16.9 C
Tunisie
mardi 1 décembre 2020
Accueil La UNE L’Europe face aux déboires économiques de la Tunisie et du Liban

L’Europe face aux déboires économiques de la Tunisie et du Liban

En fait de déboires économiques et sans doute politiques, la Tunisie et le Liban sont logés, à quelques nuances près, à la  même enseigne. L’un et l’autre pâtissent de la  faillite de l’État et de l’effondrement de l’économie ayant  entraîné une récente brutale augmentation du nombre de migrants quittant les deux pays, fait observer le think tank  paneuropéen, le Conseil  européen pour les relations internationales (ECFR).

- Publicité-

Pourtant, le Liban et la Tunisie n’ont jamais été de grands pays émetteurs des migrants vers l’Europe, mais cette année, les Tunisiens représentent le plus grand groupe de migrants, avec 42 %, soit près du double des chiffres des deux dernières années. Les arrivées de Tunisiens en Italie ont maintenant dépassé celles de la Libye. Au total, près de 8 000 personnes ont tenté le voyage depuis le début de l’année. Entre-temps, à l’extrémité orientale de la Méditerranée, 18 bateaux ont atteint Chypre depuis le Liban en septembre, confirmant l’émergence d’un nouvel itinéraire qui n’était utilisé auparavant que par les Syriens en fuite. La dernière enquête de la Jeunesse arabe montre que le pourcentage de jeunes Libanais désireux de quitter leur pays s’élève à 77 %, ce qui est plus élevé que celui de la Libye, du Yémen et de l’Irak.

Les pressions à l’intérieur du Liban et de la Tunisie mettent en évidence ce qui pourrait se passer dans la région, souligne ECFR. Les Libanais paient aujourd’hui un lourd tribut économique et psychologique à l’explosion de Beyrouth, le 4 août dernier. Cet événement a aggravé l’effondrement économique récent du pays, qui a vu la monnaie perdre 80 % de sa valeur et les niveaux d’inflation augmenter de 120 % au cours de l’année dernière. Un nouveau gouvernement pourrait maintenant être formé sous la direction de Saad Hariri, qui n’a été contraint de quitter son poste de premier ministre que l’année dernière en raison des protestations. Si ce gouvernement n’est pas en mesure d’obtenir rapidement un soutien financier international, le pays risque de connaître une nouvelle détérioration économique.

La Tunisie, pays qui est souvent considéré comme la seule réussite des soulèvements arabes,  connaît également des frustrations politiques et économiques croissantes. Les divisions persistantes au sein du gouvernement et du parlement ont considérablement ralenti l’adoption de réformes indispensables et un parlement profondément fragmenté n’a pas réussi depuis longtemps à s’entendre sur la manière de résoudre les énormes problèmes financiers et la dette du pays, qui représente 77 % de son PIB, constate le think tank européen. La crise de la Covid-19 a, quant à elle, provoqué un déclin économique de 21,6 %, soit la plus forte contraction de l’histoire du pays. Alors que les Tunisiens sont de plus en plus frustrés par la situation du pays, le taux de chômage ne cesse d’augmenter et les protestations se multiplient. Il existe une profonde insatisfaction face à l’absence de réponse aux demandes populaires pour un gouvernement compétent, des institutions légitimes et des processus politiques capables de résoudre les problèmes socio-économiques du pays.

Les Européens tenus de faire plus

Dans les deux pays, la mauvaise situation économique et politique encourage les gens à partir. Les Européens peuvent croire qu’ils disposent désormais des mécanismes nécessaires pour résister à de nouveaux flux importants. Là encore, il ne faut pas surestimer le nombre de personnes qui se dirigent vers l’Europe (ou l’exploiter à des fins politiques). Mais il est logique que les Européens fassent davantage pour résoudre ce problème avant que le nombre de personnes n’augmente davantage. Dans ce cas, les acteurs européens n’ont peut-être qu’une influence limitée sur la résolution des problèmes structurels profonds de la région et sur les réformes de gouvernance indispensables, comme le montrent les luttes que mène actuellement la France pour amener l’élite politique libanaise à s’engager dans un programme de réforme nécessaire. Mais ils peuvent encore accroître leurs efforts pour faire face aux crises économiques actuelles, affirme le Conseil européen pour les relations internationales.

Au lieu d’orienter leurs stratégies uniquement vers la transformation politique (même si les Européens devraient faire pression sur les gouvernements de la région pour qu’ils procèdent à des réformes de gouvernance dont ils ont désespérément besoin), les Européens doivent investir davantage d’efforts immédiats dans le renforcement du soutien sociétal de la base, en cherchant des moyens de renforcer les réseaux de la société civile et d’élargir les ouvertures pour les initiatives locales qui apportent une aide économique sur le terrain. Cela est particulièrement vrai dans le cas du Liban, où l’urgence et l’acuité de la situation actuelle font qu’il est essentiel que le soutien européen tente de répondre aux besoins fondamentaux de la population.

La Tunisie reçoit le plus d’aide européenne par habitant au monde

Pour ce qui est de la Tunisie, elle bénéficie  déjà d’une aide internationale importante. Selon ECFR, elle  reçoit les plus hauts niveaux d’aide européenne par habitant au monde et cette année et  elle devra encore emprunter environ 3 milliards de dollars pour respecter ses engagements de dépenses.

Comme l’a révélé l’enquête sur la jeunesse arabe, le mécontentement dans la région est élevé, en particulier chez les jeunes, qui représentent 60 % de la population de la région. L’augmentation du nombre de migrants cette année n’est pas seulement due aux conflits, mais de plus en plus aux difficultés économiques et au mécontentement des dirigeants politiques, une tendance que la pandémie a encore aggravée. Les gouvernements européens et l’Union européenne devraient accorder une nouvelle attention à cette nouvelle tendance pour aider à répondre aux besoins de la population maintenant et pour éviter l’arrivée d’un nombre écrasant de personnes à l’avenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

105,498FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,381SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles