Tags Posts tagged with "conseil d’administration"

conseil d’administration

par -

Après dix ans de loyaux services accomplis à la tête de l’Union Internationale de Banques (UIB), qui ont valu à cette banque filiale du groupe Société Générale de se positionner aujourd’hui dans le peloton de tête des banques privées en Tunisie, M. Kamel Néji, Directeur général de cette institution financière, passe le témoin sans pour autant couper le cordon ombilical avec cette institution.

M. Mondher Ghazali, jusqu’ici Directeur général adjoint, prend la relève en devenant le nouveau Directeur général de l’UIB.

M. Kamel Néji ne quitte pas pour autant la banque. Il reste fidèle à l’UIB qu’il continuera à servir et à accompagner dans son développement et dont il animera désormais la bonne gouvernance en tant que Président du Conseil d’administration, en remplacement de M. Alexandre Maymat, qui continuera à être un repère qui compte pour l’avenir de l’UIB, en sa qualité de Directeur délégué du métier ‘Banque et Services Financiers Internationaux’ et de Responsable de la Région Afrique au sein du Groupe Société Générale.

Un changement dans la continuité et un partage coordonné des rôles qui permettront à l’UIB de poursuivre avec sérénité son parcours ascendant, de continuer la mise en œuvre de ses projets et de consolider ses positions dans le paysage bancaire tunisien.

Cette ambition renouvelée de l’UIB est légitimée par un bilan 2008-2017 conforme aux engagements pris et par des performances financières qui sont arrivées plus tôt que la banque ne les avait annoncées. A la faveur d’une vision claire, d’une stratégie de développement réfléchie, cohérente, crédible et assumée et d’un plan de mise en œuvre rigoureux des orientations arrêtées, le portefeuille et les comptes de la banque sont, aujourd’hui, assainis et robustes. Bien plus, le dispositif de contrôle interne et les règles de gouvernance sont souvent cités comme une référence, sans compter le niveau de rentabilité des fonds propres qui est parmi les meilleurs du secteur bancaire tunisien. Cette transformation réussie a permis à l’UIB d’être un acteur de premier plan au service de l’économie tunisienne et de la consolidation des relations de partenariat entre la Tunisie et la France.

Le redéploiement opéré à la tête de l’UIB marque une nouvelle étape dans l’histoire de cette banque privée qui a réussi à reprendre sa marche en avant appuyée par l’engagement constant du Groupe Société Générale et portée également par la résilience de son modèle, son approche relationnelle centrée sur le client, ses valeurs d’acteur engagé et responsable et par la générosité dans l’effort de ses équipes.

L’UIB dans sa version 2017 a, de toute évidence, les atouts pour continuer à délivrer des performances conformes aux attentes des marchés et de ses actionnaires, d’asseoir une gouvernance encore plus agile au bénéfice de ses clients et à mettre le cap sur l’avenir, avec ambition et détermination.

par -

Le 26 mai 2017, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu les consultations au titre de l’article IV avec l’Algérie

L’Algérie reste confrontée à des défis importants posés par la baisse des cours pétroliers. L’activité économique a été globalement résiliente, mais la croissance s’est ralentie dans le secteur hors hydrocarbures en partie sous l’effet de la réduction des dépenses et est estimée à 2,9 % pour 2016. Le taux d’inflation est passé de 4,8 % en 2015 à 6,4 % en 2016 et se chiffrait à 7,7 %, en glissement annuel, en février 2017. Le taux de chômage s’est établit à 10,5 % en septembre 2016 et reste particulièrement élevé chez les jeunes (26,7 %) et les femmes (20,0 %). Malgré un certain redressement des finances publiques en 2016, les déficits budgétaire et courant restent larges et la dette publique a augmenté, en partie sous l’effet de la matérialisation des garanties de prêts octroyées par le gouvernement. Les réserves internationales, bien qu’encore abondantes, ont chuté rapidement. La dette extérieure reste très faible.

Évaluation par le Conseil d’administration

Les administrateurs notent les défis importants auxquels l’économie algérienne est confrontée et saluent les efforts que les autorités déploient pour s’adapter au choc pétrolier. Les administrateurs soulignent qu’il est important de mettre en œuvre un dosage équilibré des mesures de politique économique, ainsi que des réformes structurelles ambitieuses, pour assurer la viabilité des finances publiques, réduire les déséquilibres extérieurs, diminuer la dépendance à l’égard des hydrocarbures et rehausser la croissance potentielle.

Les administrateurs saluent la détermination des autorités à poursuivre un assainissement soutenu des finances publiques, dans un cadre budgétaire précis à moyen terme. Ils soutiennent les mesures prises pour réduire le déficit budgétaire, à savoir accroître les recettes hors hydrocarbures, maîtriser les dépenses courantes, poursuivre la réforme des subventions tout en protégeant les plus démunis, ainsi qu’accroître l’efficience de l’investissement public et en réduire le coût. Les administrateurs sont généralement d’avis que recourir à un éventail plus large de possibilités de financement, y compris un recours prudent à l’endettement extérieur et la cession d’actifs publics, et donner plus de flexibilité du taux de change, pourrait fournir une marge de manœuvre budgétaire pour opérer un ajustement plus progressif et plus propice à la croissance que celui prévu actuellement et diminuer ainsi son impact sur l’activité économique.

Les administrateurs soulignent qu’il est nécessaire d’opérer des réformes structurelles de grande envergure pour diversifier l’économie et promouvoir un secteur privé dynamique. Ils saluent les mesures prises pour améliorer le climat des affaires, ainsi que les travaux en cours sur une stratégie à long terme qui permettrait de refondre le modèle de croissance du pays. Les administrateurs soulignent qu’il est nécessaire d’agir rapidement pour réduire la bureaucratie, améliorer l’accès au crédit, ainsi que renforcer la gouvernance et la transparence. Il convient aussi de réduire l’inadéquation des qualifications, d’améliorer le fonctionnement du marché du travail, d’accroître le taux d’activité des femmes et de continuer d’ouvrir l’économie aux échanges et à l’investissement direct étranger. Les administrateurs soulignent qu’il convient de bien concevoir la stratégie globale et d’enchaîner les mesures de manière à ce que les réformes se renforcent mutuellement et à ce que la charge de l’ajustement économique soit partagée de manière équitable.

Les administrateurs notent que les réserves internationales nettes restent à un niveau confortable, mais que le solde des transactions extérieures courantes est sensiblement plus faible que ne le justifient les paramètres économiques fondamentaux à moyen terme. Ils soulignent qu’une plus grande flexibilité du taux de change, accompagnant l’assainissement des finances publiques et les réformes structurelles, contribueraient à réduire les déséquilibres extérieurs et à favoriser le développement du secteur privé. Les administrateurs préconisent la mise en œuvre de mesures pour développer le marché des changes officiel et réduire l’activité sur le marché parallèle.

Les administrateurs saluent l’introduction par la banque centrale des opérations d’open market pour gérer la liquidité. Ils recommandent que la banque centrale élimine sans tarder les opérations de réescompte afin d’encourager les banques à gérer leurs liquidités de manière plus efficace. Étant donné les tensions inflationnistes, les administrateurs encouragent les autorités à être prêtes à relever leur taux directeur.

Les administrateurs notent que le secteur bancaire dans son ensemble est bien capitalisé et rentable. Cependant, il convient de continuer de renforcer la politique du secteur financier face aux risques croissants qui pèsent sur la stabilité financière en raison du choc pétrolier. Ils encouragent les autorités à accélérer le passage à un dispositif de contrôle basé sur le risque, à accroître le rôle de la politique macroprudentielle, à renforcer la gouvernance des banques et à mettre en place un dispositif de résolution des crises.

par -

Au vu des indicateurs de la banque relatifs à ce premier trimestre, l’année 2017 sera meilleure que 2016. Les indicateurs de la banque relatifs au premier trimestre de cette année traduisent une ferme résolution, une forte détermination et une réelle volonté à toute épreuve“, a indiqué le directeur général de l’UIB, Kamel Nèji, lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la banque qui a eu lieu ce jeudi 1er juin 2017 à Tunis. Ainsi, le bilan du 1er trimestre de l’UIB est largement positif. Les Produits d’Exploitation Bancaires, en hausse de 14,6% sur un an, sont tirés par la dynamique de la marge d’intérêt et de la marge sur commissions et par la hausse des revenus du portefeuille-titres commercial et d’investissement.”Cette progression des revenus“, explique Kamel Nèji, reflète la bonne dynamique de conquête commerciale et de son rôle accru dans le financement de l’économie. En effet, l’encours des dépôts et des crédits à la clientèle, en progression de 9,7% fin mars 2016, témoigne, de nouveau, de la confiance de ses clients.

Selon lui, l’UIB a démontré durant le 1er trimestre 2017 une rigueur opérationnelle reflétant ses efforts continus de rationalisation, avec une évolution contenue des charges opératoires (+7,1%) lui ayant permis d’améliorer son coefficient d’exploitation (47,8%) d’une part, et un coût du risque en forte baisse d’autre part.

Le bilan du premier trimestre 2017 est, donc, largement positif avec notamment un PNB en progression de 10,4%, un Résultat Brut d’Exploitation en hausse de +13,6% et un bénéfice avant impôt en augmentation de +27,4%“, a-t-il dit.

S’agissant de l’année 2016, le DG de la banque a assuré qu’en dépit d’un environnement complexe, 2016 a marqué, pour l’UIB, le franchissement d’une nouvelle étape dans sa trajectoire de croissance saine, durable et rentable, avec un résultat avant impôts de 113,7 MTND, en progression de 26,4% et un résultat net en hausse de 18,4 % à 75,8 millions de dinars, affichant un dépassement de plus de 10 MTND par rapport au résultat net prévisionnel. Et ce en dépit d’une contribution exceptionnelle de 7,9 MTND prévue par la Loi de Finances 2017. Ainsi, les dépôts de la clientèle ont atteint 3 661 MTND, en hausse de 7,6 %, affichant un additionnel de 259 MTND. L’UIB a continué à consolider, aussi, la structure équilibrée de ses ressources, privilégiant notamment les dépôts d’épargne qui ont représenté 35,2% des ressources clientèle à fin 2016 (contre 27% pour le secteur des banques privées). Côté crédits nets à la clientèle, ils ont totalisé 4 131 MTND, en progression de 10,9%, affichant un additionnel annuel de 405 MTND.

Par ailleurs, lors du débat, le DG de l’UIB a annoncé la création d’un cercle ou une base chargé d’évaluer la qualité des services et des investissements réalisés par la banque non seulement sur le volet ressources humaines, mais aussi au niveau du système d’information. “Nous sommes déterminés à protéger l’intérêt de nos clients, quelle que soit leur situation envers la banque“, a-t-il dit.

Il a en outre indiqué que l’UIB est déterminée à s’adapter à son environnement et à continuer à accomplir de grands pas, tout en assurant la conformité de l’UIB avec les normes nationales, notamment en termes de gouvernance. Dans sa réponse à l’un des actionnaires sur la faible présence de la femme au sein de la banque, Kamel Nèji a indiqué l’existence de 5 femmes dans le comité directif de la banque et que les efforts seront consentis encore dans le conseil d’administration pour atteindre au moins une représentation féminine de 40% l’année prochaine.

Quant à lui, le président du conseil d’administration de la banque, Alexandre Maymat, a indiqué que l’UIB est la banque la plus profitable du système bancaire et ce, grâce à sa stratégie de croissance continue, l’amélioration et la diversification de ses offres et services, le maintien d’une importante cohésion sociale et une grande capacité à opérer comme une banque citoyenne.

Il a dans le même contexte indiqué que depuis des années, l’UIB a entamé une stratégie offensive de croissance au niveau notamment des encours de crédits, une stratégie qui va également se poursuivre pour les prochaines années, ce qui justifie, selon lui, une grande satisfaction au niveau des fonds propres.

Alexandre Maymat a en outre souligné la nécessité de poursuivre la consolidation du bilan de la banque et de ses fondamentaux et ce, dans l’objectif de se rapprocher des normes internationales et en soutien à l’économie nationale. “Cette performance s’affiche dans la distribution des dividendes à un taux compatible avec nos objectifs et nous allons continuer à respecter cette promesse“, a-t-il ajouté.

par -

Deux accords de coopération ont été signés, jeudi 11 Mai 2017 à Bruxelles, en marge de la treizième session du Conseil d’Association entre l’Union européenne et la Tunisie, rapporte la TAP.

Signé par le ministre des Affaires Étrangères, Khemaïes Jhinaoui et le Commissaire européen à l’éducation, à la culture, au multilinguisme à la jeunesse et au sport, le premier accord porte sur la participation de la Tunisie au programme européen de soutien aux secteurs culturels et créatifs ” Europe Créative “.
Ce programme permettra aux acteurs culturels et audiovisuels tunisiens de renforcer la mise en réseau et la coopération avec leurs homologues de l’autre rive de la Méditerranée, explique-t-on dans la déclaration conjointe rendue publique à l’issue de la treizième session du Conseil d’Association UE-Tunisie.

Il contribuera aussi à renforcer le rôle d’intégration socio-économique de la culture et à rapprocher les sociétés européenne et tunisienne, ajoute-t-on.
Signé par Johannes Hahn, Commissaire responsable de la Politique Européenne de Voisinage et des négociations de l’élargissement, le deuxième accord, il prévoit un financement relatif à ” l’Initiative pilote pour le développement local intégré “.
Dotée de 60 millions d’euros, sous forme de don, cette initiative vise à soutenir les efforts du gouvernement tunisien dans le processus de décentralisation, afin de réduire les inégalités de développement entre les régions.

par -

La Tunisie a été élue à la présidence du Conseil d’Administration de l’Union Panafricaine des Postes, UPAP, à l’occasion des élections organisées le lundi 8 mai 2017 à Nairobi, au Kenya et ce, en marge de la tenue des travaux de la 36ème session ordinaire de l’UPAP.

Cette désignation pour présider cet organisme est une reconnaissance continentale de la Poste tunisienne pour son rôle important et ses efforts déployés dans le sens de la réalisation des projets de l’UPAP en matière de développement des services postaux, financiers et numériques.

par -

Le Conseil d’administration de la Banque centrale de Tunisie (BCT) réuni mercredi 1er février 2017 à Tunis, a décidé de maintenir inchangé son taux d’intérêt directeur.

Lors de cette réunion, le conseil a procédé à l’examen de l’ensemble des points inscrits à l’ordre du jour, qui s’articulent autour des développements récents de la conjoncture économique internationale et l’analyse des principaux indicateurs économiques, monétaires et financiers ainsi que des principales évolutions de la situation économique  au plan national, outre le suivi de l’évolution des indicateurs de l’activité du secteur bancaire, de la liquidité et des transactions sur le marché monétaire et sur le marché des changes.

par -
La Banque Centrale de Tunisie (BCT) a publié jeudi 14 novembre 2013
Lors de sa réunion périodique tenue  en date du  27 juillet 2016, le Conseil d’administration de la Banque Centrale de Tunisie a décidé de maintenir inchangé le taux d’intérêt directeur de ladite banque, indique la BCT dans un communiqué.
Au cours de cette réunion, le Conseil a procédé à l’examen de l’ensemble des points, qui s’articulent autour des développements récents de la conjoncture économique internationale et l’analyse des principaux indicateurs économiques, monétaires et financiers  ainsi que des principales évolutions de la situation économique  au plan national, outre le suivi des indicateurs d’évolution de l’activité du secteur bancaire, de la liquidité et des transactions sur le marché monétaire et sur le marché des changes, lit-on dans ce communiqué.
Le Conseil a débattu en particulier d’un projet de circulaire portant modification de la circulaire aux Banques n° 91-24 relative àla couverture des risques et le suivi des engagements, pour introduire de nouvelles normes de couverture du risque opérationnel et de nouvelles limites concernant les engagements des apparentés.
Le conseil a, en outre, examiné la proposition du Comité de Politique Monétaire, réuni le 22 juillet 2016, concernant la création d’un nouvel indicateur de référence du taux d’intérêt interbancaire en Tunisie (TUNIBOR) et a adopté cet indicateur, dont la diffusion sera effective à partir du 1er septembre 2016.

par -

Le conseil d’administration de la BCT à coopté deux nouveaux membres.
Des entrées qui font suite à l’adoption de la nouvelle loi de la BCT.
Les “bleus” du conseil de la Banque centrale et qui entrent ainsi désormais dans le secret des dieux du temple des finances tunisiennes sont Fethi Zouheir Nouri et Fatma Saiala Guermazi en leur qualité d’universitaires et Salma Bellagha et Sadok Ataya en leur qualité d’experts bancaires.

par -
Selon les derniers chiffres de ses indicateurs pour le 4ème trimestre de l’année 2014

La Société Immobilière Tuniso-­saoudienne « SITS» a annoncé que son conseil d’administration réuni le vendredi 03 Juin 2016 a décidé de nommer Akram Zaidia en tant que nouveau directeur général de la société.

Le Conseil d’Administration a également annoncé la nomination de Jameleddine Belhaj Abdallah en tant que nouveau Président du conseil d’administration de la société en remplacement de Ibrahim Saidane, démissionnaire.

par -
Le résultat net de la Société ADWYA s’est élevé à 5

Lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la société Adwya, tenue jeudi 9 juin 2016 à l’Institut Arabe des Chefs d’entreprises (IACE), il a été décidé, sur demande de l’actionnaire public, d’accorder à l’Etat un siège au conseil d’administration de la société, et ce sur les quatre sièges demandés.
Les actionnaires majoritaires ainsi que les petits porteurs présents à cette AGO ont par ailleurs convenu que l’octroi à l’Etat un seul siège serait suffisant en l’état actuel des choses et ce pour un mandat de trois ans.

par -

Le personnel de l’Union Internationale de Banques (UIB) présent lors de l’Assemblée Générale Ordinaire (AGO) de la banque, qui se tient actuellement à Tunis, a appelé à désigner une personne qui représente les employés de la banque dans les réunions du conseil d’administration.
En réponse à cette demande, Alexandre Maymat, président du conseil d’administration de l’UIB, a expliqué que le conseil d’administration de la banque a été composé selon la loi réglementant les banques et les institutions financières en Tunisie et que la banque veillera à respecter les lois et les réglementations en vigueur.

par -

La place financière tunisienne attendait les trois noms des présidents des conseils d’administration des 3 banques publiques. Des nominations qui devraient permettre la préparation des nouveaux business plans de ces banques, dans le cadre de leurs plans de restructuration. Or, on apprend par le ministre des Finances, dans une déclaration à Africanmanager, que les 3 banques ont déjà leurs présidents, sélectionnés parmi les administrateurs actuels, eux-mêmes choisis  sur appel à manifestation d’intérêt. Il s’agit de Najia Gharbi à la STB (Société Tunisienne de Banque), Imed Turki à la BNA (Banque Nationale Agricole) et de Mdini Amel à la BH (Banque de l’Habitat). Ces trois présidents restent cependant provisoires et ne sont donc pas les dirigeants définitifs. «Nous voulions des présidents de conseils, qui soient d’anciens PDG de banque. On a fait appel à candidatures, mais nous n’avions pu avoir des personnalités conformes à nos attentes.  Nous avons donc décidé de faire un second appel à candidatures avec de nouvelles conditions et de nouveaux critères de choix», a précisé le ministre des Finances, dans une déclaration à Africanmanager.

L'Association des Tunisiens des Grandes Ecoles (ATUGE) organise

L’Assemblée Générale Ordinaire Elective de l’Association des Tunisiens des Grandes Ecoles Françaises «ATUGE Tunisie» s’est déroulée le 12 mars 2016 à Gammarth, indique un communiqué de l’Association.

Après l’approbation des bilans moral et financier et avoir donné quitus à 4 membres sortants (Eymen Errais, Ghazi El Khamsa, Nacef Bouzguenda et Samar Louati), des élections partielles ont été organisées et ont permis d’élire 4 membres (Eymen Errais, Mohamed Amine Bouhlel, Raoudha Khlif et Selma Belkhodja) pour un mandat de deux années.

Pour assurer la continuité des chantiers structurants initiés l’année dernière (prospective stratégique de l’ATUGE, refonte du forum, refonte du site web, etc.), le Conseil d’Administration, nouvellement élu, a procédé à l’attribution des fonctions comme suit:

docc

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux