Tags Posts tagged with "digitalisation"

digitalisation

par -

Avec son offre Tedallel, Ooredoo sort des sentiers battus en proposant la 1ère offre digitale la plus complète sur le marché qui permet aux clients de composer leurs options selon leurs besoins.

Et ce n’est pas tout ! Ooredoo casse aussi les prix en proposant les forfaits internet les moins chers et le prix minute le plus compétitif du marché.

En effet, et tout en poursuivant sa stratégie de digitalisation de ses services, l’opérateur propose une offre qui est parfaitement dans l’air du temps en créant un univers purement digital avec des services multimédias. Le simulateur ‘’Zid Edallel’’ permet de combiner entre les appels locaux ou internationaux, les SMS ou encore l’internet mobile. Il suffit de bouger le curseur à la forme d’un Smiley J sur les services choisis pour en profiter instantanément et en un seul clic.

Et encore plus d’avantages ! Outre la simplicité d’utilisation et l’accès au forfait internet le moins cher 100Mo à 400 millimes, l’offre Tedallel propose plusieurs services exclusifs et gratuits de streaming, de sport, de musique et de jeux ! Cet univers digital est accessible gratuitement via l’application MyOoredoo (Android & IOS).

Promo de bienvenue : Pour toute acquisition ou migration vers l’offre Tedallel, Ooredoo offre un accès gratuit à l’ensemble de ses services à contenu. Qu’ils soient mélomanes, cinéphiles, gamers ou amateurs de sports ou de VOD, tous les abonnés trouveront leur bonheur grâce à une multitude de services tels que Mixtape, Mobile TV, Straz Play Xtreme ou CR7.

Pour bénéficier de l’offre Tedallel, il suffit d’accéder à l’application Mobile MyOoredoo ou de composer *140# ou de se rendre à la Boutique Ooredoo la plus proche.

par -

Les questions relatives à la modernisation tant au niveau de la réglementation que celui de la pratique de la Place de Tunis, et au développement de la culture économique et de l’inclusion financière, étaient débattues lors d’une réunion tenue, le 16 mai 2018, entre le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), Marouane El Abassi et les membres de l’Association tunisienne pour la promotion de la culture financière (ATCF).
Les membres de l’ATCF ont insisté, dans ce sens, sur le besoin d’accélérer le travail de réflexion sur un nouveau modèle du secteur bancaire qui s’articulera autour de la généralisation de la transformation digitale de l’activité financière.
A cet égard, le Gouverneur a souligné que la BCT œuvre actuellement à moderniser les textes en vigueur “afin de suivre les changements et mieux répondre aux attentes des opérateurs économiques. Toutefois, ceci va s’opérer, inéluctablement, en adéquation avec la situation économique et pour servir l’économie réelle“.

par -

C’est une banque à petit flottant en bourse (17,8 %) et donc peu liquide, dont le capital reste dominé par le groupe Ben Yedder qui y pèse 61,5 %. Mehrez Riahi, DGA, s’en défend et parle d’une «gouvernance basée sur la collégialité dans la prise de décision et la mise au point des stratégies et l’indépendance du reste du groupe Amen qui ne s’implique qu’à travers la présence de quelques administrateurs dans le conseil de surveillance et des comités qui y sont rattachés». Conscient, comme le reste du directoire de l’Amen Bank, qu’elle souffre de cette image d’une banque familiale, il précise que dans l’opérationnel «le seul membre de la famille Ben Yedder, Karim, est membre d’un directoire de 4 personnes où les décisions sont discutées et prises d’une manière collégiale». Une banque aussi que certains considèrent comme sous-provisionnée, mais qui fait tout pour casser cette mauvaise image en consacrant, en 2017, le montant de près de 152 MDT entre provisions et agios réservés et ne compte pas s’y arrêter.

C’est aussi une banque qui est mal valorisée, en-dessous même de ses fonds propres (0,75 Milliards DT contre par exemple 2,5 Milliards DT pour la Biat), bien qu’elle réalise de très bons résultats (114 MDT, contre 90 MDT en 2016), mais qui souffre aussi du peu de communication ou d’une communication d’insulaires et conjoncturelle. Conscient de cette défaillance, alors qu’elle se transforme, s’améliore, s’adapte à la nouvelle conjoncture et introduit des nouveautés, en back comme en Front Office, son directoire décide d’aller de l’avant et de s’ouvrir aux médias. C’est ainsi que dans un entretien de 50 minutes, avec en face de nous 2 hauts dirigeants de la banque, Mehrez Riahi et Neji Ghandri, nous découvrons en effet une autre Amen Bank, qui fait son toilettage de bilan et même une restructuration de ses ressources et de ses utilisations. Une banque à la recherche de nouvelles ressources moins chères, qui lève le pied sur certaines niches et en force d’autres.

  • Diminuer les voiles sur le tourisme, privilégier le particulier et élaguer les dépôts chers

Mehrez Riahi évoque ainsi trois principales nouvelles orientations stratégiques. «D’abord, le rééquilibrage du bilan, à travers notamment l’élagage des dépôts chers et la restructuration de la composition des déposants de la banque. Cela en veillant à l’augmentation des dépôts à vue, des dépôts d’épargne et réduire la part des dépôts à terme qui sont plus chers. Mais aussi repenser la composition même des déposants, à travers l’augmentation de la part des particuliers et l’augmentation de l’entreprise aux dépens de celle des institutionnels et enfin, réduire les emplois à haut risque en rationnalisant l’octroi des crédits sur le double plan rentabilité et risque».

Plus explicite à ce sujet, Neji Ghandri précise en indiquant «nous prenons de plus en plus de parts de marché, dans la niche des particuliers qui achètent de l’immobilier, comme pour les produits Crédim, Credim Watani ou Credim Express, on se développe et on y est à la chasse des opportunités. Nous le faisons, avec les TRE et les professionnels de médecine, via le Pack Docteur, qui sont désormais des segments privilégiés tout comme les sociétés totalement exportatrices avec des offres personnalisées pour les opérateurs de cette niche et celles des pétroliers, de la pièce automobile qui sont des gisements excédentaires en trésorerie, ce qui nous intéresse côté ressources pour la banque. Il y a donc un changement certes, mais dans la continuité. Nous appliquons en fait le principe de la banque agile et proactive. On ne quitte pas l’entreprise qui représente d’ailleurs plus de 75 % de nos engagements, mais on y développe le recouvrement».

Cela n’a pas empêché l’Amen Bank d’opter pour le choix, que Riahi estime «stratégique», de marquer une pause vis-à-vis du secteur touristique. «Notre PdM y est déjà relativement importante et sa part de NPL y est aussi très importante, sans parler des difficultés que connait depuis quelques années ce secteur. C’est tout cela qui nous a amené à réduire les voiles, sinon bloquer tout financement du tourisme», explique le membre du directoire de la banque. La banque sera aussi «plus regardante sur les utilisations, favorisera le Retail, et sera plus sélective dans les engagements dans le secteur de l’immobilier qui pèse déjà plus que 13 % des engagements de la banque et qui demeure pour la banque un secteur prisé avec les promoteurs chevronnés et clients historiques de la banque et pour des projets qui bénéficient d’un très bon emplacement, en témoignent les nouveaux déblocages effectués en 2017 pour quelque 230 MDT en crédits supplémentaires. L’encours a en effet diminué et nous avons été plus actifs en suivi et en recouvrement». L’avis est ainsi lancé aux intéressés !

  • Faire du recouvrement une véritable filière qui rapporte, pour un toilettage du bilan

La seconde orientation stratégique de l’Amen Bank a été la création d’un nouveau process de recouvrement. Désormais, selon Riahi, «il ne se limite plus au recouvrement judiciaire classique et enregistre l’introduction d’un nouveau process totalement automatisé allant du recouvrement commercial en passant par le recouvrement dynamique pour finir avec le newlook du recouvrement judiciaire. Les fruits de cette nouvelle stratégie sont appelés d’abord à améliorer le stock et ensuite mieux gérer les nouvelles entrées de manière plus proactive».

Toujours plus dans le détail, Ghandri nous apprend que «avec l’aide du cabinet E&Y, nous développons le recouvrement commercial en véritable filière avec ses propres incentives, son système d’information et un système de suivi qui s’active dès la naissance de l’impayé et qui est suivi par ce qu’on appelle à l’Amen le recouvrement dynamique». Ce système est nouveau, bien que la banque ait quand même fait 52 MDT de recouvrement judiciaire, et 37 MDT de recouvrement dynamique qui n’a démarré qu’en Q4 2017 (langage de banquier qui veut dire le 4ème trimestre) et son impact ne sera visible qu’en 2018 et après. Pour ce faire, la banque a été obligée de faire une opération de cession-radiation, de 180 MDT (dont 172 MDT de cession). Objectif : «faire tomber le taux de NPL et toiletter le bilan, pour rester bancables pour les bailleurs de fonds étrangers qui exigent un bon ratio de NPL». Et Ghandri d’annoncer que «2018 sera l’année de recouvrement et non plus de cession-radiation».

  • Digitalisation et banque virtuelle. L’Amen y est, selon Riahi et Ghandri

Très versé sur les orientations stratégiques, Mehrez Riahi évoque ensuite une 3ème nouvelle ligne stratégique. C’est la diversification des sources de revenus de la banque, pour faire face à la baisse, d’une manière générale et pour tout le système bancaire tunisien, de la marge nette d’intérêt. Ghandri prend alors le relais pour préciser que «on entame ainsi la digitalisation de plusieurs métiers de la banque, la banque-assurance, les produits leasing qui viendront, le pôle banque d’affaire construit entre la salle de marché de la banque, Amen Invest et Amen Capital qui est gestionnaire de fonds. Ce pôle gère les fusions-acquisitions, les introductions en bourse, conseil en bourse et en restructuration. Il a d’ailleurs entamé sa nouvelle mission par un crédit syndiqué au profit d’Enda et fera cette année son véritable décollage».

La banque freinerait ainsi le rythme d’ouverture d’agences et on entre dans l’ère de la digitalisation. L’Amen Bank serait ainsi déjà dans l’ère du numérique, pas pour le simple plaisir de suivre le trend international. Mais aussi parce que ça rapporte. «D’abord dans le domaine de la compression des charges opératoires qu’il nous fait limiter, par l’automatisation qui amélioré note coefficient d’exploitation et qui commence à gagner du terrain chez nos clients», selon les deux banquiers qui affirment que 50 % des clients de l’établissement utilisent déjà quotidiennement la banque digitale. Et les deux membres du directoire, pas peu fiers, d’annoncer qu’Amen Bank a déjà lancé trois agences libre-service, deux à Tunis et une troisième à Sousse et compte en lancer d’autres prochainement. Il faut dire qu’à l’Amen, «la banque digitale représente des revenus de 4,5 MDT et devient ainsi un centre de profit et une source de revenus». L’Amen a aussi lancé, à en croire les deux dirigeants, «la banque virtuelle pour les jeunes et les technophiles. Elle permet déjà l’ouverture des comptes, l’exécution des opérations bancaires avec un décashing total et 100 % en ligne avec déjà 1600 clients depuis 2 ans», disent-ils tout en se gardant de parler du chiffre d’affaire de cette Amen First Bank.

Neji Ghandri aura le dernier mot pour affirmer, concernant les résultats de la banque au vu de ces trois nouveaux axes stratégiques, qui seront certainement contraints par l’entrée en exécution du fonds de garantie qui pèsera sur les charges et la diversification des revenus qui impactera positivement l’exploitation et le recouvrement qui impactera, positivement aussi, le haut de bilan que «on est confiant, mais on restera prudent, et on continuera à provisionner convenablement».

par -

La Direction Générale des Affaires Estudiantines a annoncé, mardi, le lancement à partir du 20 février courant d’une application interactive en ligne visant à gérer les formalités relatives aux bourses à l’étranger.
Elle permet de gérer à distance les demandes de bourses universitaires à l’étranger, les demandes de prêts universitaires à l’étranger et les demandes d’attestation de non boursier.
Elle permet, également, aux étudiants tunisiens boursiers à l’étranger de déposer leurs demandes de renouvellement de bourses et leurs demandes de dossier de paiement.
Pour bénéficier de ce service, il suffit de créer un compte sur le site: www.best.rnu.tn.
L’étudiant peut être informé sur les procédures et les étapes à suivre par SMS, à la suite d’une seule inscription à ce service (qui coûte 0,6 DT), indiquant l’un des messages suivants : Accord; contrat à télécharger ; Bon de caisse prêt à être retiré / Refus / Motif ; Accord après réexamen ; Refus après réexamen / Motif.
Pour ce faire, il doit envoyer le mot “prêt” puis espace puis le numéro de la CIN au numéro suivant : 85000.

par -

Le président de l’Instance Tunisienne de l’Investissement (ITI), Khalil Laâbidi, a déclaré ce mardi 13 février 2018, sur Shems FM : «Nous avons commencé la segmentation de la gestion du dossier et de l’investissement en soi. Les anciennes structures fonctionnent encore mais ont désormais d’autres attributs et nous allons digitaliser les procédures de montage d’un dossier d’investissement cette année».
Laâbidi a dévoilé les détails de cette affaire : Les investissements de 0 à 1 million de dinars seront automatiquement dirigés vers une gestion dans les régions ; de 1 à 15 millions de dinars d’investissements, ce sont les structures existantes (API, APIA, ONTT…) qui gèrent ; si le montant excède 15 millions de dinars, c’est l’ITI qui entre en action.

«Toutes ces organes s’orientent vers l’instauration d’un interlocuteur unique pour répondre au mieux aux besoins du citoyen. Nous avons imité le dispositif bancaire et mis en place le poste de chargé d’investisseur pour épauler les opérateurs dans l’élaboration de leurs dossiers. S’agissant de l’ITI, nous allons mettre le curseur sur l’ouverture de l’économie tunisienne (…) Il faut que la Tunisie en finisse avec cette logique des autorisations pour migrer vers une économie dynamique, qui crée des opportunités», a conclu le président de l’ITI…

par -

Les clients attendent une plus grande interactivité et une simplification de l’utilisation des services auprès de leurs banques. En effet, la disponibilité d’Internet tous les jours et toutes les nuits permet une interactivité exemplaire des banques pour assurer des services à temps aux clients. En outre, les clients cherchent des services simplifiés“. C’est ce qui ressort d’une étude publiée par l’intermédiaire en bourse Mac Sa. En effet, une enquête de «Global Brand Simplicity Index1» a été effectuée en 2010 auprès de 6000 consommateurs européens, américains et asiatiques dans l’objectif d’étudier la notion de simplicité de tous les services fournis aux consommateurs. Il ressort de cette étude qu’entre 7% à 23% des consommateurs sont prêts à payer plus cher les services proposant une plus grande simplicité. Cette étude place les banques en dernière position comme service le plus compliqué et les fastfoods en première position comme service le plus simple.

Dans cette étude intitulée “comment la transformation numérique va-elle bouleverser le secteur bancaire?“, il a été indiqué que la recherche de simplicité est demandée, surtout chez les jeunes qui utilisent facilement les applications mobiles. Les clients cherchent aussi à avoir des services rapides où les procédures sont les moins complexes. La désintermédiation, c’est-à-dire dépasser les intermédiaires institutionnels pour négocier directement les clauses du contrat de crédit par exemple, est une solution apportée par les banques à distance ou en ligne.

Face à ces changements, les acteurs du secteur bancaire tunisien devront se préparer à cette nouvelle donne en modernisant leurs activités par l’investissement dans le digital, note l’étude, avant d’expliquer que la lente modernisation des banques tunisiennes est due à la faiblesse de la concurrence malgré un nombre assez élevé de banque, l’accroissement de la rente financière émanant des bons de trésor, l’évolution de la société en général (exigences des clients, qualité des gestionnaires, le niveau d’éducation de la population, etc.) et le manque de concurrence avec les banques étrangères, en l’absence de libéralisation des services bancaires.

En effet, une bonne partie des clients tunisiens aspirent à l’accès de leur compte bancaire via une application mobile, à consulter les opérations bancaires mais, également, à effectuer des virements, à contacter son conseiller etc.

Cette transformation digitale“, ajoute l’étude, est difficile et nécessite de la compétence et de l’intelligence collective. Pour assurer la mutation vers le digital, les acteurs du secteur bancaire tunisien doivent relever six principaux défis, à savoir : développer la culture du digital dans les régions de l’intérieur et dans le milieu rural pour éviter une fracture digitale,  adapter le système d’information des banques qui nécessite plus d’investissement et gérer la concurrence de plus en plus importante entre les banques dans un contexte où les clients seront plus volatiles, mobiles et réactifs, ce qui menace la position de nombreuses banques sur le marché. Il est aussi primordial, selon l’étude, de changer l’organisation interne des banques qui sera orientée sur le client, former de nouveaux profils d’ingénieurs pour s’adapter aux transformations du secteur et compenser la baisse de la rentabilité des banques par l’accroissement de l’efficacité et la réduction des coûts.

Le numérique impactera les comportements des clients et des banques. Les transformations toucheront les organisations et les métiers de la banque et impacteront ainsi la distribution, le système d’information, l’organisation interne, les processus opérationnels, les ressources humaines, le marketing, la communication, le back office, le chargé de clientèle, etc.”, précise la note.

En effet, plusieurs pays avancés assistent actuellement à la fermeture progressive des agences physiques, à une réduction de la fréquentation des clients et à une reconversion en agence numérique. Les acteurs tunisiens sont appelés à être vigilants et à anticiper ces changements permanents de leur environnement.

par -

La Banque Centrale de Tunisie (BCT) a déjà entamé ses consultations pour la mise en place d’un processus de réduction de l’argent liquide dit “de-cashing”. Les objectifs étant de promouvoir l’inclusion financière, consolider les ressources du système bancaire, assurer une meilleure allocation des ressources financières au profit de l’économie organisée et lutter contre les activités informelles et les pratiques illicites.
Dans une interview accordée à l’agence TAP, Ahmed Al Karam, président du directoire d’Amen Bank et président de l’Association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers (APTBEF), explique pourquoi il est temps de muter vers un monde financier digital en Tunisie et évoque ses chances de réussite.

Pourquoi, d’après vous, la Tunisie doit muter, aujourd’hui, vers un monde de transactions financières digitales ?

Ahmed El Karam : La mutation vers un monde digital n’est pas spécifique à la Tunisie, elle est planétaire. Les évolutions technologiques qui sont en train de marquer la planète grâce, principalement, à l’apparition des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazone) sont en train de créer de nouvelles capacités et de nouvelles aptitudes technologiques qui changent totalement le comportement économique et même social des différents agents économiques. Je vous donne en exemple la Chine, deuxième puissance économique mondiale et premier pays en terme de commerce intérieur. Dans ce pays, plus de 50% des transactions se font d’une manière digitale, sans utilisation ni du chéquier, ni de billets de banque.

En Tunisie, nous gagnerons à réduire la monnaie fiduciaire, dont l’encours a plus que doublé en passant de 5 milliards de dinars à fin 2010, à environ 11 milliards de dinars aujourd’hui.
C’est un montant très élevé qui fait qu’une grande partie de la liquidité ne rejoint jamais les circuits économiques officiels et donc ne transite pas par les banques. Ça veut dire aussi qu’une grande partie des transactions ne permettent pas de garantir la traçabilité et la connaissance des mouvements de fonds. Nous ne pouvons pas savoir le sort, la finalité et l’utilisation de cette énorme liquidité. Ainsi, la Tunisie devrait lutter, d’urgence, pour que cette liquidité regagne les circuits officiels. La Banque centrale a ouvert ce chantier et s’en occupe d’une manière sérieuse.

D’après vous, quelles sont les raisons de l’augmentation de la masse des paiements en cash en Tunisie ?

Ahmed El Karam : A mon avis, l’augmentation exagérée des paiements en cash est due à trois facteurs essentiels. Primo, l’économie informelle qui n’a pas besoin de moyens de paiements modernes, puisqu’elle s’accommode de l’opacité des flux fiduciaires. Cette économie représente, d’après les experts, plus de la moitié de l’économie nationale. Aussi, on peut affirmer que la moitié de la monnaie fiduciaire émise par le système monétaire est accaparée par l’économie informelle. Cette manne financière ne profite pas aux banques et ne sert pas le financement transparent de l’économie. L’urgence est d’agir pour que cette économie informelle regagne l’économie organisée.

Secundo, l’existence de près de quatre millions de Tunisiens qui n’ont pas de comptes bancaires. Il faut travailler pour développer l’inclusion financière, afin d’intégrer dans l’économie moderne une grande partie de la population qui n’utilise ni le compte, ni le chèque, ni la carte bancaire. L’APTBEF a des idées intéressantes à ce sujet et tâchera de les appliquer avec la Banque centrale et les autres organismes concernés, pour mettre en marche une ambitieuse stratégie d’inclusion financière.
Il faut parallèlement développer l’inclusion digitale, car il ne suffit pas d’avoir un compte bancaire. Il faut l’utiliser au moyen de règlement par carte, et, de plus en plus, par téléphone portable. Mais, pour cela, il faut des solutions de paiement électroniques modernes, efficaces, sécurisées, garantissant l’interopérabilité et assurant la facilité l’utilisation.

Tertio, l’absence de développement du commerce électronique en Tunisie. A un moment où toute la planète en fait la base des règlements des transactions commerciales, la Tunisie est malheureusement très en retard. Le commerce représente une part insignifiante du commerce organisé. Il faut dire qu’il nécessite, en fait, une forte logistique, des magasins de stockage ultra-modernes, des moyens de transport efficaces, des solutions de paiement en ligne sûrs, des applications informatiques intelligentes, etc…

Pourquoi ne pas engager des discussions avec les grands opérateurs internationaux du commerce électronique tels que les leaders mondiaux que sont Amazone pour le monde occidental et Ali baba pour la Chine ? L’objectif est de développer d’une manière rapide le commerce électronique, afin de faire profiter l’économie de ses nombreux avantages, dont notamment la promotion des exportations et les échanges avec l’extérieur. C’est un gisement d’affaires à l’international qui échappe aux entreprises tunisiennes. Cela sans oublier les économies de charges, la sécurité des opérations et la rapidité de leurs exécutions. Le commerce électronique réduit sensiblement les préférences pour la monnaie fiduciaire.

A votre avis, combien de temps prendra ce processus de digitalisation pour se mettre en place en Tunisie ?

Ahmed El Karam : Je suis convaincu que cela peut aller très vite. D’une part, l’évolution s’accélère et parait jour après jour irréversible et d’autre part, les opérateurs en Tunisie ont la volonté et la capacité de se lancer dans l’aventure du développement du paiement électronique. Les solutions techniques sont là, les opérateurs sont prêts et les banques sont disposées à aider et à financer. Nos ingénieurs maitrisent convenablement la technologie et si la volonté politique se manifeste et avec force, tout peut aller très vite.

Est-ce qu’il existe dans le pays, l’infrastructure adéquate pour mettre en place cette option ?

Ahmed El Karam : Je pense réellement que nous avons une infrastructure matérielle et humaine dans ce domaine. La Tunisie recèle de compétences ayant une maîtrise confirmée de la technologie. Comme je l’ai déjà dit, la Poste, les banques et les opérateurs téléphoniques sont prêts et motivés pour jouer leur rôle et assumer leur responsabilité. La réussite de ce processus volontariste de modernisation des moyens de paiements ne peut que profiter à toutes les parties concernées et au développement et à la modernisation de l’économie tunisienne.

Combien va coûter ce processus de de-cashing ?

Ahmed El Karam : Le gain est considérable, étant donné que le coût de traitement des billets de banques est énorme en termes de fabrication, de manipulation, de conservation, de comptage, de transport, etc… sans parler du risque d’introduction de faux billets et de la fraude qui peuvent accompagner la manipulation des billets et monnaies. Ces coûts vont disparaitre avec le remplacement de l’argent liquide par la généralisation du paiement électronique. Les ordinateurs vont dialoguer entre eux. Certes, il y aura des risques, mais ils coûtent largement moins que ceux rattachés aux billets de banques. Je ne vois que du positif dans la disparition de la monnaie fiduciaire, à l’exemple de la Suède où l’argent liquide a totalement disparu. Cela prouve qu’il y a des solutions techniques et que l’expérience peut réussir en Tunisie, à condition de suivre une démarche volontariste et efficace.

L’absence de l’argent liquide peut aussi aider à lutter contre le terrorisme et le blanchiment d’argent ?

Ahmed El Karam : Bien sûr que ça va aider à lutter contre le terrorisme et le blanchiment d’argent. Les billets de banques qui n’entrent pas dans le circuit bancaire, peuvent être utilisés pour financer le terrorisme, blanchir des ressources provenant de la fraude, de la contrebande, de la corruption et d’autres actes criminels. C’est un vrai trou noir. C’est pour cela qu’il faut arrêter cette manne mafieuse dès le départ et agir vite pour que les billets émis se négocient dans les circuits officiels, avant de céder la place au paiement électronique.

Comment accélérer ce processus de de-cashing, d’après vous ?

Ahmed El Karam : Je crois que la BCT a pris déjà une initiative très louable. Elle a lancé sérieusement, les discussions à ce sujet et procédé à la création de commissions multidisciplinaires de réflexion et de proposition associant tout le monde: l’administration, les banques, les opérateurs techniques et les sociétés de “FINTECH”.
Dans quelques jours, il y aura un débat intense sur le sujet pour aller plus dans les détails. Je suppose qu’un rapport sera présenté aux autorités gouvernementales et c’est à ces dernières de parrainer ce rapport et de le mettre en application. A mon avis, toute réforme impliquant des changements profonds a plus de chance de réussite, si les responsables s’y engagent à plein temps. Mais, il ne faut pas que le souffle des réformes se perde dans la pression du quotidien ou dans les dédales de la routine administrative.

Il y a lieu de désigner une structure pour mettre en place le programme de réformes qui sera retenu, tout en la dotant des capacités nécessaires pour convaincre les parties concernées. Elle doit disposer des pleins pouvoirs pour coordonner et mettre en application les actions arrêtées.

Puisque c’est une démarche d’inclusion financière, est ce que vous avez associé les établissements de micro-finance ?

Ahmed El Karam : La micro-finance est un canal essentiel d’inclusion financière, C’est grâce aux 650 000 clients qui ont traité avec les structures de micro-finance qu’on arrive à donner une amorce de culture financière à des populations exclues des services bancaires. Oui, nous avons pensé à la micro-finance, car c’est un canal à développer pour ses effets positifs pas seulement comme instrument d’inclusion financière, mais surtout pour ses retombées sur le développement régional et la création de l’emploi surtout pour les diplômés du supérieur.

En quelle année, d’après vous, l’argent liquide va disparaitre en Tunisie ?

Ahmed El Karam : Je pense que ça ne doit pas dépasser l’année 2020, à condition de servir cette ambition par une volonté politique réelle et des outils très précis. Il faut faire vite pour que les 4 millions de tunisiens qui n’ont pas de comptes bancaires en soient dotés rapidement. Il faut aussi le faire d’une manière audacieuse pour que le commerce électronique se développe, pour atteindre 20 voire à 30% du commerce total. Il faut également, développer les paiements via les téléphones portables en faisant adhérer toutes les parties concernées à des solutions garantissant principalement l’interopérabilité.

Nous avons la chance d’être un pays de jeunes où l’utilisation des nouvelles technologies de l’information est banalisée. Nous sommes devant un dossier où la seule difficulté concerne l’économie informelle. C’est le seul facteur qui peut retarder une réalisation rapide des objectifs ambitieux dans le domaine de la généralisation du paiement électronique.

TAP

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Le ministère de la Santé algérien a annoncé jeudi 19 juillet 2018, sa décision de retirer, «sur la base du principe de précaution», les...

Reseaux Sociaux