Tags Posts tagged with "appui budgétaire"

appui budgétaire

par -

Un accord de financement d’une valeur de à 100 millions d’euros, soit l’équivalent de 300 millions de dinars a été signé aujourd’hui, mercredi 11 juillet 2018 entre la République tunisienne et la banque allemande de développement (KFW). La signature s’est déroulée en présence de Zied Ladhari, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Helmut Gauges membre du conseil d’administration de la banque allemande de développement (KFW) en charge du Moyen-orient et de l’Afrique du Nord et Daniela Beckmann, directrice chargée du secteur financier dans ladite banque.

Il s’agit d’un appui au budget de l’État visant prioritairement à soutenir les réformes dans les secteurs financier et bancaire. Ce prêt sera remboursable sur 15 ans avec 5 années de grâce et à un taux d’intérêt de 2,3%.

Ladhari s’est félicité la signature de cette convention qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative “partenariat pour l’investissement” et concrétise l’engagement de l’Allemagne d’accompagner la Tunisie dans ses réformes. Et de préciser dans le même contexte  qu’il s’agit d’un appui allemand aux réformes que la Tunisie s’engage à mener comme l’inclusion financière, le développement des régions, la lutte contre la corruption et la stimulation de l’investissement. Le ministre a en outre indiqué que de telles conventions sont  de nature à rendre les relations beaucoup plus étroites entre les deux pays.

L’Ambassadeur de l’Allemagne à Tunis  a souligné que les avancées de la Tunisie au niveau de la démocratie sont très remarquables et vont dans la bonne direction, indiquant  que ce type d’accord est nouveau en Tunisie puisqu’il sort des projets concrets, selon ses dires. il a recensé 6 réformes majeures dont la lutte contre la corruption. “Nous sommes tous convaincu que la Tunisie a fait de belles choses et qu’elle a réussi dans sa transition démocratique”, a-t-il soutenu.

Quant à lui, le membre du conseil d’administration de la KFW  a déclaré qu’après la Révolution, la Tunisie est devenue un pays très important pour la KFW et cela s’est traduit par l’augmentation des engagements pris par le gouvernement fédéral allemand se déclinant dans une hausse significative des montants alloués par la KFW. Avec un montant d’allocation supérieur à 300 millions d’euros en 2017, la Tunisie s’est classée, selon lui, à la 4ème place mondiale des pays bénéficiaires des engagements de la KFW derrière la Chine, l’Inde, l’Indonésie et de loin à la première place en Afrique.

Il a rappelé que cet appui budgétaire se focalisera sur 11 réformes qui permettront d’améliorer le cadre réglementaire pour le secteur, de réduire les contraintes aux financements pour les institutions financières et de faciliter l’accès au crédit pour les très petites et moyennes entreprises (TPME). Et d’ajouter que l’objectif actuellement est de décaisser la première tranche avant la fin de cette année après la réalisation des jalons contenus dans la matrice.

Cet accord de financement s’inscrit dans le cadre de l’activation de l’initiative “Le partenariat pour l’investissement” entre la Tunisie et l’Allemagne qui a été lancée à l’occasion de la conclusion de l’accord sur les intentions communes entre les deux pays le 12 juin 2017. Il s’inscrit également dans le cadre des engagements de l’Allemagne d’accorder à la Tunisie, un prêt préférentiel sous forme d’un appui au budget de l’État et visant principalement la stimulation des réformes dans les secteurs banquier et financier  et dont le montant  alloué s’élève à 300 millions d’euros répartis sur trois ans sur la base d’un ensemble de réformes à mettre en œuvre durant la période de 2018 à 2020.

Parmi les réformes à engager, il y a lieu de citer  l’approbation de la loi organique de gestion du budget selon les objectifs.Les réformes concernent également la lutte contre la corruption et la mauvaise gestion dans les finances publiques, l’appui à  l’investissement et à l’intégration financière et la réforme du secteur bancaire et de la politique monétaire.

Hormis cette ligne de crédit, un don de 10 Millions d’euros destiné à faciliter la mise en exécution des réformes convenues sera prochainement débloquée par ladite banque.

par -

Un accord de financement d’une valeur estimée à 100 millions d’euros, soit l’équivalent de 300 Millions de dinars sera signé demain, mercredi 11 juillet 2018 entre la République tunisienne et la banque allemande de développement (KFW), indique un communiqué du ministère de la Coopération internationale.

Il s’agit d’un appui au budget de l’État visant prioritairement à soutenir les réformes dans les secteurs financier et bancaire.

La signature se déroulera en la présence de Zied Laâdhari, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Helmut Gauges membre du conseil d’administration de la banque allemande de développement (KFW) en charge du Moyen orient et de l’Afrique du Nord et Daniela Beckmann, directrice chargée du secteur financier dans ladite banque.

par -

Reprenant dans un récent Post sur sa page personnelle le dernier communiqué de la Banque Mondiale, annonçant l’accord de l’un des bailleurs de fonds de la Tunisie, pour le prêt d’appui budgétaire de 500 M$, le ministre tunisien en charge des réformes Taoufik Rajhi, qui est à Beyrouth où il représentait la Tunisie aux réunions annuelles de l’ESCWA, a terminé son Post par un «Les propagateurs de la frustration, sont inconsolables»

 

par -

Aux dernières nouvelles, la Tunisie n’a pas reçu un seul sou pour corser son budget depuis la grand-messe des investisseurs, “Tunisia 2020“, en novembre 2016. Pourtant le trésor de guerre de Youssef Chahed en a bien besoin, en dépit de la dernière musique rassurante du ministre des Finances, Ridha Chalghoum, sur une réduction phénoménale du déficit budgétaire. On l’a dit et redit : Le fait d’avoir loupé ses hypothèses dans la loi de Finances 2018, notamment avec le prix du baril du pétrole, coûte cher au gouvernement, et à la Tunisie. Et c’est pas près de s’arranger avec un baril de brut qui a déjà crevé le plafond des 70 dollars et file vers… 100 dollars d’après certains experts. Donc un paquet d’ennuis en perspective pour le pays. Alors si on ne peut pas de suite s’aventurer sur le marché international de la dette, au risque de recevoir une volée de bois vert (taux d’intérêt exorbitants, notamment, après avoir bien mouillé la chemise !) cela ne veut pas dire qu’il faut fermer la porte d’un appui budgétaire par les temps qui courent. Et c’est justement ce que la Tunisie a l’intention de faire. Le programme de la Banque Mondiale (BM) d’appui au budget de l’Etat tunisien sera présenté au Conseil d’administration de la Banque, durant le mois de juin prochain, a fait savoir Marie Françoise Marie Nelly, directrice du département Maghreb et Malte, Moyen-Orient et Afrique du Nord de la BM.

Intervenant, lundi 21 mai 2018, lors d’une rencontre avec le ministre du Développement, de l’Investissement et de la coopération internationale, Zied Laadhari, la responsable a réitéré l’engagement de son institution de continuer à appuyer la Tunisie pour la réalisation de ses projets de développement.
Selon un communiqué, publié par le département du Développement, la rencontre a été axée, également, sur la coopération financière entre la Tunisie et la BM et les projets futurs pour la période 2018-2019, dont notamment ceux relevant des secteurs vitaux (énergie, eau, technologie, infrastructure…)

Laadhari a saisi cette occasion pour présenter un exposé sur l’évolution de la situation économique du pays et l’avancement des réformes engagées dans le dessein de booster le rythme de croissance et de création de richesse.
Les deux parties ont, également, passé en revue l’avancement des préparatifs pour l’organisation, fin du mois de juin, du Forum de l’investissement dans les grands projets et le partenariat public/privé (PPP), et ce, en étroite collaboration avec le groupe de la BM.
Ont pris part à cette rencontre, Georges Ghorra, Représentant résident de la Société financière internationale (Groupe de la Banque mondiale) en Tunisie, et le représentant résident de la BM en Tunisie, Tony Veheijen. Du beau monde quoi, pour des urgences qui n’attendent pas…

S.L.

par -
La Banque africaine de développement (BAD) et la Tunisie ont signé un accord

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le 14 septembre 2016, à Abidjan, le Document de stratégie pays pour le Sénégal sur les cinq (5) prochaines années (DSP 2016-2020). La nouvelle stratégie comporte deux piliers qui sont: Appui à la transformation agricole et Renforcement des infrastructures de soutien à la production et à la compétitivité (énergie et transports). Les financements envisagés par la BAD sur 2016-2020 sont estimés à 1,4 milliard de dollars. A cela s’ajoute les possibilités additionnelles de financement offertes à travers des instruments comme Africa50, Africa Growing Together Fund, et des fonds fiduciaires comme le Fonds environnemental mondial, le Fonds d’assistance pour le secteur privé africain.

Ces financements viendront s’ajouter aux interventions de la BAD depuis 1972. En effet depuis cette date à ce jour, la BAD a approuvé un total de 95 opérations en faveur du pays pour un montant cumulé de 1200 milliards de FCFA. Le niveau des engagements de la Banque est une illustration des liens solides de partenariat qui ont été tissés entre le Sénégal et la Banque, depuis plus de quatre décennies de coopération.

La nouvelle stratégie est alignée sur le Plan Sénégal Emergent (PSE), la Stratégie de Développement (2014-2035) du pays et son plan d’action prioritaire 2014-2018. Elle est aussi alignée sur la stratégie  décennale de la BAD, notamment la croissance inclusive et la croissance verte avec un accent particulier sur les « Top 5 » : éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des Africains. Elle va appuyer plusieurs projets phares du PSE dans les secteurs « Agriculture, agro-industrie et produits de la mer », « Hub logistique et industriel régional », « l’énergie et les transports ». Elle appuiera entre autres les agropoles, Programme d’Urgence de Développement Communautaire, le Train Express Régional, la promotion et la modernisation des villes et « la mise en œuvre stratégique et le suivi-évaluation du PSE ».

Par ailleurs, le Conseil a approuvé un appui budgétaire de 48,4 millions de dollars visant à soutenir les efforts des autorités sénégalaises dans la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE) notamment la mise en œuvre du programme d’appui aux réformes de développement local du pays en soutien au Programme d’urgence de développement communautaire.

FOCUS 🔍

Italcar, concessionnaire et distributeur exclusif de plusieurs marques de voitures et de camions en Tunisie (Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Fiat Professional, Iveco et Jeep), a...

Le meilleur des RS

On l’attendait dans un communiqué officiel, publié par voie de presse, elle préfère les réseaux sociaux pour s’exprimer sur la crise qui secoue Nidaa...

INTERVIEW

Le PDG de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), Béchir Irmani a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Issa Mahamat Abdelmamout, ministre des Finances et du Budget du Tchad, a été débarqué par un décret du président Idriss Déby Itno. Son secrétaire...

Reseaux Sociaux

SPORT