Tags Posts tagged with "balance alimentaire,"

balance alimentaire,

par -

Au cours du 1er trimestre 2018 (1ER T), la balance commerciale alimentaire de la Tunisie a enregistré un excédent de 222,6 millions de dinars (MD), contre un déficit de 384 MD enregistré au cours du 1er T 2017, en raison du doublement des exportations alimentaires d’huile d’olive, selon des données publiées, mercredi 11 avril, par le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche.

Au cours de la même période, le taux de couverture des importations par les exportations, a augmenté de 117%, contre 67,1% en 2017. Cette croissance est due à la hausse de la valeur des exportations alimentaires de 95,6%, contre 12,1% des importations alimentaires.

L’excédent de la balance commerciale alimentaire explique l’amélioration globale du taux de couverture de la balance commerciale de 1.7 point, soit 73,6%.
Les exportations des produits alimentaires ont atteint, au cours du 1ER T 2018, l’équivalent de 1530,9 MD, soit une croissance de 95,6% par rapport à la même période 2017, en raison du doublement des exportations de l’huile d’olive en quantité (80,4 mille tonnes, contre 26,4 mille tonnes) et en valeur (776,9 MD contre 233,3MD) et la hausse de 9% du niveau des prix.

Ces revenus expliquent la croissance du total des exportations alimentaires de 63%, outre la hausse des revenus des produits frais de la mer, des dattes qui ont augmenté respectivement de 60 et 34%.
La valeur de vente des légumes frais a augmenté de 64% dont notamment les tomates géothermiques.

Il convient de rappeler que la valeur des exportations alimentaires, au cours du 1er T 2018, a représenté 15% du total des exportations du pays, contre 10,4% au cours de la même période 2017.

La valeur des importations alimentaires a atteint, au cours de la même période, environ 1308,3 MD, soit une hausse de 12,1% par rapport à la même période 2017, en raison de la baisse du taux de change du dinar tunisien par rapport aux autres devises étrangères, outre la croissance de la valeur des importations de certains produits alimentaires de base comme le blé dur (10%), les dérivés de lait (61%) et le sucre (35%).

Au cours de la même période, la valeur d’achat d’un certain nombre de produits alimentaires a enregistré une régression, comme l’orge, le maïs jaune et le café qui ont respectivement augmenté de 21, 32 et 21% en raison de la baisse des quantités importées.

La valeur des importations a représenté environ 9,4% du total des importations du pays, contre 10,2%, au cours de la même période 2017.

Les importations des produits alimentaires ont constitué, au cours du 1er T 2018, 9,4% du total des importations du pays, contre 10,2% au cours de la même période 2017.

par -

L’équilibre du secteur extérieur a été fortement affecté depuis 2011 par la poursuite du dérapage du déficit commercial qui a connu un niveau record en 2017 de 15,6 milliards de dinars ou 16% du PIB.

Tous les groupes de produits ont enregistré un déficit au cours de 2017. Forte détérioration ainsi de la balance énergétique qui a dégagé un déficit de 4 Milliards de dinars en lien avec l’accroissement des importations de 39,9% (contre -19,2% en 2016). Maintien par ailleurs du déficit de la balance alimentaire à un niveau élevé (-1.355 MDT). Poursuite enfin de la détérioration de la balance des biens de consommation avec un déficit de 986 MDT en 2017. Cela, en relation avec le niveau élevé des importations qui se sont inscrites dans une pente ascendante au cours de ces dernières années, atteignant 12,8 Milliards de Dinars en 2017.

Comme on le voit, dans ce document de l’INS, ce sont les IME (Industries mécaniques et électriques) qui ont sauvé l’exportation. Mais ce sont aussi les biens de consommation (en couleur mauve), 2ème grand poste d’importation après les indispensables matières 1ères et semi-produits, qui ont toujours négativement impacté la balance commerciale.

Et la BCT d’en conclure, dans sa dernière analyse du commerce extérieur pour l’exercice 2017, que «dans une conjoncture marquée par une croissance atone, la détérioration chronique de la balance commerciale pourrait avoir des incidences considérables sur la soutenabilité de la dette extérieure du pays».

  • Un effet change avéré, plus sur l’importation que sur l’exportation

A la fin 2017, le déficit commercial des sociétés résidentes (selon l’optique change) s’est élargi de près de 4,3 milliards de dinars comparativement à l’année 2016 pour s’élever à 22,5 milliards de dinars. Cette situation a impacté notablement le niveau des avoirs en devises et a exercé en conséquence de fortes pressions sur le taux de change du dinar.

