16 C
Tunisie
mercredi 3 mars 2021
Accueil La UNE Le mauvais calcul de Dr Louzir

Le mauvais calcul de Dr Louzir

Membre du comité scientifique de lutte contre le coronavirus, le Dr Hechmi Louzir a indiqué, ce lundi 25 janvier 2021 sur une radio privée, que « le confinement général et total est possible à tout moment, et même dans les prochains jours, soulignant que cela s’inscrit dans le cadre des hypothèses sur lesquels on travaille » [ar]. Louzir a cependant précisé que la grande majorité des membres du comité était contre pareille mesure, au vu de son impact négatif.

- Publicité-

Louzir serait donc l’un des rares à l’approuver, et on ne sait pas s’il lisait bien comme nous (certes des néophytes en la matière, mais meilleurs lecteurs de statistiques, non seulement ceux de Covid-19) les chiffres de l’évolution de la pandémie en Tunisie.

Le 13 janvier 2021, un communiqué de la Primature tunisienne annonçait un mini-confinement de 3 jours. Et c’est, on le suppose, sur la base de l’impact des chiffres de l’évolution de la pandémie en Tunisie, et  10 jours plus tard, une batterie de 7 mesures qui prolongeait le confinement, dit ciblé, jusqu’au 14 février 2021.

Voyons maintenant ces mêmes chiffres sur la base desquels la décision politique a été prise de prolonger le confinement, avec comme mesures phares le couvre-feu, l’interdiction des déplacements entre les villes à bord de véhicules privés, et la mise en vigueur des moyens de contrôle de cette interdiction.

–           « إذا كان رب البيت بالدف ضاربا فشيمة أهل البيت كلهم الرقص »

La re-flambée du virus, presque « calme » pendant tout l’été, avait débuté le 2 septembre 2020 (sans aucun lien avec la même date qui correspondait avec l’entrée de Hechmi Mechichi à la Kasbah), avec 233 nouveaux cas. Le 30 septembre de la même année, le nombre des contaminés dépassait, pour la 1ère fois, les mille (1.008 nouveaux cas). Onze jours plus tard, ce nombre est presque multiplié par deux (1.990 nouveaux cas), pour finir décembre de l’année 2020, à 1924.

Le 13 janvier, en effet, jour de l’annonce du 1er mini-confinement qu’un ancien ministre de la Santé justifiait plutôt par des raisons sécuritaires liées aux émeutes nocturnes dans différentes villes du pays , la Tunisie enregistrait 3.632 nouveaux cas, après plus de trois mille le 11 janvier et un peu plus de 2.500 le 12 janvier 2021. Une évolution donc en dents de scie, avec un pic à 4.170 le 15 janvier (deux jours après la décision), et qui restera par la suite dans une moyenne de plus ou moins 2.500 nouveaux cas chaque jour, entre le 16 et le 24 janvier.

Une période où nous nous sommes nous-mêmes promenés librement entre les régions, et où nous n’avons remarqué AUCUN contrôle policier, au moins dans les goulots d’étranglements d’usage, des points de paiement sur les autoroutes, et au niveau de plus d’un rond-point de la Garde nationale. Conclusion de fait, le virus n’a pas évolué tout seul, mais on l’a laissé librement évoluer.

Il faut faire remarquer, aussi, que, le vendredi 8 janvier, trois jours avant les décisions de la Kasbah, une cérémonie d’inhumation  d’un député décédé du Covid se déroulait dans le total irrespect des protocoles sanitaires, notamment en matière de port du masque et de la distanciation sociale, avec notamment la présence du président de l’ARP qui n’arrêtait pas d’appeler les autres au respect des mêmes protocoles bafoués. Le 25, autre cérémonie funèbre  et autre bafouage public.

Le proverbe tunisien, mis en surtitre et arabe dialectal, dit par le poète « Al Moutanabbi », que « Lorsque le chef de la maison est un batteur de tambourin, il est normal que tous les gens de la maison dansent ». Et cette fois, c’est la présence, d’abord du signataire des mesures restrictives et de confinement, le chef du gouvernement, et ensuite de celle qui n’arrêtait pas depuis des mois, d’appeler les autres au respect des gestes barrières, Mme Nissaf Ben Alaya. Ils donnaient, tous, le bon exemple, et exprimaient, autant qu’ils étaient,  le laxisme généralisé vis-à-vis d’une population qui « adore être menée au paradis tout en étant enchaînée,  et qui a été et sera toujours derrière l’évolution de la pandémie en Tunisie.

Si  Dr Louzir avait lu tous ces chiffres, il se serait rendu compte, comme tous ceux qui appellent au reconfinement total, que ce n’est pas le confinement qui contribuera à faire baisser  le nombre des nouveaux contaminés, mais l’application, stricte et à tout le monde, politiciens et gouvernement au premier rang, des simples gestes barrières, qu’il faudra ! Nous aurions aimé discuter de tout cela avec  Dr Louzir. Il ne répond, ni au téléphone, ni aux sms, ni sur « Messenger ».

–          Un confinement à un Milliard DT le mois.

Autres chiffres, que n’aurait pas bien lus le Dr Louzir de même que certains du comité scientifique, auxquels par ailleurs nous renouvelons toute notre considération, ceux du coût de la non-vaccination, des effets économiques d’un choix clair et annoncé, comme le demande d’ailleurs le FMI aux autorités tunisiennes, pour une politique du tout-vaccination.

Il y a quelques jours, le 13 janvier justement, l’économiste Habib Karaouli dénonçait sur nos colonnes ce qu’il appelait un « Vox clamens in deserto » à propos de la vaccination, comme étant le seul véritable investissement bancable, sanitaire et économique et dont le rendement est presqu’immédiat sur le tourisme et le transport aérien. Le 17 janvier 2021, un autre éminent économiste et ancien membre du conseil des analyses économiques, Afif Chelbi estimait à un Milliard DT par mois, le coût de la non-vaccination.

Au lieu de tout cela, gouvernement et conseil scientifique du Covid-19 préfèrent se vautrer dans les mesurettes de lutte contre la propagation de la pandémie. Des mesurettes, vite rendues caduques par le laxisme, de tous avec tous, et qui ne feront qu’étaler la pandémie dans le temps, mais jamais l’arrêter. Gouvernement et Comité scientifique préfèrent badiner entre les deux pans du « double défi de sauver des vies et de préserver les conditions de vie » comme le disait à juste titre le FMI pour la Tunisie, et sacrifier les 3,8 % de croissance attendus, toujours par le FMI pour 2021 et liés à l’atténuation de la pandémie, préférant faire peur et menacer sans le dire toute l’économie, à un investissement réaliste !

1 COMMENTAIRE

  1. c’est le gouvernement ,son conseil scientifique et son comité de pilotage n’ont rien fait de bon pour juguler la pandémie du covid et la faute fatale qu’un jour ils seront appelés à rendre des comptes c’est qu’ils n’ont pas commandé à l’instar de tous les pays du monde à commander des vaccins rien que des pays voisins ont commencé à vacciner leurs populations nos responsables ont préféré attendre la charité du covac et des pays riches àr selon le proverbe tunisien la charité ne peut être donnée que lorsque donateurs ont satisfait leurs besoins .quand aux statistiques du ministère de la santé sont les sources de la santé publique et des cliniques privés mais la réalité est différente demandez au ministre de l’intérieur de vous donner les statistiques des décès de mars à décembre 2019 et la meme période 2020 toutes causes confondues et vous allez constater la hausse en 2020 quand au nombre des contaminés ce chiffre est en nette augmentation depuis qu’ils ont multiplié les analyses et le nombre des nouveaux est fonction du nombre d’analyses selon les scientifiques plus le nombre de tests réalisés est grand conduit à détecter plus de cas contaminés mais nos responsables ne connaitre la raison

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,421FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,392SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles