Tags Posts tagged with "Ambassade,"

Ambassade,

par -

Une réputation de migrants potentiels qui colle à la peau et en face des craintes d’être envahi par les étrangers, même européens, ce qui d’ailleurs a en partie causé le Brexit. Des médecins tunisiens viennent d’en faire l’amère expérience, avec le refus de l’ambassade du Royaume-Uni à Tunis, d’après le statut Facebook du docteur Mounir Naïja, d’accorder des visas à des médecins universitaires tunisiens qui devaient aller à Glasgow pour prendre part au congrès européen de médecine d’urgence, programmé du 8 au 12 septembre 2018.

Visiblement très remonté, Dr Naïja écrit ceci sur sa page Facebook, vendredi 17 août 2018 : «Chacun d’eux n’avait pas moins de 6 travaux de recherche acceptés qu’ils devaient présenter au congrès. La cause, exprimée par l’ambassade, est le risque de non-retour vers le pays d’origine. C’est l’injustice même c’est indignant, c’est révoltant et même raciste. Sachant que ces universitaires ont une situation professionnelle et familiale stable prouvée par la multitude de papiers exigés pour l’obtention du visa (…). Le Royaume-Uni est souverain dans le traitement et l’octroi des visas. Mais si c’est ça la nouvelle politique des Affaires étrangères du royaume, de bloquer l’élite universitaire, alors Monsieur le ministre de l’Enseignement supérieur, Monsieur le ministre de la Santé, Monsieur le Premier ministre, veuillez nous organiser la coopération avec d’autres pays qui nous respectent (…). Messieurs les ambassadeurs des pays européens (…) sachez que nous ne cherchons pas à quitter notre pays au contraire on est si fier d’être Tunisien et de rester travailler en Tunisie“…

L’ambassade du Royaume-Uni a certainement pensé que ces médecins voulaient le même destin que ces centaines de praticiens qui filent vers la France ou l’Allemagne, chassés par moult problèmes locaux ou simplement pour avoir une existence plus confortable, une tendance que nos “amis” européens encouragent d’ailleurs sans la moindre gêne

par -

Partout dans le monde, les minorités religieuses sont persécutées et privées de leurs droits de l’homme. C’est un problème sur lequel de nombreux pays doivent travailler ensemble, s’ils veulent pouvoir le résoudre.

Le mois dernier, Mohammad Salas, membre de la communauté derviche soufie iranienne des Gonabadis, persécutée par le régime iranien pour ses croyances, a été reconnu coupable et condamné à mort en raison de motifs discutables à la suite de violents affrontements entre les forces de sécurité et les derviches gonabadis. M. Salas et ses partisans ont maintenu son innocence, affirmant qu’il avait été torturé lors d’aveux forcés. Malheureusement, le 18 juin, dans la tristement célèbre prison de Rajai Shahr, le régime a procédé à la pendaison de M. Salas.

La mort de M. Salas s’inscrit dans une répression plus vaste, qui a commencé en février dernier, contre les musulmans soufis gonabadis. Des centaines de musulmans soufis en Iran restent emprisonnés en raison de leurs croyances, des rapports faisant état de plusieurs morts aux mains des forces de sécurité brutales de l’Iran. L’intolérance religieuse du régime en Iran s’applique également aux chrétiens, aux juifs, aux sunnites, aux bahaïs, aux zoroastriens et à d’autres groupes religieux minoritaires qui essaient simplement de pratiquer leur foi.

La persécution religieuse dans le monde

Partout dans le monde, des fidèles issus de milieux religieux innombrables souffrent de violations similaires de leurs droits les plus fondamentaux. En début d’année, le département d’État a accueilli six journalistes ouïghours basés aux États-Unis avec le service ouïghour de Radio Free Asia. Leurs reportages indiquent que les autorités chinoises retiendraient, au bas mot, des centaines de milliers de Ouïghours et d’autres minorités musulmanes dans des camps d’internement dans la région du Xinjiang. Une journaliste, Gulchehra Hoja, a indiqué que 23 membres de sa famille étaient détenus dans la région. Elle, comme tant d’autres, a peu ou pas d’informations sur le bien-être de sa famille.

En Birmanie, depuis août 2017, près de 700 000 Rohingyas ont été contraints de fuir vers le Bangladesh en raison d’une campagne de nettoyage ethnique menée par les forces de sécurité birmanes. Des rapports ont indiqué que des enfants, des personnes âgées et des personnes infirmes avaient été brûlés vifs dans des maisons.

Et au Soudan, le gouvernement a démoli une église évangélique presbytérienne en février après que la police a ordonné aux fidèles de l’évacuer juste après le service de culte du dimanche, et ce, sans avertissement préalable. Cette attaque est la dernière démolition d’église ordonnée par le gouvernement en date dans le pays.

Ces évènements, comme tant d’autres dans le même genre, sont odieux. La liberté de religion est un droit que Dieu a accordé à tous. C’est pourquoi le président Donald Trump prend des mesures pour protéger la liberté de religion dans le monde. Cela est le droit de tous, partout dans le monde.

Du 24 au 26 juillet, le département d’État réunira des chefs religieux, des groupes de la société civile, des survivants de la persécution religieuse et des délégations de gouvernements étrangers pour la toute première réunion ministérielle pour l’avancement de la liberté de religion à Washington. Le vice-président Mike Pence et d’autres responsables de l’administration Trump participeront également. Notre objectif est simple : la promotion du droit accordé par Dieu à tous les hommes de croire en ce qu’ils veulent.

Nous avons besoin de partenaires pour promouvoir la liberté de religion

Pour faire avancer la cause de la liberté de religion, nous avons besoin de toutes ces voix pour travailler ensemble.

Nous avons besoin que les groupes de la société civile, qui sont souvent les premiers à entendre parler de violations, continuent le travail courageux qu’ils font en première ligne.

Nous avons besoin que les chefs religieux de toutes les confessions expriment à leurs fidèles que la violence n’est pas une manière juste de propager la croyance.

Nous avons besoin que les gouvernements reconnaissent la discrimination religieuse et la persécution, qu’ils prennent fermement position contre elle et qu’ils traitent la liberté de religion comme une priorité de la politique étrangère.

Et nous avons besoin d’entendre les histoires de ceux qui ont été persécutés, torturés, emprisonnés à tort et tués en raison de leur foi. Nous pouvons honorer leurs sacrifices en empêchant que ces atrocités ne se reproduisent.

La promotion de la liberté de religion pour tous ne relève pas seulement de la promotion des intérêts des individus, mais aussi des pays et des groupes confessionnels dans le monde entier. Lorsque les libertés fondamentales de religion, de parole, de presse et de réunion pacifique existent, les idées se font concurrence et des points de vue différents sont discutés ouvertement. Une plus grande compréhension naît de cet échange libre. Les pays qui défendent les libertés individuelles sont souvent les plus sûrs, les plus économiquement dynamiques et les plus prospères au monde. La liberté de religion est un élément indispensable des sociétés libres.

L’administration Trump a très à cœur la promotion et la défense de la liberté de religion internationale. Mais le défi est trop grand pour une seule nation. Nous avons besoin que tous les pays protègent et défendent la liberté de religion pour tous. Je me réjouis d’accueillir mes homologues du département d’État des États-Unis alors que nous nous battons pour les persécutés, alors que nous plaidons pour ceux qui ne peuvent faire entendre leur voix et alors que nous travaillons ensemble pour ouvrir la voie à une plus grande liberté de religion dans le monde.

par -

Le Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU a condamné, mardi 15 mai 2018 à Genève, les violences meurtrières de Gaza qui ont eu lieu lundi au cours desquelles au moins 58 Palestiniens ont été tués.

« Sur les 2.700 blessés, près de 1.360 manifestants l’ont été à la suite de tirs des forces de sécurité israéliennes », a précisé le porte-parole du Haut-Commissariat, lors d’un point de presse ce matin à Genève.

Selon Rupert Colville, parmi les blessés, 155 sont dans un état critique. Six enfants et un agent de santé ont été parmi ceux qui ont perdu la vie et 10 journalistes ont été blessés par balles. Pour l’ONU, ce lundi reste la journée la plus sanglante dans le conflit israélo-palestinien depuis la guerre de Gaza en 2014.

De son côté, le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (BCAH) note qu’aucun décès n’a été signalé du côté israélien, mais un soldat israélien a été légèrement blessé et transporté à l’hôpital pour y être soigné hier.

Pour les services du Haut-Commissaire Zeid, une tentative visant à approcher, franchir ou d’endommager la clôture ne constitue pas une menace pour la vie ou une blessure grave et ne constitue pas un motif suffisant pour l’utilisation de munitions réelles. C’est également le cas en ce qui concerne les pierres et les cocktails Molotov lancés par des manifestants à distance des forces de sécurité bien protégées situées derrière des positions défensives.

« Il semble que n’importe qui peut être tué » s’inquiète le Chef des droits de l’ONU

Reste que pour les services du Haut-Commissaire Zeid, les règles relatives au recours à la force répétées à maintes reprises semblent être « ignorées à maintes reprises ». Pour le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, tout Palestinien manifestant à Gaza, qu’il représente une menace imminente ou non, pouvait être tué par les forces israéliennes. « Il semble que n’importe qui peut être tué », a déclaré aux médias Rupert Colville.

Le porte-parole du Bureau des droits de l’homme de l’ONU, Rupert Colville, a indiqué qu’Israël avait le droit de défendre ses frontières, selon les lois internationales, mais que la force létale ne devait être utilisée qu’en dernier recours, et que celle-ci n’était pas justifiée contre les Palestiniens qui approchaient la clôture.

« Ce n’est pas acceptable de dire : il s’agit du Hamas, donc c’est ok », a-t-il ajouté, rejetant la justification présentée par Israël qui accuse le parti contrôlant Gaza, d’être à l’origine de la manifestation et affirme donc qu’il n’a fait que défendre son territoire.

Parmi les personnes tuées par balles hier, figurait notamment un homme doublement amputé, a déclaré M. Colville, avant de lancer : « Quelle menace peut représenter un homme double amputé, depuis l’autre côté d’une barrière large et fortifiée ? »

Un mardi sous tension

Dans ces conditions, Zeid Ra’ad Al Hussein, a déclaré que « ceux qui sont responsables de violations flagrantes des droits de l’homme devront rendre des comptes ».

Dans tous les cas, la communauté internationale a continué d’exprimer son inquiétude devant le risque d’une escalade dans une région sous tension.

En effet, le mouvement de protestation palestinien, qui dure depuis des semaines, doit culminer ce mardi 15 mai, jour que les Palestiniens appellent la « Nakba » (la « Catastrophe »), qui marque l’exode de centaines de milliers d’entre eux, expulsés ou fuyants les combats, lors de la création de l’État d’Israël en 1948.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par ce qui peut arriver aujourd’hui – une journée remplie d’émotion des deux côtés – et dans les semaines à venir », a ajouté le Haut-Commissaire Zeid qui demande aussi Israël à faire preuve de la plus grande retenue ». « Trop c’est trop », a rappelé le Chef des droits de l’homme de l’ONU.

Des blessés soignés dans un système hospitalier en ruines de la bande de Gaza

Pour un système hospitalier en ruines, le défi pour les Palestiniens est de s’efforcer de soigner tant bien que mal tous ces blessés. Les services du Haut-Commissaire Zeid ont d’ailleurs rappelé la situation du système de soins de santé « déjà en ruine à Gaza » qui a été soumis à une pression incroyable. « Ceux qui souffrent de blessures mettant leur vie en danger sont confrontés à un scénario cauchemardesque en l’absence de lits d’hôpitaux et de services médicaux adéquats », a ajouté le porte-parole du Haut-Commissariat. Le Bureau des droits de l’homme de l’ONU rappelle à cet égard ces situations lors desquelles « des manifestants blessés sont effectivement empêchés par Israël de quitter Gaza pour y être soignés ».

De son côté, le BCAH rappellent que les installations médicales à Gaza luttent pour faire face au nombre de victimes et le Coordonnateur Humanitaire, M. Jamie McGoldrick, a exprimé hier sa profonde préoccupation face à la tragédie qui se déroule à Gaza après avoir visité l’hôpital Shifa à Gaza. « M. McGoldrick a déclaré que les équipes médicales de Shifa sont débordées, qu’elles traitent des centaines de blessés, y compris des femmes et des enfants, et qu’elles manquent de fournitures médicales essentielles », a déclaré Jens Laerke, porte-parole d’OCHA lors d’un point de presse ce mardi à Genève.

Pour l’ONU, les hôpitaux publics de Gaza ont moins d’une semaine de réserves de carburant pour pouvoir poursuivre leurs opérations. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la capacité du secteur de la santé à Gaza est déjà menacée dans le contexte de plus de dix années de blocus, avec des pénuries à long terme de médicaments essentiels et d’équipements médicaux et de produits médicaux à usage unique. « Ce mois-ci, deux médicaments essentiels sur cinq sont complètement épuisés », a fait remarquer le porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic.

A noter que l’ONU indique que, selon des sources locales, environ 35.000 personnes ont participé aux manifestations d’hier, soit beaucoup plus que les semaines précédentes.

par -

La cérémonie de signature du contrat de don du « Projet de l’Aménagement de l’Ecole Primaire Nagachia à Beja », a eu lieu le 26 mars 2018, à l’Ambassade du Japon en Tunisie. Le contrat de don a été signé par Monsieur Shinya IWATA, Chargé d’affaires de l’Ambassade du Japon en Tunisie et Monsieur Moez ATTIA, Président de l’Association Kolna Tounes.

L e c a d r e : Don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine L e m o n t a n t : 216 616 DT
Bénéficiair e: Association Kolna Tounes C o n t e n u :

– Aménagement des salles de classe
– Aménagement de la cantine
– Création d’un bloc sanitaire pour la classe préparatoire
– Aménagement du terrain de sport pour la classe préparatoire
Population ciblée : 205 élèves de l’Ecole Primaire Nagachia

Ce don permettra à l’Ecole Primaire Nagachia de rénover les salles existantes en cantine et en cuisine en vue d’offrir une alimentation saine et équilibrée aux élèves. Il réalisera également quelques travaux d’étanchéité pour les bâtiments où la pluie s’infiltre, il servira aussi pour le réaménagement du terrain de sport ainsi que pour la création d’un bloc sanitaire pour la classe préparatoire.

Cette école est l’objet du programme du PAM (Programme Alimentaire Mondial) qui apporte un appui technique dans le cadre d’une stratégie de mise à niveau de l’alimentation scolaire, telle que l’amélioration du menu de la cantine et la conservation des aliments. On attend de voir l’effet d’une synergie entre le programme du PAM et la création de la cantine et de la cuisine par ce projet.

Le Japon accorde de l’importance au soutien dans le domaine de l’éducation qui est indispensable pour promouvoir la sécurité humaine. L’éducation nous permet d’épanouir notre capacité et joue un rôle très important dans la réalisation du développement durable de chaque pays.

AMBASSADE DU JAPON EN TUNISIE
Le don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine a été instauré en 1996 pour que les ONGs et les collectivités locales puissent répondre rapidement et efficacement à divers besoins de développement, bien que la taille du projet soit relativement petite.

Les organisations éligibles sont celles à but non lucratif, telle que les ONGs, les collectivités locales, les établissements éducatifs tels que les écoles primaires et secondaires, et les établissements médicaux. Le don vise à l’amélioration des besoins humains fondamentaux comme la construction d’écoles primaires et secondaires, l’aménagement d’équipements médicaux dans les hôpitaux, et le forage de puits.

(Don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine)

Le nombre total de projets réalisés : 121 projets (depuis 1996) Le montant total : 7 121 037,271 DT
(Projets récents)
– Equipement de dépistage de cancer du sein (Gouvernorat de Medenine)
– Aménagement de l’école primaire d’El Krib (Gouvernorat de Siliana)
– Acquisition d’un bus pour les handicapés (Gouvernorat de Mahdia)
– Réhabilitation de l’école primaire de Teboursouk (Gouvernorat de Beja)
– Equipement pour la tapisserie et la menuiserie et aménagement de l’atelier (Gouvernorat de Siliana)

par -

Le moins qu’on puisse dire est que les “amis” des Etats-Unis ne se bousculent pas pour installer leurs ambassades à Jérusalem après la décision très controversée du président américain, Donald Trump, de la reconnaitre comme la capitale d’Israël. A ce jour, le Guatemala est la seule nation à avoir annoncé le déménagement de son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, rapporte l’agence Reuters. Le président guatémaltèque, Jimmy Morales, l’a fait savoir hier dimanche 24 décembre 2017, dans la droite ligne de son vote en faveur de la décision de Trump lors de l’Assemblée générale des Nations unies.

Morales a posté sur son compte Facebook qu’il a auparavant conversé avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. “Je félicite mon ami (Morales) pour sa décision audacieuse de transférer l’ambassade de son pays en Israël à Jérusalem“, s’est réjoui sur Twitter le président du Parlement israélien, Yuli Edelstein. Il a ajouté  “Votre décision prouve que votre pays et vous-mêmes êtes de vrais amis d’Israël“.
Même son de cloche chez la ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked, qui salue une “décision courageuse” et parie sur le fait que d’autres Etats vont marcher sur les traces des Etats-Unis et du Guatemala.

A rappeler que jeudi 21 décembre 2017 à l’ONU, 128 pays ont voté en faveur de la résolution condamnant la décision de Trump et demandant formellement sa révision.
Neuf nations ont voté contre ce texte et 35 autres se sont abstenues. Vingt et une autres n’ont pas pris part au vote. A noter que parmi les pays qui se sont opposés à la résolution figuraient le Guatemala et le Honduras.
Trump avait tout fait pour faire capoter le vote en menaçant de geler le soutien financier des Etats-Unis aux pays qui se dresseraient contre lui. Cela n’a pas empêché des pays que les USA aident copieusement (l’Égypte, le Kenya, le Nigeria, la Tanzanie, l’Éthiopie…) de voter en faveur de la résolution…

par -

On ne sait pas si cela relève de la Méthode Coué, mais le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, semble croire “que tous les pays européens, ou la plupart d’entre eux, vont transférer leurs ambassades à Jérusalem, reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et s’engager fermement” aux côtés d’Israël “pour la sécurité, la prospérité et la paix“. Il a tenu ces propos ce lundi 11 décembre 2017, peu avant sa réunion à Bruxelles avec les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept, , rapporte l’agence Reuters.

Pour lui, le fait que Trump brise le statu quo de ses prédécesseurs sur le statut de Jérusalem est une excellente chose pour la paix au Proche-Orient.”Cela rend la paix possible parce que reconnaître la réalité est la substance de la paix, le fondement de la paix“, a affirmé Netanyahu, droit dans ses bottes, lors d’un point presse. “Il y a aujourd’hui un effort de l’administration américaine pour promouvoir une nouvelle proposition de paix“, a-t-il ajouté. Une initiative pour la paix que lui et le président américain sont les seuls à voir pour le moment…

Le Premier ministre israélien a invité les Palestiniens à reconnaître Israël comme l’Etat juif et à avaliser le fait que Jérusalem est la capitale de cet Etat. “Il est temps que les Palestiniens reconnaissent l’Etat juif et qu’ils reconnaissent qu’il a une capitale. Elle s’appelle Jérusalem“, a-t-il asséné. “Je pense que même si nous n’avons pas d’accord pour le moment, cela peut intervenir dans l’avenir“, a-t-il indiqué.

A noter que c’est cela fait 22 ans qu’un responsable israélien n’avait pas mis les pieds au siège l’Union européenne, c’est dire les sentiments que l’UE inspire à l’Etat hébreu, des Européens qui ont la réputation d’être plutôt du côté des Palestiniens. La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a d’ailleurs rappelé que l’UE est toujours sur sa ligne traditionnelle, celle du “consensus international” pour déterminer le sort de Jérusalem et qu’il n’est pas question pour le moment de le reconnaitre comme la capitale d’Israël.
L’UE, a-t-elle ajouté, s’en tient à la solution des deux Etats, l’un palestinien et l’autre israélien. Dans ce sens, les initiatives pour la paix vont se poursuivre et une rencontre avec Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, est programmée à janvier 2018.

par -

Après la Jordanie, la Ligue arabe et l’Arabie saoudite, c’est au tour de la Turquie d’alerter sur les conséquences du projet complètement fou du président américain, Donald Trump : Reconnaitre Jérusalem comme la capitale de l’Etat hébreu. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré ce mardi 05 décembre 2017 qu’il pourrait aller jusqu’à rompre les relations diplomatiques avec Israël si Trump va jusqu’au bout, une intention que lui prêtent ses proches.

Pour Erdogan, un tel affront ne passerait pas chez les musulmans. “Je suis peiné de voir que les Etats-Unis s’apprêtent à reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël“, a-t-il déclaré lors d’une rencontre entre les députés de son mouvement, l’AKP (Parti de la justice et du développement).
Il a ajouté : “M. Trump, Jérusalem est pour les musulmans la ligne à ne pas franchir. C’est violer le droit international que de prendre une décision en faveur d’Israël alors que les plaies de la société palestinienne continuent de saigner (…). Cela pourrait conduire aussi loin qu’une rupture des relations de la Turquie avec Israël. Je mets en garde les Etats-Unis : ne prenez pas une telle mesure qui aggravera les problèmes de la région“, rapporte l’agence Reuters.

Le ministre israélien de l’Education, Naftali Bennett, a rétorqué ceci au président turc. “Il y aura toujours des gens pour critiquer mais en fin de compte il vaut mieux avoir une Jérusalem unifiée que la sympathie d’Erdogan“.

A noter que l’Arabie saoudite, une alliée de Washington, a également mis en garde la Maison Blanche. Son ministère des Affaires étrangères a déclaré que “cette reconnaissance aurait de très graves conséquences et constituerait une provocation pour tous les musulmans“, rapporte l’agence de presse SPA. “Le gouvernement des Etats-Unis devrait prendre en compte les conséquences négatives d’une telle initiative et le royaume (saoudien) espère qu’une telle décision ne sera pas prise“, ajoute SPA.

Pour le moment l’Europe ne s’est pas fait beaucoup entendre sur la question, préférant sans doute les manoeuvres dans les coulisses pour tenter de freiner le président américain et pariant sur le fait que in fine la raison et le bon sens allaient l’emporter…

par -

Comme chaque année, une mission économique autrichienne composée de représentants 14 entreprises autrichiennes se rendra en Tunisie le 19 octobre 2017. L´organisation de la manifestation est assurée par la Délégation Commerciale de l’Ambassade d’Autriche « ADVANTAGE AUSTRIA » et sera `l´hôtel Sheraton Tunis (salle Marhaba 1).

Les membres de la délégation tiendront, à Tunis, une série d’entretiens individuels avec les hommes et femmes d’affaires tunisiens.

Les entreprises autrichiennes participantes opèrent dans divers domaines, notamment dans les :

  • Profilés en aluminium spécifiques pour l´industrie et automatisation
  • Fours industriels
  • Systèmes d’impression et de codage
  • Machines pour la fabrication de produits en béton
  • Machines pour l´industrie agroalimentaires
  • Equipments pour le secteur minier
  • Traitement de déchets et Recyclage de plastique et PET
  • Constructions d´hôpitaux pour la santé
  • Logiciel de vente pour le secteur des Télécommunications
  • Les Services bancaires
  • Flacons pour parfums

Les entreprises tunisiennes intéressées par la tenue de rencontres avec les membres de la délégation autrichienne durant leur visite en Tunisie sont invitées à visiter le site officiel : www.advantageaustria.org/tn Cette visite permettra aux hommes d’affaires autrichiens et leurs homologues tunisiens d’identifier et de valoriser les opportunités d’affaires et d’investissement qu’offrent les deux pays.

Les exportations autrichiennes en Tunisie ont atteint en 2016 80,5 millions d’Euros, ce qui représente une légère augmentation de 2 % par rapport à l’année 2015. Les importations de l’Autriche vers la Tunisie ont atteint 43%.

Les importations de l’Autriche en provenance de la Tunisie se sont élevées à 134 millions d’Euros pour l´année de 2016 avec une baisse de 43 % par rapport 2015. Ceci est dû principalement à la baisse de l´exportation tunisienne de produits pétroliers vers l´Autriche, connue pour ses fluctuations.

Les principaux produits autrichiens exportés vers la Tunisie sont: les équipements et machines, les produits électrotechniques, les matières plastiques, le cuir ainsi que les produits pharmaceutiques et chimiques. En ce qui concerne des exportations de la Tunisie vers l’Autriche, celles-ci comprennent essentiellement le Textile, les composants automobiles, l´électrotechnique, les vêtements et chaussures et les produits pétroliers.

Parmi les secteurs en Tunisie pour lesquels l’Autriche pourrait proposer ses technologies: les Machines et les outils pour les industries et la construction, les équipements pour laboratoires et hôpitaux, le domaine ferroviaire (chemin de fer, métro, tramway et téléphérique) l’Agriculture, le domaine de l’environnement, comme le traitement des eaux usées, l’industrie du plastique et les énergies renouvelables.

De plus, les secteurs du tourisme et de l’industrie agroalimentaire, en particulier la production BIO, représentent deux autres secteurs promoteurs pour une future coopération entre les deux pays. Un échange de savoir-faire pour l’augmentation de la qualité dans la production et les services, par exemple par la formation professionnelle pourrait apporter ses fruits aussi bien pour la Tunisie que pour l´Autriche.

L’Autriche et la Tunisie entretiennent des relations privilégiées et diversifiées. Les deux pays collaborent étroitement dans de nombreux domaines. Créé en 1966 le Bureau Economique d’Autriche à Tunis « ADVANTAGE AUSTRIA » existe depuis 50 ans et a réalisé durant les dernières années plusieurs évènements et manifestations économique en Tunisie.

Le Bureau Économique de l’Ambassade d’Autriche « ADVANTAGE AUSTRIA » est à votre disposition pour de plus amples informations.

Bureau Economique d‘Autriche T +216 71 763 880 F +216 71 763 445 tunis@advantageaustria.org www.advantageaustria.org/tn

par -

Un porte-parole du ministère afghan de l’Intérieur a annoncé qu’une  explosion s’est produite mardi près de l’ambassade des Etats-Unis dans le centre de Kaboul, rapporte l’AFP.

Le responsable ​a précisé qu’un kamikaze s’est fait exploser près d’une banque privée, à proximité de Massoud Square.

Il a également ajouté dans un message sur Twitter que quatre personnes avaient été tuées dans l’attaque.

par -

Le fait qu’il est rare de trouver des femmes qui exercent dans le domaine de la Science, la Technologie, l’Ingénierie et les Mathématiques (STEM) constitue un frein à la croissance économique partout, notamment en Côte d’Ivoire.

Tel est le message que le Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis, Monsieur Andrew Haviland, a délivré lors de la clôture du STEM camp qui a rassemblé des jeunes filles venues de toutes les régions du pays autour du thème : « Bright Girls, Bright Futures ». Ce camp a été organisé en partenariat avec l’Université Internationale de Grand-Bassam (IUGB) et le Ministère de l’Education Nationale du 21 au 24 août 2017.

« Comme les études le démontrent, le meilleur moyen pour un pays de libérer son potentiel est d’investir dans les femmes et les filles. Ce projet est une manière d’atteindre à ce but, » a déclaré Monsieur Haviland.

Ce camp gratuit, le seul à être organisé en Côte d’Ivoire, a rassemblé une quarantaine de jeunes filles dont 30 élèves et 10 étudiantes qui ont été sélectionnées après des tests dans les American Corners à travers le pays pour donner une chance à tout le monde.

Lors des exercices pratiques, les étudiantes ont fabriqué des robots capables de parler et de marcher. A partir des matières premières, elles ont fabriqué de l’eau de javel et ont mis en place des solutions pour résoudre des problèmes mathématiques à partir des applications mondialement connues. A travers ce camp, l’Ambassade des Etats-Unis veut aider à créer au sein des établissements scolaires des clubs STEM pour encourager les jeunes filles à opter pour des carrières scientifiques et technologiques.

Cette année, l’Ambassade des Etats-Unis a décidé de mettre en place un élément de mentorat en invitant une douzaine de femmes professionnelles qui ont travaillé avec les jeunes filles afin de les motiver à réussir dans les programmes et carrières liés à la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques.

Afin de permettre aux jeunes filles de développer l’acquisition de compétences professionnelles, l’Ambassade des Etats-Unis a conçu un STEM Center et un petit laboratoire au sein du Centre de Documentation et d’Information (CDI) leur permettant de développer une culture scientifique et technologique.

par -
Le rapport qui est à sa 17ème édition couvre au total 187 pays dans le monde, y compris les Etats-Unis, et il évalue les efforts des gouvernements dans la lutte contre la traite des personnes sur les plans de la poursuite des trafiquants, de la protection des victimes et de la prévention de la traite.

L’évaluation des pays repose sur les normes édictées dans la Loi de 2000 des Etats-Unis sur la Protection des Victimes de la Traite (TVPA) et les normes énoncées dans le Protocole additionnel à la Convention des Nations-Unies contre le crime organisé transnational visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, dit « Protocole de Palerme ». Le Bénin a ratifié ce protocole en 2004. La TVPA exige du Secrétaire d’Etat qu’il soumette chaque année au Congrès, un rapport annuel sur la traite des personnes dans le monde. Le but de ce rapport est d’inciter à l’action et de forger des partenariats de par le monde en faveur de la lutte contre les formes modernes d’esclavage.

Dans le classement, les pays sont répartis en trois catégories principales par mérite, selon les efforts fournis pour combattre la traite des personnes : catégorie 1, catégorie 2 et catégorie 3. Il existe une quatrième catégorie qui est la liste de surveillance de la catégorie 2.

Le Bénin a été maintenu sur la liste des pays sous surveillance de la catégorie 2 pour la deuxième année consécutive car (a) il n’a pas fourni de preuves d’accroissement des efforts de lutte contre la traite des personnes par rapport à l’année précédente, (b) il n’a pas encore fait les réformes nécessaires dans le domaine de la traite des personnes.

Le Bénin risque d’être classé dans la catégorie 3 l’année prochaine, s’il ne réalise pas des progrès suffisants pour justifier un surclassement. Les pays classés dans la catégorie 3 peuvent faire l’objet de restrictions en vertu de la loi en matière d’aide étrangère non-humanitaire et non liée au commerce.

L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique se réjouit que les autorités béninoises aient pris conscience de la mesure du défi posé. L’Ambassade des États-Unis d’Amérique soutient pleinement les efforts déployés par le gouvernement du Bénin, l’Assemblée Nationale du Bénin, la communauté des ONGs et d’autres acteurs importants au Bénin, afin que le pays prenne des mesures pour lutter contre la traite des êtres humains et éviter ainsi  d’être reversé au niveau 3 dans la prochaine édition du rapport du Département d’Etat américain sur la traite des personnes.

L’Ambassade des États-Unis d’Amérique se réjouit de pouvoir poursuivre la collaboration continue avec les autorités béninoises dans l’avancement de notre objectif commun de lutter contre la terrible pratique de l’esclavage moderne, autrement dit la traite des personnes.

Le lien vers le rapport sur le Bénin peut être trouvé ici : http://APO.af/ucvSvg.

par -

L’ambassade des Etats-Unis en Tunisie a catégoriquement démenti ce jeudi 2 mars l’information relative à la signature par Donald Trump d’un décret permettant aux Tunisiens de se rendre aux USA sans visa…

On rappelle que des journaux électroniques tunisiens ont relayé ce matin des informations selon lesquelles les Tunisiens sont exemptés de visa pour entrer aux Etats-Unis.

par -

Deux personnes qui se trouvaient à l’intérieur d’une voiture ont été tuées samedi quand le véhicule a explosé à Tripoli près de l’ambassade italienne, qui vient de rouvrir, a-t-on appris de sources libyennes médicale et de sécurité. Selon une source des services de sécurité, il n’était pas possible dans l’immédiat de déterminer s’il s’agissait d’un attentat ou d’une explosion accidentelle.

Houssam al-Tabouni, un responsable du Croissant-Rouge dans la capitale libyenne, a indiqué à l’AFP que deux corps calcinés et non identifiés avaient été retirés de la voiture. Le véhicule a explosé dans une rue située derrière l’ambassade italienne et celle d’Egypte, actuellement fermée, devant le ministère du Plan et près d’un hôtel, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Un périmètre de sécurité a été mis en place autour du lieu de l’explosion, empêchant badauds et journalistes de s’en approcher. Rome avait annoncé le 9 janvier la réouverture de son ambassade à Tripoli, fermée en février 2015 quelques mois après la prise de la capitale libyenne par une coalition de milices, dont certaines islamistes, au prix de violents combats.

L’Italie est le premier pays occidental à avoir rouvert sa représentation diplomatique à Tripoli. Dix mois après son installation à Tripoli, le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale n’a pas réussi à asseoir son pouvoir sur l’ensemble du territoire et il est contesté par des autorités basées dans l’est du pays.

par -

A l’occasion de sa visite à Rome, le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas inaugura ce samedi 14 janvier, l’ambassade de Palestine près le Saint-Siège, rapportent des sources étrangères. Toujours selon la même source, l’ouverture de cette ambassade vient suite à l’entrée en vigueur en 2016 de l’accord global bilatéral du 26 juin 2015 où le Vatican a déjà reconnu l’État palestinien.

Pour rappel, Mahmoud Abbas s’est rendu à plusieurs reprises au Vatican : en octobre 2013, en juin 2014 pour la prière pour la paix en Terre Sainte, et en mai 2015 pour la canonisation des deux Palestiniennes Marie-Alphonsine Daniel Ghattas (1843-1927), fondatrice des Sœurs du Rosaire de Jérusalem, et Mariam de Jésus Crucifié Baouardy (1846-1878), du Carmel de Bethléem.

par -

L’ambassadeur de la Suède en Tunisie, Fredrik Floren, a affirmé, lors de son passage ce lundi 24 octobre 2016, sur Express Fm, qu’il a pour objectif de doubler les chiffres des exportations vers la Tunisie.

Il a, par la même occasion, annoncé la réouverture de l’ambassade de son pays en Tunisie, après une fermeture qui a duré 15 ans pour des raisons financières. La réouverture aura lieu en la présence de Margot Wallström, ministre suédoise des Affaires étrangères.

par -

La route au niveau de l’ambassade des Etats-Unis à Tunis a été rouverte après une fermeture qui a duré 4 ans suite aux événements de septembre 2012.

Les habitants de Lac 1 et 2, Ain Zaghouan et Laaouina ont réclamé sa réouverture afin de mettre un terme aux embouteillages, avec la mise en place de patrouilles sécuritaires afin d’éviter les problèmes de bouchon au niveau de certains croisements, rapporte ce mercredi 21 septembre 2016 Mosaïque fm.

par -

L’Ambassade des Etats-Unis à Dakar a accueilli cette semaine les membres clés du gouvernement sénégalais pour un exercice de préparation contre le terrorisme.
L’objectif de l’exercice est d’améliorer la situation et le partage d’informations entre toutes les parties prenantes
A travers des exercices et des discussions animées à l’aide de scénarios d’attaques terroristes, le but de l’exercice est d’améliorer la coordination, la collaboration et le partage d’informations entre les services de contre-terrorisme, les militaires, la police et les partenaires en matière de sécurité.

L’objectif de l’exercice est d’améliorer la situation et le partage d’informations entre toutes les parties prenantes et d’identifier les meilleures pratiques et les enseignements tirés des actions entre les États-Unis et le Sénégal.

Les États-Unis effectuent régulièrement ces types d’exercices avec des partenaires étrangers dans le monde entier.

par -

Trois agents de sécurité et deux citoyens ont été transportés au centre de traumatologie et des grands brûlés de Ben Arous après avoir été blessés dans un accident de voiture causé par un homme en état d’ébriété, rapporte Mosaïque fm.

L’accident s’est produit dans la nuit de jeudi à vendredi au niveau de Radès Miliane (gouvernorat de Ben Arous) ; un fonctionnaire travaillant dans une ambassade à Tunis a percuté avec sa voiture les cinq personnes. Le conducteur en question était ivre.

par -

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui a révélé que l’Etat tunisien proposé à l’Ambassade des Etats-Unis à Tunis un terrain d’une valeur de 12 millions de dollars en guise d’indemnisation des dégâts occasionnés à ses locaux lors de l’attaque salafiste, ajoutant que la représentation diplomatique US a accepté cette offre en lieu et place des 36 millions de dollars, montant estimé des déprédations subies.

Dans une interview au quotidien « Al Maghreb », il a précisé que cet arrangement qui est, par ailleurs,  une pratique courante entre Etats, est expliqué par les difficultés budgétaires de l’Etat tunisien, soulignant que l’Ambassade a  fait montre de compréhension à cet égard.

par -
La chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis a renvoyé au 1er juillet l’affaire de l’Ambassade américaine en

La chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis a renvoyé au 1er juillet l’affaire de l’Ambassade américaine en Tunisie.

Six accusés ont comparu en état de liberté alors qu’un 7ème a été amené de la prison où il est incarcéré.

Trois accusés ont demandé que des avocats soient commis pour leur défense, n’ayant pas les moyens de le faire eux-mêmes.

FOCUS 🔍

L’Union Internationale de Banques (UIB) vient de franchir le cap symbolique d’un Milliard de Dinars de Capitalisation boursière, soit l’équivalent de 1% du PIB...

Le meilleur des RS

Des appels au civisme fusent de partout en ce moment, pour des villes propres et des canalisations dégagées, notamment dans la perspective des débordements...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

«Nous avons traduit les promesses en travaux, beaucoup a été fait ; nous avons enregistré des avancées, et nous devons défendre nos acquis. C’est...

Reseaux Sociaux

SPORT

 Le Serbe Novak Djokovic, grâce à sa première victoire au Masters 1000 de Cincinnati dimanche aux dépens de Roger Federer, s'est un peu plus rapproché des...