AccueilActualitésLa région MENA devrait disposer d'institutions fortes pour amortir les effets de...

La région MENA devrait disposer d’institutions fortes pour amortir les effets de la crise économique

Le vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Farid Belhadj, a déclaré que la crise persiste malgré les signes d’espoir dans la région MENA, notamment après le lancement des campagnes de vaccination contre le virus Corona, ajoutant que les pays de la région ont besoin d’institutions fortes pour pouvoir assurer la relance et la construction d’économies plus fortes et plus résilientes dans les années à venir.

- Publicité-

 Et d’ajouter en commentant le dernier bulletin d’information économique de la région MENA intitulé « Vivre avec la dette : Comment les institutions peuvent tracer la voie de la reprise dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord », publié par la BM, que les gouvernements de la région ont été contraints d’ augmenter le volume de leurs emprunts, indiquant que les problèmes de développement dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ont été aggravés par la pandémie du coronavirus, ce qui a contribué à l’augmentation des taux de pauvreté, à la détérioration des finances publiques, à l’augmentation des emprunts et à la baisse continue de la confiance dans les gouvernements.

La dette publique a considérablement augmenté car les gouvernements de la région ont été contraints d’emprunter pour financer les soins de santé de base et les mesures de protection sociale, a-t-il dit.

Selon le rapport de la Banque mondiale, les économies de la région vont reculer de 3,8% en 2020, soit une augmentation de 1,3 point de pourcentage par rapport aux prévisions de la Banque mondiale en octobre 2020, «mais les estimations de croissance pour la région publiées en octobre 2019 sont inférieures de 6,4 points de pourcentage.

Selon les estimations, le coût cumulé de la pandémie en termes de pertes de produit intérieur brut (PIB) s’établira à 227 milliards de dollars d’ici à la fin de l’année en cours.

Les économies de la région MENA ne devraient se redresser qu’en partie en 2021, de 2,2 %, mais ce redressement dépendra notamment d’un déploiement équitable des vaccins.

Selon le rapport, les emprunts substantiels que les pays MENA ont dû contracter pour financer des mesures essentielles de santé et de protection sociale ont fait exploser la dette publique. Il est estimé que la dette publique moyenne des pays MENA devrait augmenter de près de 8 points de pourcentage, passant d’environ 46 % du PIB en 2019 à 55 % en 2021.

La dette entre les pays MENA importateurs de pétrole devrait s’établir en moyenne autour de 93 % du PIB en 2021.

« La nécessité de continuer à dépenser et à emprunter restera forte dans un proche avenir, les pays de la région n’ayant d’autre choix que de continuer à dépenser en soins de santé et en protection sociale tant que la pandémie se poursuivra. Par conséquent, après la pandémie, la plupart des pays de la région pourraient se retrouver avec un service de la dette qui siphonne des ressources qui pourraient autrement être consacrées au développement économique » d’après la Banque Mondiale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,675FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,454SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles