AccueilMondeLe risque d'une France «ingouvernable» inquiète à l'étranger

Le risque d’une France «ingouvernable» inquiète à l’étranger

Au lendemain du second tour des élections législatives en France,  les médias étrangers s’alarment de l’instabilité politique que pourrait induire la contre-performance du camp macroniste.

«Cauchemar à l’Elysée» : la formule barre la une du journal belge le Soir, ce lundi, au lendemain des élections législatives françaises qui ont vu Emmanuel Macron perdre largement la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

«Pire que les plus noirs cauchemars pour l’Elysée», enfonce le quotidien, qui souligne la percée historique du Rassemblement national et la défaite de têtes d’affiche du camp présidentiel comme la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin, et impute la défaite de la coalition Ensemble à sa «campagne désastreuse». «La France a voté et puni Macron», abonde Der Spiegel, en Allemagne.

Au diapason du Soir qui prédit «une France ingouvernable», nombreux sont les médias étrangers qui s’inquiètent de l’instabilité politique que pourraient provoquer dans l’Hexagone les résultats des élections législatives. «Le risque d’ingouvernabilité augmentera avec la nouvelle fragmentation de l’Assemblée», juge l’espagnol El País, qui redoute le potentiel «immobilisme» de l’Elysée. «L’agression de la Russie contre l’Ukraine exige précisément le contraire : un engagement cohérent et fiable, capable de gérer l’incertitude économique et les mesures que l’UE devra prendre pour trouver une solution pacifique», regrette le journal.

Son homologue italien la Repubblica estime quant à lui que «l’alerte rouge» a été sonnée hier à Bruxelles, dans la mesure où «l’instabilité» en France serait synonyme de «précarité et de faiblesse» pour l’Union européenne.

En Suisse, le quotidien le Temps titre sur les «blocages monstres» qui attendent désormais Emmanuel Macron, qui devra composer avec l’opposition pour mener à bien ses réformes. «Le groupe du parti présidentiel sera beaucoup moins puissant. Ses partenaires et les autres groupes auront beaucoup plus de moyens de pression pour négocier le passage de lois ou d’amendements qui vont dans leur sens», résume-t-il. Quant au conservateur américain Wall Street Journal, spécialiste d’économie et de finance, il déplore «un coup porté au programme pro-business du leader français», à commencer par sa réforme des retraites.

Dans des pays à la tradition parlementaire plus ancrée qu’en France, comme l’Espagne, on relève aussi que la fragmentation de l’Assemblée nationale française représente une opportunité sur le plan démocratique. Emmanuel Macron «devra sortir de l’isolement de l’Elysée et, comme il l’a promis après avoir été réélu pour un nouveau quinquennat en avril, gouverner avec une nouvelle méthode : moins verticale et plus à l’écoute des citoyens et de leurs représentants», note ainsi El País. Même topo pour le New York Times, selon lequel les élections législatives vont «rendre le pouvoir au Parlement après un premier mandat au cours duquel le style de gouvernement vertical [du chef de l’Etat] avait marginalisé les législateurs».

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -