Tags Posts tagged with "Doha"

Doha

par -

Le Qatar a dit regretter la décision, lundi 5 juin 2017, de trois de ses voisins du Golfe ainsi que de l’Égypte de rompre leurs relations diplomatiques avec l’émirat qu’ils accusent de soutien au terrorisme, indique le ministère qatari des Affaires étrangères dans un communiqué.

“Cette mesure est injustifiée et fondée sur des affirmations et des allégations qui ne reposent sur aucune base factuelle”, précise la même source.

Il est à rappeler à ce propos que l’Arabie saoudite, l’Égypte, les Émirats arabes unis et le royaume du Bahreïn ont annoncé, ce lundi 5 juin 2017, avoir rompu leurs liens diplomatiques et fermé leurs frontières avec le Qatar, invoquant des questions de sécurité nationale et en accusant Doha de déstabiliser la région et de soutenir des “groupes terroristes”.

par -

” Le Qatar s’est engagé à repousser de 5 ans le délai de remboursement par la Tunisie d’un milliard de dollars qui lui a été remis en dépôt ” selon le bilan de la visite effectuée les 13 et 14 juin par le ministre des Affaires étrangères Khemaïes Jhinaoui à Doha.
Jhinaoui, qui a fait part jeudi des résultats de cette visite au président de la République Béji Caïd Essebsi, a indiqué que le Qatar s’est également engagé à financer la construction d’un hôpital pédiatrique dans le gouvernorat de la Manouba.
D’après un communiqué de la présidence de la République, l’initiative qatarie en faveur de l’organisation d’une conférence internationale de soutien à l’économie et à l’investissement en Tunisie sera intégrée dans la conférence économique internationale qui sera organisée, les 29 et 30 novembre prochain par la Tunisie sous l’égide du G7.
Par ailleurs, Khemaïes Jhinaoui a présenté au chef de l’Etat le programme du premier sommet Europe-Tunisie prévu le 30 novembre et le 1er décembre 2016 à Bruxelles.
Le président de la République sera présent à ce sommet auquel prendront part le président de l’Union européenne, le président de la Commission européenne et le président du parlement européen.

par -

La réunion des grands producteurs de pétrole hier dimanche 17 avril à Doha pour trouver un accord sur le gel de la production de manière à faire remonter les prix a fait un flop. Résultat des courses : Les cours du pétrole ont continué leur chute vertigineuse ce lundi dans les places boursières.

Le baril de Brent de la mer du Nord livrable en juin 2016 affichait 42,17 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres vers 10H35 GMT (12H35 à Paris), un recul de 93 cents en comparaison avec le niveau de vendredi dernier à la clôture.

C’est pire dans les transactions électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), avec un baril de “light sweet crude” (WTI) livrable en mai 2016 qui lâche 1,13 dollar, pour s’établir à 39,23 dollars.

“Un sentiment de déception indéniable a submergé les marchés mondiaux lundi suite à l’échec de la réunion de dimanche à Doha qui a anéanti le peu de crédibilité qui restait à l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole)”, a expliqué Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.
Il faut dire que les investisseurs avaient parié sur la réussite de la rencontre de Doha, à laquelle ont assisté 18 membres et non membres de l’Opep. Douche froide à l’arrivée. Et des cours dont la plongée semble inexorable.

Un très mauvais signal en directeur du secteur

Le constat d’échec a été fait au bout de six heures de négociations harassantes. Pour unique déclaration, on a eu celle du ministre qatari de l’Énergie, Mohammed ben Saleh al-Sada, qui s’est borné à dire que les pays producteurs demandent “plus de temps” pour solder les litiges. Un très mauvais signal en direction des opérateurs du secteur. Pire, aucune autre date de réunion n’a été déterminée, accentuant cette impression de flottement dans un marché qui a perdu la boussole.

Ce qui a filtré de ces pourparlers c’est que ce sont les désaccords entre l’Iran, qui a fait faux bond juste avant la réunion et l’Arabie saoudite – qui dépassent de loin ce cadre là – ont torpillé toute possibilité de conclure un accord sérieux. “Malgré l’absence de l’Iran, les attentes d’un accord sur le gel de la production étaient élevées, mais le conflit manifeste entre l’Arabie saoudite et l’Iran a saboté tous les efforts ce qui a entraîné une dégringolade” des prix du pétrole, a ajouté M. Otunuga.
“Si en regardant les choses de façon réaliste un gel de la production n’aurait eu qu’un effet minime sur une offre surabondante, un geste symbolique de l’Opep pour gérer cette surabondance d’or noir aurait regonflé l’optimisme” des investisseurs pour les prochains mois, a-t-il ajouté.

par -

Les représentants des Etats fournissant ensemble la moitié du pétrole mondial ont commencé à arriver à Doha,  capitale du Qatar, pour un sommet qui s’annonce exceptionnel. Face à la vertigineuse chute des prix du brut, tombés fin janvier à leur plus bas niveau depuis douze ans, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a appelé d’autres Etats à la rescousse. Pour la première fois depuis quinze ans, la réunion prévue dimanche 17 avril pourrait ainsi déboucher sur un accord visant à stabiliser la production d’une coalition allant au-delà de l’OPEP. Objectif : prolonger la remontée des prix.

Tous les pays membres de l’OPEP devraient participer à la réunion, à l’exception de la Libye. Ils seront rejoints par quatre pays extérieurs à l’organisation : Oman, un vieux compagnon de route du cartel, mais aussi la Colombie, l’Azerbaïdjan, et surtout la Russie, l’un des deux principaux pays producteurs de la planète.

Les spécialistes du pétrole restent cependant très dubitatifs quant à l’impact réel du sommet de Doha. Pas sûr qu’il fasse bondir les cours. En cas d’échec, il pourrait même provoquer leur rechute. Pour beaucoup d’analystes, le rééquilibrage attendu du marché devrait provenir moins des pays réunis à Doha que de ceux qui n’y sont pas.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les deux chefs rivaux, réunis mardi à la Celle Saint Cloud à l'initiative d'Emmanuel Macron, se sont engagés à un cessez-le-feu dans leur pays...

Reseaux Sociaux