Tags Posts tagged with "don"

don

par -

La cérémonie d’inauguration du « Projet de l’Equipement de Mammographie en faveur de l’Hôpital Régional de Zarzis (Hope 2016) », a eu lieu le 27 juin 2018, à l’Hôpital Régional de Zarzis, en présence de Son Excellence Monsieur Mikio SHIOKAWA, Ambassadeur du Japon en Tunisie et de Monsieur Sami CHAHERLI, Président de l’Association INARA.

Sommaire du projet

Le cadre : Don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine

Le montant : 174 042,416 DT *

Bénéficiaire : Association INARA

Contenu : Mammographie numérique

Population ciblée : 2 600 femmes par année

*Le prix de l’appareil de mammographie numérique est d’environ 440 mille DT. Le reste, soit environ 266 mille DT, est pris en charge par Fujifilm.

Ce don permet à l’Hôpital Régional de Zarzis d’acquérir pour la première fois le dernier model de l’appareil de mammographie numérique pour le dépistage du cancer du sein. Cet appareil contribue à préserver la santé des femmes dans le gouvernorat de Médenine.

Ce projet n’était pas possible sans l’engagement et la collaboration de l’entreprise japonaise, Fujifilm, qui s’est chargée d’en financer une grande partie. En plus, Fujifilm fait parvenir ses ingénieurs pour la formation du personnel de l’hôpital afin qu’il puisse utiliser et entretenir au mieux cet équipement, et établit une garantie d’un an pour la réparation et la maintenance.

Le Japon est intimement persuadé que les femmes disposent d’un grand potentiel dans la société. Il est essentiel de créer un environnement où les femmes peuvent montrer et exercer pleinement leur capacité et leur talent, ce qui rend la société plus dynamique et l’économie plus croissante. D’où, le Japon s’efforce de soutenir les femmes dans tous les domaines. Renforcer ses activités dans le domaine de la santé des femmes fait partie de ces efforts. Le Japon souhaite que de nombreuses femmes tunisiennes dans cette région profitent de ce projet.
Le Japon a également fait don d’un appareil de mammographie à l’Association Dar El Amal de lutte contre le cancer à Sfax 2016 avec la coopération de Fujifilm dans le cadre du Don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine.


Le don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine a été instauré en 1996 pour que les ONGs et les collectivités locales puissent répondre rapidement et efficacement à divers besoins de développement, bien que la taille du projet soit relativement petite.
Les organisations éligibles sont celles à but non lucratif, telle que les ONGs, les collectivités locales, les établissements éducatifs tels que les écoles primaires et secondaires, et les établissements médicaux. Le don vise à l’amélioration des besoins humains fondamentaux comme la construction d’écoles primaires et secondaires, l’aménagement d’équipements médicaux dans les hôpitaux, et le forage de puits.

(Don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine)

Le nombre total de projets réalisés : 123 projets (depuis 1996)

Le montant total : 7 543 232,271 DT

(Projets récents)

– Aménagement d’une école primaire de Beja (Gouvernorat de Beja)

– Aménagement d’une école primaire de Fernana (Gouvernorat de Jendouba)

– Aménagement d’une école primaire d’El Krib (Gouvernorat de Siliana)

– Acquisition d’un bus pour les handicapés (Gouvernorat de Mahdia)

– Aménagement d’une école primaire de Teboursouk (Gouvernorat de Beja)

– Equipement pour la tapisserie et la menuiserie et aménagement de l’atelier (Gouvernorat de Siliana)

par -

La quatorzième session du Conseil d’Association entre l’Union européenne et la Tunisie s’est tenue à Bruxelles le 15 mai 2018. Elle a été co-présidée par Madame Federica MOGHERINI, Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et Vice-présidente de la Commission et par Monsieur Khémaies Jhinaoui, Ministre des Affaires Etrangères de la République tunisienne. M. Johannes Hahn, Commissaire européen chargé de la Politique européenne de voisinage et des négociations d’élargissement, a aussi pris part aux travaux de cette session.

A cette occasion, nous nous félicitons de la visite en Tunisie de Monsieur Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne, prévue les 23 et 24 juillet 2018, en réponse à l’invitation qui lui a été adressée par Monsieur le Président de la République tunisienne.

Cette session nous a permis de faire le point sur nos objectifs communs et de saluer les nombreuses avancées depuis la session précédente du 11 mai 2017. Notre coopération s’est notamment intensifiée autour de questions essentielles comme l’employabilité des jeunes et les réformes, la consolidation démocratique et la promotion de la bonne gouvernance – avec le rôle toujours essentiel de la société civile, la réponse aux défis sécuritaires communs et la gestion concertée de la migration. Nous nous sommes engagés aujourd’hui à fixer des objectifs encore plus ambitieux pour le futur.

Les priorités stratégiques 2018 – 2020 sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord reflètent notre détermination à consolider notre partenariat en visant des résultats concrets et visibles au profit des citoyens. Les priorités cibleront le développement socio-économique inclusif et durable ; la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l’Homme, le rapprochement entre les peuples, la mobilité et la migration; ainsi que la sécurité et la lutte contre le terrorisme.

Les deux parties ambitionnent d’approfondir davantage leur rapprochement au-delà de 2020 et ont convenu de poursuivre leur réflexion sur la vision future pour le partenariat d’ici la prochaine session du Conseil d’Association en 2019.

Les deux parties ont convenu de la mise en place d’un mécanisme d’alerte précoce de manière à rendre plus efficace leur coopération et à améliorer leurs méthodes de travail.  Au vu des résultats positifs réalisés dans de nombreux domaines, nous allons encore renforcer l’impact et la visibilité de nos efforts conjoints.

L’annonce par l’Union européenne d’une enveloppe supplémentaire sous forme de dons pour 2018 qui atteindra, encore une fois, la somme maximale possible de 300 millions d‘euros illustre l’importance accordée par l’UE au partenariat privilégié.

L’élargissement des perspectives d’avenir pour la jeunesse constituera une composante majeure de nos efforts. En plus du programme de 25 millions d’euros qui permettra la création de 1000 startups tunisiennes, notamment au profit des jeunes, l’UE financera un nouveau programme dédié à la jeunesse axé sur l’emploi, l’employabilité et les initiatives innovantes des jeunes tunisiens pour la relance socio-économique du pays.

L’UE se félicite de la réussite  des élections municipales tenues en Tunisie le 6 mai 2018 et s’engage à soutenir la Tunisie dans le parachèvement de la mise en place de la démocratie dans sa dimension locale et du processus de décentralisation en tant que vecteur important de développement régional. Au-delà des programmes en cours, nous œuvrerons au renforcement des capacités des municipalités nouvellement créées et au développement régional. Une enveloppe additionnelle sera allouée à ce volet de coopération.

Nous nous félicitons des programmes d’appui annoncés au profit des régions défavorisées, au développement du tourisme avec de plus fortes retombées économiques locales. Aux secteurs prioritaires comme l’agriculture et le tourisme s’ajoutera un soutien à la modernisation de l’économie, avec un accent particulier sur l’innovation, l’économie numérique, les énergies renouvelables, la recherche et la spécialisation intelligente qui fera l’objet d’un accord spécifique à conclure prochainement.

La feuille de route qui a récemment été adoptée par le Conseil des Ministres tunisiens, et présentée à l’UE lors de la visite du Chef du Gouvernement Youssef Chahed à Bruxelles, reprend les mesures les plus urgentes (législatives, stratégiques et opérationnelles) nécessaires à la relance socio-économique du pays et servira comme outil opérationnel pour assurer leur mise en œuvre rapide, y compris les mesures d’appui financées par l’UE.

Monsieur Johannes Hahn, Commissaire européen pour le voisinage et les négociations d’élargissement, conduira une mission en Tunisie avec les institutions financières courant 2018 pour discuter des réformes en cours et de l’appui nécessaire pour accompagner ces réformes.

L’accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) contribuera de manière structurelle à l’ancrage de la Tunisie à l’espace européen et à la modernisation de l’économie tunisienne, et nous nous félicitons de notre décision commune de fixer un agenda de négociations ambitieux sur l’ensemble des chapitres en vue de conclure les négociations dans les meilleurs délais.

Eu égard aux opportunités et défis posés par la migration, nous avons réitéré notre engagement à avancer dans les négociations sur la facilitation des visas et l’accord sur la réadmission afin de les conclure dans les meilleurs délais. Les synergies possibles entre ALECA et la facilitation des visas ont été discutées.

Nous avons convenu de continuer notre coopération dans le domaine de la sécurité et de lutte contre le terrorisme, tout en promouvant le plein respect de l’Etat de droit, des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Nous avons à cet effet noté avec satisfaction la reprise de l’activité économique dans le domaine touristique grâce aux efforts constants de la partie tunisienne à améliorer la situation sécuritaire. Nous comptons sur les mesures annoncées pour avancer dans la mise en œuvre du programme-phare sur la réforme du secteur de la sécurité.

Nous poursuivrons nos efforts conjoints afin de soutenir les réformes tunisiennes pour répondre aux normes internationales et européennes en matière de gouvernance fiscale et de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Notre objectif commun est que la Tunisie remplisse rapidement ses engagements au titre du plan d’action agréé avec le Groupe d’action financière (GAFI), et sorte de la liste du GAFI, ainsi que de la liste de l’Union européenne, aussi vite que possible.

Le lancement d’un programme de coopération et d’échange diplomatique entre le Service européen pour l’Action Extérieure et le Ministère tunisien des Affaires Étrangères permettra un partage d’expertises et une meilleure connaissance des méthodes de travail respectives. A cet égard, nous nous sommes félicités de la signature de l’accord administratif relatif aux stages de diplomates.

La coopération dans le domaine de la valorisation notamment économique du patrimoine culturel tunisien et la diplomatie culturelle est une autre action inédite illustrant la place de la culture dans le partenariat Tunisie – UE, en vue de la mise en place à terme d’une stratégie nationale de diplomatie culturelle en Tunisie.

Par ailleurs, nous avons souligné l’importance que nous accordons à la dimension parlementaire de notre partenariat privilégié.

Nous avons continué nos échanges sur les questions régionales d’intérêt commun, notamment la situation en Libye, en Syrie, au Moyen-Orient ainsi qu’au Sahel.

Le Ministre tunisien des Affaires Etrangères a réitéré les remerciements de la Tunisie pour l’appui qu’apporte l’UE à la transition démocratique ainsi que pour son soutien à la réussite des réformes économiques. La Haute Représentante a renouvelé  l’engagement de l’UE à poursuivre et à renforcer son appui à la Tunisie.

par -

La cérémonie de signature du contrat de don du « Projet de l’Aménagement de l’Ecole Primaire El Homer à Fernana », a eu lieu le 28 mars 2018, à l’Ambassade du Japon en Tunisie. Le contrat de don a été signé par Monsieur Shinya IWATA, Chargé d’affaires de l’Ambassade du Japon en Tunisie et Monsieur Mohamed Nejib KAROUI, Président de l’Association de l’Entraide et de la Solidarité Sociale.

L e c a d r e : Don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine L e m o n t a n t : 205 759 DT

Bénéficiair e: Association de l’Entraide et de la Solidarité Sociale C o n t e n u :
– Nivelage du terrain
– Création d’un terrain de sport
– Aménagement des salles de classe
– Aménagement d’un bloc sanitaire
– Aménagement d’une cantine
Population ciblée : 192 élèves de l’Ecole Primaire El Homer

Ce don permettra à l’Ecole Primaire El Homer de niveler son terrain qui a un emplacement difficile dans la région montagneuse et d’y construite aussi un terrain de sport. Il réalisera également quelques travaux d’étanchéité pour les bâtiments où la pluie s’infiltre, ainsi que l’aménagement d’une cantine et d’un bloc sanitaire.

Le Japon accorde de l’importance au soutien dans le domaine de l’éducation qui est indispensable pour promouvoir la sécurité humaine.  L’éducation nous permet d’épanouir notre capacité et joue un rôle très important  dans la réalisation du développement durable de chaque pays.

Le don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine a été instauré en 1996 pour que les ONGs et les collectivités locales puissent répondre rapidement et efficacement à divers besoins de développement, bien que la taille du projet soit relativement petite.

Les organisations éligibles sont celles à but non lucratif, telle que les ONGs, les collectivités locales, les établissements éducatifs tels que les écoles primaires et secondaires, et les établissements médicaux. Le don vise à l’amélioration des besoins humains fondamentaux comme la construction d’écoles primaires et secondaires, l’aménagement d’équipements médicaux dans  les hôpitaux, et le forage de puits.

(Don aux projets locaux contribuant à la sécurité humaine) Le nombre total de projets réalisés : 122 projets (depuis 1996) Le montant total : 7 337 653,271 DT
(Projets récents)
– Aménagement de l’école primaire de Beja (Gouvernorat de Beja)
– Aménagement de l’école primaire d’El Krib (Gouvernorat de Siliana)
– Equipement de dépistage de cancer du sein (Gouvernorat de Medenine)
– Acquisition d’un bus pour les handicapés (Gouvernorat de Mahdia)
– Réhabilitation de l’école primaire de Teboursouk (Gouvernorat de Beja)
– Equipement pour la tapisserie et la menuiserie et aménagement de l’atelier (Gouvernorat de Siliana)

par -

Un don de 8 millions de dollars (environs 19,23 millions de dinars) pour le financement de projets qui seront réalisés dans le cadre du programme Compact (Accord de Partenariat pour Promouvoir la Croissance Economique Inclusive pour les Tunisiens), a été accordé jeudi 15 mars 2018 par l’agence gouvernementale américaine “Défi du millénaire” Millennium Challenge Corporation (MCC), qui oeuvre à réduire la pauvreté dans le monde.
Ce don représente environ 5% d’un montant global de près de 300 millions de dollars (721 millions de dinars) qui seront accordés par la suite par ce programme, sous forme de dons, au profit de la Tunisie pour consolider sa croissance économique.
L’accord de don a été signé, à Tunis, par le ministre de Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Laâdhari et le représentant de l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique à Tunis, Ben Moelling .
Il permet de mieux définir les projets financés par le Compact afin de réaliser les objectifs communs de promotion de la croissance et de réduction de la pauvreté en Tunisie, a souligné Moelling.

Ces ressources permettront, ainsi, aux équipes de travail d’entreprendre des études et des travaux préparatoires des projets d’infrastructure, d’effectuer des analyses coûts-avantages des idées de projet proposées, d’accomplir des évaluations environnementales et d’identifier les réformes clés nécessaires pour rendre durables les investissements dans les infrastructures ou promouvoir les investissements du secteur privé outre l’élaboration de budgets détaillés et des plans de travail pour le futur accord du Compact, a-t-il dit.
Il y a un peu plus d’un an, le conseil d’administration de la MCC a choisi la Tunisie comme pays éligible pour recevoir des subventions, ce qui constitue une chance supplémentaire pour la Tunisie et illustre la confiance en son potentiel en matière d’accélération de la croissance et la réduction des disparités régionales, a souligné le représentant de l’ambassade américaine à Tunis.

par -

Le groupe de la Banque islamique de développement (BID) a accordé à la Tunisie un don de 280 mille dollars qui sera consacré au financement de l’étude de transfert de la Société Nationale de Cellulose et de papier Alfa (SNCPA) du centre de la ville de Kasserine à la zone industrielle située sur la route de Tala.
Le Président du groupe de la BID Bandar Al Hajjaret et le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale Zied Laadhari, ont signé jeudi à Kasserine l’accord technique d’octroi de ce don.
Dans une déclaration aux médias, Al Hajjar a affirmé que son institution attend les résultats de l’étude détaillée du projet de transfert et celle de restructuration de l’entreprise afin de prendre la décision adéquate concernant le financement du projet de construction de l’usine sur le nouveau site et une éventuelle participation de la BID en tant que partenaire stratégique au capital de cette entreprise qui a une valeur historique et économique.
Le responsable a, en outre, réitéré l’engament de la BID à appuyer le développement économique et social en Tunisie et à travailler avec le gouvernement et les ministères concernés en vue de consolider le processus de développement dans les différentes régions du pays, notamment, celles de l’intérieur.
Il a, dans le même, cadre annoncé que la Banque signera prochainement avec le gouvernement tunisien la 2ème stratégie 2018/2020 qui comporte un nombre de projets de développement.
Pour sa part, Laadhari a indiqué que le projet de transfert de l’usine fournira à la ville de Kasserine un patrimoine foncier important (34 hectares). Il s’agit en outre de protéger l’environnement et créer des opportunités économiques et d’emplois dans la région, a-t-il indiqué, ajoutant que le transfert permettra le développement et la modernisation de l’entreprise.
Sur un autre plan, Laadhari a rappelé que la BID a participé au financement de plusieurs projets de développement dans la région de Kasserine, comme l’hôpital régional (Type B) dans la délégation de Tala, moyennant une enveloppe de 45 millions de dinars (MD), outre le projet de développement agricole intégré à Tala dont le cout est estimé à environ 100 MD.
” Ces deux projets et le reste des grands projets programmés dans la région, ne manqueront pas de jeter les bases d’un véritable décollage économique dans la région “, a encore fait savoir le ministre

par -

L’ambassade du Qatar à Tunis vient d’annoncer qu’un don de 15 ambulances ont été livrées au secteur sanitaire en Tunisie, rapporte Shems Fm.

Ce don intervient dans le cadre du soutien de la coopération bilatérale entre les deux pays et la volonté du Qatar à soutenir davantage le peuple tunisien. Les ambulances ont été reçues par les services du ministère de la Santé et ont été distribuées sur les différents hôpitaux publics.

par -

Le président de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Mohamed Naceur a chargé le député Mustapha Ben Ahmed, de collecter les signatures des élus, afin de prélever une somme de leurs salaires, en faveur des régions frappées par la vague de froid.

Rappelons qu’un groupe de députés se rendront, aujourd’hui, jeudi 19 janvier 2017, à Jendouba, pour examiner les conditions dans certaines délégations.

par -
L'Arabie saoudite a procédé au déploiement de 30 000 soldats le long de sa frontière avec l'Irak après le départ de plusieurs milliers de militaires irakiens de cette

La promesse faite hier par l’Arabie Saoudite à la Tunisie vient d’être concrétisée. Les deux pays ont procédé, ce mercredi 30 novembre 2016, à la signature d’un accord de financement de 800 millions de dollars. La signature a eu lieu en marge de la Conférence internationale sur l’Investissement “Tunisia 2020”, en présence du chef du gouvernement, Youssef Chahed.

L’Arabie saoudite a décaissé un montant d’une valeur de 500 millions de dollars (1100 millions de dinars) sous forme de crédit à des conditions avantageuses, au profit des projets de développement en Tunisie. Cet accord sera remboursé sur 20 ans et à un taux d’intérêt fixé à 2%.
200 millions de dollars, soit 440 millions de dinars, seront consacrés à l’impulsion des exportations tunisiennes alors que 100 millions de dollars ont été accordés sous forme de don.

par -

Aziza Htira, PDG du Centre de promotion des exportations (Cepex), a déclaré que 2017 sera une année décisive car la Tunisie aura les moyens pour attaquer réellement le marché africain, lequel nécessite une grosse enveloppe.

Pour y parvenir, un don sera octroyé dans le cadre d’un partenariat tuniso-allemand. Par ailleurs les efforts se conjuguent actuellement avec les partenaires français pour l’organisation de la plus importante manifestation économique en Tunisie sur l’Afrique : Africa 2017.

Mme Htira considère que l’avenir de la Tunisie est dans le continent africain, un marché très promoteur, surtout dans cette conjoncture morose. Interview :

L’Afrique est l’avenir de l’exportation, mais nous sommes en retard par rapport à d’autres pays, comme la Turquie ou le Maroc. Qu’en-pensez-vous ?

Tout le monde convient que l’Afrique constitue pour la Tunisie un relais de croissance incontournable permettant de développer et diversifier ses exportations, surtout dans le secteur des services. Mais le handicap majeur pour le développement des affaires dans ce continent demeure le manque de moyens du aux carences de l’État.

Vous pouvez être plus précise ?

On ne peut pas assurer l’incursion en Afrique sans avoir les moyens nécessaires. En effet, le Cepex ne dispose ni des moyens, ni du budget qui nous permettraient de réaliser cet objectif.

On a en fait des problèmes pour financer les déplacements de nos représentants. A titre d’exemple, un cadre en mission en Afrique ne dispose que de 70 dollars. Or, cela ne lui permet pas de répondre à ses besoins alimentaires. Pis, les rencontres B2B coutent énormément cher pour nos consultants, sans oublier la location d’un espace d’exposition.

Mais comment faire ?

Pour pouvoir travailler aisément, il faut qu’il y ait les moyens.

Dans ce cadre, on peut annoncer que nous avons l’accord pour l’octroi d’un don de la part du gouvernement allemand pour conquérir ce marché. Un bon montant qui permettra au Cepex de réaliser cet objectif, surtout avec l’implantation des chambres de commerce allemandes dans plusieurs régions africaines.

Quels sont vos principales cibles ?

Nous n’avons pas encore identifié les marchés, mais on est en train de le faire. A ce titre, on peut souligner qu’on est en train de classer les marchés selon les priorités.

Une chose est sûre : on va démarrer en 2017, surtout que nous allons avoir l’appui nécessaire et ce fonds en question, tout en organisant les rencontres de manière à promouvoir les échanges commerciaux entre les pays arabes et africains.

La volonté existe-t-elle ?

Certainement oui. On a la volonté, qui devient à mon avis une nécessité pour s’attaquer à ce marché. C’est pour cette raison que nous devrons trouver les moyens nécessaires, surtout qu’on n’a plus le choix, d’autant plus qu’un nombre important d’hommes d’affaires ont exprimé la volonté de prospecter ce marché.

Outre les moyens, quelles sont les actions à entreprendre pour booster la présence tunisienne en Afrique ?

Au départ, on rappelle que la Tunisie se tourne de plus en plus vers l’Afrique et ce, suite à la nécessité de changement stratégique. Au cours des dernières années, on a vu plusieurs missions d’hommes d’affaires vers l’Afrique, des visites de membres du gouvernement et des rencontres africaines.

Cela vient à un moment opportun où le gouvernement en place a décidé d’ouvrir deux représentations commerciales du CEPEX. Cette décision prise lors d’un récent Conseil des ministres est motivée par le souci de la Tunisie de dynamiser la diplomatie économique avec les pays africains.

Dans le même contexte, on travaille actuellement en étroite collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et celui du Commerce pour trouver cinq autres destinations où nous devons être implantés. L’objectif étant de faciliter la tâche aux hommes d’affaires et opérateurs voulant se lancer dans la conquête du marché africain.

A mon avis, 7 antennes vont certainement faciliter la tâche en Afrique, surtout que la volonté politique existe et qu’elle pourrait même accompagner la délégation tunisienne en donnant plus de visibilité à la mission.

Donc, si on a les moyens et la volonté nécessaires, 2017 sera l’année où on pourra réaliser des acquis et surmonter le blocage rencontré depuis des années au niveau de l’incursion du marché africain.

Y aura-t-il d’autres initiatives dans ce sens ?

Certainement oui, surtout qu’on a reçu plusieurs offres. A ce titre, on peut mettre la lumière sur une autre action qu’on est en train de creuser avec le partenaire français pour organiser les rencontres Africa 2017 en Tunisie, considérée comme la plus importante manifestation économique sur l’Afrique qui ait eu lieu cette année en France.

C’est une occasion propice pour renforcer le partenariat entre les opérateurs tunisiens, africains et français, tout en facilitant et diversifiant les échanges et pour faire naître des coopérations industrielles, économiques et technologiques à travers le transfert de savoir-faire et le développement des formations.

Choisir de pénétrer l’Afrique avec d’autres pays partenaires européens est une démarche importante pour tisser des réseaux solides entre les hommes d’affaires africains et européens.

La Tunisie dispose-t-elle des atouts pour faire face à la concurrence, sachant que le dragon chinois est très offensif sur le continent africain, dans les secteurs de l’énergie et des matières premières pour son appareil productif et pour commercialiser ses produits?

De par sa position géostratégique, la Tunisie est bien placée pour s’attaquer aux marchés d’Afrique, sans oublier les atouts et les produits dont elle dispose.

C’est important, mais à condition de coordonner nos efforts pour pénétrer le marché africain en assurant une meilleure synchronisation entre les différents intervenants, les chambres de commerce, les diplomates et les structures intervenantes.

Pour ce faire, une stratégie nationale doit être mise en place pour pouvoir faire un travail en commun.

Un tout autre sujet, la Tunisie multiplie les efforts pour organiser la Conférence internationale sur l’investissement, prévue fin novembre. Comment peut-on en tirer profit ?

Cet événement incontournable sera une bonne opportunité pour la Tunisie afin de restaurer son image à l’étranger en présentant aux bailleurs de fonds les nouvelles lois ainsi que les nouveaux points forts de la Tunisie, à savoir la stabilité politique, le rajeunissement de la classe politique, les avancées sécuritaires, l’adoption du Code d’investissement.

Cette conférence sera aussi l’occasion pour montrer notre capacité à booster l’économie, surtout qu’un plan quinquennal de développement “Tunisia 2020” sera présenté à la communauté internationale afin d’aider les investisseurs privés à identifier les secteurs et les filières à fort potentiel dans chacune des régions du pays.

C’est une excellente occasion, surtout que de grandes personnalités ont confirmé leur participation à cette conférence, ce qui permettra de donner confiance non seulement aux produits tunisiens, mais aussi à nos opérateurs économiques.

par -

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé qu’il allait verser une somme de 3 milliards de dollars durant la prochaine décennie afin de trouver des traitements contre toutes les maladies.

Selon lui, ce don permettra, à défaut de soigner toutes les maladies, de rendre plus gérables les plus graves, rapportent ce jeudi 22 septembre 2016 les médias français.

On rappelle qu’à la naissance de sa fille, Zuckerberg avait indiqué vouloir financer des œuvres caritatives à hauteur de 99% de leur fortune personnelle, tout au long de sa vie, un pactole qui s’élève tout de même à 45 milliards de dollars.

par -
Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) lance un appel à candidatures en vue de la nomination de personnes

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le 8 septembre 2016 à Abidjan, deux dons d’un million de dollars EU chacun, en faveur du Cabo Verde et de la Guinée- Bissau au titre d’une assistance d’urgence destinée à soutenir la mise en œuvre des plans nationaux de préparation et d’intervention pour lutter contre l’épidémie du virus Zika dans ces deux pays.

L’approbation unanime du Conseil démontre l’engagement continu de la Banque à aider dans la préparation de la lutte contre les pandémies et à renforcer la résilience des communautés et des systèmes de santé sur le continent. Ce soutien viendra compléter les efforts passés et en cours de la Banque visant à renforcer les systèmes de santé, en accompagnant et travaillant en coordination avec d’autres partenaires. La subvention de 2 millions de dollars EU sera utilisée par le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS/AFRO). Elle devrait jouer un rôle catalyseur dans le renforcement de la surveillance des maladies, la lutte antivectorielle et le traitement des questions de l’assainissement de l’environnement, à travers une approche intégrant les déterminants sociaux, économiques et environnementaux de la santé.

Le soutien de la Banque est opportun, puisque l’épidémie du virus Zika continue de s’étendre. Au 8 septembre 2016, 72 pays avaient rapporté que plus de 88 000 cas suspects s’étaient présentés. De ce nombre, 6 500 avaient été confirmés. Compte tenu de la présence du virus au Cabo Verde et en Guinée Bissau, l’OMS prévient qu’il est probable que l’épidémie s’étendra au reste de l’Afrique. Les enseignements tirés du soutien de la Banque à la lutte contre l’épidémie du virus Ebola font ressortir la nécessité d’agencer les interventions de manière opportune et ciblée. La Banque a été la première dans la communauté des donateurs à réagir à l’épidémie du virus Ebola, en menant 10 opérations d’un montant total de 290 millions de dollars EU. Dans l’ensemble, les interventions de la Banque ont renforcé les systèmes de santé grâce à la mise sur pied de systèmes d’alerte, un soutien aux infrastructures, l’institutionnalisation des pratiques de prévention des infections et du contrôle de celles-ci, la mise à disposition de services de logistique et le renforcement de l’engagement des communautés à participer à la lutte contre l’épidémie. Cependant, les systèmes établis sont encore loin d’être parfaits et ont encore besoin de beaucoup de soutien avant de devenir forts, résilients et viables, et d’être capables de faire face à de nouvelles menaces pour la santé.

« L’apparition des maladies causées par les virus Ebola et Zika constitue pour tous les gouvernements africains et leurs partenaires un rappel à la réalité : nous n’avons pas investi suffisamment dans des systèmes de santé publique en Afrique », a déclaré le président Akinwumi Adesina au cours d’une table ronde de haut niveau sur « La CMU (couverture maladie universelle) en Afrique » lors de la Sixième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD VI) à Nairobi.

Pour fournir une solution durable permettant de lutter contre l’incidence croissante de flambées de maladies sur le continent, la Banque va développer substantiellement ses investissements dans les infrastructures de santé publique, y compris en aidant les pays à étendre la fourniture d’eau et l’assainissement. La Banque va accélérer la mise sur pied du Centre africain pour le contrôle des maladies (CACM) régional, établi sous le leadership de la Commission de l’Union africaine, que vont conjointement financer la Fondation Bill et Melinda Gates, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé. Le CACM permettra aux pays africains, tant individuellement que collectivement, de surveiller, prévenir, maîtriser et réagir efficacement et de manière opportune à de nouvelles menaces d’épidémies.

par -

Le ministre de l’Education, Néji Jalloul, a fait savoir lors de la signature d’une convention de partenariat « sur la lutte contre l’abandon scolaire » à Tunis que son département a bénéficié d’un don d’une valeur de 6 millions de dinars de la part de l’ambassade de l’Italie en Tunisie, en collaboration avec le bureau de l’UNICEF à Tunis. Ce don a pour objectif de renforcer le programme de la lutte contre l’abandon scolaire.

Il a, dans ce contexte, affirmé que son ministère a besoin d’un  financement de 400 millions de dinars pour la modernisation des écoles, a rapporté Express fm.

par -

Le Fonds Koweitien de Développement Economique Arabe (KFAED) a accordé, jeudi, un don d’une valeur de 100 mille dinars koweitiens (720 mille dinars) à la Tunisie, pour financer les études de faisabilité technique et économique du projet de réhabilitation et de valorisation du Golfe de Monastir.
L’accord de don a été signé par le ministre de développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Yassine Brahim et le directeur général du KFAED, Abdelwahab Ahmed Al-Badr.
A rappeler que les travaux de la première phase du projet ont démarré, le 21 mai 2014, pour un coût de 16 Millions de Dinars (MD), financé par le budget de l’Etat.
Le ministre a souligné l’importance du projet, vu le rôle économique et social du Golfe de Monastir qui subit une forte dégradation environnementale.
Ahmed Al-Badr a affirmé pour sa part, la disposition du Fonds à soutenir davantage la Tunisie dans ses projets de développement, soulignant que la coopération avec la Tunisie date depuis les années 60.
Le KFAED a financé au cours des trois dernières décennies, 33 projets en Tunisie pour un montant global de 172,975 millions de dinars koweitiens (1159 millions de dinars tunisiens).

par -

Le ministère de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire a annoncé dans un communiqué rendu public ce lundi 27 juin 2016 qu’il a reçu un premier lot d’équipements neufs pour les travaux publics, et ce dans le cadre du don turc qui a été accordé à la Tunisie en vertu d’une convention signée auparavant entre les deux pays.

Après avoir procédé à la ratification de la liste des équipements proposés par la Tunisie en coordination avec la partie turque, en particulier avec l’Agence turque de coopération et de coordination (TIKA) et après s’être mis d’accord sur le volume du reste du don, dont la valeur s’élève à 12 millions de dollars (24 millions de dinars), le ministère de l’Équipement a finalisé cette opération d’achat.

La liste des achats contient : 48 niveleuses et 9 mini chargeuses avec accessoires se trouvant actuellement au sein de la direction des équipements relevant du ministère de tutelle.
Selon le même communiqué, les concertations se poursuivent encore avec la partie turque pour l’achat d’un deuxième lot composé principalement de 8 balayeuses aspiratrices et deux portes engins.

par -

Dans cette photo, publiée sur la page fb du ministère du tourisme où l’on voit la ministère Selma Rekik faire don de son salaire annuel au profit du fond de lutte contre le terrorisme, on voit aussi juste derrière elle le président de la FTH (Fédération tunisienne de l’hôtellerie). Radhouane Ben Salah, tenait aussi un chèque dans sa main. Contacté par Africanmanager qui voulait connaitre si le don était en nom personnel ou au nom de la profession, Ben Salah nous a indiqué qu’il s’agissait du don de la FTH pour le fond de la lutte antiterroriste. Il a cependant refusé d’en révéler le montant. Il a par contre affirmé que la FTH a appelé ses adhérents à y participer massivement et ouvert pour cela un compte spécial. Il a aussi précisé que le montant récolté est jusqu’ici de 25.000 DT.

par -

L’élan de solidarité avec les familles des martyrs tombés lors de l’attaque terroriste de Ben Guerdane ne faiblit pas. Après l’ouverture d’un compte postal pour recueillir des dons en direction de ces familles, après le geste du ministère du Commerce qui a invité ses employés à faire don d’un jour de travail et après le communiqué de l’UGTT invitant l’ensemble des salariés à en faire de même, c’est au tour du ministère de la Jeunesse et des Sports d’apporter sa pierre. Dans un communiqué publié hier vendredi 11 mars, il demande à ses agents de faire don d’une journée de travail aux familles des martyrs et blessés de Ben Guerdane.

Le ministère des Sports invite ses employés à formuler une demande dans ce sens à leurs responsables hiérarchiques…

 

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

La Guinée équatoriale a annoncé l'annulation de "tous les contrats" avec l'entreprise canadienne CHC Helicopters, fournisseur de services de transport et de maintenance pour...

Reseaux Sociaux

SPORT