Tags Posts tagged with "automobile"

automobile

par -

Le groupe Renault a annoncé dans un communiqué publié par Reuters, le lancement du projet “Advanced Battery Storage” pour construire d’ici 2020 une solution de stockage stationnaire d’électricité à partir de batteries de véhicules électriques.

Le stockage stationnaire permet de donner une seconde vie aux batteries lithium-ion des véhicules électriques avant leur recyclage.

“Ce dispositif installé sur plusieurs sites en France et Allemagne facilitera l’intégration des énergies renouvelables au sein des réseaux électriques”, souligne le constructeur automobile dans un communiqué.

Le dispositif permettra à terme de stocker au moins 60 mégawatts-heure (MWh) d’électricité, ce qui en fera selon Renault le plus important dans son genre jamais construit en Europe.

par -
Chine : le marché automobile maintiendra une croissance stable

Le ministère du Commerce a annoncé que le marché automobile chinois devrait maintenir une croissance stable au second semestre de l’année, rapporte l’agence Xinhua.

Les ventes globales de véhicules en Chine ont été stables durant les huit premiers mois de l’année, et la tendance se poursuivra pendant les prochains mois.

Plus de 18 millions de voitures ont été vendues de janvier à août, en hausse de 3,5% en base annuelle, contre une croissance de 3% pour l’année 2017.

Les ventes de véhicules de passagers avaient diminué de 4,6% sur un an à 1,8 million en août, attribuant le recul mensuel à une base élevée l’année dernière, à une attitude attentiste des consommateurs après l’entrée en vigueur de réductions des droits de douane pour les véhicules en juillet, et à un marché des voitures bas de gamme en déclin grâce à la mise à niveau de la consommation.

Toujours selon la même source, il y a un potentiel de croissance pour le marché de l’automobile dans les villes de 3e et 4e rangs en Chine, ainsi que dans les régions du centre et de l’ouest du pays, même si le nombre de voitures a dépassé 200 millions en Chine.

En outre, des politiques préférentielles pour les achats de véhicules à énergies nouvelles contribueront également à une croissance des ventes.

par -

Le constructeur automobile allemand Volkswagen a signé des protocoles d’accords pour l’implantation d’une usine d’assemblage au Ghana et le renforcement de sa présence au Nigeria.

Selon les informations rapportées par l’agence d’information africaine Ecofin, une usine de montage sera construite au Ghana. Le protocole d’accord signé avec ce pays prévoit aussi le développement d’un réseau de vente et la création d’une académie de formation dans les domaines de la production et de l’après-vente.

Au Nigeria où il dispose déjà d’une usine de montage, le géant allemand de l’automobile prévoit le lancement d’une académie de formation et d’un réseau de services réservé aux véhicules Volkswagen pour « transformer le pays en un hub automobile sur la côte ouest-africaine sur le long terme ».

« La situation sur le continent s’est stabilisée et l’économie progresse. En conséquence, les derniers obstacles au développement de l’industrie automobile ont été éliminés », a déclaré Thomas Schaefer, directeur général de Volkswagen pour l’Afrique subsaharienne.

A noter que le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, avait annoncé que Volkswagen prévoit d’investir en Ethiopie.

Ces projets d’implantations industrielles au Ghana et en Ethiopie devraient marquer un renforcement du géant allemand de l’automobile en Afrique, où il dispose déjà d’usines d’assemblage en Afrique du Sud, au Nigeria, au Kenya, au Rwanda et en Algérie, détaille la même source.

par -
Carburant efficient et performant : «Nous voulons le meilleur des deux» disent les abonnés de Ford

Lorsqu’il s’agit d’acheter une nouvelle voiture, plus de 60% des consommateurs au Moyen Orient déclarent que l’économie en consommation de carburant est plus importante que la puissance.

C’est la conclusion d’une enquête menée récemment par Ford Moyen Orient sur Twitter et ce, auprès de milliers de personnes dans huit pays du Moyen Orient.

C’est la première enquête orientée auprès du consommateur que Ford a menée via les réseaux sociaux.

L’enquête visait des consommateurs âgés entre 20 et 35 ans s’intéressant à l’automobile, la technologie, les solutions vertes et les nouveautés en Arabie Saoudite, au Koweït, au Liban, en Jordanie, à Oman, à Bahreïn, en Irak et aux Émirats Arabes Unis. L’enquête a été menée en anglais ainsi qu’en arabe, et a généré plus de 19.000 réponses.

 “Nous avons mené cette enquête pour en savoir plus sur ce qui détermine la décision des consommateurs lors de l’achat d’une nouvelle voiture,” a déclaré Crystal Worthem, Directrice Marketing chez Ford Moyen Orient & Afrique. “Il est clair que les attitudes des consommateurs évoluent pour se concentrer sur les nouveaux moteurs rentables qui offrent en même temps la puissance et  l’efficacité dont ont besoin nos clients.”

Lorsqu’ils ont été interrogés sur les raisons pour lesquelles ils privilégient l’efficacité en économie de carburant, plus de 50%des personnes interrogées étaient préoccupés par les prix élevés du carburant. Parmi les autres raisons, nous retrouvons : la volonté de faire des économies (25%), et d’être plus respectueux envers l’environnement (15%).

Bien que les automobilistes à travers la région semblent être sensibles aux prix du carburant, il est surprenant que peu d’entre eux semblent ne pas être au courant des stratégies à long terme visant à économiser le carburant. Seulement 27%des personnes interrogées admettent prendre en considération le coût total de possession – y compris le coût du carburant – lorsqu’ils achètent une nouvelle voiture, alors que la proportion la plus large (33%) considèrent que les caractéristiques de sécurité et de technologie sont plus importantes.

En outre, les conducteurs dans la région attachent une grande importance à la performance, puisque 20%des  personnes interrogées déclarent que la performance était un des facteurs qu’ils prenaient en considération en choisissant une nouvelle voiture. La plupart des conducteurs qui ont été interrogés (54%) ont déclaré que les voitures puissantes étaient amusantes à conduire, plus sûres (24%) et un symbole de statut social (22%).

“Ces informations nous permettent de déduire que les consommateurs d’aujourd’hui sont plus sophistiqués que jamais” a ajouté Worthem. “Ils attendent une excellente économie de carburant de leur véhicule sans pour autant compromettre la performance dont ils ont besoin.”

C’est précisément ce besoin d’allier l’économie en la consommation de carburant et la puissance qui a conduit au développement de la famille des moteurs EcoBoost. Depuis 2009, les moteurs EcoBoost ont accumulé 10 prix du Moteur international de l’année dont le Meilleur nouveau moteur 2012, le Moteur de l’année 2012 – 2014 et six victoires consécutives, en sa catégorie, pour le moteur 1.0 litre EcoBoost turbo à trois cylindres.

“Le moteur EcoBoost donne aux conducteurs la puissance qu’ils veulent et l’efficacité en économie de carburant dont ils ont besoin,” a déclaré Worthem. “Lorsqu’elle est conduite de façon efficace, la technologie EcoBoost permet aux propriétaires d’économiser du carburant et de l’argent tout au long de l’année. Quand les propriétaires ont besoin d’un élan supplémentaire d’accélération ou de puissance, la technologie turbo est prête à s’engager.”

Qu’est-ce qu’un moteur EcoBoost ?

Puissance et efficacité en économie de carburant se situaient autrefois aux extrémités du spectre de performance, mais grâce à la technologie EcoBoost de Ford, les conducteurs peuvent désormais passer plus de temps sur la route et moins de temps à la pompe à essence.

EcoBoost allie turbo compression, distribution variable (VVT) et injection directe de carburant avec petite cylindrée pour offrir des gains considérables en efficacité en économie de carburant par rapport aux moteurs à cylindrées plus importantes, sans compromettre la performance du véhicule.

Les moteurs EcoBoost primés de Ford équipent un grand nombre des modèles de la gamme actuelle de Ford, y compris les véhicules de performance comme le puissant Ford F-150 Raptor, la Ford Mustang, et les voitures de courses gagnantes du Mans comme la Ford GT.

par -

Selon les dernières statistiques publiées par l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) et rapportées par Reuters, le marché automobile européen a enregistré cet été une progression particulièrement forte, qui peut s’expliquer par les nouvelles normes européennes d’homologation WLTP, plus strictes, entrées en vigueur le 1er septembre.

Le nombre de véhicules immatriculés dans les pays de l’Union européenne et ceux de l’Association européenne de libre-échange (Islande, Norvège et Suisse) a progressé de 29,8% sur un an au mois d’août, généralement le mois le plus faible de l’année, avec plus de 1,17 million de véhicules neufs immatriculés, selon l’ACEA.

Sur les huit premiers mois de l’année, le marché automobile européen a augmenté de 5,9% par rapport à la même période de 2017, à 11,18 millions, une dynamique largement due à la performance inhabituellement forte des mois d’été.

En août, “certains constructeurs automobiles ont proposé des véhicules pré-WLTP à des prix extrêmement attractifs”, commente l’ACEA dans un communiqué. “En conséquence, des hausses à deux chiffres ont été enregistrées dans de nombreux pays de l’UE, de même que dans les cinq plus grands marchés.”

Toujours selon la même source, la hausse des immatriculations a ainsi atteint 48,7% en Espagne le mois dernier, 40% en France, 24,7% en Allemagne, 23,1% au Royaume-Uni et 9,5% en Italie.

par -

Le site d’information marocain Telquel.ma a annoncé que Renault Maroc, avec ses deux marques Renault et Dacia, s’est positionné en tant que leader sur le marché automobile avec 43,6% de parts de marché. Six modèles du constructeur français figurent dans le top 10 des meilleures ventes depuis le début de l’année.

Au cours des huit premiers mois de l’année, la marque au losange a atteint 43,6 % de parts de marché, soit 1,7 point de plus par rapport à 2017.

Le constructeur a en plus, réussi à placer 6 de ses modèles dans le top 10 des meilleures ventes du marché marocain, rapporte Telquelma.

Ainsi, Logan, Dokker, Sandero, Clio, Duster et Kangoo occupent dans l’ordre les premières places de ce classement. A noter que les modèles Logan, Sandero et Dokker sont fabriqués à 100% au Maroc, notamment grâce à l’usine de Tanger qui est dans le top 5 des unités de production de Renault dans le monde.

Dacia, la filiale “low-cost” du constructeur, détient 29,2 % de parts de marché depuis le début de l’année, avec 33.900 véhicules vendus. Alors que Renault a vendu 16.692 véhicules (14,4 %).

Sur le segment du véhicule utilitaire, Renault s’est positionné en leader avec une part de marché de 18,2 % à fin août, grâce notamment à son modèle Renault Master.

Toujours selon Telquel.ma, ces chiffres confirment la tendance des ventes du groupe Renault à l’international. Au premier semestre, l’entreprise dirigée par Carlos Ghosn a vendu 2,1 millions de véhicules dans le monde (+9,8 %). La part de marché du groupe atteint ainsi 4,3 % (+0,2 point). Le Maroc est le quinzième marché du groupe Renault dans le monde.

En 2017, le constructeur français, dans son plan “Drive The Future“, s’est  fixé comme objectif un chiffre d’affaires de plus de 70 milliards d’euros et plus de 5 millions de véhicules vendus à l’horizon 2020.

par -

C’est un groupe qui réalise, bon an mal an, un chiffre d’affaires de 200 MDT ht dans divers secteurs, comme l’automobile, concession et montage, la carrosserie, les tracteurs agricoles, les engins de TP, le transport de carburants, l’enseignement supérieur et pas que.

Le président de ce groupe, en majorité familiale, est aussi un député, jusqu’à présent d’Afek Tounes. Il en évoque les problèmes, mais ne s’est pas encore décidé à le quitter. Il parle plus volontiers de son domaine de prédilection et ne mâche pas ses mots lorsqu’il s’agit de l’ouverture du marché de l’automobile. Il fait, en attendant, ses premiers pas dans le montage automobile et y prépare une belle surprise d’ici la fin de l’année. Interview :

Votre groupe s’oriente désormais vers le montage. Est-ce le début d’une industrie de construction automobile ?

C’est en fait une occasion qui s’était présentée, depuis 2013, avec le groupe indien Mahindra. L’importation des Pick-Up de moins de 3,5 tonnes étant interdit sauf pour le montage en Tunisie, c’est ce qui nous a conduit vers l’installation d’unités de montage, que nous considérons par ailleurs comme le premier pas vers l’installation d’une industrie automobile en Tunisie, en augmentant chaque fois un peu plus le taux d’intégration. Pour les Pick-Up, le taux d’intégration peut monter jusqu’à 30 %. Chez nous, ce taux est actuellement de 24 % et on pourra l’élever à 30 %, si nous utilisons des équipements déjà disponibles sur le marché. Actuellement, nous arrivons à 1.000 Pick-Up par an et nous ferons, prochainement, le montage de véhicules légers. Notre unité peut arriver à monter 3.000 véhicules par an, mais de types différents. Cette quantité ne justifie pas encore l’approvisionnement auprès des constructeurs internationaux qui nous permettrait d’augmenter le taux d’intégration. Force est cependant de dire que cette aventure que nous entamons est nécessaire pour l’apprentissage de l’industrialisation, pas pour le marché local, mais essentiellement pour l’export. Tout cela n’est possible qu’en partenariat avec une marque, comme Mahindra par exemple, qui vous fait accéder à son Network.

Lors de vos discussions, comme avec Mahindra, est-ce qu’ils vont jusqu’à prévoir d’ouvrir une usine de fabrication en Tunisie ?

C’est ce dont nous discutons avec eux et essayons de les en convaincre au cours des 5 dernières années. Il y a une acceptation de principe. Ceci dit un investissement de 200 à 300 MDT n’est pas aussi simple que les 35 MDT que nous faisons tous seuls pour 3.000 véhicules de différents types par an et que nous pourrons doubler avec le double shift. Pour l’instant, lorsqu’on rencontre les hauts responsables de Hyundai, de Mahindra ou de Geely, ils nous opposent encore l’instabilité politique en Tunisie et dans la région, car ils connaissent tout ce qui se passe et en ont une vision claire et à jour, économiquement et sur le plan sécuritaire aussi.

Il reste à dire que ce que nous faisons est une belle expérience et une belle aventure en matière de composants et d’aller encore de l’avant.

Le groupe Zouari a donc commencé avec l’Indien Mahindra. Comment cela se passe-t-il ?

Nous avons débuté avec un millier de véhicules. 2014 a été notre meilleure année avec 1.500 véhicules. Nous avons connu une petite baisse en 2015, à cause de la baisse du marché. Mais nous avons essayé de la dépasser en diversifiant. Nous avons alors fait un peu de montage du SsangYong et du Hyundai pour les Pick-Up de moins de 3,5 tonnes sur la même chaîne, qui est par ailleurs doublée d’une chaîne de carrossage pour les Pick-Up. Nous entamons actuellement le montage en SKD (Semi Knocked Down. Technique qui consiste pour une entreprise à exporter des produits assemblés partiellement soit vers ses licenciés-partenaires, soit ses filiales industrielles) d’un nouveau véhicule léger, ou voiture de tourisme, qui sera disponible pour la 1ère fois en Tunisie, d’ici la fin de l’année 2018.

Qu’est-ce qui vous a amené au montage, alors que vous étiez plutôt bien dans le secteur des concessionnaires automobiles ?

C’est le sens de l’aventure et la volonté de relever les défis, surtout si ce défi a un apport économique national.

Quel regard portez-vous sur le marché automobile en Tunisie dont les ventes diminuent de 20 à 30 % selon les marques en Tunisie, sans compter l’entrée de beaucoup de marques non-européennes et l’explosion ou presque du nombre de concessionnaires ?

L’ouverture est une bonne chose du point de vue économique. Le rôle de l’Etat et de réguler le marché, non de donner l’autorisation à tel homme d’affaires et la refuser à l’autre. Avec le système des quotas d’importation, par ailleurs interdit et qui n’existe dans aucun règlement ou loi, le rôle de l’Etat deviendrait presque un pourvoyeur de fortune. L’ouverture du marché est une excellente chose et ce ne sont pas ceux qui s’alarment du déficit commercial qui pourront apporter la preuve du contraire. Les importations de véhicules coûtent plus ou moins 1.000 à 1.500 MDT, tous concessionnaires confondus. C’est le 1/38ème du total des importations (Ndlr : 38,427 Milliards DT selon l’INS). Or, il y a, selon les bons chiffres dont nous disposons, 1,5 Milliard DT sur les 3 milliards de déficit commercial de la Chine avec la Tunisie qui sont réexportés vers d’autres pays, notamment l’Afrique. C’est des importations qui génèrent des exportations, notamment vers l’Afrique comme je le disais.

Le vrai problème du secteur, ce sont les marques automobiles européennes qui veulent garder le monopole du marché automobile tunisien. Or, aujourd’hui les Coréennes ont trouvé leur place sur ce marché, tout comme les chinoises ou les indiennes, dans le secteur des VP comme dans celui des VU. Cette question des quotas, par ailleurs illégale, joue le jeu des grands importateurs de véhicules européens, qui ont toujours les plus gros quotas et dominent toujours le marché. Nous sommes dans une situation où on investit des millions de DT dans un secteur où l’autorisation de concessionnaires est renouvelable chaque année et où les quotas sont distribués à la cuillère par une administration qui ne vous donne aucun papier et peut vous punir automatiquement si vous importez plus qu’elle ne vous en a autorisé verbalement. En définitive, l’ouverture du marché restera une très bonne chose et c’est le marché qui fera lui-même les arbitrages.

De temps en temps, on entend dire que Hafedh Zouari est entendu par la justice. Pourquoi ?

Car il ne paie pas des pots-de-vin et ne verse pas dans la corruption. On lui confectionne donc des dossiers. Une affaire comme celle du Toktok où tout a été fait sur ordre du chef du gouvernement Hammadi Jbali. Tout le monde s’en lavera par la suite les mains et Hafedh Zouari se retrouve en contravention des règles douanières. S’en suit une affaire en justice et une demande de levée de l’immunité parlementaire et tout le tintouin. Nous avons fini par payer les droits de douane et cela coûtera par la suite à l’entreprise 4 MDT qui sont toujours en stock. Nous sommes en train de monter une fondation du groupe Zouari, qui fera, entre autres activités sociétales et sociales, don de ces machines aux nécessiteux. Quelques autres «bonnes personnes» nous font par ailleurs toujours des misères, au titre de nos entreprises et non de façon individuelle, pour des problèmes fonciers qui existaient depuis plus de 20 ans et mon statut de député n’arrange pas les choses devant la justice. D’ailleurs, à chaque déclaration ou statut sur les réseaux sociaux, on voit d’abord les attaques et on voit venir les tracasseries judiciaires pour essayer de déterrer de petites affaires déjà réglées et closes et depuis des années.

Hafedh Zouari compte-t-il quitter Afek Tounes ?

En fait, mon désir est de ne plus faire de la politique.

Vous ne comptez donc pas candidater pour les législatives de 2019 ?

La question n’est pas encore tranchée. Je ne suis certes pas content de ce qui a été fait jusqu’à présent, car je pensais qu’on allait faire mieux. Après quatre années, mon sentiment est qu’on ne peut rien faire et j’ai quelque peu baissé les bras en matière de politique.

Quel regard portez-vous sur le parti Afek, où vous êtes depuis les élections de 2014 ?

Lorsque j’y suis entré, il y avait une bonne équipe de militants et une bonne ambiance et beaucoup d’activités. Après le dernier congrès, des choses ont changé, car la démocratie n’engendre pas que de bonnes personnes. Il y a eu une petite dispute à l’intérieur du parti. Cela s’est tassé un moment, puis réapparu à l’occasion de la sortie du parti du gouvernement, chose sur laquelle je n’étais personnellement pas d’accord, et encore réapparu à l’occasion du vote pour le gouvernement de Youssef Chahed et en faveur duquel j’ai voté, comme tous ceux d’Afek Tounes qui étaient présents, car on estimait tous qu’on ne pouvait pas voter contre le ministre de l’Intérieur, poste qui devait être pourvu. Ma position est que ceux qui veulent sortir Youssef Chahed n’avaient qu’à le faire par une motion de censure en bonne et due forme et s’il leur manquait une seule voix, je serai la 109ème.

Que pensez-vous de ce gouvernement ? En êtes-vous, en tant que député, content ?

Tout le monde parle actuellement du manque de médicaments, d’eau, d’électricité et autres. Les chiffres disent pourtant qu’il y a une reprise de la croissance. En enlevant ma casquette de député et en remettant celle de l’investisseur et de l’industriel, je constate qu’il y a du travail. Ceux qui disent le contraire sont des menteurs, sinon on serait tous morts de faim. Pour le Dinar, on n’a pas les moyens de le relever. Pour l’endettement, c’est comme chez le banquier, il vous donne un crédit pour bâtir et non pour autre chose et dicte pour cela ses conditions.

Je pense qu’on ne peut pas faire porter à l’actuel gouvernement et son chef plus qu’ils ne peuvent et plus qu’on ne doit. Personnellement, je pense que pour que les choses aillent bien, il nous faut trois choses : Une amnistie fiscale, une amnistie de change et la convertibilité du dinar. Et pour tout cela, il nous faut un homme décisif…

Comme qui ?

Comme Youssef Chahed

par -

Peyman Kargar, vice-président principal et président de la région Afrique, Moyen-Orient et Inde (AMI), A annoncé ce lundi 10 septembre 2018, lors de sa rencontre avec Slim Feriani, ministre de l’Industrie et des PME, que le groupe Nissan compte produire des «Pick up» en Tunisie, à partir du mois de mars 2019, avec un volume d’investissement atteignant 33 millions dollars.

Kargar a précisé que ce programme avance à grands pas et qu’il comprendra deux phases, en partenariat avec le Groupe Mzabi. A noter que ce projet permettra de créer 500 postes d’emploi.

Créé il y a plus de 75 ans, le Groupe Mzabi a su s’illustrer au fil des décennies comme l’un des fleurons de l’économie nationale. Il est désormais l’un des plus importants acteurs économiques et investisseurs du pays et ce, dans de nombreux secteurs dont l’automobile.

par -

Selon des données rapportées mardi 4 septembre 2018 par le site d’information marocaine Yabiladi, le groupe PSA a décidé de doubler la capacité de son site de production de Kenitra et de la porter à 200 000 vh/an d’ici 2020.

L’usine de Kenitra produira dès 2019 des moteurs et des véhicules, et disposera d’une capacité initiale de production de 100 000 véhicules/an.

Elle s’appuiera sur le tissu de fournisseurs marocains permettant d’atteindre dès le démarrage un taux d’intégration locale de 60% et, à terme, de 80%.

D’après la même source, il s’agit d’une ambition qui atteste du dynamisme du Groupe PSA dans la région et en particulier au Maroc, où il met en place un dispositif complet couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur automobile.

par -

En visite officielle en Chine pour représenter la Tunisie au sommet de la coopération sino-africaine à Pékin, le chef du gouvernement tunisien prospecte à tour de bras. Il avait hier supervisé la signature d’une convention entre le groupe tunisien Tamarziste et le Chinois SAIC pour la 1ère usine automobile en Tunisie, puis les études pour un ensemble de grands projets d’infrastructure au Sud tunisien, il a aussi rencontré un grand nombre de grandes entreprises et de fonds d’investissements chinois. On le retrouvait ainsi autour de la table, avec un ensemble d’hommes d’affaires tunisiens, en discussion avec le fonds d’investissement «China Africa Developement Fund» plus connu sous le nom de Fonds CAD. C’est un fonds de capital-investissement chinois exclusivement financé par China Development Bank, la société spécialisée TIC «Inspur», le constructeur «China Cummunication Construction compagny» et le géant chinois de l’énergie et des énergies nouvelles «Power China International Group».

par -

« La Chine et l’Afrique, vers une communauté de destin partagé grâce à une coopération gagnant-gagnant », tel était le thème du Sommet du FCSA – Forum sur la coopération sino-africaine – qui s’est tenu à Pékin les 3 et 4 septembre 2018, en présence du Chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed.

Fruit du climat de confiance installé depuis plusieurs années entre Meninx Holding et le constructeur automobile Chinois SAIC, (8ème constructeur mondial), le succès remporté par la commercialisation des véhicules Morris Garage (MG) en Tunisie a encouragé les deux partenaires à développer leur collaboration à travers un nouvel accord en présence du Chef du Gouvernement, Youssef Chahed. Cet accord a été signé par Mehdi Tamarziste, Directeur Général Mennx et Lin, Directeur des opérations à l’international chez SAIC. L’objectif de ce  partenariat est de faire de la Tunisie la plateforme industrielle et commerciale Automobile de SAIC au niveau régional.

Concrétisation du partenariat

Une commission sino-tunisienne constituée pour le projet inclut des acteurs politiques et économiques des deux États et a pour mission d’étudier la faisabilité de ce projet en Tunisie. Le projet sera officiellement lancé lorsque ladite commission donnera son aval. Commentant la signature de cet accord, Mehdi Tamarziste, Directeur Général de Meninx Holding, a précisé que «ce partenariat public-privé permettra à la Tunisie de devenir un hub Automobile régional. L’intérêt que nous porte la Chine confirme que notre pays possède tous les atouts pour remporter un tel pari».

Meninx Holding est une société d’investissement qui gère un portefeuille d’investissements diversifiés. Elle investit sur le long terme à travers trois pôles d’activités : Meninx Bourse, dédiée aux participations en bourse de la holding ; Meninx Capital, qui investit dans les secteurs du retail, du digital et de l’éducation ; et MENINX Patrimoine, qui regroupe les investissements immobiliers de la holding.

A propos de SAIC

Shanghai Automotive Industry Corporation (SAIC) est l’un des plus importants constructeurs automobiles chinois. SAIC est le leader du marché automobile chinois, lui-même premier marché automobile mondial. Les activités principales de SAIC comprennent la R & D, la production et la commercialisation de véhicules destinés aux particuliers et aux professionnels ainsi que la vente de pièces de rechange.

par -

En marge de sa participation au Forum de la coopération Sino-africaine à Pékin, le Chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, a supervisé la cérémonie de signature officielle d’un mémorandum d’accord concernant l’installation en Tunisie d’une unité de fabrication et d’exportation de véhicules automobiles chinois et qui sera la plus grande usine automobile chinoise en Tunisie. Cette unité, indique un communiqué de La Kasbah, sera la première en termes de production et d’exportation vers les marchés méditerranéens et africains. Le protocole d’accord a été signé par le directeur général chinois de SAIC, l’un des plus grands fabricants chinois, avec un chiffre d’affaires supérieur à 100 milliards de dollars. Le nouveau projet sera réalisé en partenariat avec le groupe tunisien Tamarziste dont le représentant, Mehdi Tamarziste, est sur la photo.

par -

L’UTICA a fait savoir ce lundi 3 septembre 2018 que plusieurs industriels opérant dans le secteur automobile ont été touchés par la grève observée par les agents et cadres de la CTN. Un navire chargé de marchandises est bloqué depuis samedi dernier et un deuxième est empêché d’entrer au port de Rades ce lundi 3 septembre 2018.

Le patronat a exprimé son étonnement quant à cette grève, laquelle a eu des répercussions néfastes sur les industriels qui n’ont pas pu honorer leurs engagements et fournir la marchandise comme le stipulent les contrats signés avec des parties étrangères.

L’UTICA a appelée les autorités concernées à intervenir en urgence afin de régler ce problème, libérer les navires et trouver des solutions aux revendications des grévistes.

par -

La société City Cars, concessionnaire de la marque sud-coréenne d’automobiles Kia, vient de publier ses états financiers intermédiaires pour le 1er semestre 2018. Il en ressort un total de produits d’exploitation de 69,482 MDT, en hausse de 2,309 MDT par rapport  aux 67,172 MDT de la même période de 2017. Le résultat d’exploitation de 62,633 MDT, notamment boosté par les 2,569 MDT de produits de placement, a permis à City Cars d’afficher un bénéfice de 7,447 MDT, en hausse aussi de plus de 5,541 MDT d’un semestre à l’autre. Un résultat qui confirme la bonne santé du concessionnaire, malgré la baisse moyenne de 20 % de la vente de véhicules pour tout le marché tunisien, fortement impacté par la hausse de l’impôt et la baisse du Dinar

par -

Italcar, concessionnaire en Tunisie des véhicules du groupe FCA et ses marques, Fiat, Fiat Professional, Alfa Romeo, Jeep, Lancia et Iveco, a confié à l’artiste et designer d’événements Dali Diva la ustomisation
d’une Fiat 500 sous le slogan « SimplementHappy ».

Pendant deux jours au showroom Italcar sur les Berges du Lac à Tunis, l’artiste a donné libre court à son imagination et a entièrement revêtu le véhicule d’une combinaison de couleurs et de graphiques selon sa
démarche artistique intitulée #SimplementHappy, autrement dit fondée sur la joie et la bonne humeur.

Selon le directeur général d’Italcar Kaïs Krima, “la vision artistique de Dali Diva a retenu notre attention dans le sens où elle correspond parfaitement à la philosophie de la Fiat 500 qui est un véhicule légendaire qui a, depuis toujours, été associé à l’allégresse et à l’optimisme, symboles de la Dolce Vita ».
Le modèle #SimplementHappy, customisé par l’artiste tunisien, sera exposé tout au long du mois de septembre 2018 au showroom du Lac.

« C’est une manière pour moi de toucher à l’intelligence émotionnelle de mon public et partager avec lui un concentré de mon univers en mêlant art, musique et événementiel » a souligné de son côté Dali Diva, qui s’est fait connaître entre autres à travers sa série d’événements intitulés #SimplementHappy et caractérisés par des installations réalisées en résine et fibre de verre telles que #Lalanguedanslesnuages ou encore #Lebisoutier ou #alguerythm.

La Fiat 500 fait régulièrement l’objet de nombreuses actions de personnalisations notamment en Italie, son pays d’origine. Elle est disponible dans le réseau du concessionnaire en Tunisie en plusieurs finitions et options de personnalisation.

A noter que la Fiat 500 a été lancée en 1957 et plus de six millions d’unités ont été vendues depuis cette date. Ces chiffres clés résument sa place dans l’imaginaire collectif ainsi que dans le monde de l’automobile. Elle n’a jamais cessé d’interpeller les générations de conducteurs qui se sont succédé. Elle est à la fois un emblème de la démocratisation de l’automobile et un produit qui a exercé un réel impact social. Ce n’est pas par hasard si une voiture de la série F de la 500, produite entre 1965 et 1972 – la version la plus appréciée jamais produite – a intégré les collections permanentes du MoMA, le célèbre musée d’art moderne de la ville de New York.

La voiture est commercialisée dans plus de 100 pays à travers le monde et 80 % des ventes sont réalisées hors d’Italie, ce qui en fait le modèle Fiat le plus mondialisé.

par -

Malgré la crise économique qui l’a frappée de plein fouet après la révolution, la Tunisie reste une destination de choix pour les investissements. Contrairement à ce que disent certains, elle continue d’attirer de nouveaux investisseurs. De nouvelles sociétés et des marques de renommée internationale s’installent et font des affaires. Cette fois-ci c’est l’industrie automobile qui devrait en profiter. Le groupe de défense turc Nurol Makina, qui auparavant a manifesté son intérêt pour la Tunisie, pour y installer une usine de montage de véhicules blindés, vient d’obtenir une concession de 8 hectares en banlieue de Bizerte.

Selon des informations rapportées par l’agence Ecofin qui cite la presse turque, l’armée et la police tunisienne sont déjà des clientes de Nurol Makina et disposent d’un parc de plusieurs dizaines de 4×4 blindés Edjer Yalcin. L’usine, dont la production sera essentiellement destinée à l’export, devrait employer au départ une cinquantaine de personnes avant d’atteindre à terme 500 emplois directs, a précise la même source.

Les dernières statistiques de l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA) révèlent en effet que les investissements directs étrangers (IDE) en Tunisie ont enregistré une augmentation de 17,7% au premier semestre 2018 contre 23,3% en 2017 et une décroissance de 4,5% en 2016. Les flux des IDE ont atteint, fin juin 2018, 1,142 milliard de dinars contre 970,4 millions de dinars (MDT) au cours de la même période de 2017.

Les résultats du deuxième trimestre confirment aussi le rythme progressif des IDE en devises qui se sont élevés à 461,1 millions de dollars et de 380 millions d’euros. Le montant est composé d’investissements extérieurs à hauteur de 1,073 milliard de dinars et de 69,1 MDT en investissements de portefeuille. Au total, les IDE se sont inscrits sur une courbe ascendante réalisant une hausse de 16,8% par rapport à la même période durant l’année 2017.

L’inauguration, mercredi 25 juillet 2018, de l’unité industrielle de montage de pick-up Peugeot est un autre investissement non moins important accueilli par la Tunisie dans le secteur automobile. Elle sera installée dans la zone industrielle d’El Mghira (gouvernorat de Ben Arous). C’est la première du genre en Afrique du Nord, à l’initiative de la maison-mère pour un investissement de 32 MDT. Selon les premières estimations, ce projet générerait près de 400 emplois directs et indirects et vient répondre aux besoins des marchés local, interrégional et international.

par -

Novares Morocco, filiale marocaine de l’équipementier automobile français Novares Group, se voit attribuer un prêt de 16.5 millions d’euros par la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD).

Implanté dans 21 pays avec 10.000 salariés et 42 centres de production, Novares (1.2 milliards d’euros de CA en 2017) est un fournisseur mondial de solutions plastiques, concevant et fabriquant des composants et systèmes complexes au service de l’industrie automobile de demain.

Le projet approvisionnera notamment les usines Peugeot PSA à Kenitra et Renault à Tanger, en ligne avec la volonté des autorités marocaines d’augmenter le taux d’intégration locale de ces sites à 60% à l’horizon 2020. Le projet inclut la formation de plus de 180 jeunes.

« Il s’agit du troisième projet financé par la BERD dans le secteur automobile au Maroc, après Faurecia et Varroc Lighting Systems, et qui va aider à développer le secteur automobile et augmenter le taux d’intégration local » souligne Adil Chikhi, directeur des activités corporate de la BERD dans la région.

La BERD est une organisation internationale ayant pour mission d’aider les pays à s’intégrer dans l’économie de marché en ayant un impact positif sur la vie de leur population. Depuis 2012, la BERD a investi près de 1.5 milliards d’euros au Maroc à travers 36 projets. La BERD a également fourni de l’assistance technique à plus de 450 entreprises locales.

par -

Le ministre du Commerce, Said Djellab, a indiqué mardi à Alger que l’étude portant sur les prix des véhicules fabriqués localement sera bientôt achevée, rapporte l’agence APS.

“L’étude sur les prix des véhicules est pratiquement finalisée et ses résultats seront connus dès la fin de ce travail”, a indiqué le ministre à la presse en marge de sa rencontre consultative sur les exportations hors hydrocarbures.

“Nous faisons un travail approfondi. Nous somme en train de voir avec les constructeurs qui ont beaucoup coopéré avec nous en nous donnant tous les documents nécessaires et les structures de coût”, a fait savoir le ministre.

Selon lui, les services de son ministère “sont en train de travailler sur les structures de coût pour voir quel est le coût du produit, la marge qui est prise au niveau de la sortie d’usine ainsi que la marge qui est prise jusqu’au consommateur”.

par -

Ford Motor Company a obtenu son meilleur score selon l’étude effectuée sur la qualité initiale de J.D Power pour 2018, grâce à des améliorations de qualité globales qui dépassent la moyenne de l’industrie, en particulier dans les technologies avancées audio, connectivité, divertissement et navigation.

 Actuellement dans sa 32ème année, l’étude de J.D Power, qui mesure la qualité du véhicule en analysant les premiers 90 jours de possession, classe Ford Motor Company en deuxième place parmi tous les constructeurs automobiles.

 Les résultats de Ford ont été possibles grâce à des améliorations considérables au niveau de la qualité de la technologie. La majorité des véhicules Ford et Lincoln équipés de la technologie de connectivité SYNC®3 sont en tête de leurs segments en termes de qualité avec des scores nettement au-dessus de la moyenne.

 “Les clients veulent un véhicule qui leur permet de rester connectés, qu’ils soient en déplacement ou simplement en promenade,” a déclaré Jim VanSlambrouck, Directeur de la qualité pour les Amériques chez Ford. “L’amélioration de nos résultats de qualité montre que nous livrons des véhicules intelligents pour un monde intelligent, qui sont également faciles à utiliser.”

 Ford a également effectué des améliorations sur la carosserie, les sièges, l’expérience de conduite, les affichages de contrôle des fonctions, l’intérieur et la climatisation. Par conséquent, Ford Motor Company a remporté plus de prix par segment qu’aucun autre constructeur automobile.

 En somme, l’entreprise compte neuf véhicules figurant dans le Top 3 de leurs segments respectifs – à noter que de hautes distinctions ont été accordées à Ford Expedition, Ford Mustang, Ford F-Series Super Duty, Lincoln Continental et Lincoln MKC.

La marque Ford progresse pour la cinquième année consécutive et à une cadence dépassant celle de l’industrie, affichant 81 problèmes par 100 véhicules en moins par rapport à 86 en 2017. Lincoln remporte, quant à elle, la troisième place parmi les marques de luxe, avec 83 problèmes par 100 véhicules en moins  par rapport à 92 en 2017.

 « Bien que nous soyons satisfaits de nos résultats, nous savons que la qualité est une course qui ne finit jamais – et nous nous continuerons à travailler , sans répit, pour toujours offrir à nos clients des véhicules de qualité supérieure”, a déclaré VanSlambrouck.

 Avec les améliorations continues par les deux marques, Ford Motor Company conserve son deuxième rang parmi tous les constructeurs automobiles selon l’étude effectuée cette année.

ITALCAR SA, distributeur officiel des marques Fiat, Fiat Professional, Lancia, Alfa Romeo, JEEP et IVECO en Tunisie, a dévoilé lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi 7 juin 2018 la toute nouvelle Fiat Tipo 5 portes. La toute nouvelle Tipo a subi une nette refonte de son design extérieur pour plus de modernité et intérieur pour plus de confort et moins de bruit, outre les nouveaux dispositifs de sécurité dont elle dispose désormais.

La berline  de 5 places est plus robuste et plus élégant grâce à ses courbes majestueuses. Elle se démarque par un style unique propre à la marque Fiat : une maniabilité exceptionnelle mais aussi de la technologie embarquée qui atteint de nouveaux sommets de sophistication pour plus de confort, de plaisir et de protection. L’électronique à bord est au service de la prévention !

La Tipo : l’élégance à l’état pur !

C’est une berline compacte sportive et stylée qui se distingue par un excellent rapport qualité/prix et qui est dotée d’une habitabilité généreuse. En termes de confort, elle est spacieuse et peut accueillir 5 adultes de plus de 1,80 m, assurant pour chaque passager l’espace vital indispensable et une grande liberté de mouvement. A l’instar de la Tipo 4 portes, la version sport back adopte un positionnement très compétitif et accessible aux consommateurs moyens.

Conforme aux valeurs historiques de la marque Fiat, soit fonctionnalité, simplicité et personnalité, elle tend à placer les besoins de ses clients au premier plan au travers d’une offre simple et transparente. Ainsi, les composants qui font la force de la Tipo 4 portes ont été conservés, à savoir un équipement complet de série incluant la climatisation, les rétroviseurs électriques dégivrant, une banquette arrière fractionnable 60/40, des vitres électriques à l’avant et un radar de recul ainsi qu’un autoradio avec prise USB.

La calandre de la Tipo 5 est élégante et robuste, dotée de projecteurs antibrouillard, inserts chromés et prises d’air assurant une efficience aérodynamique maximale. Sa grille est équipée d’inserts chromés. La dotation est riche dès le premier niveau de finition avec la climatisation et l’ordinateur de bord.

La bagnole est également dotée d’une boîte manuelle 6 vitesses, son moteur 4 cylindres développe 95 ch, consomme 5.7 l/100 km en cycle mixte et rejette 132g de Co2 par km. Le 0 à 100km/h est abattu en 12,1s et sa vitesse max est de 185 km/h.

La Fiat Tipo 5 portes 1.4 95 ch Easy mesure 4 368 mm sur une largeur de 1 792 mm. Son réservoir est de 50 litres et son poids vide de 1195 kg. En ce qui concerne la consommation d’essence, la Tipo 5 figure parmi les plus sobres. Outre le confort, le silence du fonctionnement et la spatialité, le comportement de la voiture sous la pluie est impeccable, aucun risque d’aquaplaning avec ce véhicule.

Avec son design unique et audacieux, sa personnalité fraîche, sa connectivité, et ses technologies dans l’air du temps, la nouvelle Tipo 5 portes bouscule les codes de son segment et intègre parfaitement les valeurs de la marque Fiat. Elle est disponible à partir de 57500 DT au showroom du distributeur tunisien aux Berges du Lac.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le gouvernement béninois a réalisé la levée de 299 millions $ pour réduire le poids de sa dette, a indiqué cette semaine, un communiqué du...

Reseaux Sociaux

SPORT