

Le processus de transition démocratique en Tunisie est également le résultat de développements négatifs dans d’autres pays arabes. Dans le même temps, le succès de la Tunisie, quoique relatif, envoie des signaux importants aux autres États de la région. Les responsables politiques européens devraient tirer parti de ces processus d’apprentissage, déclare Isabelle Werenfels, analyste à l’Institut allemand des affaires internationales et de sécurité.

- Publicité-

Début 2014, la Tunisie était  à nouveau considérée à juste titre comme le leader démocratique du monde arabe et le dernier espoir du printemps arabe. Sa nouvelle constitution, adoptée par l’assemblée constituante nationale le 26 janvier, est sans précédent en termes de libertés politiques et religieuses, de relations entre religion et politique, et d’égalité des sexes.

Peut-être plus important encore, le petit pays d’Afrique du Nord illustre comment un processus de dialogue national, soutenu par des intermédiaires persévérants  de la société civile et la bienveillance internationale, peut permettre de parvenir à un large consensus sur les fondements du nouveau système politique, même dans une société politiquement très polarisée. Dans une région où les conflits politiques sont généralement « résolus » par la force ou la répression, la Tunisie démontre de façon impressionnante que le processus de négociation peut être difficile, mais qu’il est susceptible de produire des résultats plus démocratiques et probablement plus durables, estime la chercheuse .

Les peuples et les régimes de l’ensemble du monde arabe garderont un œil sur la Tunisie : les peuples parce qu’ils la considèrent comme un modèle. Les dirigeants, parce qu’ils voient leur pouvoir menacé par la première véritable alternative arabe à leurs systèmes autoritaires. En même temps et paradoxalement, les développements positifs du processus de démocratisation tunisien sont le résultat direct des développements négatifs dans d’autres États de la région, à savoir l’Égypte, la Libye et la Syrie.

Leçons tirées de l’Égypte

La destitution du président égyptien Mohammed Morsi en juillet 2013 et la répression massive qui a suivi contre les Frères musulmans en Égypte ont mis en sursaut les principaux acteurs en Tunisie. Cela est particulièrement vrai pour Ennahdha, le parti dominant de l’ancienne coalition gouvernementale. Tout au long de son histoire, Ennahdha a toujours été plus progressiste et tolérant dans sa vision de l’ordre politique et social que les Frères musulmans égyptiens. Néanmoins, le gouvernement dirigé par Ennahdha s’est efforcé d’islamiser la sphère sociale et a cherché à inscrire l’islam comme religion d’État dans la constitution.

Après la destitution de Morsi, les représentants d’Ennahdha ont publiquement exprimé leur inquiétude face à une évolution similaire dans leur propre pays – et en ont tiré les leçons. Ils se sont engagés sérieusement dans le processus de dialogue national et ont fait preuve d’une volonté surprenante de compromis lors de la rédaction de la constitution. De plus, le mouvement Ennahdha – en raison de la pression de la rue et de l’opposition parlementaire – n’a déclaré qu’il démissionnerait dans l’intérêt national, pour faire place à un « gouvernement intérimaire » jusqu’aux prochaines élections (probablement à l’automne 2014). Et ils ont tenu parole. Ainsi, pour la première fois dans le monde arabe, un gouvernement dominé par les islamistes, qui s’est hissé au pouvoir par des élections, a renoncé au pouvoir.

L’opposition tunisienne a également tiré les leçons de l’Egypte. Au début, elle s’est sentie encouragée à demander le renversement du gouvernement dirigé par les islamistes. Mais les affrontements sanglants en Égypte ont convaincu des figures clés de l’opposition, comme feu l’ancien président de la République  Béji Caïd Essebsi, d’engager un dialogue direct et sérieux avec le chef d’Ennahdha, Rached Ghannouchi.

Le revirement « déchirant » d’Ennahdha

En outre, la montée des groupes djihadistes en Libye, dans la région du Sahel et en Syrie a eu un impact sur le processus politique interne de la Tunisie. Au départ, le gouvernement d’Ennahdha a plus ou moins fermé les yeux sur les Salafistes  tunisiens potentiellement militants. De plus, aucun obstacle n’a été mis sur la route des jeunes Tunisiens qui partaient pour la Syrie afin de se joindre à la bataille dans ce pays. Pourtant, Ennahdha a de nouveau – même si c’est avec hésitation – tiré les leçons de l’association de militants locaux avec des acteurs djihadistes internationaux et de leurs violentes attaques contre les forces de sécurité tunisiennes. À présent, le parti islamiste se dissocie explicitement du camp potentiellement militant Salafiste. Le classement du groupe salafiste Ansar al-Sharia comme organisation terroriste en août 2013 n’est qu’un exemple de la nouvelle stratégie du gouvernement.

L’anarchie croissante en Libye, où les armes circulent librement et où les djihadistes peuvent se déplacer sans entrave, a notamment renforcé la volonté de dialogue entre le gouvernement et l’opposition en Tunisie. Avec l’effondrement progressif de la Libye, l’élite politique tunisienne ainsi que d’importantes forces sociales ont pris pleinement conscience que ce n’est qu’en se serrant les coudes qu’elles seraient suffisamment fortes pour relever les défis de la mise en place d’institutions étatiques solides dans un environnement régional difficile.

On ne peut évidemment pas présumer que les acteurs politiques du monde arabe tireront des conclusions des développements dans la région considérés comme les « bons » dans une perspective occidentale axée sur la démocratie, comme l’a fait la Tunisie. Mais pour les acteurs de la politique (étrangère) occidentale en particulier, il est important d’agir conformément à ces processus d’apprentissage et d’adaptation rapides. À court terme, la voie tunisienne ne sera peut-être pas un succès à l’exportation. Toutefois, si les populations arabes, par exemple en Égypte, constatent que la démocratisation en Tunisie continue de progresser grâce au dialogue national inclusif et que ces progrès conduisent à un soutien européen substantiel à l’économie, cela peut à moyen terme inciter à poursuivre également la voie du dialogue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,421FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,392SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles