L’UGTT roule… sur l’or !

L’UGTT roule… sur l’or !

L’UGTT se serait bien passée de l’émoi autour de son parc automobile, après les frasques de son secrétaire général adjoint, Bouali Mbarki. La puissante centrale syndicale aurait sans doute aimé qu’on ne retienne d’elle que le très glorieux statut de défenseur des travailleurs, de la veuve et de l’orphelin, mais voilà, il y a ces berlines rutilantes qui peuplent son parking, font tache dans l’historique et pèsent lourd sur la perception qu’on a de Noureddine Taboubi et compagnie, dans un pays qui ne roule pas sur l’or.

Chacun fera son petit calcul sur ce que ces bagnoles coûtent et cogitera sur le train de vie de nos éminents syndicalistes. Une chose est sûre : l’image frappe, plus que tout ce qui pourra être débité sur l’indélicatesse et l’impudeur des responsables, qui se moquent des états d’âme des citoyens et de leurs difficultés au quotidien…

3 COMMENTAIRES

  1. Un court article, mais suscite de longs débats.
    Est-il légitime de parler de pudeur concernant l’étalage des richesses matérielles des personnes qui sont censés défendre les plus démunis ? Cependant ces responsables ont il le droit d’avoir un minimum de confort et de sécurité dans leurs déplacements à travers le pays ?
    Les responsables de l’UGTT sont des personnes qui agissent sur le plus grand capital Tunisien, qui n’est autre que les ressources humaines actives. Le capital humain au travail et dans les conditions idéales d’utilisation des énergies humaines disponibles et à développer n’est-il pas le principal acteur de création de richesses en biens et services ? Ainsi, les personnes qui œuvrent pour l’utilisation efficace de nos potentiels humains méritent autant d’honneurs que ceux qui travaillent pour l’augmentation du capital financier (non souillé) de la Tunisie.
    Je suis pour le bien être légal, à tous ceux qui travaillent pour la mise en marche de la machine de travail de la Tunisie, en éveillant en eux le pouvoir d’être de mieux en mieux grâce à l’efficacité d’usage des énergies humaines à synchroniser pour le développement intégral et durable du pays.
    Les voitures des syndicalistes me choquent moins que celles (beaucoup plus chères) conduites par des gamins qui n’ont pas travaillé pour les avoir. L’essentiel est de savoir d’où et comment viennent les supers richesses non contrôlées par l’administration publique Tunisienne.
    Les voitures des syndicalistes sont bien méritées, du fait que ces derniers œuvrent pour la production des richesses en biens et services en faisant obstacles à ceux qui sabotent les efforts des tunisiens par l’arrêt répétitif et mal justifié du travail utile pour la sécurité sociale et économique de la population.
    Faut-il peut être instaurer un observatoire indépendant et bien sécurisé, des richesses non contrôlées par l’état de certaines classes influentes en Tunisie ? En tant que prestataire de services, libéral, donc travailleur intellectuel indépendant je suis pour le bien être et la sécurité de ceux qui travaillent et gagnent leurs pains avec toute transparence et honnêteté sans aucune abusive exploitation des services et biens des autres.

  2. Et puis un petit examen des compte de l’Institution, de ses sources de revenus et de la DUR de son personnel ne serat pas de trop!
    Nul n’est au dessusn des lois, c’est que répètent tout le temps nos camarades syndiqués!
    Et ils ont raison!

  3. Et puis un petit examen des compte de l’Institution, de ses sources de revenus et de la DUR de son personnel ne serait pas de trop!
    Nul n’est au dessus des lois, c’est que répètent tout le temps nos camarades syndiqués!
    Et ils ont raison!

Laisser un commentaire