30 C
Tunisie
dimanche 5 juillet 2020
Accueil La UNE La franco-tunisienne NextProtein lève 11,2 millions$ pour un projet d’aliments pour...

La franco-tunisienne NextProtein lève 11,2 millions$ pour un projet d’aliments pour bétail à base d’insectes en Tunisie

NextProtein, une startup franco-tunisienne travaillant sur de nouvelles méthodes de production d’aliments pour animaux et d’engrais à base d’insectes, a levé 10,2 millions d’euros (11,2 millions de dollars) dans le cadre d’un financement de série A, a révélé la société cette semaine à AFN ( AgFunderNews), qui précise qu’il s’agit de la plus grande opération de démarrage de technologie agroalimentaire en Tunisie à ce jour.

Le tour de table a été mené par un groupe d’investisseurs réuni par le cabinet Blue Oceans Partners, dont Telos Impact et RAISE Impact. D’autres soutiens sont venus de Mirova et Althelia Sustainable Ocean Fund, ainsi que des sociétés japonaises Kepple Africa Ventures et Aucfan Incubate (depuis sa création en 2015, nextProtein a également obtenu des fonds d’investisseurs tels que Kima Ventures et les anges Khaled Helioui et Cyril Grislain).
Utilisant des déchets organiques approuvés par l’Union européenne pour l’élevage des larves de mouche noire du soldat pour l’alimentation des animaux, nextProtein ciblera d’abord le secteur de l’aquaculture.

Le choix de la mouche du soldat noir est loin d’être peu orthodoxe pour les startups opérant dans cette discipline. D’autres, comme Better Origin (anciennement connu sous le nom d’Entomics) ou Enterra, ont également identifié l’espèce pour son taux de croissance. Parmi ses points forts, on peut citer son appétit vorace et omnivore lorsqu’il s’agit d’engloutir les déchets alimentaires, créant ainsi des sous-produits précieux et fertiles ; ses qualités nutritionnelles lorsqu’il est donné aux poissons ou aux volailles ; et le fait que, contrairement aux criquets et à certaines autres espèces, il n’y a pas de désastre envahissant si les mouches du soldat noir parviennent à s’échapper de la ferme.
Les vers de farine, les abeilles, les grillons ou les sauterelles sont d’autres choix prisés par les startups. Parmi ces espèces, le ver de farine a réussi à se hisser au premier plan l’année dernière lorsque la technologie d’élevage robotisé d’Ynsect a battu des records avec ses 125 millions d’unités de la série C. Il s’agissait à l’époque du plus gros contrat de technologie agricole en dehors des États-Unis, et devrait permettre à Ynsect de continuer à bourdonner pendant un certain temps – tant que la prochaine pandémie ne mute pas à partir d’un marché humide de vers de farine.

« Les protéines d’insectes apportent des solutions à des problèmes sociétaux majeurs : une population croissante avec une demande plus importante de poisson et de viande, et un environnement qui se dégrade », a déclaré Syrine Chaalala, directrice générale de nextProtein – une ancienne responsable des urgences de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture qui a cofondé la société avec Mohamed Gastli, ingénieur chimiste et entrepreneur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,208FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,282SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles