Tags Posts tagged with "délais"

délais

par -

Les délais de dépôt des demandes pour la réalisation des projets éoliens de production d’électricité à partir des énergies renouvelables ont été prorogés jusqu’au 18 octobre 2018, au lieu du 15 août 21018, a annoncé, mardi, dans un communiqué le ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables.
La Tunisie projette à travers cet appel à projets de produire un volume global estimé à 120 Mégawatts (MW) d’électricité, prévoyant que la capacité de production pour chaque projet oscille entre 5 et 30 MW d’électricité.
Le ministère de tutelle a lancé cet appel à projets depuis le 11 mai 2017 mais a revu la capacité de production totale le 30 mai 2018.
La Tunisie œuvre à développer les énergies alternatives et propres en encourageant les projets de transformation de l’énergie solaire et de la production de l’électricité à partir des stations éoliennes, sachant que les plus grandes stations opérant dans l’exploitation de l’énergie éolienne sont installées à Sidi Daoued à El Haouaria.

par -

C’est un statut de Kais Khanfir, qui en dit long sur le travail de la Stam (Société tunisienne d’acconage et de manutention) au port de Rades. Des bateaux en rade, qui attendent leur tour pour décharger, par une entreprise plus que surchargée d’employés, avec ce que cela coûte pour les navire en frais. «Au total 13 bateaux en rade au golfe de Tunis en attente d’entrer au port de Rades pour décharger les marchandises» comme le montre cette capture en temps réel du trafic maritime devant le port de Rades. Et Kais Khanfir qui précise que «le délai d’attente est entre 22 à 25 jours». Et le premier responsable de la société MBK, qui est importateur de matières premières chimiques pour les industriels Tunisiens, une rareté dans le pays, d’estimer que «ça c’est le terrorisme économique».

Sur sa page, un autre opérateur lui répond : «moi j’ai attendu un mois pour que mon container soit déchargé et mis en magasin cale, et maintenant je suis en attente du rapport du contrôle technique de ma marchandise qui est en attente depuis 3 semaines, donc en tout ma marchandise acheté le 05 décembre 2017 n’est toujours pas en ma possession le 28 février 2018». Et un autre d’ajouter : «que dites-vous de 4 conteneurs expédiés depuis la Chine qui ont pris 4 semaines pour arriver à Malte et 5 semaines passées en rade !!!”

par -

«Le temps est venu de trouver le courage de prendre les décisions appropriées et qui s’imposent loin des calculs politiques et électoraux étroits parce que cela n’a aucun sens de gagner des élections et de perdre une patrie». La citation est de la présidente sortante du patronat, Wided Bouchammaoui, dont le discours intervenait après celui du chef du gouvernement. Une citation qui laisserait croire que la patronne des patrons n’a pas trouvé, dans le discours inaugural de Youssef Chahed, toutes les réponses attendues par le patronat à ses problèmes. Des problèmes qu’elle avait pourtant énumérés lorsqu’elle avait dû se prononcer sur la loi de finances 2018.

  • L’appel au secours de l’UTICA…

Wided Bouchammaoui avait alors évoqué l’amélioration du climat des affaires, la lutte contre la contrebande et le marché parallèle, la réforme du système de compensation et la restructuration des entreprises. Elle avait aussi déploré que l’entreprise tunisienne devienne le chemin le plus court et le plus facile pour le gouvernement pour collecter des ressources supplémentaires et renflouer ses caisses, sans tenir compte des difficultés auxquelles elle fait face, rappelant à ceux qui ne voulaient pas l’écouter que «l’entreprise n’a plus le souffle pour supporter d’autres charges et impositions».

Dans une autre déclaration, faite en décembre dernier à une radio privée, elle mettait même en garde le gouvernement de Youssef Chahed, dont les relations avec Bouchammaoui avaient fini par quelque peu se dégrader, par un «ne vous attendez pas à de l’emploi ou à de l’investissement. Cette accumulation de taxes nous empêche de travailler sérieusement sur l’investissement (…). La Tunisie détient désormais l’une des plus grandes pressions fiscales de la région (…). 54% de notre économie est de la contrebande, dans le silence total des politiques».

A tous ces défis majeurs d’un secteur privé, sur lequel repose la quasi-totalité de l’investissement et la totalité de la création d’emploi, la fonction publique ayant déjà déclaré forfait pour le recrutement, Youssef Chahed a répondu par un ensemble de mesures administratives.

  • Et le «You talking to me ?»  du “Taxi-Driver” Chahed !

Il est vrai, certes, que le rôle de l’Administration dans l’investissement et dans l’amélioration des conditions d’investissement est important, mais il est peu probable que ces nouvelles annonces du chef d’un gouvernement encore très lent à la détente en matière de concrétisation des annonces change trop et assez vite. On se rappelle, par exemple, son annonce d’un plan d’urgence économique. L’urgence est devenue «pronostic vital engagé» et la promise loi n’est même pas engagée.

En fait, les mesures annoncées par Youssef Chahed devant le congrès de l’UTICA sont en grande partie une réponse au mauvais classement de la Tunisie, dans le classement du baromètre «Doing Business 2018» où notre pays est 88ème sur un ensemble de 190 Nations, loin derrière le Rwanda (41ème), la Turquie (60ème) et surtout le Maroc (69ème). Sur d’autres critères, comme la création d’entreprises, l’obtention de prêts ou encore le paiement des taxes et impôts, le classement de la Tunisie s’approche des derniers.

Concernant, justement, le paiement des taxes et impôts et compte non tenu des dernières mesures de la loi de finances 2018, le calcul de Doing Business estime que les taxes et impôts payés par une entreprise installée en Tunisie représentent 64,1 % du bénéfice brut. C’est là que le vrai bât blesse et que le patronat a raison.

En effet, il nous semble inutile de penser à alléger les procédures administratives de création des entreprises, s’il n’y a que peu ou prou d’investisseurs prêts à payer 64,1% de leurs bénéfices bruts au Fisc. On comprendrait même que les hommes d’affaires tunisiens aillent voir du côté du Maroc et s’y installent, alléchés par un taux n’est que de 49,8%.

Il est tout aussi inutile de raccourcir les délais de toutes les autres procédures administratives pour l’investisseur, lorsque ce dernier n’a plus de quoi investir, car c’est par les bénéfices que se fait l’investissement. Il est même inutile d’investir lorsque s’installer en parallèle vous exonère de toute taxe ou fiscalité et lorsque la contrebande rapporte, à ses barons comme à ses petites mains, plus d’argent que le salaire de tout autre investissement. En un mot, le 17 janvier 2018 au siège de l’UTICA, le chef du gouvernement a tout simplement raté le coche !

par -

Suite à la demande des acheteurs potentiels et des conseillers‐mandataires qui les représentent, l’Etat tunisien et Abu Dhabi Investment Authority (ADIA) ont décidé de proroger le délai de l’appel à manifestation d’intérêt relatif à la «cession d’un bloc unique d’actions» représentant 77,8% du capital de la Banque de Tunisie et des Emirats (BTE), (soit 100% des droits de vote, les 22,22% restants étant des Actions à Dividende Prioritaires qui feront l’objet d’une OPA conformément à la réglementation en vigueur). L’appel à manifestation d’intérêt, qui a été lancé le lundi 11 décembre 2017, est ainsi prorogé aux dates ci‐après :

par -

Le ministère des Finances a porté à la connaissance des automobilistes, sur son site officiel ce mardi 9 janvier 2018, les délais de paiement des taxes de circulation  (vignettes automobiles).

  • * 5 février 2018 : pour les voitures appartenant à des personnes morales de droit public tels que l’Etat, les entreprises publiques et les collectivités locales.
  • * 5 mars 2018 : pour les voitures appartenant à des personnes physiques et dont l’immatriculation finit par un nombre pair.
  • * 5 avril 2018 : pour les voitures appartenant à des personnes physiques et dont l’immatriculation finit par un nombre un impair de même que les motos.

Quant aux tarifs, pour les voitures d’une puissance de 1 à 4 chevaux c’est 60 dinars. Les propriétaires de véhicules de 5 à 7 chevaux paieront 120 dinars et ceux des véhicules de 8 à 9 chevaux 160 dinars.

A noter que les voitures destinées au transport des marchandises et dont la capacité dépasse les 300 kilogrammes, celles enregistrées à l’étranger durant les trois premiers mois de leur entrée en Tunisie ainsi que les taxis, les taxis collectifs, les taxis touristiques et les louages et celles dont destinées à un usage professionnel sont exemptées du paiement des vignettes

par -

Le ministère de l’industrie et des PME a annoncé le prolongement des délais de présentation des candidatures pour le prix national de la qualité au 29 décembre 2017.
Ce prix sera attribué aux entreprises opérantes dans le secteur industriel et de services connexes à l’Industrie. Les candidats au prix peuvent télécharger le dossier de participation à partir de l’adresse électronique du ministère de l’industrie ou retirer le dossier de participation au siège de l’Unité de Gestion du Programme National de Promotion de la Qualité.
La société Coficab Tunisie a obtenu le 1er Prix National de la Qualité 2016 selon le modèle d’excellence EFQM (fondation européenne pour la gestion de la qualité).
Le deuxième prix a été décerné à la société AIR LIQUIDE, leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé.

par -

Les délais de recours pour les listes des électeurs inscrits pour les prochaines municipales prennent fin ce lundi, conformément au calendrier électoral.
L’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) entamera, dans les deux jours qui viennent, l’examen des recours et l’élaboration d’un guide pour les candidats, a affirmé à l’Agence TAP Adel Brinsi, membre de l’ISIE chargé de la communication.
Les partis politiques sont appelés à présenter leurs candidatures dans les plus proches délais afin d’éviter des erreurs pouvant conduire à l’annulation de listes électorales, a-t-il recommandé.
Le dépôt des candidatures est prévu entre le 18 et le 26 septembre, a-t-il ajouté.

Adel Brinsi a affirmé que l’instance, de même que le gouvernement, sont prêts pour organiser les élections dans les délais impartis. Il a indiqué, à cet égard, que le gouvernement a récemment versé 10 millions de dinars au titre du budget réservé aux élections municipales.
Il a également rappelé la rencontre qui a réuni, récemment, une délégation de l’ISIE avec le secrétaire général du gouvernement au cours de laquelle l’accent a été mis sur la disposition du gouvernement à tenir les élections à la date prévue du 17 décembre 2017 ainsi que sur les accords conclus avec des parties étrangères relatifs aux dons qui seront débloqués pour ces élections.

Concernant l’installation des tribunaux de première instance, Brinsi a assuré que toutes les juridictions seront prêtes à temps pour trancher les litiges électoraux et que des juges ont été déjà recrutés.
Pour Brinsi, ceux qui appellent au report des élections ont l’intention de saper le processus électoral et de nuire à la Tunisie.

par -

Les travaux de la construction de la Cité de la culture se poursuivent. Le chantier mené par la société « Bouzghenda Frères » mobilise près de 400 personnes sur tout le projet situé en pleine capitale, au bord d’axes routiers majeurs.

Pour l’heure, «les délais sont respectés et on est en conformité avec le planning fixé», nous assure Ahmed Bouzghenda, PDG de ladite société, qui a remporté l’appel d’offres suite à la résiliation du contrat de l’opérateur tchèque qui était en charge d’une grande partie du projet et ce, pour manquements à ses engagements contractuels.

Sur le terrain, l’entreprise, en étroite collaboration avec le ministère de l’Équipement, déploie les efforts pour la construction de ce bâtiment pilote, lancée au milieu en 2006 pour un coût de 120 millions de dinars et prévue pour une durée de trois ans, avec une ouverture en novembre 2009. Mais les travaux ont pris du retard et ont été stoppés en 2011, avant de reprendre en mai 2016.

Ingénieurs, techniciens et ouvriers qui composent cet effectif travaillent à une cadence soutenue de manière à finaliser la cité dans les délais.

culur

Un retard dû à des améliorations…

Ahmed Bouzghenda tient fermement à la concrétisation de ce projet ambitieux à fin novembre, sinon au premier semestre de 2018.

Encore du retard ? Cela est du à des améliorations apportées par le ministère de la Culture par rapport à certaines composantes de la cité de la Culture, a répondu le responsable dans une interview accordée à Africanmanager.

« Le projet avance normalement et on est à 20% de taux d’achèvement », a ajouté le promoteur, faisant savoir que toutes les conditions adéquates sont réunies pour faire réussir ce projet d’un montant global de 76 millions de dinars.

Notre visite des lieux nous a permis de constater l’avancement de la réalisation de plusieurs espaces dont notamment les trois salles de spectacle, d’une capacité de 1.800, 700 et 300 places ainsi que les autres espaces destinés aux foires, expositions.

C’est important dans la mesure où plus de 60% de l’infrastructure est déjà fonctionnel. Pour rappel, la Cité de la Culture, qui s’étend sur 52 hectares, comprend un ensemble de lieux pour spectacles vivants : Espace d’accueil général du public, 3 salles de spectacle et 7 studios de production, médiathèque d’actualité, une cinémathèque composée de 2 salles de cinéma, de 150 et de 350 places, Maison des artistes, galerie nationale d’art et d’exposition composée de 3 salles d’exposition dotées d’une réserve, administration générale de la cité, espace pour les activités de commerce, élément signalétique appelé « tour de la culture », des parkings. Un musée complétera cet édifice dont le coût sera d’environ cent millions de dinars.

cisd

La jeunesse présente en force

Sur l’ensemble du chantier, la présence des jeunes travailleurs est notable. Beaucoup de cadres, ingénieurs ou encore des ouvriers accèdent rapidement à plusieurs responsabilités. C’est le cas de Hédi Bouzghenda, le responsable du suivi de l’ensemble du projet et qui dirige une équipe élargie. Il éprouve une certaine satisfaction à faire partie de la construction de ce complexe.

Encore des craintes !

Ahmed Bouzghenda est certes attaché à cet édifice dédié à l’art, mais il s’est montré un peu inquiet par rapport à certains points dont notamment le glissement du dinar qui a touché l’équilibre financier de ce contrat.

«La dévaluation de notre monnaie est extraordinaire, suite à une décision de la Banque Centrale qui a choisi de ne plus intervenir sur le marché financier. Cela a causé un manque à gagner de trois millions de dinars pour une société dont les achats sont effectués sur le marché européen », a déploré notre interviewé, en annonçant des discussions prochainement avec les autorités en place pour trouver une issue à ce problème.

uys

par -

Le directeur général de la sécurité sociale au ministère des Affaires sociales, Kamel Maddouri, a assuré que les pensions seront versées dans les délais.
Dans une déclaration accordée ce lundi 5 septembre à Africanmanager, le responsable a démenti les informations qui circulent depuis quelque temps selon lesquelles l’État est en train de chercher des fonds pour assurer le virement des pensions de retraite pour ce mois.
« Contrairement aux informations, le gouvernement est en train de recouvrir les impayés de certains établissements publics, à savoir la SONEDE, et qui sont estimés à 250 millions de dinars », a ajouté le responsable. Il a fait savoir que cette étape est importante dans la mesure où elle aide les caisses sociales à surmonter la crise et à faire face aux déséquilibres financiers.

par -

Le 26 mars 2017 sera la date officielle de la tenue des élections municipales, a annoncé l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE).

L’annonce a été faite ce mardi 17 mai 2016, par le président de l’Instance Chafik Sarsar, lors d’une table ronde organisée sur la mise à jour de la feuille de route des élections locales.

La réalisation de cet objectif reste tributaire de deux conditions principales, a précisé  Sarsar.  Il s’agit de la publication du décret-loi relatif au découpage territorial avant le 30 mai courant et l’adoption du projet de loi organique portant sur les élections, avant le 22 juillet prochain.

 « Ceci est une condition sine qua non pour que la feuille de route élaborée par l’ISIE devienne un calendrier concret qui sera publié par la suite au  JORT et  on sera dès lors capable de tenir les élections dans les délais fixés », a indiqué le président de l’ISIE dans une déclaration à la presse. Et de rappeler  que l’organisation des élections municipales est plus compliquée que celle des élections législatives.

La situation exige une intervention d’urgence

La date proposée par l’ISIE a été confirmée par le chef du gouvernement, Habib Essid, soulignant que la tenue des élections municipales constitue une étape cruciale pour la Tunisie au cours de la prochaine étape.

« La tenue des élections municipales revêt une importance particulière surtout que le pays est encore en phase transitoire », a dit Habib Essid faisant savoir que le respect des échéances électorales est une priorité pour le bon déroulement de l’action municipale.

Cependant, le chef du gouvernement a affirmé que la situation dans plusieurs municipalités nécessite une intervention d’urgence et la prise des décisions nécessaires au bon déroulement de leur travail.

« Les efforts se poursuivent pour consolider les municipalités, mais les obstacles existent encore, dont notamment la situation environnementale dans plusieurs régions », a expliqué Habib Essid jugeant nécessaire de se mobiliser davantage en adoptant le décret-loi relatif au découpage territorial avant le 30 mai courant.

Le nombre des municipalités  porté à 350

De son côté, le ministre des Affaires locales,  Youssef Chahed s’est dit attaché à respecter les délais fixés par l’ISIE.

D’ailleurs, les efforts se conjuguent pour relever ce défi surtout que 3,5 millions de Tunisiens ne sont pas concernés par le système municipal, a fait remarquer le ministre,  annonçant dans le même contexte que des critères scientifiques ont été adoptés pour la création de  64 nouvelles municipalités, ce qui permettra de porter le nombre global à 350.

Ces critères sont le fruit d’une étude réalisée dans ce processus. « Cette étude a été élaborée par cinq ministères en coordination avec plusieurs experts, et ce, pour une période de deux ans tout en adoptant des indices scientifiques comme le développement régional et local, la santé et le transport », a-t-il expliqué.

Cette étude qui sera publiée avant la fin de ce mois, comportera 17 indices, selon ses dires.

Les partis politiques auront un rôle à jouer

Les délais fixés par l’ISIE ne semble pas susciter la polémique surtout auprès des partis politiques dont notamment Ennahdha, le Front Populaire, Ettakatol ou encore Echaab qui ont pris part de cet événement.

A ce titre,  Ennahdha par la voix de son dirigeant Imed Hammami, a appelé les autres partis à jouer pleinement leur rôle pour réussir cette étape cruciale dans l’histoire de la Tunisie. « Eu égard à la  situation présente de  la Tunisie, il faut mettre en avant l’intérêt du pays », a-t-il dit s’adressant aux différents partis politiques.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

Le chef d’entreprise et responsable syndical Rafaa Ennaifer est , à bon droit, vert de rage, à la vue d’articles vestimentaires tunisiens, vendus dans...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Nous apprenons que le président égyptien, Abdelfattah Al Sissi et le maréchal Khalifa Haftar n’assisteront pas à la réunion plénière de la rencontre internationale...

Reseaux Sociaux

SPORT