Tags Posts tagged with "cuir"

cuir

par -

Les présidents des fédérations nationales sectorielles de l’Utica réunis à l’occasion de la tenue du conseil des fédérations, mardi 14 mars 2017, ont confirmé la gravité des difficultés auxquelles font face certains secteurs et en particulier les secteurs du textile et du cuir et chaussures

Les présidents des fédérations ont exprimé, également, leur solidarité entière avec les professionnels du secteur du cuir et chaussures et leur appui inconditionné aux demandes et recommandations issues de leur réunion tenue lundi 13 mars 2017 au siège de l’Utica.

Ils ont affirmé, par ailleurs, que la Fédération nationale du textile est, et demeure, une partie intégrante de l’Utica, tenant à ce qu’elle y reste et appelant à recourir au dialogue afin de résoudre les problèmes existants.

Conscients de l’ampleur des difficultés du secteur du textile, ils ont exprimé leur soutien à toutes les entreprises de ce secteur qui représente un des fondements de l’industrie tunisienne, appelant par la même toutes les structures de l’ Utica à faire preuve de solidarité pour pallier les risques auxquels fait face l’économie nationale et rappelant que cela ne peut être possible en l’absence d’une vraie union et d’une unification des positions syndicales au sein même de l’organisation patronale.

Les présidents des fédérations nationales sectorielles ont souligné, en outre, que les récentes négociations collectives se sont déroulées dans une conjoncture nationale très sensible faisant de la paix sociale une priorité absolue, considérant que les entreprises auront à faire beaucoup de sacrifices pour pouvoir mettre en œuvre ce qui a été conclu.

Les présents ont réaffirmé leur appui aux efforts de l’Utica visant à inciter le gouvernement à traiter le dossier des secteurs sinistrés et en particulier le textile et le cuir et chaussures et le transport… Ils ont invité, dans ce cadre, le chef du gouvernement à tenir son engagement en consacrant un conseil ministériel restreint, au plus vite, aux secteurs du textile et du cuir et chaussures, et à prendre des mesures concrètes et des décisions courageuses permettant de sauver ces deux secteurs.

Ils ont insisté, par ailleurs, sur la nécessité de lutter sérieusement contre le phénomène de contrebande et de commerce parallèle et anarchique, représentant aujourd’hui une réelle catastrophe qui menace de détruire tout le tissu économique nationale et de faire perdre des centaines de millier d’emplois.

Les présidents des fédérations ont exprimé, en outre, leur soutien aux appels à rationaliser l’importation et à encourager la consommation du produit tunisien.

par -

Les investissements industriels déclarés auprès des services de l’APII, ont fait un bond de 53,4%, atteignant 591,3 millions de dinars aux mois de janvier et février 2016. Quelque 613 projets ont été déclarés, marquant une légère augmentation de 2,9%, par rapport à la même période de 2015. Ils devraient permettre la création de 8691 postes d’emplois (+3,6%).
Ces intentions d’investissement sont orientées en premier lieu vers les extensions, le renouvellement de matériel etc… pour un montant de 349,9 MD (+ 123,3%), viennent ensuite les créations de projets pour un volume de 241,4 MD (+ 5,6%).

–       Les IME augmentent de 461%

Les statistiques de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation dévoilent une importante augmentation de 461% des investissements déclarés dans les industries mécaniques et électriques, durant les deux premiers mois de l’année en cours (217,1 MD). Cette embellie résulte notamment, des déclarations de l’extension d’une unité totalement exportatrice de fabrication de pièces mécaniques pour l’aéronautique (67,6 MD) et d’une unité totalement exportatrice de fabrication de structure aéronautique (35,6 MD) avec un capital 100% étranger. De même, les intentions d’investissement dans les industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre ont évolué de 77,6%, à 86,3 MD, principalement suite à la déclaration de l’extension d’une briqueterie (13,7 MD), du renouvellement du matériel d’une autre briqueterie (13,7 MD) et de l’extension d’une unité de fabrication de carreaux en céramique (13 MD).
Tendance haussière aussi, dans les industries agro-alimentaires qui affichent un taux d’accroissement positif de 57,7%, avec des investissements déclarés de 171,6 MD, essentiellement suite à la déclaration de l’extension d’une unité de conditionnement et transformation de lait et dérivés (21 MD) et de la création d’une unité totalement exportatrice de fabrication de farines et graisses animales (14 MD) avec un capital 100% étranger.

–       Repli de l’investissement dans les industries chimiques, du  textile et du cuir

A contrario, le reste des secteurs a enregistré des résultats négatifs en janvier-février, avec une baisse des investissements déclarés dans les industries chimiques de 24%, à 40,5 MD, les industries diverses (-35,6% à 57,1 MD) et le textile et de l’habillement qui ont fortement reculé de 58,6%, à 15,9 MD.
La chute a été nette pour les industries du cuir et de la chaussure (-68,9% à seulement 2,8 MD).
Les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices ont augmenté de 86,2%, à 236,5 MD
grâce essentiellement, aux industries mécaniques et électriques et les industries agro-alimentaires.
Les industries dont la production est orientée vers le marché local ont marqué une hausse plus modeste de 37,3%, à 354,8 MD.
Le nombre des projets dont le coût est supérieur à 5 MD est passé de 11 à 25, pour un montant de 336,7 MD (+209,5) alors que les investissements à 100% étrangers et en partenariat ont marqué une hausse de 176,3%, à 220,3 MD, boostés essentiellement par les industries mécaniques.

–       Ben Arous à la 1ére place des intentions d’investissement

Les volumes d’investissements les plus conséquents ont été déclarés à Ben Arous pour un montant de 184 MD dont 67,6 MD déclarés dans le cadre de l’extension d’une unité de fabrication mécanique dans le secteur aéronautique, à Sfax (56,7 MD) et à Zaghouan (55 MD).
Les deux premiers mois 2016 ont été caractérisés par une hausse au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional (+de 83,1% à 235,3 MD). La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passé de 33,3% à 39,8%. Cette augmentation touche notamment le gouvernorat de Zaghouan (création d’une fonderie et d’une unité de fabrication de farines et graisses animales). Ont également augmenté les investissements déclarés dans le gouvernorat de Béja (20,5 MD), de Kairouan (42 MD) et
de Sfax (43,5 MD).

–       Baisse des projets déclarés dans les services

L’investissement déclaré dans le secteur des services durant les deux premiers mois de l’année 2016 a atteint 230,6 MD progressant de 4,3%. Toutefois, le nombre de projets déclarés a baissé de 2,5%, à 1725 projets, pour une  la création de 6527 postes d’emplois (-8,4%).

Tap

par -

La crise que connaît le secteur du cuir et de la maroquinerie, en raison du commerce parallèle, a été au centre de l’assemblée générale de la Chambre syndicale Nationale des artisans des cuirs et de maroquinerie artisanale tenue mercredi, à Tunis Le président de cette chambre relevant de l’UTICA Mohamed Ben Gorbel a appelé à sauver le secteur qui traverse une forte crise et fait face à de grandes difficultés en matière de commercialisation du produit tunisien sur les marchés étrangers.
Il a également, cité le manque de main d’œuvre qualifiée , et la dégradation de sa qualité, la faiblesse du rendement des entreprises artisanales et la qualité médiocre de leur production, soulignant la nécessité de mettre en place un climat propice au développement de l’artisanat et de sensibiliser l’opinion à l’utilisation du patrimoine artisanal dans la vie quotidienne.
Il a appelé à faire appel aux entreprises privées spécialisées dans la commercialisation et l’exportation et intensifier la participation aux salons internationaux. De son coté, Chokri Bradek, formateur au centre de formation professionnelle de l’Ariana (cuir et chaussure) a mis en garde contre la réticence des jeunes à se former et à exercer ce métier en raison notamment, de la faiblesse de la prime de formation et des salaires
accordés par les entreprises dans ce secteur . Pour lui, un des problèmes de la formation dans les centres est du au fait que la formation est confiée aux académiciens au lieu de la confier aux professionnels et artisans qui maîtrisent le métier. Bradek a souligné la nécessité de faire baisser l’age minimum d’acceptation des candidats dans la formation (niveau 6ème année primaire, au lieu du 9ème année) afin d’offrir à la jeunesse une plus grande chance d’intégrer ces centres.
La styliste au Centre national du Cuir et de la Chaussure Hajer Mahjoub a mis l’accent sur l’appui du centre aux artisans et sa disposition à leur offrir davantage de sessions de formation et de consultations techniques outre des informations sur les tendances et les meilleures pratiques de production pour améliorer la qualité de leurs produits.

TAP

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

La FAO organise en partenariat avec le Centre de Compétences pour les Changements Climatiques (4CMaroc), un atelier d’échange régional sur l’accès au Fonds Vert...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le Comité exécutif de l'Union arabe de football (UAFA), a tenu mercredi à Ryadh (Arabie saoudite), une réunion sous la présidence de l'algérien Mohamed...