La Tunisie, toujours socialement instable

La Tunisie, toujours socialement instable

par -

2044 mouvements de protestation dont 1986 mouvements collectifs et 58 individuels ont été enregistrés au cours du 3ème trimestre de l’année courante, a indiqué la coordinatrice de l’Observatoire social tunisien (OST), Najla Arfa.
Arfa a révélé, jeudi lors d’une conférence de presse organisée par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) pour présenter son rapport sur les mouvements sociaux, les suicides et les violences au cours du troisième trimestre de 2019, que le nombre des mouvements de protestation a enregistré une hausse de 217 mouvements en comparaison avec la même période de 2018
Elle a ajouté qu’une fois encore, le gouvernorat de Kairouan se trouve en tête des régions protestataires avec 508 mouvements suivi des gouvernorats de Gafsa (201 mouvements de protestation), Sidi Bouzid (162) et Sfax (130) et ce au cours du troisième trimestre de cette année. Le gouvernorat de Ben Arous a enregistré 12 mouvements de protestation seulement selon Arfa.
La coordinatrice de l’OST a souligné que la plupart des protestations ont été enregistré dans les secteurs économique et social (678 mouvements de protestation). Viennent, ensuite, les secteurs de l’administration (653), de la santé (211), de la sécurité (160), de l’infrastructure (104), de l’éducation (86) et de l’environnement (66).
Sur un autre volet, l’intervenante a affirmé que 58 cas et tentatives de suicide dont 47 cas masculins et 11 féminins, ont été enregistrés durant ce trimestre.
Elle a signalé que le gouvernorat de Kairouan a occupé la première place en termes de cas et tentatives de suicide avec 11 cas recensés, suivi du gouvernorat de Kasserine (7 cas) puis les gouvernorats de Sousse, Monastir, Jendouba, Bizerte, Sidi Bouzid avec 4 cas enregistrés dans chaque gouvernorat.
Le rapport a également relevé la recrudescence des cas de violences recensés dont 60% collectives et 40% individuelles. Les délégations et les quartiers de la capitale ont enregistré le taux le plus élevé des cas de violences durant le troisième trimestre de l’année en cours estimé à 23%.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire