AccueilLa UNELe ministre a-t-il vu le fond du sac ? Kraft ou polypropylène,...

Le ministre a-t-il vu le fond du sac ? Kraft ou polypropylène, la polémique enfle sur l’emballage du ciment

Les 30% des sacs en kraft utilisés dans l’emballage du ciment qui seront remplacés par des sacs en polypropylène, feront gagner à la Tunisie l’équivalent de 20 Millions de Dinars (MD) en devises grâce à la réduction du volume des importations de pâte kraft, a déclaré le ministre de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises, Salah Ben Youssef.

- Publicité-

 » Il s’agit, également, de se repositionner sur le marché Libyen en baissant le coût des sacs de ciments ce qui favorisera la compétitivité de notre produit par rapport au concurrent turc sur ce même marché « , a-t-il ajouté, lundi, dans une déclaration à l’Agence TAP.

Et de rappeler que la Tunisie a perdu le marché Algérien qui a un excédent de production, d’où la nécessité de développer de nouveaux les exportations vers Libye, sachant que 7 millions de tonnes/an sont écoulés sur le marché local, contre une production de 11 millions de tonnes/an.

Il y a lieu de rappeler qu’un arrêté conjoint entre les ministres de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises et celui du Commerce publié au JORT, du 14 août 2020, a autorisé l’utilisation des sacs en plastique pour emballer le ciment, alors que le pays a adopté, depuis janvier 2020, une politique d’interdiction progressive de l’utilisation de ces sacs dans tous les espaces, avant une interdiction définitive à partir de 2021.

Pour le ministre, cette décision a été prise suite à des études et des consultations avec les professionnels du secteur qui auront le libre choix de l’utilisation soit des sacs en kraft ou les sacs en polypropylène.

Le « cost killing » s’invite dans l’affaire !

Sous la tutelle du département de l’industrie, cinq sociétés publiques avec des bilans négatifs, dont deux cimenteries ; à savoir la société des ciments de Bizerte et la Société les Ciments d’Oum El Kelil (CIOK), a-t-il encore précisé. Et d’ajouter que depuis, le mois de mars 2020, son département a engagé une étude qui repose sur une stratégie de Cost Killing (réduction des coûts) et une autre visant à identifier les investissements à faire pour améliorer la rentabilité de ces entreprises.

Le premier centre de coût est l’énergie. Pour ce volet, on a pensé à la création d’une centrale photovoltaïque qui permettra de réduire de 14 millions de dinars/an, les pertes des cinq sociétés publiques sous la tutelle du ministère, a indiqué Ben Youssef, estimant que le deuxième centre de coût qui représente les frais de personnel reste  » une composante intouchable « .

Le troisième centre de coût est l’emballage qui représente pour les deux cimenteries publiques 8% du prix d’un sac de ciment vendu, un taux qualifié  » d’énorme  » par le ministre.  » Les cimenteries achètent le sac en kraft entre 800 millimes et 1 dinar hors taxes, soit le double du prix du même produit vendu à l’étranger « , a-t-il encore avancé.

Un ressort écologique !!!!

Ce secteur est monopolistique par un cluster privé composé par un seul importateur/ producteur et six assembleurs de grands sacs en kraft, a rappelé le ministre, ajoutant que sept producteurs de sacs en polypropylène opèrent sur le marché tunisien. Et d’expliquer que l’importation de pâte kraft est assurée par un seul importateur qui est la Société Tunisienne Industrielle du Papier et du Carton (SOTIPAPIER) avant sa transformation en bobine de kraft qui sont transformées en grands sacs par les assembleurs.

 » Seulement deux sociétés parmi les six assembleurs remportent chaque année les appels d’offres, dont une appartenant à un élu de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) « , a souligné le ministre.

 » Un dossier d’examen des incidences environnementales de l’utilisation des sacs a été soumis, au début du mois de mai, au ministère de l’environnement « , a affirmé le ministre, ajoutant qu’aucune réponse n’est parvenue à son département qui a décidé de publier l’arrêté en question conjointement avec le ministère du commerce.

Il a rappelé dans ce cadre que 140 millions de sacs en polypropylène sont mis sur le marché chaque année.  » Ces sacs sont utilisés dans l’emballage de la semoule, la farine, la chaux, le fourrages et les engrais « , a-t-il indiqué, rappelant que le polypropylène est réutilisable et recyclable en pots, palettes …en plastique.

A noter que la publication de l’arrêté autorisant l’utilisation desdits sacs dans le domaine du ciment a suscité des critiques sur les réseaux sociaux. Des députés ont même qualifié la décision du ministère de l’industrie  » de pas en arrière  » vu l’impact du plastique sur l’environnement.

TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,439SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles