AccueilActualitésL'huile d'olive grecque éclipsée par la Tunisienne au Canada

L’huile d’olive grecque éclipsée par la Tunisienne au Canada

La promotion insuffisante de l’huile d’olive grecque à l’étranger, combinée à l’absence d’une politique globale visant à contenir le coût des exportations vers des pays lointains comme le Canada, a entraîné une baisse des exportations d’huile d’olive grecque vers le deuxième plus grand pays du monde.

- Publicité-

Pire encore, le produit grec n’est pas seulement menacé par celui de l’Italie ou de l’Espagne, qui occupent depuis longtemps une position dominante sur le marché international – même si la plupart des exportations italiennes proviennent de Grèce – mais aussi par des forces émergentes comme la Tunisie et la Californie aux États-Unis, rapporte le journal grec Kathimerini, dans son édition anglophone.

Selon un récent rapport du consulat grec à Toronto sur le marché canadien de l’huile d’olive, les importations d’huile d’olive vierge au Canada ont augmenté de 17,16% en 2020 par rapport à 2019 en valeur et de 34,89% en volume. Le principal fournisseur était l’Italie, qui représentait 40 % des importations, suivie de la Tunisie, de l’Espagne puis de la Grèce.

Les exportations d’huile d’olive grecque ont diminué de 4 % en valeur l’année dernière sur une base annuelle, mais ont augmenté de 8 % en quantité, ce qui signifie que dans une mesure considérable, elle n’est pas exportée en tant que produit de base à forte valeur ajoutée. Le rapport a également révélé l’existence d’une marque d’huile d’olive au Canada qui est censée être produite par un importateur gréco-canadien, soit à partir d’une oliveraie qu’il possède lui-même, soit par le biais d’une coopération avec un producteur grec, puis embouteillée et vendue au Canada sous la marque de l’entreprise.

Il semble également y avoir des importations d’huile d’olive en vrac, souvent dans des boîtes de conserve, avec l’option de livraison gratuite à domicile. Le phénomène des ventes d’huile d’olive en vrac dans des boîtes de conserve a également été mis en évidence par un rapport du consulat en 2019, expliquant le prix nettement inférieur du produit grec par rapport à l’italien.

Alors que font les Italiens et maintenant les Tunisiens ? se demande le journal, notant que , pendant des années, les Italiens ont investi dans la standardisation de l’huile d’olive, en mélangeant le produit italien avec le grec, et en utilisant les restaurants italiens comme ambassadeurs.

Les Tunisiens, comme le révèle le dernier rapport, ont suivi ces dernières années une politique de marketing agressive, fondée sur la promotion de leurs régions oléicoles, du régime méditerranéen et de l’utilisation de l’huile d’olive dans les temps anciens.

Ils ont également mené une politique de prix beaucoup plus efficace, ce qui a contribué à soutenir la demande, se désole Kathimerini.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,566SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles