Tags Posts tagged with "aides"

aides

par -

Selon un nouveau rapport publié aujourd’hui par l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), intervenir de manière précoce dans les pays appelés à être frappés par des catastrophes naturelles peut permettre d’empêcher les crises de se transformer en des urgences humanitaires ou encore d’atténuer leurs impacts.

Pour chaque dollar dépensé par la FAO dans des interventions précoces d’aide au bétail au Kenya, en Somalie et en Ethiopie début 2017, alors que les éleveurs se préparaient à une autre sécheresse, chaque famille a vu ses bénéfices augmenter de 9 dollars. En effet, avec de moins en moins de décès dus à la faim et aux maladies au sein du bétail, les éleveurs ont réussi à produire trois fois plus de lait.

Les éleveurs sont maintenant en mesure de mieux protéger leur avenir car perdre leurs animaux reviendrait à perdre leurs moyens d’existence, cela engendrerait une cercle dangereux de pauvreté et une dépendance à l’aide d’urgence, par ailleurs beaucoup plus coûteuse.

Investir dans des interventions précoces est essentiel face à la multiplication des catastrophes naturelles

Dans la Corne de l’Afrique, le temps est devenu de plus en plus imprévisible. Les sécheresses se suivent, privant les communautés pauvres de leurs biens et les rendant encore plus vulnérables. D’un point de vue mondial, les catastrophes naturelles surviennent presque cinq fois plus qu’il y a quarante ans.

« Investir dans des interventions précoces n’est pas seulement humain et intelligent, c’est aussi rentable. Protéger les moyens d’existence avant les catastrophes implique une meilleure autonomie et une meilleure résilience face aux futurs chocs et moins de pression sur des ressources humanitaires, » a déclaré M. Dominique Burgeon, Directeur de la Division urgences et réhabilitation de la FAO et du Programme stratégique sur la résilience.

« Il est possible et surtout crucial d’agir tôt, il s’agit également de faire les choses de manière responsable. Il est de plus en plus évident que plus tôt nous répondons, plus nous améliorerons la capacité des communautés à résister, » a ajouté M. Burgeon.

Les avantages liés à une action précoce

Plus tôt dans l’année 2017, lors de l’absence de pluie, la FAO s’est rapidement organisée pour apporter son aide à des milliers d’éleveurs qui comptaient parmi les plus menacés.

Les interventions précoces de la FAO se sont focalisées sur: la distribution d’urgence de nourriture pour les animaux reproducteurs clés, la fourniture de services vétérinaires pour garder les animaux sains et en bonne santé, la réhabilitation des points d’eaux et l’installation de réservoirs d’eau et l’organisation de formations sur les meilleures pratiques liées au bétail et à la gestion des marchés de bétail par des membres du gouvernement.

Au Kenya, en moyenne, chaque famille d’éleveur a réussi à sauver deux animaux de plus en comparaison à ceux qui n’avaient pas reçu d’aide ; chaque enfant âgé de moins de cinq ans participant au programme a bu près de la moitié d’un litre de lait en plus chaque jour, ce qui représente un quart des calories journalières nécessaires pour un enfant âgé de cinq ans et 65 pour cent de ses besoins quotidiens en protéines.

Lors du pic de la sécheresse, les éleveurs aidés par la FAO, n’ont pas seulement réussi à survivre, ils ont également pu produire trois fois plus de lait que d’habitude. Les familles qui ont bénéficié de l’aide de la FAO ont signalé que leurs animaux étaient en bien meilleure santé et condition.

Pour chaque dollar de la FAO dépensé dans des interventions pour chaque famille, la famille a pu gagner 3,5 dollars. Sans les frais d’aide alimentaire et de réapprovisionnement, qui ont donc pu être évités, le retour sur investissement s’élève à 9 dollars par famille.

Les éleveurs kenyans qui n’ont par contre pas bénéficié d’une aide précoce ont dû vendre deux fois plus d’animaux alors que les prix ont chuté, passant de 80 à 30 dollars. Ils ont également dû sacrifier près de trois fois plus d’animaux pour pouvoir les manger mais aussi pour pouvoir réduire le fardeau associé à leur alimentation.

En Somalie, traiter une chèvre coûte 0,4 dollars tandis qu’en acheter une nouvelle coûterait 40 dollars. En traitant plus d’un million d’animaux appartenant à près de 180 000 personnes vivant dans les régions les plus touchées du Somaliland et du Puntland, les interventions de la FAO ont aidé les éleveurs à économiser plus de 40 millions de dollars et le lait produit était suffisant pour nourrir 80 000 femmes et enfants.

Ces activités ont également aidé à lancer un programme de prévention de grande ampleur contre la famine. D’un point de vue général, la FAO est venue en aide à plus de 7 millions de somaliens.

En Ethiopie, pour chaque dollar dépensé par la FAO pour protéger 100 000 animaux appartenant à près de 60 000 personnes dans les zones les plus touchées de la région Somali, chaque famille d’éleveur a gagné 7 dollars supplémentaires.

La FAO a aidé les éleveurs vivant dans la Corne de l’Afrique à protéger leurs troupeaux reproducteurs, qui ont à leur tour permis de garder leurs enfants en bonne santé et de payer leurs frais scolaires, soit un investissement important pour leur avenir.

par -

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, a déclaré dans une interview accordée ce vendredi 2 mars 2018 au journal Assahafa, que son département organise une série de réunions avec les parties concernées par le dossier des ouvriers des chantiers et ceux des sociétés de jardinages afin de résoudre les problèmes relatifs à ces deux secteurs.

Il a, en outre, précisé que 62 % des personnes travaillant dans les chantiers ou le secteur agricole sont analphabètes ou n’ont pas dépassé l’école primaire contre 1% de travailleurs diplômés. Et d’affirmer qu’une étude réalisée par son département relève que parmi les 75 mille employés enregistrés sur la liste des ouvriers des chantiers et de gardiennage, 9 mille avaient déjà bénéficié d’une couverture sociale, ce qui veut dire qu’ils avaient déjà d’un travail et ont donc bénéficié de manière indue des rémunérations au titre des chantiers et gardiennage. Et le ministre des Affaires sociales d’ajouter que plusieurs autres ont également reçu des aides dédiées aux familles nécessiteuses.

Et d’affirmer que 2 mille autres personnes sont recherchées par les autorités sécuritaires pour diverses affaires judiciaires.

par -

Le raccourci du titre est certainement discutable. Il n’en reste pas moins vrai, même s’il pourrait aussi s’appliquer dans le cas de la Tunisie, à tout autre chef du gouvernement d’un pays devenu ingouvernable. Les dernières manifestations, en Tunisie, contre la loi de finances 2018, ne sont d’ailleurs pas passées inaperçues chez son principal bailleur de fond qu’est le FMI.

Directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, Jihad Azour n’a pas manqué de réagir à ces manifestations. «La montée des tensions sociales et des manifestations (…) montrent clairement que le désir de prospérité, d’équité et d’avenir des habitants de la région reste insatisfait. Leur frustration est compréhensible», a-t-il écrit dans un article publié sur le site de l’institution internationale. Il dit même, toujours aussi compréhensif, que «sans surprise, les habitants n’ont pas envie de payer davantage s’ils estiment que le système favorise les plus nantis».

Et Azour, qui connait certainement les reproches que font les politiciens au FMI, à chaque fois qu’un pays commence à appliquer le «remède de cheval» qu’il conseille à chaque fois, défendait en fait l’ordonnance médicamenteuse de l’institution financière, dont l’objectif selon lui est d’aider le pays à retrouver la croissance économique et l’équité, commence par dire que «il serait regrettable que le processus de réforme économique en cours fasse marche arrière». Il tempère ensuite, en conseillant aux gouvernements, et il ne parlait pas que de la Tunisie, de «s’efforcer de mener les réformes en veillant à l’équilibre social, de façon progressive, et surtout, ils doivent tenir la promesse d’une vie meilleure pour tous, et plus particulièrement pour les personnes pauvres et vulnérables».

Les réformes à mener en priorité sont les suivantes, selon le «FMIste», docteur en finances internationales et ancien ministre du Liban. «D’abord, la réduction de la corruption, la promotion d’une concurrence loyale grâce au commerce extérieur et à une meilleure réglementation, et améliorer l’accès au crédit pour permettre aux PME et aux nouvelles entreprises de se développer. Ensuite, investir dans les compétences nécessaires pour la nouvelle économie, en particulier chez les jeunes travailleurs, en modernisant l’enseignement et la formation, et les aider à trouver un emploi. Mais aussi offrir des perspectives à chacun au moyen de politiques budgétaires équitables et porteuses de croissance, ainsi que d’une fiscalité juste. Et enfin, renforcer les droits des femmes et répondre aux besoins des réfugiés en matière d’alimentation, de logement, d’éducation et de travail». Des priorités, qu’on retrouve toutes, en filigrane à travers les mesures initiées par le GUN (Gouvernement d’union nationale) en Tunisie. Mais aussi et surtout des réformes qui auraient dû être initiées dès le 1er gouvernement de transition et qui auraient dû être l’essentiel de la révolution. Ce sont ces retards successifs qui ont rendu la tâche plus ardue et ont surtout alourdi la facture, sociale et financière, poussant le pays dans les bras du FMI, le plus exigeant des bailleurs de fonds, et dans un endettement que la Tunisie a demandé et non le contraire.

Jihad Azour admet cependant que «rien de cela n’est aisé» et estime que «il n’est pas tenable d’accumuler des dettes publiques pour financer des dépenses qui se sont trop souvent révélées improductives. Le remboursement de ces dettes se fait au détriment de dépenses vitales dans les domaines de la santé et de l’éducation, et ce sont les générations futures qui en paieront le prix».

Azour, qui parlait jusque-là de tous les pays de la région, en vient au cas tunisien. Dans les pays «où la dette publique est déjà élevée et augmente encore, comme (…) en Tunisie, le FMI a fourni des financements qui permettront un ajustement budgétaire plus progressif que ce qui aurait été possible autrement, et à un taux d’intérêt plus bas».

Et comme s’il voulait défendre une institution financière, généralement jugée coupable de toutes les incidences sociales, il explique : «nous [au FMI] nous efforçons également d’être attentifs aux circonstances sociales et politiques, comme en Tunisie, où nous avons adouci plusieurs fois l’objectif en matière de déficit budgétaire, malgré les conséquences pour la dette et l’inflation».

Il assure même que «dans les programmes qu’il soutient, le FMI veille également de plus en plus à ce que les personnes les plus vulnérables soient préservées des augmentations d’impôts et des réductions des dépenses. En Tunisie, par exemple, l’administration a élargi le programme de transferts monétaires en faveur des personnes à faible revenu, doublant ainsi le nombre de familles bénéficiaires et triplant le montant moyen des transferts. Les dépenses sociales globales ne peuvent pas tomber en-dessous d’un seuil plancher, conformément au programme soutenu par le FMI». Il défendrait presque le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, même si ce dernier a fini par dévoiler, mais avec du retard, les mesures d’accompagnement de la loi de finances 2018.

Plus détaillé dans ses explications des remèdes du FMI aux économies en difficulté, comme la tunisienne, le Directeur au FMI indique que «dans toute la région, le FMI prône la réduction des subventions à l’énergie, qui sont très coûteuses. Pourquoi ? Parce que ces subventions profitent principalement aux classes aisées. Parallèlement, et c’est très important, le FMI déconseille fortement de réduire les subventions alimentaires, par exemple pour l’achat de pain en Jordanie et en Tunisie. Encore une fois, pour être efficaces, les programmes de réforme doivent être adaptés aux circonstances propres à chaque pays, et pleinement assumés par les pouvoirs publics. Le dialogue avec les principaux acteurs concernés, dont la société civile, est un facteur essentiel, et c’est un élément des programmes que le FMI soutient partout dans le monde».

Le chef du gouvernement tunisien participera la semaine prochaine à Marrakech, au Maroc, à une conférence régionale que le FMI organise, en coopération avec le Fonds monétaire arabe, le Fonds arabe pour le développement économique et social notamment. Le débat, avec des décideurs politiques et des représentants du secteur privé et de la société civile, portera sur les façons les meilleures de contribuer davantage à la réalisation d’une croissance inclusive.

Youssef Chahed y parlera certainement du cas tunisien, de la conjoncture dans laquelle se déroulent les réformes qu’il est en train d’appliquer, non sans peine. Il est à espérer que le FMI finira par comprendre, comme le disait son Directeur Jihad Azour, que «rien de cela n’est aisé», pour Youssef Chahed comme pour tout autre responsable à sa place, qu’il montre plus de compréhension face au temps que mettent les réformes à se mettre en place et qu’il continue son soutien financier à la Tunisie, qu’il comprenne son souci de l’impact social des réformes et le soutienne aussi. Amen !

par -

Des aides d’une valeur de plus de 125 mille dinars sont octroyées au profit des familles nécessiteuses, des familles des martyrs de la révolution et des actes terroristes, dans le gouvernorat de Kébili, pendant le mois de ramadan, a indiqué Mohamed Jelidi du comité régional de solidarité sociale.
“En coordination avec les autorités régionales et locales, des aides alimentaires d’une valeur de 60dt chacune, sont distribuées au profit des familles à revenu limité dans les différentes délégations de Kébili et ce dans le cadre du programme national des aides offertes pendant le mois de ramadan.
Le comité régional de solidarité sociale a également planifié 500 aides dont des aides alimentaires et des habits qui seront distribuées au profit des familles nécessiteuses pendant le mois de ramadan en plus des aides pour les familles des martyrs de la révolution et des attentats terroristes, a précisé la même source

par -

Le directeur régional des affaires sociales de l’ariana, Abderazek Ghadhab a indiqué à la correspondante de la TAP dans la région, que des aides sociales ont été distribuées au profit de 3205 familles à revenus limités dans la région, moyennant une enveloppe de 275 mille dinars à l’occasion du mois de ramadan et de l’Aid El Fitr.
“Les bénéficiaires du programme national d’aide aux familles démunies recevront une somme de 80 dinars qui sera versée sur deux tranches”a-t-il dit. Par ailleurs, l’Union nationale de solidarité a distribué des aides à plus de mille bénéficiaires sous forme de bons d’achats d’une valeur de 60 dinars, outre des produits alimentaires, des ustensile de cuisine au profit de 60 familles démunies dans les différentes délégations de la région.
Une table de rupture du jeune sera organisée dans la délégation Ettadhamen (gouvernorat de l’Ariana) avec une capacité d’accueil de 60 familles démunies et présentera des services sociaux durant toute l’année en vue de satisfaire les besoins alimentaires des familles démunies.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Cinquante-cinq personnes ont été tuées cette semaine dans des violences intercommunautaires entre jeunes chrétiens et musulmans dans le nord du Nigeria, a déclaré le...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et classement à l'issue de 4e journée de la Ligue 2 professionnelle de football, disputée samedi et dimanche: POULE A Dimanche A Oued Ellil : AS Oued...