Tags Posts tagged with "conseil d’administration"

conseil d’administration

par -

Le Conseil d’administration de l’UIB s’est réuni, le 11 octobre 2018, sous la présidence de M. Kamel NEJI. Il a passé en revue les indicateurs d’activité au titre du troisième trimestre 2018 et relevé que les résultats commerciaux et financiers enregistrés sont dans le prolongement des tendances observées au 30 juin 2018.

L’encours de dépôts s’élève, ainsi, à 4 497 MTND au 30 Septembre 2018 en hausse +14,2% sur un an. L’encours net des crédits à la clientèle affiche, pour sa part, une augmentation sur un an de +16,2 % pour atteindre un encours de 5 168 MTND au terme du 3ème trimestre 2018.

Le Produit Net Bancaire progresse de +23,1% pour atteindre 261,9 MTND au 30 Septembre 2018 vs 212,8 MTND à fin septembre 2017. Le Résultat Brut d’Exploitation est en hausse de +24,1% à 139,5 MTND ; cette progression est de 32,7% compte non tenu de la contribution au Fonds de Garantie des Dépôts prévue par le décret gouvernemental N° 2017-268 du 1er février 2017. Enfin, Le coefficient d’exploitation s’établit à 46,8% au 30 Septembre 2018 vs 47,2% à fin septembre 2017.

Le Conseil d’administration a, par ailleurs, validé l’estimation des résultats au titre de l’année 2018, le budget de l’UIB pour l’année 2019 et sa trajectoire financière pour la période 2019- 2022. Il a pu constater que la banque est bien engagée pour atteindre un taux de retour sur fonds propres supérieur à 20% en 2018, un niveau qu’elle devrait conserver en 2019 et au de là d’après la trajectoire prévue. Avec la solidité de ses ratios de gestion et le niveau et la qualité de ses fonds propres, l’UIB continue à donner ainsi des gages de stabilité et de sécurité à ses déposants, à ses actionnaires et au secteur bancaire tunisien.

L’UIB a, en effet, des marges en capitaux propres et en liquidités lui permettant de continuer à répondre aux diverses normes prudentielles. Les tests de résistance à la remontée des taux d’intérêt ainsi qu’aux nouvelles exigences règlementaires – notamment le déploiement prévu du ratio Crédits/Dépôts – sont concluants. L’UIB maintiendra sa trajectoire de croissance rentable conformément à son plan stratégique 2018 -2022 et ce, en intégrant les diverses exigences d’ordre réglementaire.

D’autre part, l’UIB accélère sa transformation digitale et le déploiement d’innovations à même de lui conférer les moyens d’exercer son métier de façon proactive, de continuer à générer une croissance durable, de gagner en efficacité et de répondre aux nouvelles attentes des clients. Le nombre de clients utilisateurs de l’Application « UIB Mobile », primée en 2017 aux Tunisia Digital Awards, dépasse désormais les 27.000 clients et, d’ici 2020- 2021, l’UIB vise 100.000 clients. Aussi, l’UIB s’apprête à lancer, très prochainement (Novembre 2018), une offre digitale / multi-device de Banque au quotidien (Ouverture et consultation de comptes à distance, …) traduisant son ambition en matière de développement de services bancaires à distance et de déploiement de méthodes plus agiles et plus souples.

Pour approfondir et accélérer cette transformation digitale, l’UIB compte investir 65 MTND environ dans ses systèmes d’information sur la période 2018 – 2022, destinés à organiser son avance technologique, à améliorer l’expérience client sur tous les canaux et à parachever l’automatisation de l’ensemble des processus cœur de métier, de manière à exercer ses activités de Banque de façon plus efficace et plus transparente. Le déploiement de ces innovations, appuyé sur l’expertise et la créativité d’InnoLab by UIB, fournira à l’UIB un surcroit de croissance à même de raffermir encore davantage ses fondamentaux.

En plus de la protection des intérêts de ses actionnaires et la préservation de ses actifs, l’UIB continue, à travers ses fondations, à œuvrer pour l’intérêt général via des actions d’utilité publique et l’accomplissement de ses responsabilités sociales et environnementales (égalité des chances pour les jeunes, diversité, soutien aux entreprises et entrepreneurs,appui aux créateurs et aux acteurs du secteur culturel…).

Commentant les indicateurs d’activité du T3 2017 et les perspectives d’avenir de l’UIB, M. Mondher Ghazali, Directeur général de l’UIB a déclaré « Ce bilan largement positif de l’Union Internationale de Banques illustre la solidité de son business model diversifié et équilibré et la pertinence de sa stratégie de différenciation par l’innovation et la satisfaction de la clientèle. Il confirme sa forte résilience à un environnement encore difficile grâce à sa capacité de maîtrise des coûts et des risques et à l’engagement et à l’expertise de ses collaborateurs. Ces résultats lui permettent de déployer, en outre, ses futurs relais de croissance en vue d’accélérer son développement au bénéfice de ses clients et de l’économie ».

par -

Nous croyons savoir, de source sûre et proche de ce projet, que le Conseil d’Administration de l’assureur AMI devrait tenir ce lundi 5 mars 2018 une réunion pour décider une importante capitalisation de l’assurance multirisques Ittihad, une entreprise où la centrale syndicale ouvrière UGTT est encore actionnaire. Selon nos sources, la recapitalisation devrait se faire pour un montant variant entre 50 et 60 MDT. Elle devrait aussi se faire à moitié par un apport en numéraire des différents actionnaires et le reste par une réévaluation des actifs. Notons par ailleurs que les états financiers d’AMI pour l’exercice 2016 faisaient ressortir un total net de bilan de 356.686.620 DT et un résultat bénéficiaire net de 7.147.047 DT

par -
Au terme du troisième trimestre 2014

La STB se propose de désigner, par voie d’appel à candidatures, un Administrateur représentant les intérêts des petits actionnaires devant siéger à son Conseil d’administration. Les candidats au poste doivent retirer les “Termes de Référence” auprès du Secrétariat Permanent de la Commission des Marchés au 4ème étage du siège de la STB ou à télécharger sur le site web de la STB. La date limite de la réception des dossiers de candidatures est fixée au 20 février 2018. Le représentant des intérêts des petits actionnaires sera élu par les actionnaires personnes physiques ou morales détenant individuellement au plus 0,5% du capital de la STB et les institutionnels détenant individuellement au plus 5% du capital de la STB, au cours de l’Assemblée Générale Ordinaire qui statuera sur les états financiers de l’exercice 2017.

par -

Le Conseil d’Administration de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), a décidé, mercredi, 27 décembre, lors de sa réunion périodique, de maintenir inchangé le taux directeur de la BCT et d’augmenter le taux de rémunération de l’épargne, de 100 points pour atteindre 5% à partir de janvier 2018.
Cette mesure pourrait promouvoir le taux réel de rémunération de l’épargne à un niveau positif, aider à encourager l’épargne et partant à renforcer le financement des investissements intérieurs à travers les ressources propres”, a indiqué la BCT, dans un communiqué.

par -

Le 21 décembre 2017, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la première revue du programme économique du Gabon appuyé par l’accord triennal conclu au titre du mécanisme élargi de crédit.

L’achèvement de la revue ouvre la voie au décaissement immédiat de 71,430 millions de DTS (environ 101,1 millions de dollars), ce qui porte le total des montants décaissés jusqu’à présent dans le cadre de l’accord à 142,860 millions de DTS (environ 202,3 millions de dollars).

En achevant la première revue, le Conseil d’administration a approuvé la demande des autorités en faveur d’une dérogation pour non-observation du critère de réalisation continu relatif au plafond pour l’accumulation de nouveaux arriérés extérieurs de paiement par l’administration centrale.