Comme on le voit d’ailleurs, dans ce document de la BCT, l’effet change a peu impacté l’export, fortement impacté l’importation et a été derrière presque 50 % du solde négatif de 2,991 Milliards DT du solde.

Les experts de la BCT estiment désormais «nécessaire une révision profonde du modèle économique, afin de remédier aux entraves structurelles qui handicapent la relance des secteurs exportateurs pourvoyeurs de devises et à haute valeur ajoutée».
  • Un Milliard DT de manque à gagner, en devise, à cause du phosphate

2017, c’est aussi l’activité du secteur des mines, phosphates et dérivés qui s’est considérablement repliée depuis 2011, entrainant une baisse des exportations en volume d’environ 50% entre 2010 et 2017. Cette baisse est en relation avec la poursuite des tensions sociales au niveau des sites de production et de transport, un manque à gagner colossal en devises de près de 1 milliard de dollars (584 Millions de dollars en 2017 contre 1507 Millions de dollars en 2010). «Ceci, selon la BCT, milite en faveur d’une solution durable de nature à éviter toute perturbation nuisant à une activité aussi stratégique pour l’économie tunisienne».

Le déficit énergétique, qui s’est élevé à 4 milliards de dinars, a contribué en 2017 pour près de 45% dans l’élargissement du déficit commercial global. La baisse continue de la production d’hydrocarbures s’est en effet conjuguée à l’augmentation des cours de ces produits (+23,6% par rapport à 2016). La flambée attendue des cours des produits pétroliers au cours de 2018 devrait accentuer ce gap énergétique. Cela, toujours selon la BCT, nécessiterait éventuellement un recours systématique à l’endettement extérieur. Mais aussi la mise en place d’une stratégie efficace pour la maitrise de la consommation d’énergie, tout en s’orientant vers les énergies renouvelables (solaires, éoliennes…) devrait s’ériger en priorité nationale.

par -

Le déficit de la balance alimentaire de la Tunisie a atteint 1338 millions de dinars (MD), soit 9,3% du déficit de la balance commerciale, durant les 11 premiers mois 2017, contre 947,5 MD au cours de la période de 2016, en raison de la hausse continue des importations des produits alimentaires de base de 21,8%. Le ministère de l’agriculture a conclu que la Tunisie a connu, au cours des 11 mois de 2017, un accroissement des achats de la plupart des produits alimentaires de base et l’augmentation de leurs prix à l’échelle internationale, en plus de la poursuite de la baisse du prix de change du dinar par rapport par rapport aux devises étrangères.
Les importations de la Tunisie en sucre ont augmenté de 91%, en huiles végétales (76%), café et thé (91%), lait et dérivés (82%) et en blé dur (18%).
Le rythme des importations des autres produits alimentaires non de base, tels que les bananes et les préparations alimentaires ont, pour leur part, respectivement progressé de 39% et 11%.
Ainsi, le taux de couverture des importations par les exportations a atteint 67,5 % contre 72% durant la même période de 2016, selon des données publiées, mardi, par le ministère de l’agriculture.
La hausse des importations alimentaires dont la valeur s’élèvent à 4119,3 MD, a atteint 76% pour les produits de base contre 69% durant les 11 premiers mois 2016.

Quant aux exportations tunisiennes de produits alimentaires, elles ont atteint 2781,4 MD, en hausse de 14,2% par rapport à la même période de l’année dernière.
Les recettes des exportations des dattes ont augmenté de 12% atteignant 488 MD dont 11% des dattes biologiques.
Les exportations des produits de la mer et des pâtes alimentaires ont augmenté respectivement de 37% , 26% et 17%.
Les entrées de l’huile d’olive ont enregistré, en dépit de la baisse des quantités exportées, une légère baisse de 2% pour atteindre 634 MD, en raison de l’augmentation de 26% des prix à l’échelle internationale, sachant que les exportations de l’huile d’olive biologique ont représenté 42% , au plan des quantités totales, soit l’équivalent de 310 MD, alors que les exportations de certaines autres variétés de fruits ont procuré des entrées de 60 MD.
Le montant des exportations de certains produits alimentaires s’est amoindri au cours de ladite période, à l’instar des agrumes et des conserves de poissons, et ce, respectivement de 16% et 23%, en dépit de l’augmentation de la production locale de ces produits.

par -

Le déficit de la balance alimentaire a sa part dans les problèmes, devenus chroniques, de la balance commerciale. La Tunisie, un pays qui produit pourtant des tas de choses, continue, de manière déraisonnable, d’importer des aliments de base, qui lui coûtent de plus en plus cher avec la fonte du dinar face aux principales devises – dollar et euro. Le déficit de la balance alimentaire a atteint 1276,9 millions de dinars (MD) durant les dix mois de l’année 2017, (contre 884 MD durant la même période de 2016), ce qui représente 9,6% du déficit de la balance commerciale, selon les dernières données publiées par le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche.
Du 1er janvier au 31 octobre 2017, le taux de couverture de la balance commerciale alimentaire a baissé à 65,8%, à fin octobre 2017, contre 71,1%, au cours de la même période de 2016.
Cette baisse résulte d’une importante progression de la valeur des importations alimentaires de 21,9%, notamment celles des produits de base ayant atteint 75% de la structure des importations contre 69% en 2016, alors qu’une hausse moins importante des exportations de 12,7% a été enregistrée.

Les exportations alimentaires en hausse, grâce aux dattes

Les exportations des produits alimentaires ont enregistré, durant les dix mois de l’année 2017, une évolution de 12,7% par rapport à la même période de 2016, pour se situer à 2452,4 MD.
Cette hausse s’explique par l’évolution de 10%, des recettes des dattes dont la valeur des ventes s’élève à 420,2 MD, en raison de l’amélioration du niveau des prix de 26% et la diversification des marchés (plus de 80 destinations mondiales).
Le ministère de l’Agriculture a précisé, dans ce contexte, une progression enregistrée par les parts des marchés asiatiques et européens et de l’Amérique du Sud, respectivement de 6%, 5% et 20%.

De même, la valeur des exportations des produits de la mer a augmenté de 39%, des pâtes alimentaires (9%) et des légumes frais (11%) en raison de l’amélioration des prix des tomates géothermiques et d’autres légumes.
Les recettes des exportations de l’huile d’olive ont enregistré une légère baisse de 3% pour s’établir à 641 MD, en raison de l’amélioration de 26% des prix à l’échelle mondiale, malgré une régression des quantités exportées de 23% (68 mille tonnes contre 80 mille tonnes) par rapport à la même période de 2016.
Les recettes de l’exportation des fruits d’été ont augmenté de 33% par rapport à la saison écoulée, pour se situer à 57 MD. Il est à noter que la valeur des exportations alimentaires, de janvier à octobre 2017, représente 8,9% du total des exportations des biens du pays, contre 9,3% en 2016.

Hausse affolante des importations

Les importations de produits alimentaires ont atteint 3729 MD, à fin octobre 2017, enregistrant une hausse de 21,9% en comparaison avec la même période de 2016.
Cette progression est due à l’accélération du rythme d’importation de la plupart des produits de base et à l’évolution de leurs prix au niveau mondial, face à la dépréciation continue du dinar vis-à-vis des principales devises étrangères. Cette tendance haussière a essentiellement concerné les importations du sucre (+108%), des huiles végétales (+77%), du thé et café (+99%), du lait et dérivés (+82%), et à moindre degré, celles du blé tendre (+17%) et du maïs (+24%).
Une évolution a aussi été enregistrée au niveau du rythme d’importation d’autres produits alimentaires, classés comme étant non-de base, dont les bananes (+43%) et les préparations alimentaires (+8%).
En revanche, la valeur des importations de certains produits alimentaires a chuté, durant les dix premiers mois de l’année 2017 , à l’instar de la pomme de terre (-50%), l’orge (-7%) et le blé dur (-19%), en raison de la régression des quantités importées et l’amélioration de la production locale.
Il est à noter que la valeur des importations alimentaires a représenté 9,1% du total des importations, au cours des dix mois de 2017, contre 8,9% pendant la même période de 2016.

TAP

par -

Le déficit de la balance alimentaire a atteint 1107,5 millions de dinars durant les neuf premiers mois de l’année 2017, (contre 758,5 MD durant la même période de 2016), ce qui représente 10% du déficit de la balance commerciale, selon les dernières données publiées par le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche.

De même, le taux de couverture de la balance commerciale alimentaire a baissé à 66,8%, à fin septembre 2017, contre 72,1% au cours de la même période de 2016.

Cette baisse résulte d’une importante hausse de la valeur des importations de 22,7%, notamment celles des produits de base ayant atteint 74% de la structure des importations contre 67% en 2016, alors qu’une hausse moins importante des exportations de 13,7% a été enregistrée.

Hausse de 13,7% des exportations des produits alimentaires 

Les exportations des produits alimentaires ont enregistré, durant les premiers neuf mois de l’année 2017, une évolution de 13,7% par rapport à la même période de 2016, s’établissant à 2233 MD.

Cette évolution s’explique par la hausse, de 13%, des recettes des dattes dont la valeur des ventes a atteint 393 MD, en raison de l’amélioration du niveau des prix de 26% et la diversification des marchés (plus de 70 destinations mondiales). Notons à ce titre l’évolution enregistrée par les parts des marchés asiatique et de l’Europe de l’Est, respectivement de 7% et 19%.

De plus, la valeur des exportations des produits de la mer ont augmenté de 43%, des pâtes alimentaires de 5%, et des légumes frais de 12%, grâce à l’amélioration des prix des tomates irriguées par les eaux géothermiques et d’autres légumes.

Les recettes des exportations de l’huile d’olive ont enregistré une légère amélioration de 1% pour s’établir à 605 MD, en raison de l’amélioration de 26% des prix à l’échelle mondiale, et ce, en dépit de la régression des quantités exportées de 20% (65 mille tonnes contre 80 mille tonnes) par rapport à la même période de 2016.

Les recettes de l’exportation des fruits d’été, ont évolué de 33%, par rapport à la saison écoulée, se situant à 52,2 MD.

Certains produits alimentaires ont, toutefois, enregistré un repli de la valeur de leur exportation, à l’instar des agrumes (-17%) et les conserves de poissons (-27%), malgré l’amélioration de leur production locale.

par -

Le taux de couverture des importations par les exportations des produits alimentaires a diminué à 72,1% au cours des neuf premiers mois de l’année actuelle, contre 110,9% pendant la même période de 2015 ce qui porte le déficit de la balance commerciale alimentaire à 758,5 millions de dinars (MD), soit 8,1% du déficit total de la balance commerciale, contre un excédent de 298,4 MD au cours des neuf premiers mois de l’année 2015.
Cette régression est due à la chute des exportations de 35,3% (environ 1964,8 MD, contre 3034,6 MD en septembre 2015) contre une stabilité des importations (-0,5% par rapport à septembre 2015, avec une valeur de 2723,3 MD), selon un communiqué publié jeudi, par le ministère de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche.
S’agissant des exportations, la régression est due, essentiellement, à la baisse des recettes de l’huile d’olive de 65% (596,6 MD contre 1697 MD), contre la hausse des recettes de la plupart des autres produits alimentaires, à savoir les produits de la mer frais (1%), les conserves de légumes et de fruits (11%), les légumes frais (39%).
En revanche, les recettes des dattes demeurent inchangées par rapport à l’année dernière, malgré l’amélioration des quantités exportés de 9%, et ce, en raison de la baisse des prix à l’exportation de 7% (4,1 dinars/ kg contre 4,4 dinars/kg durant la même période de 2015).
Il est à noter que la valeur des exportations alimentaires, du janvier à septembre 2016, représente 9,4% du total des exportations des biens du pays, contre 14,9% en 2015.
Pour ce qui est des importations alimentaires, certains produits de base ont enregistré une régression au niveau de leur valeur à l’importation au vu de la baisse de leur prix à l’échelle internationale, à l’instar du sucre (25%) et du blé dur (17%).
La valeur des importations alimentaires a représenté, en septembre 2016, 9% de la totalité des importations du pays contre 9,2% en 2015. Le taux de couverture de la balance alimentaire devrait atteindre à la fin de 2016, 72%, contre 98% en 2015, en raison de la baisse des exportations alimentaires de 30% et des importations de 5% par rapport à 2015.

par -

La balance commerciale alimentaire a enregistré un déficit de 310,6 millions de dinars(MD), au cours des 4 premiers mois de 2016, alors qu’elle était excédentaire de 184,1 MD, pendant la même période de 2015, selon les statistiques du ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, publiées mardi.
Le taux de couverture de la balance commerciale alimentaire a fortement reculé, de 113,6%, à 75%, entre 2015 et 2016 (4 mois), suite à la chute des exportations de 39,7%, alors que les importations n’ont diminué que de 8,6%.

Baisse des exportations de l’huile d’olive
Les exportations des produits alimentaires ont baissé de 40% par rapport à 2015, à cause de la régression des recettes de l’huile d’olive (-66% en valeur et -71% en quantité), bien que les prix se soient améliorés de 18% (7 dinars/le kilo, contre 5,9 D/K en 2015).
Les exportations des produits de la mer ont dégringolé de 25% en raison d’un recul de la production de 14%, de même que celles des agrumes (-13%) et des conserves de légumes et fruits (-26%).
En contrepartie, les exportations des autres produits alimentaires ont évolué, à l’instar des dattes (+ 7% en valeur et +20% en quantité) dont les ventes ont progressé vers tous les marchés ciblés, à l’exception de l’Amérique du Nord.
Idem pour les légumes frais dont les exportations ont cru de 11% et notamment, les tomates (12 mille tonnes contre 6,9% mille tonnes), provenant des projets exploitant les eaux géothermales et les pommes de terre (2700 tonnes contre 178 tonne au cours de la même période de 2015) ainsi que les conserves de poissons (+29%).
A noter la valeur des exportations alimentaires ont représenté 9,8% des exportations globales de biens du pays contre 15,8%, au cours de la même période de 2015.
Baisse des importations de certains produits de base
La valeur des importations alimentaires a atteint de Janvier à Avril, 926,2 MD, en hausse de 8,6% par rapport à la même période de 2015. La décélération du rythme de l’importation résulte de la baisse des achats de blé tendre (-48%), de l’orge (-23%), des huiles végétales (-18%), du sucre (-53%), du fait de la diminution des quantités importées et des prix mondiaux. Les importations de blé tendre ont, aussi, régressé de 27%.
Par contre, la valeur des importations d’autres produits alimentaires tels que les produits de la mer frais et
congelés, les conserves de poissons et les bananes ont augmenté respectivement de 20%, 90% et 38%.
Les importations alimentaires ont représenté 9,2% des importations globales du pays au cours des quatre mois de 2016, contre 10,2%, en 2015.

TAP

par -
Le taux de couverture de la balance alimentaire a considérablement

Dans une déclaration accordée ce vendredi 18 mars à Africanmanager, Noureddine Agrebi, directeur des industries alimentaires au ministère de l’Industrie et du Commerce a indiqué que le taux de couverture de la balance commerciale alimentaire a baissé à 80.6% durant les deux premiers mois de 2016 contre 123% au cours de la même période de 2015.
Il a expliqué cette baisse par le recul de la valeur des exportations qui ont atteint jusqu’à la fin de février 2016, 425,9 millions de dinars, soit une régression de 40.9% par rapport à la même période de 2015 (720 millions de dinars).
Cette baisse de la valeur des exportations alimentaires est due au recul des recettes de l’huile d’olive. Chiffre à l’appui, ces recettes sont passées de 450 millions de dinars en 2015 à 173.8 millions de dinars pour les deux premiers mois de 2016..
La quantité exportée s’est élevée à 23860 tonnes contre 73000 tonnes au cours de la saison précédente.
La production de l’huile d’olive a régressé passant de 340 mille tonne au cours de la dernière saison à 150 mille tonnes au cours de cette année.
Pour rappel, les industries IAA représentent 3.7% du PIB et 16.5% de la valeur des exportations totales de la Tunisie.

par -
L’indice des prix à la consommation familiale a enregistré une augmentation de 5

Le taux de couverture de la balance commerciale alimentaire a baissé en janvier 2016 à 65,1% contre 178% en janvier 2015, soit un déficit de 103,8 MD contre un excédent de 151 MD en janvier 2015, selon les statistiques du ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche publiées jeudi.
La baisse du taux de couverture de la balance commerciale alimentaire est due à la nette évolution des importations de 53,5% d’un côté et la régression des recettes des exportations de 44% de l’autre côté.
Baisse des exportations de l’huile d’olive et évolution de celles des légumes
Les exportations des produits alimentaires (44%)ont chuté En raison de la régression des recettes de l’huile d’olive à raison de 61% passant de 213 en janvier 2015 à 82,5 MD en janvier 2016, alors que les prix se sont améliorés de 14%. Quant aux exportations des produits de la mer (frais et congelés), des agrumes et dattes, elles ont accusé une baisse de respectivement 38%, 29% et 13%. En contrepartie, les autres produits alimentaires ont connu une évolution de 16% en valeur pendant la même période à l’instar des légumes fraîches notamment, les tomates provenant des projets exploitant les eaux géothermiques. Idem pour les conserves et les autres préparations alimentaires, qui ont enregistré une croissance variant entre 16 et 20%.
Les importations de certains produits de base sont en hausse
la valeur des importations alimentaires a atteint en janvier 2015, près de 297,4MD soit une hausse de 53,5% par rapport au mois de janvier 2015.
Selon les statistiques du ministère de l’Agriculture, cette évolution est due à l’accélération du rythme del’importation de certains produits alimentaires de base à l’instar du blé dur (64 MD en janvier 2016 contre 20,3 MD en janvier 2015), du sucre (15,2 MD contre 1,4MD durant la même période) et des ‘huiles végétales (+8%). Les prix de ces produits ont régressé pendant cette période de l’année 2016. De l’autre côté, la valeur des importations des autres produits alimentaires tels que le blé tendre, l’orge et le lait et ses dérivés ont baissé respectivement de 27%, 10% et 6%.
Les exportations alimentaires représentent en janvier 2016, 9,4% de la totalité des exportations des biens du pays contre 15,2%, pendant la même période de l’année 2015. Les importations alimentaires, quant à elles, représentent 11,6% de l’ensemble des importations du pays en janvier 2016, contre 6,2% au cours de la même période de l’année dernière.

par -
Le déficit de la balance alimentaire a atteint 1090

Le déficit de la balance alimentaire a atteint 1090,6 millions de dinars (MD), au cours de l’année 2012, contre 702 MD, en 2011, a indiqué, à la TAP, Mnasri Belgacem, directeur général des études et du développement agricole (ministère de l’Agriculture). Le taux de couverture s’est ainsi établi à 65,4% contre 75,2% pour l’année 2011. Cette baisse s’explique par une augmentation des importations alimentaires de 11,6% alors que le taux de croissance des exportations a régressé de 2,9%.

Le responsable a indiqué que la hausse de la valeur des importations alimentaires est due à l’accélération du rythme d’importation de quelques produits alimentaires de base. Il s’agit notamment du blé dur dont les importations ont crû de 7% (573 mille tonnes contre 524,3 mille tonnes) et de celles de l’orge qui ont grimpé de 84% (385 mille tonnes contre 237,5 mille tonnes).

Pour ce qui est du «lait et dérivés », 21,5 mille tonnes d’une valeur de 82 MD ont été importées, au cours de l’année 2012, enregistrant, ainsi une hausse de 27% par rapport à 2011 (17,1 mille tonnes).

La valeur des importations alimentaires a, à ce titre, représenté 8,2% du total des importations du pays, au cours de l’année 2012, contre 8,4% pour 2011.

Concernant les exportations, celles de l’huile d’olive ont marqué un bond de 47%. Elles sont estimées à environ 160,1 mille tonnes pour une valeur de 593,2 MD.

Pour ce qui est des dattes, les exportations de ce produit se sont élevées à 101,1 mille tonnes (344,4 MD) et ont été acheminées vers plus de 60 pays, essentiellement, le Maroc, la France, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne.

En revanche, les exportations des produits de la mer ont baissé de 16%, soit 17 mille tonnes pour une valeur de 213 MD contre 21,6 mille tonnes en 2011 (253,5 MD).

La baisse des exportations des agrumes a, quant à elle, été, de 17 %, pour reculer de 24 mille tonnes à 18,5 mille tonnes. Mnasri Belgacem a fait savoir que la valeur des exportations alimentaires a donc constitué 7,7% du total des exportations du pays, en 2012,, contre 8,4% l’année précédente.

FOCUS 🔍

Le directeur général de la Banque de l'Habitat, Ahmed Rejiba a fait le point sur la situation de la banque en 2017, ainsi que...

Le meilleur des RS

En cette journée où la Tunisie a oublié ses chamailleries politiques, le GUN qu’on veut dégommer, les signataires de Carthage dont les réunions s’étirent,...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Il travaille beaucoup, apparaît peu et n’est pas facile à l’interview. C’est qu’il est conscient de l’immensité de la tâche herculéenne pour laquelle il...

AFRIQUE

Dakar abritera du 27 au 30 novembre prochain la première édition du FORUM ECONOMIQUE GENERESCENCE “FEG Dakar” sous le theme “Investissements en Afrique :...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le deuxième tour retour des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations des moins de 20 ans de football, disputé ce week-end, a été...