Tags Posts tagged with "bénéfices"

bénéfices

par -

La SOTETEL (Société tunisienne d’entreprises de télécommunications) a vu ses bénéfices diminuer de 64% pour se situer à 0,315 MTND à fin juin 2018 ; les résultats font ressortir une régression de ses résultats d’exploitation de 1 % durant le premier semestre 2018. Les charges financières ont régressé pour passer de 0,785 MTND à fin juin 2017 à 0.684 MTND au 30 juin 2018. Par ailleurs les produits financiers ont haussé pour passer de 0,19 MTND à fin juin 2017 à 0,185 MTND le 30 juin 2018 .

par -

Les bénéfices des compagnies aériennes n’atteindront probablement pas les niveaux records projetés en décembre en raison de la hausse des prix du kérosène, a déclaré jeudi 31 mai 2018 le Directeur général de l’Association internationale du transport aérien (IATA), selon Reuters.
Toutefois, les bénéfices sont encore susceptibles d’être étoffés cette année, ajoutant que l’organisation publierait de nouvelles prévisions la semaine prochaine.
Celles du mois de décembre étaient basées sur un prix du baril de pétrole à 60 dollars, selon la même source. Le baril de Brent se traite actuellement au-dessus des 77 dollars et a gagné quelque 15% depuis le début de l’année.
En décembre, l’IATA avait prévu pour 2018 un bénéfice net record pour l’ensemble du secteur de 38,4 milliards de dollars (32,9 milliards d’euros), dont 27,9 milliards de dollars pour les compagnies américaines et européennes.

par -

Son budget de 2018 prévoyait une augmentation de 12,8 % de l’activité en trafic passagers, par rapport à 2017. Tunisair qui compte cette année atteindre 4 millions de passagers le fera certainement et signera un record. C’est ce qu’assure le DG commercial de la compagnie, Ali Miaoui, à Africanmanager. Le précédent record était à 3,830 millions de passagers et avait été atteint en 2008. Dix années plus tard donc, le transporteur aérien officiel tunisien revient aux records.

  • 5 nouveaux appareils, le Charter rebondit et 1,5 Milliard DT de CA pour 2018

Selon les premières provisions, le chiffre d’affaires de la compagnie devrait aussi atteindre cette année les 1,5 Milliard DT, contre 1300 MDT en 2017, en hausse de quelque 16 % et qui était déjà un record pour Tunisair, grâce notamment à une hausse des recettes sous l’effet euro. Le coefficient de remplissage, qui était déjà en progression de 3 points l’année dernière pour atteindre 75%, devrait augmenter d’un point supplémentaire cette année 2018. L’utilisation journalière des avions, qui est un paramètre très important de productivité, était déjà passée en 2017 de 7h20 à 8h16, et devrait cette année encore augmenter d’une heure.

Ce programme sera réalisé par les 28 appareils de la compagnie et un minimum de 5 appareils affrétés, dont 2 A340 pour la saison du pèlerinage et 3 modules 150-160 sièges pour répondre à l’activité touristique qui est en forte progression cette année.

Les sources de cette croissance prévue viendront de l’activité Charter qui rebondit de nouveau, après avoir chuté de 50 à 15 % seulement de l’activité de l’entreprise et devrait ainsi augmenter de 55 % en termes de sièges offerts par rapport à 2017. Une croissance drivée par la hausse des marchés, français, Allemand et l’Europe centrale. Cela, sans compter le Régulier qui sera aussi en forte progression, en relation avec celle de l’activité touristique. L’objectif chez Tunisair est aussi d’améliorer la rentabilité et la qualité de service qui restait jusque-là le véritable talon d’Achille de la compagnie. Tunisair avait perdu en 2016 presque 160 MDT et travaille d’arrache-pied pour arrêter les dégâts.

  • Diviser, en deux fois successives, les pertes par 2

Les premières estimations tablent sur une division par deux des pertes en 2017, au mieux à quelque 80 MDT de déficit seulement, au pire à -100 MDT. Tunisair a en effet serré les vis en termes de remplissage, en termes de tarifs avec une recette moyenne en hausse qui profite de l’effet euros aussi. Rappelons bien sûr que ces prévisions profitaient aussi d’un prix du kérosène qui n’était pas encore en hausse en 2017.

2018, la compagnie devrait aussi aller vers une perte de seulement 30 à 40 MDT, c’est-à-dire diviser encore, par deux sinon plus, les pertes de Tunisair en 2017. A la compagnie, on est désormais optimiste et on entrevoit déjà d’entrer dans le vert, en matière de résultat net, entre 2019 et 2020. L’exercice en cours devrait en effet être assez impacté par les coûts de location des 5 avions nécessaires pour faire face à la demande d’un certain nombre de marchés, comme le français où le last-minute compte et prendre aussi une bonne part de la relance de l’activité touristique. Mais aussi par la hausse des prix du carburant et impacter quelque peu le résultat de 2018, qui s’améliorera malgré ces impacts financiers attendu du coût de la location et du prix du kérosène.

  • Les syndicats ont enfin donné l’Ok pour le plan de redressement

Bonne nouvelle aussi : La compagnie a terminé, jeudi dernier, le cycle des réunions avec les syndicats autour du plan de redressement, financier et social et ce dernier aurait été accepté pour la société mère qui est la locomotive du reste des filiales. Il comprend un délestage, en matière de personnel, de 1.200 personnes pour tout le groupe, dont 500 employés pour la seule Tunisair qui en compte 3.500 et 7.500 pour tout le groupe. Avec les deux nouveaux appareils que devrait recevoir la compagnie, elle rentrera dans la norme internationale de 100 employés par avion et améliorera ainsi un autre critère de rentabilité. Seuls les plans de redressement de deux filiales, à savoir Tunisair-Technics et le Handling, n’auraient pas été acceptés et demanderont donc révision. Auparavant, un audit sera fait pour ces deux filiales et il décidera si elles réintègreront le groupe ou resteront entités indépendantes.

La dette de l’OACA devrait être épongée par l’Etat qui devra assumer tous les dépassements, dont il est à l’origine, comme l’intégration de 1500 intérimaires, l’augmentation des salaires qui ont plombé une compagnie qui faisait avant cela des bénéfices.

  • Tunisair restera, à 64,5 %, étatique après l’augmentation de capital

Ce plan de redressement, accepté par les syndicats, devrait faire l’objet d’une réunion avec le ministre du Transport, pour le finaliser en écrit et le signer, dans ses volets, social, commercial et financier. On remarquera que les résultats du 1er trimestre 2018 s’inscrivent déjà dans le trend de l’amélioration générale de la compagnie nationale et met Tunisair «pile poil» dans son budget 2018, comme elle l’a été pour le budget 2018.

Le dernier pilier de la restructuration financière devrait être une importante augmentation du capital de Tunisair. Mais une augmentation qui ne changera rien à la part de l’Etat dans le capital de Tunisair qui est de 64,5 % et qui sera dans ces mêmes proportions. Le reste sera réparti entre actuels actionnaires et marché financier. Tunisair, par cette prochaine augmentation de capital, devrait aussi s’ouvrir sur ses propres employés qui seront aussi appelés à y participer.

  • La ponctualité, bientôt de retour. Des saisonniers et 12 MDT pour les bagages y aideront

Deux facteurs : Le 1er était le manque de PNT en face d’une disponibilité des avions à cause d’une discordance du timing de formation qui devait se terminer en avril 2017 et qui n’avait pris fin qu’en août. Cette année, tous les programmes de formation sont terminés et la disponibilité des PNT est recouvrée. On avait aussi un problème au niveau de l’exploitation, avec un manque de personnels pour cause de mauvaise organisation, surtout au niveau de Tunis-Carthage. Sa résolution passera certainement par le recrutement d’une cinquantaine de saisonniers, notamment au niveau du service bagages. En effet, une des causes du manque de ponctualité, c’est le service bagages et le temps que cela prend, entre le tri et la mise sur les ceintures de récupération pour les passagers. Il y avait aussi un problème de matériel pour ce service. On a budgétisé 12 MDT sur une période de 5 années, pour une grosse commande de matériel de traitement des bagages, tels que les escabeaux, les chariots, les tracteurs à bagages et autres. La livraison de ce nouveau matériel devrait se terminer courant l’été 2018.

  • Les problèmes techniques, bientôt un mauvais souvenir

Le planning de maintenance des avions sera moins lourd, en 2018, qu’il ne l’avait été en 2017, ce qui était aussi une des causes des problèmes de ponctualité des avions Tunisair. Reste pourtant le problème des 10 moteurs d’avion, encore bloqués en maintenance à l’étranger, après que Tunisair a changé de partenaire, suite à la fin du contrat avec Lufthansa qui n’a pas été meilleure lors de l’appel d’offres face à Air France Technics, dont le contrat de quelques 250 MDT a débuté en décembre 2017. Ils en ont pris 4, dont l’un est déjà terminé et les 3 autres ne devraient pas dépasser juin prochain. Les 6 autres sont chez Look Head Martin, quatre sont déjà au Canada et les deux autres en route.

par -

La société Tawasol Group Holding (TGH) a tenu le jeudi 30 novembre 2017, une communication financière animée par son Directeur Général, M. Mohamed Amine Chabchoub. La réunion avec les analystes financiers et les médias de la place a porté sur l’activité de la société Palma, filiale du groupe TGH, au 30 juin dernier et ses perspectives de 2018.
La direction générale de PALMA a mis en place une “feuille de route” qui se base principalement sur l’investissement dans les équipements d’optimisation énergétique, dans l’achat d’une ligne de laquage verticale, dans un four de fusion et un four de maintien et, enfin, dans un four de nitruration. Côté chiffres, la société prévoit en 2018 la réalisation d’un chiffre d’affaires de 51 millions de dinars, un résultat brut d’exploitation (RBE) de 8 millions, un résultat d’exploitation de 6,4 millions et un résultat net bénéficiaire de l’ordre de 2,7 millions de dinars.

par -
La production de papier Kraft pour sac en progression de 16% par rapport à le 2ème trimestre 2013. La production de «Testliner/Papier

La société Sotipapier du groupe d’Abdelkader Hamrouni a reçu en date 26 juillet 2017 une notification de contrôle fiscal provisionnée pour un montant de 99.822 DT. L’information a été donnée par les commissaires aux comptes de l’entreprise, dans le rapport financier intermédiaire pour le 1er trimestre 2017. La société SOTIPAPIER a été créée en 1981 à Belli (Gouvernorat de Nabeul). Son objet consiste essentiellement en la fabrication du papier d’emballage de type Kraft pour les sacs de grandes contenances ainsi que du papier dit Test Liner et du papier Fluting. Elle possède une capacité de production de 60.000 tonnes par an, emploie plus de 280 personnes. Sur le plan comptable, les revenus de Sotipapier pour ce 1er trimestre 2017 étaient stables à 37 MDT, les charges en baisse de presqu’un MDT et le résultat net bénéficiaire de 4,8 MDT, en hausse lui aussi de 1 MDT.

Notons par ailleurs que les concours bancaires et autres passifs financiers s’élèvent au 30 juin 2017 à 8, 609 MDT. Le passif bancaire de Sotipapier a ainsi doublé par rapport à la même période de 2017 et a même augmenté par rapport aux 6,3 MDT de la fin de l’exercice 2016. Notons aussi que la valeur brute des stocks s’élève au 30 juin 2017 à 32.036.525DT contre27.757.606DT au 30 juin 2016 et 30.881.382 au 31 décembre 2016.

 

par -

La société City Cars du groupe Bouchammaoui, concessionnaire de la marque sud-coréenne de voitures Kia, a terminé le 1er semestre 2017 avec un exercice bénéficiaire de 6,289 MDT. Le résultat était en décalage de 1,6 MDT par rapport à la même période de l’exercice 2016. Le concessionnaire a certes moins vendu, ramenant ses revenus de 71 à 67 MDT d’une période à l’autre. Et pourtant, ses achats de marchandises consommées ont baissé de presque 2 MDT, ses charges du personnel ont aussi quelque peu baissé, tout comme ses «autres charges d’exploitation. De plus, ses produits de placement ont rapporté plus de 1,9 MDT et ses impôts ont été ramenés de 1,7 à 1,3 MDT. Tout cela aurait dû l’amener vers une meilleure prestation financière”.

Il se trouve cependant que sa marge brute a chuté de 18% du chiffre d’affaire à cause de la montée du Dollar US et qu’il a entamé la voiture populaire, à faible marge, dans ses ventes. De plus, le concessionnaire avait démarré l’exercice 2016 avec un quota de 1.000 voiture de plus, suite à la distribution en 2015 des quotas invendus du reste des concessionnaires, tout comme Ennakl et Citroën. La manne n’a pas été reconduite pour cette année, d’où le manque à gagner des ventes par rapport à 2016. Chez le concessionnaire, le management nous affirme que le second semestre sera meilleur grâce à l’amélioration du mix produits.

 

par -

Le Rapport sur la supervision bancaire 2015, élaboré par la Banque centrale de Tunisie (BCT), nous apprend que le volume global des provisions des banques résidentes a chuté de 42 MD en comparaison avec 2014 pour se situer à 595 MD, soit 19,1% du PNB (produit net bancaire), en repli de 3 points de pourcentage par rapport à 2014. Ce mouvement s’explique, d’après le document de la BCT, par les décisions prises en direction du secteur touristique et formalisées par la circulaire 2015-12 du 22 juillet 2015 relative aux mesures exceptionnelles pour l’appui des entreprises s’activant dans le secteur touristique.

L’exercice 2015, du fait de ce contexte, a été bouclé avec un résultat net de 698 MD, en hausse de 132 millions de dinars (MD) ou 23,3% en comparaison avec 2014.

Au niveau de la rentabilité des fonds propres, elle affiche un recul de 0,5 point de pourcentage pour s’établir à 10,7% à fin 2015. L’explication ? Les fonds propres ont enregistré une évolution plus fulgurante que celle du résultat net. Par contre la rentabilité des actifs est restée au même niveau, 0.9%.

Autre enseignement intéressant : Le nombre de banques qui ont fait des profits au titre de l’exercice 2015 est monté jusqu’à 19, pour un bénéfice cumulé de 726 MD. En 2014, elles étaient 17, avec un bénéfice total de 662 MD. Pour 2015, 3 banques seulement ont eu un résultat déficitaire, à peine 31 MD de perte globalement, contre 5 banques et une perte totale de 97 MD en 2014.
Enfin sachez que 298 MD ont été prélevés dans ce bénéfice cumulé pour garnir les réserves (soit 53,6%). Le reste, 258 MD, a été ventilé entre les actionnaires au titre de dividendes (soit 46,4% du total contre 36,9% en 2014).

par -

Les états financiers individuel de PGH (Poulina Group holding) pour la période des 6 premiers mois de l’exercice 2016, affichent un total net de bilan de 461,661 MDT et un résultat net de 71,030 MDT et une variation de trésorerie négative de 0,48.988 DT. Remarquons tout de suite, que ce bénéfice du 1er semestre 2016, 71,030 MDT dépasse déjà celui de tout l’exercice 2015 qui était de 64,181 MDT. En consolidé, ce n’est pas le cas. Les bénéfices du premier trimestres 2016 sont de 55,283 MDT contre 80,022 MDT pour tout l’exercice 2015, mais toujours en hausse par rapports aux 48,856 MDT du 1er semestre 2015.

par -

Réunis ce jeudi 26 mai 2016 à Tunis dans le cadre d’une Assemblée générale extraordinaire (AGE), les membres du conseil d’administration de la Banque de Tunisie (BT) ont décidé de porter le capital de 150 MD à 180 MD, par incorporation des réserves ordinaires d’un montant de 30 MD et l’émission de 30 millions d’actions gratuites à raison d’une action nouvelle pour cinq actions anciennes.

Les nouvelles actions porteront jouissance à partir du 1er janvier 2016.

Par ailleurs au 31 décembre 2015, les fonds de la banque, après distribution des bénéfices de 2015, s’élèvent à 628 MD. Ce niveau des fonds propres est jugé confortable et permet aisément de supporter l’activité de la banque. C’est ce qui a été indiqué lors de cette AGE.

par -

Mohamed Kaaniche, PDG de la Banque Tunisienne de Solidarité (BTS), a détaillé ce matin du lundi 4 avril 2016 sur Express FM le rapport d’activités de la BTS pour l’exercice 2015. Les indicateurs sont au vert car “Pour la première fois, la BTS est bénéficiaire”, a déclaré le patron de la banque publique.

Par ailleurs il a fait savoir qu’un montant global de 156 millions de dinars sera décaissé pour des prêts de l’ordre de 13 mille cette année. Il a ajouté que 8 mille parmi ces prêts cibleront exclusivement les diplômés de l’enseignement supérieur.

Le nombre de demandes enregistrées par la BTS au premier trimestre de l’année 2016 a presque doublé en comparaison avec la même période de l’an dernier. “On a reçu, durant ces trois derniers mois, 7500 demandes contre 3000 demandes l’année dernière,” a précisé M. Kaaniche. Il explique cette hausse sensible par la facilitation des conditions pour accéder à un prêt, notamment l’élimination de la barrière de la garantie pour les jeunes entrepreneurs.

Enfin il a affirmé que le délai pour examiner les dossiers se situe entre 45 et 60 ajours…

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Une mission du Fonds Monétaire International (FMI) dirigée par M. Alex Segura-Ubiergo a visité Brazzaville du 6 au 14 novembre pour poursuivre les discussions...

Reseaux Sociaux

SPORT