L’accord triennal élargi en faveur du Gabon, d’un montant de 464,4 millions de DTS (environ 642 millions de dollars au moment de l’approbation ou l’équivalent de 215 % de la quote-part du Gabon) a été approuvé par le Conseil d’administration le 19 juin 2017 (voir communiqué de presse No. 17/233). Le programme de réformes appuyé par le FMI vise à assurer la stabilité macroéconomique et à jeter les bases d’une croissance durable. Il a également pour objectif de veiller à la viabilité de la dette au niveau national et de contribuer à rétablir et préserver la stabilité extérieure de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Suite aux délibérations du Conseil d’administration sur le Gabon, M. Tao Zhang, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

« Les résultats obtenus par le Gabon dans le cadre du programme ont été globalement satisfaisants. Bien que situation économique demeure délicate, certains signes laissent entrevoir un retournement de la tendance descendante. En 2017, la production pétrolière sera vraisemblablement inférieure aux prévisions, d’où une légère révision à la baisse du taux de croissance, de 1 % à 0,8 %. Cependant l’activité dans les autres secteurs de l’économie se stabilise. La croissance devrait connaître un rebond en 2018 grâce au redressement des cours du pétrole, à la vigueur des autres matières premières et au renforcement de la confiance du secteur privé.

« L’assainissement budgétaire appuie l’ajustement extérieur et contribue à maîtriser l’endettement public, mais il est nécessaire de réduire davantage le déficit pour placer la dette sur une trajectoire résolument descendante et pour commencer à épargner une partie des recettes pétrolières du pays afin de renforcer la résilience face aux chocs. Des marges de manœuvre plus amples permettraient en outre d’atténuer les considérables risques qui pèsent à court terme sur le plan de redressement économique du Gabon, dont ceux liés à la volatilité des recettes pétrolières.

« Les autorités devraient s’employer à mobiliser les recettes non pétrolières, qui ont chuté à des niveaux historiquement bas. Le repli s’explique certes en partie par les retombées négatives du choc pétrolier et des mouvements de grève des agents des impôts, mais les autorités ont besoin d’accélérer les réformes pour réduire le recours excessif aux exonérations fiscales ad hoc, et corriger les faiblesses de l’administration fiscalo-douanière.

« Les autorités devraient également viser à renforcer la gestion des finances publiques. Elles devraient notamment renforcer la gestion de trésorerie à court terme et la prévision des liquidités, en particulier pour éviter toute nouvelle accumulation d’arriérés qui risqueraient d’ébranler la confiance dans la reprise économique. Il convient en outre de mener des réformes pour améliorer le suivi des dépenses liées aux programmes sociaux essentiels, afin de veiller à ce que le poids du rééquilibrage budgétaire ne repose pas de manière disproportionnée sur les couches de population les plus vulnérables.

« Pour poursuivre la diversification de l’économie, il faudra un secteur financier capable d’accompagner ce processus. Des mesures énergiques doivent être prises pour mener à terme la résolution des trois banques publiques en difficulté, tout en réduisant dans toute la mesure du possible les coûts budgétaires. Les autorités devraient par ailleurs communiquer clairement leur intention d’apurer de manière graduelle les arriérés intérieurs, ce qui contribuera à inverser la progression des créances improductives et favorisera la croissance du crédit au secteur privé. Les autres mesures destinées à doper la croissance à moyen terme devraient se centrer sur le climat des affaires et la qualité et diffusion des statistiques économiques.

« Le programme du Gabon repose sur la mise en œuvre, par les institutions régionales, de politiques et réformes d’accompagnement, dont le durcissement de la politique monétaire, l’élimination des avances statutaires, une réglementation et supervision avisées du secteur bancaire, et des contrôles stricts dans l’octroi de crédit aux banques.»

par -

Hakim Ben Hammouda, ancien ministre des Finances a indiqué que l’accord conclu entre la Tunisie et le Fonds monétaire international (FMI)) est très important sur les plans économique et politique et le passage de la Tunisie devant le Conseil d’administration du Fonds exige une poursuite des réformes définies par le FMI dont notamment la mise en place, une fois pour toutes, de l’Instance nationale de lutte contre la corruption.

Il a par ailleurs considéré, lors de son intervention, ce vendredi, sur Express Fm, que l’appel du FMI pour que la Tunisie relève le taux d’intérêt aura des conséquences négatives sur l’investissement. Il en est de même, assure t-il encore, pour la poursuite de la politique de glissement du dinar qui aura un impact fâcheux sur les importations et sur le coût de la production, d’où les retombées limitant la capacité concurrentielle des entreprises.

Ainsi et après avoir appelé le gouvernement à un peu plus d’expectative, il a insisté sur la nécessité d’entreprendre une étude sérieuse sur les véritables causes de la dégringolade de la valeur du dinar tout en œuvrant à limiter le taux d’inflation.

par -

Le 8 décembre 2017, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé les deuxièmes revues du programme de la Côte d’Ivoire appuyé par la facilité élargie de crédit (FEC) et le mécanisme élargi de crédit (MEDC). La décision a été prise sans convocation de réunion du Conseil[1] et elle ouvre la voie au décaissement de 96,786 millions de DTS (environ 136,5 millions de dollars), ce qui porte le total des montants décaissés dans le cadre des deux accords à 263,258 millions de DTS (environ 371,3 millions de dollars).

Le programme appuyé par la FEC et le MEDC a enregistré de solides résultats durant le premier semestre 2017. Tous les critères de réalisation et objectifs indicatifs à fin juin 2017 ont été observés et tous les repères structurels ont été respectés. Les solides politiques mises en œuvre par les autorités dans le cadre du programme appuyé par le FMI ont contribué à asseoir la confiance des marchés financiers internationaux, ce qui a permis de mener à bonne fin une émission euro-obligataire en juin.

L’activité économique demeure solide en 2017. L’économie a réussi à faire face aux chocs des termes de l’échange et aux tensions sociales. La croissance du PIB réel devrait rester supérieure à 7 % en 2017-19 et les risques qui pèsent sur les perspectives sont globalement équilibrés. L’inflation devrait rester modérée. Le déficit budgétaire devrait être maîtrisé à 4,5 % du PIB en 2017 puis converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 % du PIB en 2019.

Les autorités avancent dans la mise en œuvre des réformes structurelles, y compris au regard de la budgétisation par programme et de la rationalisation de la chaîne de la dépense, du renforcement de la gestion des investissements et du suivi des risques budgétaires liés aux entreprises publiques et aux PPP. Il sera essentiel de continuer à préserver la viabilité de la dette tout en dégageant la marge de manœuvre nécessaire pour financer le Plan national de développement (2016-20) en intensifiant la mobilisation de recettes, en rationalisant les exonérations fiscales et en renforçant l’évaluation et la hiérarchisation des nouveaux projets d’investissement.

Il importera également que les autorités accélèrent les réformes structurelles essentielles pour entretenir un développement économique tiré par le secteur privé, qui permettra de dynamiser la croissance et de renforcer le rôle économique régional du pays. À cet égard, les mesures mises en œuvre par les autorités ivoiriennes dans le secteur énergétique amélioreront sa viabilité financière. Enfin, la recapitalisation de l’une des banques publiques contribuera à la stabilité du secteur financier.

[1] Le Conseil d’administration prend des décisions selon la procédure par défaut d’opposition lorsqu’il est convenu qu’une proposition peut être examinée sans convoquer de débat en séance officielle

par -

Une délégation du Conseil d’administration de la BERD se rendra en Tunisie du 22 au 27 octobre 2017. Cette visite s’inscrit dans le cadre d’une série de consultations régulières, destinées à permettre aux administrateurs de la Banque de mieux comprendre les priorités pour l’économie locale et d’entretenir un dialogue étroit avec les autorités, la société civile et le secteur privé.

Cette délégation sera composée des personnes suivantes :

  • Douglas Nevison, administrateur (Tunisie, Canada, Maroc, Jordanie)
  • Johannes Seiringer, administrateur (Autriche, Israël, Chypre, Malte, Kazakhstan, Bosnie-Herzégovine)
  • Andris Vilks, administrateur (Banque européenne d’investissement)
  • Frans Weekers, administrateur (Pays-Bas, Mongolie, ERY de Macédoine, Arménie, Chine)
  • Peter Basch, administrateur suppléant (Union européenne)
  • Alain Beauvillard, administrateur suppléant (France)
  • Milan Martin Cvikl, administrateur suppléant (Belgique, Slovénie, Luxembourg)
  • Robin Tasker, administrateur suppléant (Royaume-Uni).

Pendant leur visite, les membres du Conseil d’administration de la BERD, accompagnés de Janet Heckman, directrice générale pour la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen (région SEMED), et d’Antoine Sallé de Chou, responsable du bureau de la BERD en Tunisie, rencontreront le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, également gouverneur de la BERD,  Zied Ladhari, le ministre des Finances, Mohamed Ridha Calhoun, le ministre du Transport, Radhouane Ayara, et le ministre-conseiller chargé du Suivi des réformes majeures, Taoufik Rajhi.

La délégation de la BERD s’entretiendra également avec des membres du Comité exécutif de la Banque centrale de Tunisie, des parlementaires, le président du syndicat patronal UTICA, Wided Bouchamaoui, le secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Anouar Ben Kaddour, le gouverneur de Sfax, Slim Tissaoui, et le président de l’Instance tunisienne de l’investissement, Khalil Laabidi.

Cette visite de quatre jours à Tunis et à Sfax sera en outre l’occasion de rencontres avec des représentants d’institutions financières internationales, de l’Union européenne et d’organisations de la société civile, ainsi qu’avec des membres des milieux d’affaires et des clients de l’équipe de Soutien aux petites entreprises de la BERD.

Depuis le début de ses opérations en Tunisie, en septembre 2012, la BERD a investi dans ce pays 370 millions d’euros, répartis dans 25 projets. Le développement régional du pays en dehors de Tunis constitue une grande priorité du soutien apporté par la Banque, qui a par conséquent ouvert à Sfax, en octobre de l’année dernière, un deuxième bureau local.

par -

L’expert financier et économique Hatem Zaâra a déclaré, lors de son passage ce vendredi sur Express Fm, que le dernier communiqué rendu public par la Banque centrale de Tunisie (BCT) semble avoir mis le holà quant à la réalité des difficultés, de plus en plus inquiétantes, par lesquelles passe le pays.
Il a par ailleurs souligné le niveau précaire des réserves en devises dans le sens où le souci majeur du gouvernement est de s’assurer un matelas de couverture de 90 jours d’importation, d’ici la fin de l’année en cours, alors que des doutes planent sur le paiement de la troisième tranche du crédit par le Fonds monétaire international (FMI) en même temps qu’un niveau d’endettement extérieur record atteignant plus de 60% du PIB.

Il convient de rappeler à ce propos que le Conseil d’administration de la BCT a noté la persistance des pressions sur l’équilibre du secteur extérieur, suite au creusement du déficit courant pour atteindre 6,6% du PIB au terme des huit premiers mois de 2017 (contre 5,8% une année auparavant), en raison de l’élargissement du déficit de la balance commerciale qui a dépassé 10 milliards de dinars.

par -

La Fédération mondiale de neurologie vient d’annoncer, sur sa page Facebook, qu’un Tunisien a été élu au conseil d’administration de la Fédération mondiale de neurologie à Kyoto, au Japon.

Il s’agit du Docteur Riadh Gouider, chef de service de Neurologie et du centre d’Alzheimer à l’Hôpital Razi. Le professeur en question est très actif à l’échelle internationale afin de promouvoir les recherches liées à la neurologie.

par -

Nommé en mars 2017 président du conseil d’administration de la Holding étatique de gestion des biens confisqués aux proches de l’ancien régime en Tunisie, Mohamed Saïd Jaouadi a confirmé à Africanmanager qu’il a présenté sa démission, deux ans et demi avant la fin de son mandat. Le conseil d’administration d’Al Karama devrait ratifier la décision dans les jours à venir. A la retraire depuis 2015, Jaouadi est issu du ministère du Commerce où il a exercé du temps de feu Azouz Lasram et Mondher Znaïdi. Il avait aussi été PDG de la Stam (Société d’acconage et de manutention) et DG de la Douane en 2010.

Joint au téléphone par Africanmanager, Mohamed Saïd Jaouadi a estimé avoir épuisé ses ressources en tant que président du conseil d’Al Karama et son désir d’explorer de meilleurs moyens d’être utile à son pays, tout en louant la qualité de ses relations avec le directeur général de la Holding Adel Grar et le travail que ce dernier réalise à la tête de cette holding qui se prépare à plusieurs cessions d’entreprises, dont notamment la banque islamique Zitouna et sa société d’assurance, ainsi que la cimenterie de Carthage.

Reprenant sa liberté et en attendant son remplacement, Mohamed Saïd Jaouadi ne restera pourtant pas au chômage. Il nous a ainsi confirmé qu’il compte reprendre ses activités de conseil dans le domaine du transport, notamment pour avoir aussi été DG du transport maritime et des ports de commerce, à la tête de «Saïd Jaouadi Synergie»

par -

Le Conseil d’administration de la Banque centrale de Tunisie (BCT) réuni mercredi 1er février 2017 à Tunis, a décidé de maintenir inchangé son taux d’intérêt directeur.

Lors de cette réunion, le conseil a procédé à l’examen de l’ensemble des points inscrits à l’ordre du jour, qui s’articulent autour des développements récents de la conjoncture économique internationale et l’analyse des principaux indicateurs économiques, monétaires et financiers ainsi que des principales évolutions de la situation économique  au plan national, outre le suivi de l’évolution des indicateurs de l’activité du secteur bancaire, de la liquidité et des transactions sur le marché monétaire et sur le marché des changes.

par -
La Banque Centrale de Tunisie (BCT) a publié jeudi 14 novembre 2013
Lors de sa réunion périodique tenue  en date du  27 juillet 2016, le Conseil d’administration de la Banque Centrale de Tunisie a décidé de maintenir inchangé le taux d’intérêt directeur de ladite banque, indique la BCT dans un communiqué.
Au cours de cette réunion, le Conseil a procédé à l’examen de l’ensemble des points, qui s’articulent autour des développements récents de la conjoncture économique internationale et l’analyse des principaux indicateurs économiques, monétaires et financiers  ainsi que des principales évolutions de la situation économique  au plan national, outre le suivi des indicateurs d’évolution de l’activité du secteur bancaire, de la liquidité et des transactions sur le marché monétaire et sur le marché des changes, lit-on dans ce communiqué.
Le Conseil a débattu en particulier d’un projet de circulaire portant modification de la circulaire aux Banques n° 91-24 relative àla couverture des risques et le suivi des engagements, pour introduire de nouvelles normes de couverture du risque opérationnel et de nouvelles limites concernant les engagements des apparentés.
Le conseil a, en outre, examiné la proposition du Comité de Politique Monétaire, réuni le 22 juillet 2016, concernant la création d’un nouvel indicateur de référence du taux d’intérêt interbancaire en Tunisie (TUNIBOR) et a adopté cet indicateur, dont la diffusion sera effective à partir du 1er septembre 2016.

par -

Le conseil d’administration de la BCT à coopté deux nouveaux membres.
Des entrées qui font suite à l’adoption de la nouvelle loi de la BCT.
Les “bleus” du conseil de la Banque centrale et qui entrent ainsi désormais dans le secret des dieux du temple des finances tunisiennes sont Fethi Zouheir Nouri et Fatma Saiala Guermazi en leur qualité d’universitaires et Salma Bellagha et Sadok Ataya en leur qualité d’experts bancaires.

par -
Selon les derniers chiffres de ses indicateurs pour le 4ème trimestre de l’année 2014

La Société Immobilière Tuniso-­saoudienne « SITS» a annoncé que son conseil d’administration réuni le vendredi 03 Juin 2016 a décidé de nommer Akram Zaidia en tant que nouveau directeur général de la société.

Le Conseil d’Administration a également annoncé la nomination de Jameleddine Belhaj Abdallah en tant que nouveau Président du conseil d’administration de la société en remplacement de Ibrahim Saidane, démissionnaire.

par -
Le résultat net de la Société ADWYA s’est élevé à 5

Lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la société Adwya, tenue jeudi 9 juin 2016 à l’Institut Arabe des Chefs d’entreprises (IACE), il a été décidé, sur demande de l’actionnaire public, d’accorder à l’Etat un siège au conseil d’administration de la société, et ce sur les quatre sièges demandés.
Les actionnaires majoritaires ainsi que les petits porteurs présents à cette AGO ont par ailleurs convenu que l’octroi à l’Etat un seul siège serait suffisant en l’état actuel des choses et ce pour un mandat de trois ans.

par -

Le personnel de l’Union Internationale de Banques (UIB) présent lors de l’Assemblée Générale Ordinaire (AGO) de la banque, qui se tient actuellement à Tunis, a appelé à désigner une personne qui représente les employés de la banque dans les réunions du conseil d’administration.
En réponse à cette demande, Alexandre Maymat, président du conseil d’administration de l’UIB, a expliqué que le conseil d’administration de la banque a été composé selon la loi réglementant les banques et les institutions financières en Tunisie et que la banque veillera à respecter les lois et les réglementations en vigueur.

par -

La place financière tunisienne attendait les trois noms des présidents des conseils d’administration des 3 banques publiques. Des nominations qui devraient permettre la préparation des nouveaux business plans de ces banques, dans le cadre de leurs plans de restructuration. Or, on apprend par le ministre des Finances, dans une déclaration à Africanmanager, que les 3 banques ont déjà leurs présidents, sélectionnés parmi les administrateurs actuels, eux-mêmes choisis  sur appel à manifestation d’intérêt. Il s’agit de Najia Gharbi à la STB (Société Tunisienne de Banque), Imed Turki à la BNA (Banque Nationale Agricole) et de Mdini Amel à la BH (Banque de l’Habitat). Ces trois présidents restent cependant provisoires et ne sont donc pas les dirigeants définitifs. «Nous voulions des présidents de conseils, qui soient d’anciens PDG de banque. On a fait appel à candidatures, mais nous n’avions pu avoir des personnalités conformes à nos attentes.  Nous avons donc décidé de faire un second appel à candidatures avec de nouvelles conditions et de nouveaux critères de choix», a précisé le ministre des Finances, dans une déclaration à Africanmanager.

L'Association des Tunisiens des Grandes Ecoles (ATUGE) organise

L’Assemblée Générale Ordinaire Elective de l’Association des Tunisiens des Grandes Ecoles Françaises «ATUGE Tunisie» s’est déroulée le 12 mars 2016 à Gammarth, indique un communiqué de l’Association.

Après l’approbation des bilans moral et financier et avoir donné quitus à 4 membres sortants (Eymen Errais, Ghazi El Khamsa, Nacef Bouzguenda et Samar Louati), des élections partielles ont été organisées et ont permis d’élire 4 membres (Eymen Errais, Mohamed Amine Bouhlel, Raoudha Khlif et Selma Belkhodja) pour un mandat de deux années.

Pour assurer la continuité des chantiers structurants initiés l’année dernière (prospective stratégique de l’ATUGE, refonte du forum, refonte du site web, etc.), le Conseil d’Administration, nouvellement élu, a procédé à l’attribution des fonctions comme suit:

docc

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est préoccupé de l’évolution rapide de la situation humanitaire dans la région du Kasaï, en...

Reseaux Sociaux

SPORT