AccueilLa UNELe Brexit sera de quasi nul effet sur la Tunisie

Le Brexit sera de quasi nul effet sur la Tunisie

Ce ne sont pas uniquement les pays de l’Union européenne qui s’inquiètent de la sortie de la Grande- Bretagne de l’UE. D’autres pays, dans une moindre mesure, il est vrai, se posent des questions sur l’avenir de leurs relations avec le Royaume-Uni, une fois le Brexit consommé. Ceux du Maghreb en font partie. Et les intérêts britanniques au Maghreb ne doivent pas être pris à la légère, affirme le think tank basé à Washington, le Middle East Institute (MEI), qui note qu’en 2017, le commerce entre le Royaume-Uni et le Maghreb comprenant le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, s’élevait à plus de 4,3 milliards de dollars, tandis que l’aide publique au développement (APD) britannique dans la région dépassait 20 millions de livres sterling.

- Publicité-

La sortie imminente du Royaume-Uni de l’UE ouvrira un nouveau chapitre pour les intérêts et la position britanniques dans la région. Si le Royaume-Uni doit trouver un compromis pour la perte de son poids diplomatique et économique, il devra redéfinir les priorités de ses efforts d’engagement. La continuité des politiques à l’égard du Maroc et de la Tunisie semble inévitable ; l’Algérie, en revanche, promet de grandes possibilités d’évolution de ses relations.

La position actuelle du Royaume-Uni à l’égard du Maghreb est largement déterminée par l’intérêt qu’il porte à sa stabilité. La logique stratégique de la Grande-Bretagne soutient que le meilleur traitement préventif du terrorisme, de la migration irrégulière, de la perturbation du commerce et d’autres menaces perçues est le développement économique parallèlement à la démocratisation évolutive.

En plus de ces interventions en amont, le Royaume-Uni agit plus directement par le biais de projets d’assistance à la sécurité ou de réforme du secteur de la sécurité, comme son soutien considérable au secteur de la sécurité tunisien après les attentats de Tunis et de Sousse en 2015, ou son assistance au Maroc en matière de réforme pénale. Selon la stratégie de sécurité nationale du Royaume-Uni, l’Afrique du Nord est une zone particulièrement préoccupante en ce qui concerne la radicalisation et le terrorisme.

APD : La Tunisie « choyée »

Dans la poursuite de ses intérêts, l’engagement du Royaume-Uni au Maghreb est inégal, constate le MEI. En ce qui concerne l’APD, le Royaume-Uni dépense beaucoup plus pour la Tunisie par habitant que pour le Maroc ou l’Algérie. En tant que le plus prometteur des pays du Printemps arabe, la Tunisie a attiré de grandes quantités de financement de la part de donateurs européens. Pour ce qui est de l’Algérie, en revanche, le Royaume-Uni a éprouvé plus de difficultés à collaborer avec des partenaires locaux.

Les intérêts du Royaume-Uni au Maghreb ne changeront pas de manière significative avec le Brexit et sont plus ou moins alignés sur ceux de l’UE, avec une certaine différence d’accent. La stabilité par le développement humain au Maghreb est une grande priorité pour l’UE, même si l’exposition des Etats membres aux conséquences de l’instabilité diffère. Par rapport aux États membres continentaux, le Royaume-Uni a été géographiquement isolé des flux migratoires irréguliers en provenance d’Afrique du Nord et est davantage concerné par l’incubation de l’extrémisme violent international.

Cependant, dans l’ensemble, le Royaume-Uni partage les intérêts de l’UE dans la stabilité du Maghreb, un fait qui peut être vu à travers une approche commune du développement. Tout comme le Royaume-Uni, la logique de développement de l’UE vise la stabilité par le développement économique, la libéralisation des marchés, l’intégration, la démocratisation et une meilleure justice sociale. Là où la programmation du développement de l’UE tend à différer de celle du Royaume-Uni, c’est dans l’échelle (d’environ 60 fois pour la région), et par conséquent dans le type. L’UE peut travailler sur de grands projets d’infrastructure, tandis que le Royaume-Uni recherche généralement des projets plus concis de type renforcement des capacités .

Des retombées mitigées

Le départ de l’UE aura des conséquences mitigées. Le commerce britannique avec la région a considérablement bénéficié des efforts d’intégration déployés par l’UE, qui ont donné lieu aux accords d’association. Ces accords constituent la base des accords de continuité que le Royaume-Uni a déjà conclus avec la Tunisie et le Maroc. Ainsi, le commerce britannique avec ces deux pays continuera à bénéficier des investissements antérieurs de l’UE, mais seulement aussi longtemps que les accords de continuité suivront les améliorations apportées aux accords d’association.

Au-delà de la perte d’influence sur la politique européenne au Maghreb, et avec les accords de continuation déjà conclus, Brexit pourrait ne pas affecter de manière significative les relations du Royaume-Uni avec la Tunisie et le Maroc dans un avenir prévisible. Cependant, alors que le Maroc et la Tunisie présentent une relative continuité, l’Algérie présente une image très différente. Déjà l’acteur le plus important sur le plan économique, militaire et en termes de capital humain, l’énorme mécontentement populaire à l’égard du statu quo met en évidence l’énorme potentiel de l’Algérie, conclut le MEI.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,439SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles