24 C
Tunisie
mercredi 15 juillet 2020
Accueil La UNE Le groupe de Néji Mhiri fera sacrifice de 2 hôtels, pour redresser...

Le groupe de Néji Mhiri fera sacrifice de 2 hôtels, pour redresser Meublatex

Le plus grand constructeur tunisien de meubles depuis la disparition de Skanes-Meubles et de Zaoui-Meubles, et membre du groupe hôtelier Mouradi de l’homme d’affaire Néji Mhiri-Fils & fille, traverse depuis peu une mauvaise passe financière, contrecoup de la crise du secteur hôtelier. Meublatex est en effet, le fournisseur exclusif du groupe en mobilier, et son chiffre d’affaire est lié à hauteur de 25ou 30 % à la santé des hôtels du groupe, et aux investissements du groupe.

Le total des produits d‘exploitation de Meublatex, était en assez forte baisse, passant de 43,8 MDT Fin 2017, à 34,8 MDT Fin 2018 contre. Ses charges d’exploitation baissaient certes à 40,2 MDT fin 2018 contre 44,08 MDT fin 2017, mais les produits d’exploitation, ne couvraient pas les charges. Le résultat d’exploitation de 2018, était négatif de -4,4 MDT, contre un tout de même positif résultat bénéficiaire de 0,8 MDT fin 2017.

En conséquence, le résultat net s’affichait déficitaire de 8,06 MDT fin 2018 après la petite perte de -0,574 MDT à fin 2017.Le déficit augmente, et les charges financières nettes augmentent. Au 31 décembre 2018, selon ses commissaires aux comptes, les états financiers faisaient apparaitre un total bilan de 140,978 MDT, un résultat déficitaire de 8,062 MDT, et une trésorerie négative de 8,867 MDT.

De plus, la société avait fait l’objet, au cours de l’exercice 2013, d’un contrôle fiscal approfondi au titre des exercices 2009-2012. Au final, un redressement de 9,405.846 MDT. La société a fait opposition. Le dossier est toujours devant le tribunal de première instance, toujours en cours de jugement, après expertise.

  • Cession de deux 4 étoiles et prochaine introduction en bourse du groupe hôtelier

« En date du 25 mai 2019, nous avons adressé une lettre d’alerte au PDG de Meublatex, dans laquelle nous avons demandé des éclaircissements sur la situation de la société, qui a rencontré une baisse continue de la capacité d’autofinancement, et au niveau du résultat d’exploitation ».

Dans le paragraphe d’observation, on pouvait lire l’existence de « signes précurseurs de difficultés économiques (…). La continuité de l’activité de la société se trouve menacée », écrivait le commissaire aux comptes de Meublatex, qui ne semblait pas avoir reçu de réponse. Nous avons alors posé la question à Mohamed Kantaoui, responsable financier de l’entreprise. Il avait les solutions.

« La situation s’améliore. Les hôtels du groupe ont désormais accès au crédit, et vont se lancer dans la rénovation, ce qui va impacter positivement le chiffre d’affaire de Meublatex », indique le responsable qui évitait de revenir, trop en détail, sur les difficultés de Meublatex, tout en restant optimiste quant à la capacité de résilience de l’entreprise et sa capacité de rebondir.

Mohamed Kantaoui évoque ensuite des actions, en cours ou à venir, pour restructurer la situation de l’entreprise à travers l’amélioration de la liquidité de son principal donneur d’ordre qu’est le groupe hôtelier. « Nous avons, par exemple, des actifs qui sont hors exploitation, dont deux hôtels à Mahdia et à Hammamet, tous deux du type 4 étoiles, que nous comptons céder. Sans oublier une prochaine introduction en bourse du groupe hôtelier qui avait dégagé l’année dernière un résultat brut d’exploitation de quelque 55 à 60 MDT, pour un chiffre d’affaire de plus de 200 MDT ». Le vase communicant, Hôtels-Meubles, contribuera ainsi à relancer Meublatex. Kantaoui en est sûr !

  • Des encours de 70 MDT, mais pas d’impayés !

Kantaoui évoque aussi, dans le même objectif de la mobilisation de liquidité hors banques, qui resserrent certes les cordons de la bourse, mais pas uniquement que sur Meublatex, la possibilité du groupe de céder une partie du patrimoine fonciers de l’entreprise. Il est vrai que le groupe est connu pour disposer d’importants actifs fonciers.

Parlant toujours, comme en réponse au commissaire aux comptes lorsqu’il s’étonnait du peu d’accès de Meublatex au financement, Kantaoui refuse de parler d’impayés bancaires, mais d’encours financiers autour de 70 MDT chez Meublatex, en voie de paiement ou de consolidation. « Nous n’avons pas de gros problèmes avec les banques », affirme sereinement Mohamed Kantaoui, avant d’ajouter que « les banques, c’est connu, serrent les bourses des crédits de gestion, dès que vous enregistrez une régression du chiffre d’affaires. Or, notre principal problème, c’est l’accès aux crédits de gestion ».

Le groupe hôtelier se dessine donc de nouvelles perspectives, ce qui impactera directement les finances de son fournisseur en meubles Meublatex, soulagera sa crise financière, et contribuera au refinancement de l’activité en fonds propres. Meublatex est ainsi, certes malade, mais se soigne et en famille !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,201FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,286SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles