AccueilLa UNELa Tunisie parmi les 5 pays MENA les plus durement touchés par...

La Tunisie parmi les 5 pays MENA les plus durement touchés par la guerre russo-ukrainienne, selon S&P Global

Les chocs sur les prix de l’alimentation et de l’énergie provoqués par le conflit entre la Russie et l’Ukraine pourraient accroître les inégalités de revenus et mettre en péril les dynamiques sociopolitiques existantes dans certains pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord,. Tel est l’avertissement lancé par les économistes de Standard1Poors’s Glogal.

Cinq pays du Mena, à savoir la Tunisie,  l’Égypte, la Jordanie, le Liban et le  Maroc ; seront parmi les plus durement touchés par les retombées économiques du conflit, car leurs économies dépendent fortement des importations de denrées alimentaires ou d’énergie (ou des deux), et ils s’approvisionnent en grande partie en céréales en Russie et en Ukraine, a précisé un panel d’économistes dirigé par Valerijs Rezvijs, économiste de S&P Global, dans un rapport.

Le rapport, intitulé « Food price shock reverberates through Mena economies », indique que le conflit Russie-Ukraine continuera probablement  d’exercer une pression sur les marchés de l’alimentation et de l’énergie, étant donné le rôle central de la Russie dans l’approvisionnement en énergie et la contribution importante des deux pays aux exportations agricoles mondiales. La Russie et l’Ukraine représentent ensemble plus de 25 % des exportations mondiales de blé et près de 15 % de celles de maïs. La Russie et le Belarus sont également d’importants producteurs d’engrais.

« Notre analyse a révélé que l’Égypte, la Jordanie, le Liban, le Maroc et la Tunisie seront parmi les pays les plus durement touchés par les retombées économiques du conflit, car leurs importations nettes de denrées alimentaires et d’énergie représentent entre 4 % et 17 % de leur PIB et ils s’approvisionnent en céréales en grande partie en Russie et en Ukraine », a déclaré Valerijs Rezvijs, économiste mondial chez S&P.

« Nous pensons que la hausse des prix de l’alimentation et de l’énergie et les insécurités d’approvisionnement, parallèlement au chômage élevé des jeunes dans ces pays, pourraient entraîner une augmentation des inégalités de revenus et poser des risques pour les dynamiques sociopolitiques existantes », a ajouté Rezvijs.

Les mesures budgétaires temporaires visant à atténuer le choc pour les consommateurs et les producteurs et à prévenir le mécontentement social exerceront une pression sur l’assainissement budgétaire post-pandémie.

« Un conflit prolongé entre la Russie et l’Ukraine, qui maintiendrait les prix des denrées alimentaires à un niveau élevé à moyen terme, risque d’aggraver la dynamique budgétaire des importateurs de produits de base de la région Mena », a déclaré Rezvijs.

Le cas sri-lankais pourrait faire tache d’huile

Le Fonds monétaire international a exhorté les gouvernements du monde entier à subventionner le coût des denrées alimentaires et de l’énergie, « de manière très ciblée, de préférence en fournissant des subventions directement aux personnes », alors que les craintes de récession mondiale se font sentir. Réaffirmant que les couches pauvres de la société sont en difficulté en raison de l’inflation et du coût élevé de la vie, la directrice du FMI, Kristalina Georgieva, a déclaré que si de nombreux gouvernements ont apporté une certaine forme d’aide par le biais de programmes et d’autres dispositions, cela pourrait ne pas être suffisant. Georgieva craint que, sans le soutien adéquat du gouvernement, les manifestations observées au Sri Lanka ne se reproduisent dans d’autres pays.

Tatiana Lysenko, économiste en chef d’Emea Emerging Markets, a déclaré qu’étant donné les pressions sociales, les gouvernements mettront en place des programmes fiscaux visant à amortir l’impact et à prévenir le mécontentement social, soit par des subventions, soit par d’autres formes de soutien.

« Le conflit a déclenché de fortes hausses des prix des matières premières, car les deux pays sont de grands exportateurs de nombreux produits de base essentiels. Les marchés de l’énergie sont durement touchés, étant donné le rôle central de la Russie dans l’approvisionnement énergétique mondial, le prix du pétrole Brent ayant augmenté de 50 % cette année. Les marchés alimentaires sont également parmi les plus touchés, puisque la Russie et l’Ukraine représentent ensemble près de 60 % des exportations mondiales d’huile de tournesol, plus de 25 % du blé et près de 15 % du maïs. La Russie et le Belarus sont également d’importants producteurs d’engrais. Par conséquent, les prix des céréales ont bondi après le début du conflit. Nous voyons également d’autres pays imposer des contrôles sur les exportations de denrées alimentaires afin de protéger les consommateurs nationaux, comme la récente décision du gouvernement indien de restreindre les exportations de blé à la suite d’une sécheresse. Ces évolutions renforcent les pressions sur les prix des denrées alimentaires », a déclaré  Lysenko.

Le conflit parti pour durer !

« Les développements futurs restent incertains, mais nous pensons que les prix des matières premières devraient rester élevés pendant un certain temps. Nous pensons désormais que le conflit risque de durer plus longtemps que prévu et, quelle que soit la durée des hostilités militaires, les sanctions et les risques politiques connexes devraient rester en place pendant un certain temps », a ajouté  Lysenko.

« Le conflit a déclenché de fortes hausses des prix des matières premières, car les deux pays sont de grands exportateurs de nombreux produits de base essentiels. Les marchés de l’énergie sont durement touchés, étant donné le rôle central de la Russie dans l’approvisionnement énergétique mondial, le prix du pétrole Brent ayant augmenté de 50 % cette année. Les marchés alimentaires sont également parmi les plus touchés, puisque la Russie et l’Ukraine représentent ensemble près de 60 % des exportations mondiales d’huile de tournesol, plus de 25 % du blé et près de 15 % du maïs. La Russie et le Belarus sont également d’importants producteurs d’engrais. Par conséquent, les prix des céréales ont bondi après le début du conflit. Nous voyons également d’autres pays imposer des contrôles sur les exportations de denrées alimentaires afin de protéger les consommateurs nationaux, comme la récente décision du gouvernement indien de restreindre les exportations de blé à la suite d’une sécheresse. Ces évolutions renforcent les pressions sur les prix des denrées alimentaires », a déclaré Lysenko.

« Les développements futurs restent incertains, mais nous pensons que les prix des matières premières devraient rester élevés pendant un certain temps. Nous pensons désormais que le conflit risque de durer plus longtemps que prévu et, quelle que soit la durée des hostilités militaires, les sanctions et les risques politiques connexes devraient rester en place pendant un certain temps », a ajouté  Lysenko.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,003SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -